alimentation


Et si vous le mangez sans pain, c’est encore mieux pour votre santé.
Remplacez-le par une tranche de jambon ou de fromage.
.
-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin. Tout finira par s’arranger 🙂
En plus :
Et donc, les graisses saturées ne causent pas de maladies cardiovasculaires.
Et ce n’est pas nouveau.
• Étude sur la santé des infirmières
• Initiative pour la santé des femmes
• Étude JACC
• Étude PURE
• Étude MESA
• 42 études de l’UE
… et des dizaines d’autres études à long terme qui montrent que la réduction des graisses saturées ne réduit pas les maladies cardiaques.
Alors, vous en reprenez, de ce bon fromage / poisson / viande / oeuf ?
Si vous souhaitez vérifier :
Même votre médecin est au courant (s’il met à jour ses connaissances) !
.
-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin. Tout finira par s’arranger 🙂

 

Extrait de l’hypnothérapeute américain Milton Érickson : 

 » La compréhension habituelle du phénomène est que l’hypnose peut être induite par des suggestions répétées de fatigue, de somnolence, de dormir. Lorsque les sujets donnent des signes évidents d’être endormi, ils sont prêts pour la procédure thérapeutique.

En fait, ces sujets sont effectivement dans une forme de transe, mais la réalité est qu’il s’agit d’un type de transe ne permettant qu’un usage très limité de la suggestion hypnotique.

L’utilisation de l’hypnose dans une visée thérapeutique requiert, pour des résultats efficaces, un entraînement étalé sur plusieurs heures.

-> Dans cette procédure d’entraînement, les sujets peuvent être hypnotisés, réveillés, ré-hypnotisés, et réveillés de nouveaux, avec chaque entrée et sortie de transe leur permettant d’apprendre petit à petit à reprendre le contrôle sur leurs facultés mentales ainsi que sur une organisation des réponses qui augmentent le degré de dissociation entre la conscience et le subconscient, ce qui a pour conséquence de créer de facto une personnalité hypnotique dissociée. »

__________

Hypnosis in Psychiatry, Erickson – 1939

.
-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin. Tout finira par s’arranger 🙂

 

  • En septembre 2021, Daily Mail Australia a révélé que M. Albanese avait perdu 15 kg
  • Le dirigeant travailliste a déclaré qu’il avait maintenant perdu 18 kg depuis qu’il avait supprimé les glucides (sucres) et l’alcool
  • Jeudi, il a révélé qu’il avait atteint son objectif de descendre à 80 kg !

Anthony Albanese a perdu encore plus de poids (avant les élections fédérales imminentes) après avoir supprimé les glucides de son alimentation et réduit sa consommation d’alcool .

En septembre 2020, Daily Mail Australia a révélé que M. Albanese avait perdu 15 kg – et depuis, il a perdu 3 kg supplémentaires.

Le dirigeant travailliste pèse désormais moins de 80 kg, ce qui était l’objectif qu’il s’était fixé lorsqu’il a commencé sa quête de remise en forme.

Anthony Albanese a perdu 18 kg depuis qu’il a coupé les glucides et réduit sa consommation d’alcool il y a un peu plus d’un an.

Parlant de sa forme physique sur la chaine nationale vendredi, M. Albanese a déclaré qu’il avait coupé l’alcool après un grave accident de voiture l’année dernière. Sa Toyota a été percutée par un Range Rover et il a été transporté d’urgence à l’hôpital pour des radiographies, mais a échappé à de graves blessures.

« En janvier de l’année dernière, j’ai vécu une expérience de mort imminente dans la voiture », a déclaré M. Albanese. « J’ai eu un accident de voiture, et cela vous oblige vraiment à vous asseoir et à réfléchir. Je prenais des analgésiques assez lourds, donc je ne devais pas boire d’alcool. Combien de temps je pourrais tenir ? Cela fait déjà cinq mois. »

F. Duval-Levesque, psychopraticien, hypnose, coach, mal-être, anxiété, angoisse, addiction, traumatisme, covid, peur, tabac, obésité, souffrance, stress, burn out, cétogène, formation, téléséance, téléconsultation,  (2)Le dirigeant travailliste est photographié en avril 2020 avant de décider de perdre du poids. Son personnel se réfère affectueusement à cette période de sa vie comme «jolly Anthony» en référence à son physique obèse.

