témoignage


Confrontés au Covid-19, de nombreux soignants sont affectés par des troubles psychologiques importants.

Des professionnels de santé présentent des symptômes d’anxiété, de dépression ou des troubles de stress post-traumatiques.

Car en première ligne pour prendre en charge les malades du Covid-19, les professionnels de santé le sont aussi pour les troubles psychologiques.

Hors pandémie, les soignants sont plus à risque que la population générale d’avoir des troubles mentaux, d’être sous-diagnostiqués et sous-traités. Cette vulnérabilité s’explique par le niveau important de stress dans ces professions, confrontées à la souffrance et à la mort.

Les quelques études menées pendant la première vague de l’épidémie confirment le fort impact sur les soignants.

Une enquête française par questionnaires en ligne, auprès d’un millier de professionnels travaillant dans 21 unités de soins intensifs, a ainsi retrouvé des symptômes d’anxiété chez plus de la moitié d’entre eux (50,4 %) et de dépression chez près d’un sur trois (30,4 %).

Des signes de « dissociation péritraumatique » (sensation de se déconnecter de la réalité, d’être sur pilote automatique…), qui sont des facteurs de risque de présenter secondairement un trouble de stress post-traumatique, étaient présents chez 32 % de ces professionnels.

Les infirmiers et aide-soignants étaient les professionnels le plus souvent concernés.

J’identifie six déterminants de ces symptômes :

  1. la peur d’être infecté
  2. l’incapacité à se reposer
  3. l’incapacité à s’occuper de la famille
  4. la lutte contre des émotions difficiles
  5. le regret des restrictions dans les politiques de visite
  6. et le fait d’être témoin de décisions hâtives de fin de vie.

Une autre enquête française en ligne, à laquelle ont participé un millier de soignants (dont 838 femmes), exerçant en majorité à l’hôpital public, a constaté un taux très élevé de symptômes post-traumatiques (57,8 %) et de burn-out (de 26 % à 41 %).

Les effets de l’EMDR (Eye Movement Desensitization and Reprocessing), une thérapie de « désensibilisation et reprogrammation par mouvement des yeux », ont été validés dans les psychotraumas et certaines dépressions, ainsi que l’hypnose avec un psy.

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

« Elle va durer longtemps, la vie à 85 % ? » : une partie de la France tournera en sous-régime pendant encore longtemps

Malgré la perspective d’un vaccin contre le Covid-19 et la levée progressive du confinement, salariés, entrepreneurs et indépendants décrivent une même adaptation douloureuse.

C’est une série de renoncements, petits et grands.

De sacrifices, symboliques ou douloureux. De projets tombés à l’eau. De honte, aussi. Comme lorsque, à l’annonce du deuxième confinement, Antoine Meyer, la trentaine, s’est résolu à solliciter l’aide financière de ses parents. « Payer le loyer seul, c’est devenu compliqué », confie le jeune homme. Chef de rang dans un restaurant de la région parisienne, il est au chômage partiel depuis la fin octobre, comme il l’était déjà au printemps. Il touche aujourd’hui 1 360 euros mensuels, environ 85 % de son salaire net, « sans compter les pourboires et les extras ».

Il refuse de se plaindre, dit faire partie des chanceux, insiste : « Vraiment, des chanceux, écrivez-le ». Les fins de mois sont malgré tout difficiles. Leçons de guitare, livres, vacances : il a coupé toutes les dépenses « superflues », a renoncé à remplacer son lave-linge en rade, se nourrit au « hard discount ». Puisqu’il ignore quand il pourra reprendre le travail, il envisage de chercher un colocataire, pour diviser les charges par deux. « Comme quand j’étais étudiant. Depuis le début de la crise, j’ai l’impression de régresser. Elle va durer longtemps, la vie à 85 % ? »

Comme lui, 1,1 million de salariés étaient en activité partielle en septembre, selon les derniers chiffres du gouvernement, datant d’avant le reconfinement du 30 octobre. Selon l’Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), l’activité a tourné à environ 13 % sous son niveau d’avant-crise en novembre, en raison des mesures prises pour endiguer l’épidémie, et le produit intérieur brut (PIB) devrait chuter de 10 % à 11 % en 2020.

Bien sûr, les secteurs sont affectés de façon très inégale : les restaurants ont été contraints de fermer, la culture et le tourisme sont à genoux, tandis que le BTP s’est nettement redressé. Bien sûr, la perspective d’un vaccin, lumière au bout d’un tunnel, laisse espérer un début de retour à la normale courant 2021.

Mais d’ici là, une troisième vague n’est pas exclue. « Le déconfinement sera progressif, et certains pans de l’économie seront durablement affectés : sur l’ensemble de 2021, la croissance sera d’au moins 8 points inférieure à ce qu’elle aurait été sans la pandémie », calcule Patrick Artus, chez Natixis.

En avril, l’hebdomadaire britannique The Economist a forgé un concept pour évoquer cette situation inédite, très différente des récessions antérieures, où une partie des entreprises tourneront durablement en sous-régime : « l’économie à 90 % ».

Combien de temps les PME concernées pourront-elles tenir ?

Dans quelle mesure leur activité s’en trouvera durablement transformée, tout comme le quotidien des salariés aujourd’hui au chômage partiel ou en télétravail ?

Quelles cicatrices en gardera le tissu productif ?

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Confinement : comment ne pas se laisser happer par les angoisses des autres ?

Ces dernières semaines, votre forfait téléphonique explose.
 
En plus d’entendre les inquiétudes des amis vis-à-vis de l’épidémie du nouveau coronavirus, vous multipliez les appels auprès de vos proches, seuls et parfois vulnérables. C’est bien, mais.
 
Avant de vous épuiser à la tâche, je vous liste mes huit bons réflexes à avoir pour que vous ne fléchissiez pas face à cet environnement anxiogène.

1 / Ecoutez-vous

Avant de contacter un proche anxieux, la première chose à faire est de prendre la température de vos émotions.
 
Il ne faut pas seulement faire preuve de bonne volonté pour aider les autres car leur souffrance peut être coûteuse psychiquement. En fonction de votre histoire personnelle, de votre état d’esprit, vous pouvez facilement être envahi par le récit de l’autre. Vous pouvez être touché par le récit mais pour ne pas être contaminé par l’angoisse, il ne faut pas vous mettre au niveau de la victime et garder votre capacité à raisonner.

2 / Fixez-vous des limites

L’empathie n’est pas élastique. C’est pourquoi, établir des limites entre vous et les autres suffit à mieux vous protéger émotionnellement.
 
En fonction de votre fragilité actuelle due au confinement, demandez-vous chaque jour ce que vous pouvez supporter comme conversation, téléphonique ou non, avec quelle personne.
 
Dans certains cas, fixer une limite de temps s’avère bénéfique. Il ne s’agit pas d’ignorer la détresse de votre ami ou de votre parent mais de donner un cadre à la conversation, en leur disant sans être sec ni cassant, « excuse-moi, je n’ai que 15 minutes à t’accorder ».

3 / Instaurez un dialogue positif

L’épidémie est au cœur de l’actualité et donc se retrouve (trop) souvent au centre des discussions. Certains de nos proches nous rappellent parfois de façon brutale le bilan de morts ou nous relaient des fake news effrayantes.
 
En réaction, apportez une touche plus gaie à la conversation. Anecdotes de vacances, blagues, déménagement, recettes de cuisine… Des chercheurs en psychologie positive de l’Université de Harvard ont démontré que les personnes qui se portent le mieux, sur le plan physique et psychologique, sont celles qui savent faire appel à de bons souvenirs et qui multiplient les projets.

4 / Acceptez la réalité

Loin des yeux, près du cœur, dit-on. Trop près parfois, quand notre entourage se transforme en une cible potentielle qui, pour des raisons de santé ou d’âge, est susceptible de contracter la Covid-19.
 