M. Albanese a décidé qu’il voulait mincir en 2020 en préparation de la marche des Trois Caps, une randonnée de trois jours et 48 km dans le sud-est de la Tasmanie , qu’il a achevée en janvier.

« J’allais faire une promenade à la fin de l’année dernière, la marche des Trois Caps en Tasmanie, j’ai donc décidé de me préparer pour cela et aussi de me préparer pour la campagne », a déclaré M. Albanese au Daily Mail Australia.

Il a poursuivi son alimentation cétogène et son programme d’exercices après avoir terminé la marche.

« Depuis lors, je fais les choses avec modération et fais attention à ce que je mange et fais la bonne quantité d’exercice« , a-t-il déclaré.

F. Duval-Levesque, psychopraticien, hypnose, coach, mal-être, anxiété, angoisse, addiction, traumatisme, obésité, tabac, phobie, souffrance, stress, cétogène, PNL, formation, téléséance, téléconsultationUn M. Albanese aminci (à droite) est photographié au stade de foot des Newtown Jets en juin 2021 après sa perte de poids spectaculaire

Le leader travailliste a largement supprimé les glucides et les en-cas malsains. Il prend des œufs au lieu de céréales pour le petit-déjeuner, une salade pour le déjeuner et de la viande et deux légumes pour le dîner au lieu de pâtes ou de pommes de terre.

F. Duval-Levesque, psychopraticien, hypnose, coach, mal-être, anxiété, angoisse, addiction, traumatisme, cétogène, obésité, tabac, phobie, stress, burn out, PNL, formation, téléséance, téléconsultationSur la photo: son repas un soir à Canberra en août

M. Albanese, qui aime le vin rouge et la bière artisanale, a déclaré que le changement le plus spectaculaire qu’il avait fait était d’abandonner complètement l’alcool au cours des  trois premiers mois de cette année. 

« Je suis resté sans alcool pendant trois mois et j’ai réduit ma consommation de glucides – pommes de terre, pain, pâtes, et j’ai également augmenté mon exercice. »

Le leader travailliste boit à nouveau mais consomme beaucoup moins d’alcool qu’avant.

« Je ne bois pas pendant la semaine et je bois du vin le week-end et de la bière occasionnellement », a-t-il déclaré.

Auparavant, M. Albanese mangeait des céréales au petit-déjeuner et des pâtes et des pommes de terre au déjeuner et au dîner – mais maintenant, il a abandonné les glucides lents et rapides.

« Maintenant, je mange des œufs au petit-déjeuner plutôt que des céréales et je mange généralement de la viande et quelques légumes pour le dîner« , a-t-il déclaré.

A 59 ans, il a également arrêté de grignoter des aliments gras et sucrés entre les repas.

« Je vais prendre une salade pour le déjeuner et couper les chips et les biscuits et essayer de manger sainement entre les repas également », a-t-il déclaré.

En plus d’améliorer son alimentation, M. Albanese fait maintenant de l’exercice plus régulièrement que l’année dernière.

« J’ai un tapis roulant au bureau de Canberra, mais je promène aussi mon chien et je fais de plus longues promenades qu’auparavant et j’essaie de jouer au tennis quand je le peux », a-t-il déclaré.

« Le tennis est mon exercice principal, mon sport principal, et j’essaie de jouer deux fois par semaine. »

Le leader travailliste, qui représente Grayndler dans le centre-ouest de Sydney, fait également des balades à vélo dans la ville.

M. Albanese a déclaré que depuis sa perte de poids, il dormait mieux et se sentait généralement plus en forme mentalement.

« Nous travaillons de longues heures et si vous êtes en bonne forme physique, je pense que cela aide également votre capacité mentale », a-t-il déclaré.

Résumé : ses 4 secrets pour perdre 15 kg

Alimentation : Le leader travailliste a largement supprimé les glucides et les collations malsaines. Il a des œufs au lieu de céréales pour le petit-déjeuner, une salade pour le déjeuner et de la viande et deux légumes pour le dîner au lieu de pâtes ou de pommes de terre.

Boisson : M. Albanese a coupé l’alcool pendant trois mois et ne boit plus que le week-end au lieu de la semaine.

Exercice : L’homme de 59 ans a installé un tapis roulant dans son bureau, fait de longues promenades avec son chien et joue au tennis deux fois par semaine. Il fait aussi du vélo

Sommeil : M. Albanese dit qu’il dort mieux et qu’il est en meilleure forme mentale grâce à sa perte de poids

.
-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin. Tout finira par s’arranger 🙂

 

Personnellement, ma femme et moi suivons une alimentation cétgène depuis février 2018.

Que des bienfaits pour notre santé métabolique.

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin. Tout finira par s’arranger 🙂

Bon appétit 🙂

Pourquoi faut-il abandonner le Nutri-Score Conçu pour enrayer les maladies liées à l’alimentation ?

Ce système d’étiquetage n’a jamais fait la preuve ni de sa pertinence, ni de son efficacité en conditions réelles.


Circonstance aggravante, il est devenu un puissant outil de marketing au service des inté-
rêts des fabricants d’aliments ultra-transformés
.


Alors que l’Europe s’apprête à adopter un système d’étiquetage, le Nutri-Score devrait
être abandonné au profit d’un étiquetage qui reflète les connaissances nutritionnelles
récentes et ne pénalise pas les vrais aliments
.

Un étiquetage très controversé, même par les diététiciens 

Créé en France par l’équipe du Dr Serge Hercberg, à l’origine du Programme national nutrition santé (PNNS), le Nutri-Score est basé sur un algorithme censé rendre compte de la qualité nutritionnelle des produits alimentaires et des boissons d’une même famille selon un score décroissant de A à E.

Des enjeux agro-alimentaire, pas pour votre santé

La Commission européenne a proposé de rendre un étiquetage nutritionnel simplifié obligatoire en Europe d’ici la fin de l’année 2022. Une dizaine sont en compétition, dont le Nutri-Score, déjà adopté, ou pressenti, par plusieurs pays.

Les semaines et les mois qui viennent seront déterminants pour décider de la forme que prendra cet étiquetage, et les promoteurs du Nutri-Score se montrent particulièrement actifs pour faire pencher les décisions en leur faveur. Le Nutri-Score est soutenu par ses créateurs français, des associations de consommateurs comme l’UFC-Que Choisir et plusieurs dizaines de chercheurs en nutrition et médecins.

Il est aussi défendu bec et ongles par les géants de l’agro-alimentaire comme Nestlé et Danone, ce qui, par expérience, doit être pour nous un signal d’alerte

Pourquoi il faut abandonner le Nutri-Score

Imaginé comme un antidote à l’obésité et aux maladies liées à la nutrition, le Nutri-Score n’a pourtant jamais réellement fait la preuve ni de sa pertinence, ni de son efficacité en conditions réelles. De plus, il est devenu un puissant outil de marketing au service des intérêts des fabricants d’aliments ultra-transformés.

Pour ces raisons, le moment est venu de demander sa suspension, voire son abrogation pour réfléchir à un étiquetage qui reflète réellement les connaissances nutritionnelles récentes et ne pénalise pas les vrais aliments.

3 défauts graves du Nutri-Score 

1 / Il est le fruit du réductionnisme en nutrition : il réduit l’acte de manger à celui d’ingérer des nutriments

2/ Il peut pénaliser des aliments traditionnels : c’est par exemple le cas des conserves de poisson, des huiles vierges, crèmes, beurres, mais aussi des chocolats et biscuits bien formulés

3/ Il confond qualité et quantité : par exemple le beurre est classé E, l’huile d’olive vierge était classée D, mais l’huile de colza raffinée classée C. On a donc « bidouillé » l’algorithme pour que l’huile d’olive soit elle aussi classée C !

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin. Tout finira par s’arranger 🙂

Manger du sel n’est généralement pas la cause première de l’hypertension.

Et manger des graisses n’est généralement pas la cause première de l’obésité.

La question est :

qu’est-ce qui dit aux reins

de retenir le sel et au corps de stocker les graisses ?

La cause principale est trop d’insuline, pendant trop longtemps, à cause de trop de sucre.

Manger trop de sucre provoque de l’hyperglycémie qui est la source de nombreuses maladies : telles que les maladies cardiovasculaires, problèmes de la rétine, des reins, des nerfs, l’obésité ainsi que le diabète.