Alors la tentation de les appeler plusieurs fois par jour est grande, juste pour vérifier que tout va bien. Vouloir empêcher que l’inévitable se produise vous épuise forcément. Mais ce n’est pas en les contactant plusieurs fois par jour que vous allez éloigner la menace du virus.
 
Je recommande de rester dans la continuité du lien à l’autre, comme avant, sans tomber dans l’excessif. Même si elle est difficile, la réalité doit être acceptée : nous sommes dans une crise sanitaire, économique qui nous prive de liberté et ainsi de voir nos proches.

5 / Faites preuve de sincérité

Le confinement revient finalement à faire le deuil. Celui de notre travail, de l’école, de notre rythme de vie et parfois de nos proches.
 
Si cette pandémie a réveillé toutes sortes d’angoisses liées à la mort, j’insiste pour les renverser en votre faveur. Au lieu d’imaginer un scénario dramatique, mettons de côté cette échéance hypothétique et profitez pour vous ouvrir aux autres, confier ce que vous avez sur le cœur.

6 / Partagez des gestes de tendresse

«Prends soin de toi», «bon courage»… Après cinq semaines de confinement, quand on a fait le tour de ses émotions, les mots d’encouragement commencent à être usés.
 
Les marques d’affection en revanche n’ont pas de limite. Une caresse sur la joue, une main sur l’épaule fait toujours du bien, à soi et aux autres. Et quand les proches ne sont pas là, rien ne vous empêche de décrire vos gestes : « je te serre fort dans mes bras » ou « je te prends la main ».

7 / Passez le relais

Dans certains cas, la saturation émotionnelle de votre interlocuteur est telle que ni les mots ni les gestes suffisent.
 
Dans ce cas, je recommande vivement d’orienter ce proche vers un psys, un groupe de parole ou une association formés à ce type de situation. Rassurez-le en lui disant qu’on entend sa détresse mais que vous ne vous sentez pas en capacité de l’accompagner correctement, avec les bons outils. La pire chose, c’est de leurrer le proche en lui faisant croire qu’on le soutient à 100 % alors que ce n’est pas le cas.

8 / Faites sortir vos émotions, exprimez-les

Une fois le téléphone raccroché ou la conversation terminée, l’auto-hypnose, les techniques de méditation ou de respiration cohérence cardiaque sont idéales pour apaiser son stress et se recentrer sur soi.
 
Et si vous avez du mal à évacuer et que vous ne souhaitez pas appeler à votre tour un autre ami pour se confier, je vous recommande de prendre la plume pour écrire ce que j’appelle un «défouloir». Sur une feuille de papier ou dans un cahier, vous y inscrivez toutes vos peurs, vos angoisses et vos révoltes.
 
A la fin, on ne le relit pas comme un journal intime mais on tourne la page ou on la jette pour ne rien ressasser.
 
Ne me croyez pas sur paroles, essayez !
 

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

téléconsultation, téléséance, Skype, WhatsApp, Zoom,

 

Arrêter de fumer, c’est possible, mais c’est souvent plus facile avec du soutien.

Sur Facebook, les fumeurs de la région Occitanie échangent leurs conseils pour stopper la cigarette.

Arrêter de fumer n’est pas toujours facile. En cette période particulière, marquée par les mesures de restriction et le confinement, l’épreuve peut s’avérer encore plus complexe pour certains.

L’opération nationale #MoisSansTabac, qui débute ce dimanche, incite les fumeurs à arrêter la cigarette pendant un mois, et plus si affinités…

Créée il y a cinq ans, cette campagne se tient chaque année au mois de novembre… et ce n’est pas un hasard ! Il est bien souvent plus motivant d’arrêter de fumer pendant un mois froid et pluvieux, plutôt qu’en plein milieu de l’été, n’est-ce pas ?