En cas de consommation excessive, cela peut provoquer des troubles du pancréas et de la production d’insuline, dont la mission est de réguler notre taux de glycémie.

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin. Tout finira par s’arranger 🙂

Manger sain, éviter le sucre, perdre du poids, retrouver la forme, abaisser la glycémie : quels que soient vos objectifs, l’alimentation cétogène ou LCHF (low carb high fat) est une option judicieuse.

Mais suivre cette alimentation pauvre en glucides, riche en bonnes graisses n’est pas si simple.

C’est pourquoi Le Grand Livre de l’alimentation cétogène, écrit par Ulrich et Nelly, les deux pratiquants français les plus emblématiques, vous donne toutes les clés, les astuces, les conseils, les recettes pour adopter une alimentation cétogène comme un vrai mode de vie sain et durable.

Suivez le guide et ressentez le plaisir de voir les kilos fondre sans stress, sans fringales ni baisse d’énergie.

Dans ce livre, vous découvrirez :

  • + de 150 recettes (toutes sans gluten) savoureuses et conviviales, concoctées par Nelly
  • Un point complet sur les fondamentaux de l’alimentation pauvre en glucides et les conseils pour vivre céto
  • Comment réorganiser sa cuisine, planifier ses courses et repas
  • Les aliments autorisés, les produits  » chouchous  » et ceux qui sont à oublier
  • Le programme  » 3-2-1, c’est parti  » personnalisé en fonction de votre objectif : minceur, performance sportive ou santé

Régalez-vous avec des pâtes à tarte, sauces salées et sucrées, pains pauvres en glucides…

Réalisez les versions LCHF des recettes de nos régions : blanquette de la mer, fi let mignon de porc au maroilles, tarte fraise et pistache, bûche de Noël…

Mangez US : hamburger, potatoes, carrot cake, donuts… Sans oublier les recettes Viva Italia : asperges alla parmigiana, chou kale à la carbonara, tiramisu…

En plus de ses effets sur le poids, l’alimentation cétogène est un régime thérapeutique largement utilisé pour traiter l’épilepsie, le diabète, le cancer, les migraines et plus récemment les maladies neurodégénératives telles qu’Alzheimer ou Parkinson.

Bon appétit !

.
-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin. Tout finira par s’arranger 🙂

Le déficit en vitamine D est un facteur de risque de COVID sévère.

Les personnes avec un déficit en vitamine D sont plus susceptibles de faire un Covid-19 sévère ou d’être hospitalisés en soins critiques, selon une nouvelle étude publiée dans le journal Plos One[1].

Cette étude se fonde sur des données issues des deux premières vagues israéliennes de coronavirus avant que les vaccins ne soient largement disponibles. Les scientifiques insistent sur le fait que la supplémentation vitaminique n’est pas un substitut à la vaccination mais peut aider l’immunité naturelle.

« Nous avons trouvé remarquable et particulièrement frappant de voir la différence de risque de développer une forme sévère en cas de carence en vitamine D », a indiqué le Dr Amiel Dror, principal auteur et médecin au Galilee Medical Center, au Times of Israel. Cette observation n’est pas totalement nouvelle et a fait l’objet d’études, notamment en France, conduisant même à une tribune incitant à la supplémentation (lisez ci-dessous).

Bien que l’étude ait été menée avant l’arrivée du variant Omicron, a-t-il affirmé, le coronavirus n’a pas suffisamment changé pour annuler l’effet de la vitamine D.

« Ce que nous observons, c’est la capacité de la vitamine D à renforcer le système immunitaire contre les agents viraux qui ciblent le système respiratoire« , explique-t-il. « Cela vaut pour Omicron comme pour les variants apparus antérieurement ».

f.duval-levesque, psychopraticien, hypnose, coach, mal-etre, anxiete, angoisse, addiction, traumatisme, peur, tabac, phobie, souffrance, stress, burnout, pnl, teleseance, teleconsultation, avis, temoignage, reconversion, (2)

L’équipe de chercheurs a analysé les taux de vitamine D chez plus de 250 patients hospitalisés au Galilee Medical center et testés positifs au Covid entre avril 2020 et février 2021. Les tests ont été effectués avant l’hospitalisation sous la forme d’examens sanguins de routine ou d’une recherche d’un déficit en vitamine D, entre 14 et 730 jours avant le test PCR positif.

Les patients avec un déficit en vitamine D étaient 14 fois plus susceptibles de faire un Covid sévère ou d’être hospitalisés en soins critiques. De plus, le taux de mortalité de ceux qui présentaient des taux de vitamine D insuffisants était de 25,6%, contre 2,3 % chez ceux qui avaient des taux dans la norme.

Les différences persistaient après ajustement sur l’âge des patients, le genre, et les antécédents de maladies chroniques.

« Nous avons analysé toute une palette de durées et trouvé que dans un délai de 2 ans avant l’infection, la corrélation entre vitamine D et sévérité de la maladie était très forte« , a expliqué le Dr Dror à The Times of Israel. « Cela renforce l’idée d’instaurer une supplémentation en vitamine D pendant la pandémie et qui n’a aucun effet indésirable« .

Rappelons que dans une tribune publiée dans La Revue du Praticien le 8 janvier 2021, 73 experts francophones et six sociétés savantes françaises*, insistaient sur l’importance particulière d’assurer « un statut satisfaisant en vitamine D dans la population générale », dans le contexte du Covid-19.

« En l’absence de traitement curatif efficace et accessible à ce jour contre la Covid-19, recourir à des molécules déjà existantes pourrait aider à contrôler la pandémie ». Or, « le rôle bénéfique potentiel de la vitamine D est discuté positivement dans de nombreuses publications« , soulignaient les signataires du texte dont le Pr Cédric Annweiler (CHU d’Angers), auteur de plusieurs études sur le sujet.

*Avec le soutien de l’Association française de lutte antirhumatismale (AFLAR), de la Société française d’endocrinologie (SFE), de la Société française de gériatrie et gérontologie (SFGG), de la Société française de pédiatrie (SFP), de la Société française d’endocrinologie et diabétologie pédiatrique (SFEDP), et de la Société francophone de néphrologie dialyse et transplantation (SFNDT).

Source : Study: Vitamin D Deficiency Linked to Severe COVID.

.
-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin. Tout finira par s’arranger 🙂

Comme le montrent clairement la vidéo ci-dessous, les personnes obèses et en surpoids sévissaientt dans les années 1960.

Dieu merci, les autorités sanitaires ont introduit des directives diététiques pour sauver le monde.

Et grâce aux diététiciens et autres spécialistes en alimentation, l’obésité a depuis été éliminée, n’est-ce pas ?

Londres à l’été 1967 avant que la restauration rapide n’arrive.

Tout le monde n’avait pas l’air en forme ?

Correctif : 75% de la population américaine est en surpoids ou obèse en février 2022

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Boire un espresso italien

est un rituel social et culturel

considéré dans la péninsule comme un trésor national

digne d’entrer dans le patrimoine immatériel de l’Unesco.

Les Italiens se délectent d’une trentaine de millions d’espressos par jour, de Venise jusqu’à la Sicile, dans des tasses de porcelaine ou de petits verres, avec ou sans nuage de lait.

Pour eux, ce n’est pas seulement un plaisir solitaire, c’est aussi un moment de convivialité. «L’espresso est une excuse pour dire à un ami que vous tenez à lui»

«On en boit tous les jours, à n’importe quelle heure. C’est un moment de partage, un moment magique», s’enthousiasme-t-il.

Un espresso digne de ce nom fait environ 25 millilitres et son «arôme doit être intense et riche de notes fleuries, fruitées, de chocolat et de pain grillé», selon l’Institut de l’espresso italien, fondé en 1998 pour inscrire dans le marbre les règles encadrant sa confection. «En bouche, l’espresso doit être corsé et velouté, avec une juste dose d’amertume», est-il spécifié, sans oublier en surface «une crème (…) de couleur noisette tendant sur le noir, caractérisée par des reflets couleur fauve».

C’est Angelo Moriondo, un Turinois, qui a breveté en 1884 la première machine à espresso, mais c’est un Milanais, Desiderio Pavoni, qui fut à l’origine de leur production de masse.