Selon le dernier bilan de Santé Publique France, publié en 2019 à partir des chiffres de 2017, la région Occitanie fait partie des quatre régions de France métropolitaine où la prévalence du tabagisme quotidien chez les 18-75 ans est la plus élevée.

On compte environ 1 200 000 fumeurs quotidiens en Occitanie. Parmi eux, 55,4 % déclarent avoir envie d’arrêter de fumer, dont 23,4 % avec un projet d’arrêt dans les 6 mois.

Pour décrocher de la cigarette, rien de mieux que de se sentir soutenu. Les fumeurs de la région Occitanie l’ont bien compris : sur le groupe Facebook « Les Occitans #MoisSansTabac », ils partagent leurs témoignages, leurs conseils et leurs impressions. La page compte aujourd’hui plus de 2000 membres.

Interrogée par France 3, Laetitia, ancienne fumeuse, a pu compter sur le soutien d’autres internautes pour stopper sa consommation.

« J’ai arrêté de fumer avec mon psy, et ce groupe m’a aidée : je me suis rendue compte que des personnes vivaient la même chose que moi au même moment. On a du soutien ici et c’est important. Il y a de beaux témoignages de réussite. Et le groupe grandit de jour en jour ! »

Pourquoi pas vous ?

Promis, vous allez faire un tabac !

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Harcelée au travail, Marie a fait un burnout et souffre de troubles de l’humeur

Après un burnout, elle est tombée dans une dépression, qui a duré un an et demi. Ce sont des reproches incessants et des pressions au travail qui l’ont conduite au burnout. Cette affaire de harcèlement au travail sera portée devant la justice.

Aujourd’hui, Marie est de nouveau en dépression après avoir essayé de reprendre le travail. Une dépression qui s’accompagne de troubles de l’humeur.

Marie dit redouter ne pas réussir à surmonter cette dépression.

« J’ai fait une dépression en 2018 à la suite d’un burnout. Elle a duré 18 mois. J’ai repris le travail. Puis, j’ai fait une pneumopathie et en même temps un syndrome bipolaire.

C’était la première fois. J’étais consciente que j’étais très euphorique. Je me suis mise à faire des photos, à écrire. Je ne dormais pas beaucoup. Mon mari me trouvait étrange. Ma psychiatre me dit que je ne suis pas bipolaire, mais que j’ai des troubles de l’humeur. Pendant la phase maniaque que j’ai eue, je me suis mise en danger. C’est vrai qu’on se sent tout-puissant.

Ayant fait un burnout et une dépression, j’ai pensé que c’était ma façon de retrouver goût à la vie. En fait, j’étais encore dans la maladie.

J’ai un traitement composé d’un régulateur d’humeur, d’un antidépresseur et de quelque chose pour dormir. Ma psychiatre m’a dit qu’il fallait absolument que je prenne mes médicaments et qu’il fallait compter au moins une année pour soigner ça. Je fais confiance à ma thérapeute, donc je prends les médicaments. Mais j’ai trois enfants, je ne peux pas être dans le gaz toute la journée.

J’ai vécu du harcèlement au travail et ça m’a complètement anéanti. C’est une affaire qui va passer devant le tribunal. 

Ça ravivera certainement des douleurs, mais je suis capable de m’en détacher. Ils voulaient supprimer tous les temps partiels parce qu’on dérangeait le bon fonctionnement de l’entreprise. On ne vous dit pas les choses et si vous ne comprenez pas, on vous fait subir du harcèlement, on vous maltraite, on vous diminue, on dit que vous faites mal votre travail, on cache le travail bien fait.

Je suis partie en congé individuel de formation parce que je n’en pouvais plus.

Après un an, je suis retournée sur mon lieu de travail. Mon ancienne chef épiait tout ce que je faisais. Comme je revenais d’un an d’absence, je devais recevoir normalement trois semaines de formation. Ils ont estimé que j’avais besoin de seulement deux jours de formation. La personne qui devait me former n’a pas voulu le faire. C’était une période où j’allais mal puisqu’on me faisait des entretiens impromptus.