L’espresso est rapidement devenu très populaire du nord au sud du pays, avec de légères nuances en fonction des régions : plus ou moins allongé, plus ou moins corsé, accompagné d’un verre d’eau gazeuse…

F. Duval-Levesque,psychopraticien,hypnose,coach,mal-être,anxiété,angoisse,addiction,traumatisme,peur,tabac,phobie,souffrance,stress,burnout,PNL,téléséance,téléconsultation,avis,témoignage, cétogène, ketoComme l’honnêteté pousse à reconnaître que la raclette du week-end dernier ne sera – fort heureusement – pas la dernière, voici quelques astuces pour savourer en total respect de votre foie et de vos intestins.

Une petite promenade avant le repas vous permettra de faire le plein de bile (insdispensable à une bonne digestion).

Prévenons immédiatement un tollé général : pas question ici de dénaturer le mets en troquant le fromage pour du tofu soyeux.

On commence par respecter l’apport en gras et en protéines en privilégiant la viande des Grisons, le jambon, le fromage de bonne qualité etc., et le moins traité possible. Afin de conserver son système digestif intact, on ajoute ensuite des légumes dans son assiette.

Et l’on remplace le pommes de terre par du broccoli, du navet, mai oui ! Beaucoup plus facile à digérer.

Boire une heure avant le repas, et une heure après le repas, afin de ne pas enlever et diminuer les sucs digestifs.

Le dessert ?

Pourquoi ?

Pour faire le plein de sucre qui vous mettra à plat les heures suivantes ?

N’oubliez pas : « le gras, c’est la Vie ! »

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Comment reconnaitre et soigner une dépression hivernale :

  • ce trouble de l’humeur saisonnier, qui disparaît au printemps, toucherait jusqu’à 10% de la population.

Peut-être vous ?

Il n’est pas rare de se sentir fatigué et abattu pendant les saisons automnale et hivernale.

Le sort du chat roulé en boule sur notre canapé nous semble alors des plus enviables : si seulement nous pouvions dormir le plus possible, en attendant le printemps… Mais ce banal «blues de l’hiver» finira par disparaitre, je vous rassure.

Celui-ci survient à une période particulière de l’année (en automne ou en hiver, voire plus rarement en été) et disparaît spontanément au printemps.

Le Dr Éric Charles, psychiatre au Centre hospitalier Esquirol de Limoges et auteur d’Antidépresseurs, anxiolytiques, somnifères… Vérités et contre-vérités sur les psychotropes (Jouvence), rappelle que les symptômes seraient en grande partie les mêmes que ceux de la dépression : tristesse, idées noires, ralentissement physique et psychique, perte d’envie et de volonté, difficulté à prendre des décisions, disparition du plaisir.

 

«Dans la dépression saisonnière toutefois, les symptômes somatiques et neurovégétatifs sont souvent inversés par rapport à ceux d’un épisode dépressif “classique”. Au lieu d’une perte d’appétit, il y a une envie plus forte pour les hydrates de carbone et les aliments riches en glucides – sucreries, féculents – avec une prise de poids, ainsi qu’une tendance à dormir beaucoup, plutôt qu’à souffrir d’insomnie», précise le médecin.

Les causes de cette affection font encore l’objet de plusieurs hypothèses.

On évoque une sensibilité rétinienne à la lumière réduite en hiver, ou encore un retard de phase du rythme circadien. Dans les deux cas, ces phénomènes affecteraient la sécrétion de mélatonine et de vitamine D.

Le fait d’être une femme serait un facteur de risque avéré de dépression saisonnière, comme il l’est de manière générale pour la dépression.

Tout cela fait dire au Dr Guillaume Fond, psychiatre à l’hôpital de la Conception à Marseille et auteur de Je fais de ma vie un grand projet (Flammarion) qu’«en France nous manquons de données pour ce trouble mal étudié. Un fait est certain : dans la période de transition de l’été à l’automne surviennent plusieurs phénomènes qui composent un cocktail explosif pour certaines personnes. La baisse du taux de vitamine D et de la luminosité en sont deux. On a aussi tendance à consommer moins de fruits et de légumes qu’en été, et plus d’aliments ultratransformés inflammatoires. Il y a enfin le stress lié à la rentrée et une activité physique plus réduite. Tous ces facteurs peuvent concourir à la survenue de dépressions qualifiées de saisonnières».

Les recommandations à l’adresse des personnes qui souffrent d’un abattement lié à l’hiver font consensus : s’exposer une trentaine de minutes à la lumière du matin, pratiquer une activité physique régulière (mais pas le soir afin d’éviter les insomnies) et manger de manière équilibrée et régulière. Pratiquer l’auto-hypnose peut également en aider certains.