C’était tout le temps des reproches, alors que ça faisait 15 ans que j’étais dans cette entreprise.

Pour me déstabiliser, on me donnait 30 à 40 mails à traiter en deux heures avec des compétences qui n’étaient pas les miennes

J’étais mangée par le stress.

Quand la personne n’a pas voulu me faire la formation, j’étais en larmes. Je suis allée dans le bureau de la responsable de formation et trois personnes m’attendaient. Ils m’en ont mis plein la figure. En sortant, j’ai fait une crise d’angoisse. J’ai avalé une boîte d’anxiolytiques sur mon lieu de travail.

J’ai sollicité le médecin du travail et les délégués syndicaux. Personne n’a voulu faire son travail. Le médecin du travail a dit que c’était moi qui avais un problème.

Après ça, j’ai fait une grosse dépression qui a duré un an et demi. Je n’étais pas complètement guérie et j’ai voulu retourner au travail. Je suis tombée dans une nouvelle dépression. J’ai pris une avocate qui s’occupe de la situation. Et il y en a encore pour deux ans avant que ça ne passe devant le tribunal. Je l’ai fait de façon symbolique pour être reconnue victime.

Je n’arrive pas à trouver le moteur qui pourrait m’aider à sortir de cette dépression. J’aimerais bien en sortir, mais je ne fais rien pour. J’attends, et le temps est long. Je me suis isolée. Je voudrais retrouver ma vie d’avant, celle où j’étais dynamique, où j’arrivais à aller travailler et à m’occuper de mes enfants. Mon angoisse, c’est de rester comme ça pendant des années. La notion de plaisir n’existe pas. L’envie n’existe pas. « 

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

F. Duval-Levesque, psychopraticien, hypnose, coach, mal-être, anxiété, angoisse, addiction, traumatisme, covid, peur, tabac, phobie, souffrance, stress, PNL, youtube, formation, téléséance, téléconsultation, (2)

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en télé-séances (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Quels sont les

effets psychologiques et psychiatriques

du confinement sur notre santé ?

Et quelles sont les attitudes permettant de faire face aux conséquences de ce stress ?

Écrit durant le premier confinement et destiné à faire face à la crise du COVID-19, cet ouvrage nous refait vivre cette période qui a tout bouleversé : nos organisations, nos repères, vivre un quotidien parfois solitaire, au contenu sommaire, où nos relations étaient médiées par des écrans.

Les restrictions liées au confinement, l’absence de contacts sociaux et l’aggravation des problèmes économiques, sont autant de facteurs qui pèsent sur la santé mentale et l’accès aux soins des personnes.

Cet ouvrage nous conduit au cœur

d’une vaste enquête sur le bien-être mental

menée pendant le printemps 2020, auprès de 20 000 participants

Mise en page 1Le professeur Nicolas Franck décrypte les conséquences sur la santé mentale de la crise sanitaire consécutive à la pandémie de coronavirus.

Il les compare à d’autres situations d’isolement, telles que celles qui sont vécues par les astronautes, les navigateurs solitaires ou les spéléologues. Des situations qui aident à comprendre comment le stress affecte notre corps et notre activité mentale.

Cette partie historique est une lecture vraiment intéressante !

La détresse survenant lors de l’éclosion de maladie infectieuse comme la covid-19 peut se manifester comme suit :

  • peur et inquiétude à propos de votre santé et de la santé de vos proches
  • modification des habitudes de sommeil ou des habitudes alimentaires
  • difficulté à dormir ou à se concentrer
  • aggravation des problèmes de santé chroniques
  • consommation accrue d’alcool, de tabac ou de drogue, etc.

C’est pourquoi 51% des adultes estiment que le Covid-19 a eu des répercussions négatives sur leur santé mentale. Vous aussi, je pense.