Le Dr Guillaume Fond conseille en outre de se supplémenter quotidiennement en omégas 3, en vitamine D et en zinc, qui ont prouvé leur efficacité dans le traitement de la dépression. «En cette saison, il est normal d’être un peu en retrait, rappelle le Dr Christine Barois, psychiatre. Par contre, lorsque l’on n’arrive plus à fonctionner professionnellement, familialement et socialement, il existe un risque de dépression. Et là, il faut aller voir un psy.»

.

Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

« Si je mange cette chocolatine,

mon niveau d’insuline montera en flèche,

mon taux de cortisol augmentera,

mes niveaux de triglycérides augmenteront pour stocker les graisses,

j’aurai envie de manger une autre chocolatine. »

Bref, une chaîne de réactions inflammatoires tombera en cascade, et j’aurai faim très vite parce que je n’aurai reçu aucun élément nutritif.

Très mauvais pour votre santé métabolique !

Ben non, je ne le mange pas 🙂

Et c’est une chose si les gens choisissent de manger cette foutue chocolatine…, mais il y a des nutritionnistes qui suggèrent qu’il y a quelque chose qui ne va pas chez vous si vous choisissez de ne pas manger ce produit sucré et remplie d’acides gras trans (parce que vous avez décidé que c’est mauvais pour vous).

Boulimie : même la princesse Diana en a souffert

Dans « The Crown » saison 4, la boulimie dont souffrait Lady Diana est montrée.

Et les pans les plus sombres de sa vie y sont dépeints.

C’est une princesse Diana terriblement esseulée que dépeint la quatrième saison de “The Crown”.

Seule, et en proie à un profond désespoir la conduisant tout droit à un trouble alimentaire qu’elle n’a pas caché de son vivant : la boulimie.

La boulimie de Lady Di n’est pas un secret.

En effet, elle témoigne elle-même, dans la célèbre interview accordée à la BBC en 1995, de cette “maladie secrète”.

Mais elle affirme aussi devant la caméra avoir tenté de mettre fin à ses jours et souffrir de boulimie.

“C’était un symptôme de ce qu’il se passait au sein de mon mariage. Je cherchais désespérément de l’aide, mais donnais les mauvais signaux (…) Ils ont décidé que c’était moi le problème : Diana était instable”, relate-t-elle. “La raison, c’était cette situation où mon mari et moi devions garder le cap pour ne pas décevoir le public (…)”.

Trois ans plus tôt, en 1992, on découvrait dans la biographie écrite par Andrew Morton que la princesse souffrait de boulimie depuis ses fiançailles avec le prince Charles, en 1981.

“J’ai commencé à être boulimique une semaine après nos fiançailles (et il m’a fallu près d’une décennie pour en guérir). Mon mari a posé sa main sur ma taille et m’a dit: ‘Oh, tu es un peu ronde là, non ?’ et cela a déclenché quelque chose en moi. Et cette histoire avec Camilla. J’étais désespérée, désespérée. Je me souviens de la première fois que je me suis rendue malade. J’étais contente, car je croyais que ça me déstressait, se souvenait Diana.

La boulimie faisait donc partie de la vie de Lady Di. Il s’agit d’un trouble du comportement alimentaire qui “se manifeste sous la forme de pulsions (craving) appelées aussi crises, auxquelles la personne boulimique ne peut résister. En général, les crises de boulimie apparaissent suite à un stress”.

Comme elle est décrite sur le site de l’Assurance maladie, la boulimie débute “par une sensation de d’envie compulsive, non contrôlable et un besoin angoissant de se remplir”. Cette crise se déroule souvent en cachette et en dehors des repas et la personne mange rapidement, sans pouvoir s’arrêter, des quantités importantes d’aliments”.

Près de la moitié des personnes boulimiques se font ensuite vomir. Ou utilisent des purgatifs, font du sport en excès, ou jeûnent.

Ces crises sont représentées de manière très crue. On la voit ainsi manger en très grande quantité, puis se faire vomir dans les toilettes, de dos comme de profil.