La Covid-19 crée des besoins inédits en matière de santé mentale et de soutien psychosocial pour les victimes du virus, leur famille, les agents de santé et d’autres acteurs de la lutte contre l’épidémie, ainsi qu’au sein de la population générale.

De façon générale, il est possible de surmonter les réactions de stress, d’anxiété et de déprime.

D’ailleurs, l’auteur Nicolas Franck nous donne ces 10 conseils dans son nouveau livre pour faire face à ces symptômes :

  • Demeurez attentif à vos sentiments, émotions et réactions, et donnez-vous la permission de les exprimer à une personne de confiance ou de les exprimer par le moyen de l’écriture, de l’activité physique ou autre
  • Pratiquez une activité physique qui vous permet d’évacuer votre stress et d’éliminer vos tensions
  • Adoptez de saines habitudes de vie telles qu’une bonne alimentation et des heures de sommeil suffisantes
  • Limitez les facteurs qui vous causent du stress
  • Accordez-vous de petits plaisirs (par exemple, écouter de la musique, prendre un bain chaud, lire, etc.)
  • Restez en contact avec les gens qui vous font du bien
  • Rappelez-vous les stratégies gagnantes que vous avez déjà utilisées par le passé pour traverser une période difficile
  • Misez sur vos forces personnelles
  • Posez vos limites (par exemple, refusez une tâche que vous ne voulez pas faire et qui n’est pas essentielle)
  • Apprenez à déléguer et à accepter l’aide des autres (par exemple, demander aux enfants de faire la vaisselle).

Comme vous le constatez, ces deux confinements, que nous vivons, ont un impact psychologique.

Plus ces confinements sont longs, plus leurs conséquences sur la santé mentale augmentent et s’agravent. De plus, le stress induit peut révéler une fragilité jusqu’à là inapparente.

Heureusement, ces mesures sanitaires semblent avoir eu pour effets positifs d’inciter les gens à prendre soin d’eux-mêmes, et à se tourner vers les autres. Car se préoccuper d’autrui permet de se sentir utile, ce qui est volontiers salvateur face à un péril collectif mondial.

Source : « Covid-19 et détresse psychologique (2020 l’odyssée du confinement) », du Pr Nicolas Franck, aux éditions Odile Jacob

Chiffres à jour au 25 octobre 2020. Source officielle :

F. Duval-Levesque, psychopraticien, hypnose, coach, mal-être, anxiété, angoisse, addiction, traumatisme, covid, peur, tabac, phobie, souffrance, stress, PNL, Covid, formation, téléséance, téléconsultation,

F. Duval-Levesque, psychopraticien, hypnose, coach, mal-être, anxiété, angoisse, addiction, traumatisme, covid, peur, tabac, phobie, souffrance, stress, PNL, Covid, formation, téléséance, téléconsultation,

Les « petits » burn-out du tennis…

Quand ils arrivent en salle de visioconférence, devant des chaises vides, quand ils tombent le masque, ils ne parviennent plus à cacher un petit air triste, parfois un mal-être profond.

«Nous étions heureux de reprendre la compétition, explique Jérémy Chardy. Mais toutes ces semaines à l’isolement, dans la peur d’être testés positifs, toutes ces quarantaines dans une chambre d’hôtel, sans voir personne, commencent à peser

Le tennis, et en particulier sa middle class itinérante, n’a pas attendu le Covid pour souffrir d’un mode de vie inadapté.

Des rumeurs suggèrent que parmi les absents de Roland-Garros, certains cachent une dépression. C’est pour cette raison que Noah Rubin, joueur américain aux opinions engagées, a créé la structure «Behind the raquette», où il recueille les confessions et les messages de désespoir.

« Dans ce sport, il y a des abus de substances, de l’alcoolisme, et des gens vraiment dépressifs« 

Noah Rubin, 233e mondial

Rubin expliquait à différents médias, au dernier US Open, «la faillite totale d’un système.