Interviewée par Variety, l’actrice interprétant le rôle de Diana, Emma Corrin, indique s’être beaucoup renseignée sur ce trouble alimentaire et avoir insisté pour qu’il soit montré dans la série. “On ne peut pas faire justice à ce qu’elle expérimentait sans inclure ça. C’était tellement symptomatique de l’agitation émotionnelle et de toutes les émotions réprimées qu’elle ressentait, souligne-t-elle. “J’avais l’impression que si nous voulions dépeindre la boulimie de manière honnête, il fallait le montrer”, a-t-elle aussi indiqué à Radio Times. “Sinon, ce ne serait pas rendre service à quiconque ayant traversé cela.”

De son côté, le créateur de la série, Peter Morgan, estimait aussi que ne pas représenter ce combat contre la boulimie “reviendrait à nier à l’ancienne princesse de Galles une partie de la réelle complexité de cette femme. Dans une interview accordée à Vanity Fair, il estime également que la souffrance qui était celle de Lady Diana a grandement joué dans l’affection générale de la population britannique à son égard. Sa propre souffrance lui a fait ressentir de la compassion pour les autres. Et c’est la compassion dont elle a fait preuve envers les autres qui a fait que tout le monde l’aimait.”

Jennifer Lombardi, manager du programme de lutte contre les troubles alimentaires de l’association américaine Kaiser Permanente, explique ainsi auprès de Refinery29 que “chaque fois que nous décrivons des troubles de l’alimentation dans les médias, c’est un délicat exercice d’équilibre. Si l’intention d’éduquer et d’informer peut être positive, il y a aussi des pièges. Le premier étant de normaliser ces comportements”. “On avait besoin de le représenter. Ça aurait été très bien de la voir se pencher sur les toilettes, mais je ne pense pas qu’on avait besoin d’autant de détails”, regrette de son côté Ingrid Seward, écrivaine spécialiste de la famille royale, contactée par le DailyMail.

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Dans son rapport annuel publié jeudi, la Fédération mondiale de l’obésité (WOF) a établi un lien entre l’augmentation des décès dus au COVID-19 et les taux d’obésité élevés.

« En comparant les pays du monde entier, nous constatons une association étroite entre les décès dus au COVID-19 et la prévalence du surpoids dans la population adulte« , a déclaré la WOF dans son analyse des recherches. « Aucun pays où l’IMC moyen des adultes est inférieur à 25 n’a un taux de mortalité par COVID-19 élevé. Aucun pays où moins de la moitié des adultes sont en surpoids n’a un taux de mortalité COVID-19 élevé. »

Le WOF, qui est associé à l’Organisation mondiale de la santé, a constaté que le lien entre le risque accru de cas graves de COVID-19 ou de décès et un poids corporel plus élevé était observé dans plusieurs pays.

Une étude américaine, par exemple, a révélé que les personnes obèses étaient deux fois plus susceptibles d’être hospitalisées en raison du COVID-19 et six fois plus susceptibles de mourir après avoir développé la maladie.

Une étude réalisée en Chine a également révélé que les personnes en surpoids, mais non obèses, avaient 84 % de risques supplémentaires de développer des symptômes graves du coronavirus. Ce risque passait à 240 % si la personne était obèse.

L’organisation a écarté les explications potentielles de la corrélation entre l’obésité et les cas graves de COVID-19, telles que l’âge avancé, la richesse etc., en affirmant que le lien semblait être indépendant de ces facteurs.

L’OIF a toutefois observé que quelques pays semblaient aller à l’encontre de la tendance.

Selon l’Organisation mondiale de la santé, plus de 114 millions de cas de coronavirus ont été signalés dans le monde, ainsi que plus de 15 millions de décès.

Source: https://thehill.com/policy/healthcare/public-global-health/541567-most-virus-deaths-recorded-in-nations-with-high

.

Vaccinez-vous !

Pour vous, pour les autres.

Chaque jour, en France, entre 450 000 et 500 000 personnes se font vaccinées.

Les vaccins ARNm sont :

  • étudiés depuis plusieurs décennies
  • expérimentés depuis 2005
  • les – éventuels – effets secondaires arrivent dans les 15 minutes suivant l’injection, et/ou au maximum dans les deux mois (comme les autres vaccins existants)

Toutes ces informations sont vérifiables avec des sources médicales et scientifiques sur le net.

 

.

Plus d’informations sur mes téléséances en cliquant ici.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Page suivante »