Quel autre sport trimbale ses athlètes sur la planète entière pendant onze mois sur douze? Il y a des abandons et des forfaits, des joueurs lâchent des points ici et là, simplement parce qu’ils sont à bout. Tout ceci mène à la solitude et à la détresse. Sans parler de la pression financière, l’obligation de gagner un match pour couvrir les frais. Je peux vous dire que dans ce sport, il y a des abus de substances, de l’alcoolisme, et des gens vraiment dépressifs

Stan Wawrinka ne cache pas que sa grave blessure au genou était peut-être un signal. «Elle est arrivée à un moment où j’étais cramé, saturé de toutDifficulté à se plier. Raideurs. Un genou qui craque.

Stan Wawrinka admet également, un rien contrit, que le confinement lui a offert une immersion ethnique dans la vraie vie. «Je l’ai vécu de façon très positive. J’ai pu passer beaucoup de temps avec ma fille et rester plusieurs semaines à la maison. J’en suis ressorti avec de bonnes énergies

Faut-il comprendre que le tennis soumet ses troupes à une agitation contre nature, celle d’un peuple migrateur qui n’aurait pas de nid ni de saison des pluies ?

«Cette vie est compliquée. Les joueurs sont souvent seuls, changent d’hôtels en permanence, prennent l’avion souvent. Ils ne sont pas encadrés comme peuvent l’être les équipes de football. Psychologiquement, ce sont les plus solides qui résisteront», expose le docteur Bernard Montalvan, en charge du protocole sanitaire de Roland-Garros.

Cette fragilité reste le plus grand non-dit du tennis, sous un règne animal où le langage du corps et l’affirmation de la virilité participent d’une recherche constante d’ascendant. «Si tu te blesses à la jambe, tu mets un bandage. Si tu te blesses dans la tête, personne n’en parle», dénonce Noah Rubin.

« Je suis un perfectionniste. Du coup, il y a 90% du temps où je fais la gueule »

Adrian Mannarino, 39e mondial

Le tennis n’a pas l’apanage du surmenage, mais il en concentre tous les germes sur 195 m2 de terrain strictement délimité, où interfèrent tout à la fois le rapport de force, l’effort physique, la vitesse d’exécution, la haute précision et la prise de décision, pour un total d’environ 250 joies et déceptions sur la durée d’un match (le nombre approximatif de points disputés dans une rencontre équilibrée en Grand Chelem).

Adrian Mannarino le dit très joliment : «Je suis un perfectionniste. Du coup, il y a 90% du temps où je fais la gueule.» Benoît Paire, surdoué cabochard, l’a hurlé en plein tournoi de Rome: «Je n’en peux plus, délivrez-moi!» Lucas Pouille, fin 2018 : «Je ne sais pas si on peut parler de burn-out mais ça y ressemblait un peu, oui.»

Le récent témoignage de Robin Söderling sur une radio suédoise, après plusieurs années de mononucléose et de détresse, a davantage choqué ; même si ceux qui n’avaient pas envie de savoir pouvaient toujours se dire que Söderling est fou. L’ancien finaliste de Roland-Garros reconnaît avoir cherché des méthodes de suicide sur internet.

Son témoignage est saisissant : «J’étais dans un restaurant à New York et j’ai commencé à paniquer, à pleurer, pleurer, pleurer. Pour la première fois, j’ai compris que je ne pourrai plus jamais y retourner sur le court, même avec un pistolet sur la tempe. J’avais une anxiété qui me rongeait de l’intérieur. Pendant des mois, j’ai paniqué pour une lettre déposée sur mon palier, j’ai tremblé de peur devant mon téléphone qui sonnait. Il n’y avait que trois joueurs contre lesquels je pouvais perdre. Tous les autres, je devais les battre, sinon je me sentais un raté, un perdant. Mon talent a été à la fois un cadeau et une malédiction.»

Ce n’est pas un hasard si au péril de leur superbe, les meilleurs recourent à la psychothérapie, à l’hypnose profonde ou à la méditation.

C’est une démarche personnelle, confidentielle peut-être, lorsqu’un besoin se fait ressentir intimement, que l’on se sent en difficulté, ou avec l’impression de ne pas pouvoir s’en sortir seul.

De façon concrète, une psychothérapie peut être utile pour des sportifs de haut-niveau qui manifestent un véritable mal-être pour des circonstances très diverses :

  • Une étape difficile à surmonter : un match important, une maladie chronique, un divorce, un échec au championnat …
  • Un mal-être persistant : sentiments négatifs ou d’échec, lassitude, angoisses, déprimes…
  • Une volonté d’évoluer personnellement : cerner ses forces et ses faiblesses, prendre confiance en soi à un certain niveau de compétition, prendre des décisions rapides, gérer ses émotions et la pression des matchs…

Novak Djokovic qui, ouvert à toute forme de spiritualité, étreint les arbres et ne porte que des couleurs lumineuses, a lancé un jour: «Tout part du cœur et de la tête. Le bras n’est que le prolongement de l’intention.» Lui-même a souffert d’une dépression qui n’a jamais dit son nom…

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en télé-séances (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

« J’ai attrapé le Covid le 19 mars et je ne suis toujours pas guérie. » Pauline témoigne.

Covid-19 : 6 mois après, Pauline souffre toujours de séquelles

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en télé-séances (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

L‘ancien sportif de cricket Andrew Flintoff a parlé de sa bataille en cours contre la boulimie, dans ce nouveau documentaire de BBC One.

Le joueur de 42 ans  révéle en 2014 qu’il souffrait du trouble de l’alimentation tout au long de sa carrière de joueur.

Dans « Freddie Flintoff: Living With Bulimia » – qui a été diffusé sur la chaine britannique BBC One – il se demande s’il a besoin d’une aide thérapeutique, des années après le début de sa maladie.

«Je ne veux pas être une statistique», dit-il. Je ne veux pas qu’on lise que quelque chose m’est arrivé. »

Flintoff, qui présente maintenant Top Gear à la télévision, a joué 79 tests au cours d’une carrière en Angleterre qui s’est étendue sur 11 ans avant sa retraite en 2009 du cricket.

Il décrit comment sa lutte contre la boulimie a commencé lorsque son entourage a insisté sur son poids au début de ses compétitions internationales.

« Je suis devenu connu comme un gros joueur de cricket », a déclaré Flintoff. C’était horrible. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à me faire vomir.

« C’est à ce moment-là que j’ai commencé à aller aux toilettes après les repas. Puis les choses ont empiré pour mon poids, et mes émotions. »

Il détaille également dans ce nouveau documentaire comment il se rendrait malade lors de la compétition Ashes 2005 contre l’Australie, lorsque son rôle principal a aidé l’Angleterre à reprendre la coupe pour la première fois en 18 ans, et lui a valu le prix de la personnalité sportive de l’année de la BBC.

«Tout le monde était content de moi», a-t-il déclaré. « Mon poids diminuait. C’était comme : Je suis le patron. Cela a continué, et j’étais dans le déni. »

Flintoff décrit comment le tristement célèbre incident de pédalo (quand il a dû être secouru en mer après une soirée alcoolisée pendant la Coupe du monde 2007), l’a forcé à se remettre en question, y compris sa boulimie.

Il considère également la possibilité que son trouble de l’alimentation ait contribué à la fin précoce de sa carrière – il n’avait que 31 ans lorsqu’il a joué sa dernière compétition pour l’Angleterre.

Les psys estiment qu’au moins 1,5 million de personnes au Royaume-Uni (dont 25% sont des hommes) ont un trouble de l’alimentation comme la boulimie.

Et en france ?

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en télé-séances (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

 

 

Les personnes souffrant de troubles alimentaires (tca) ressentiront probablement un effet à long terme sur leurs symptômes et leur rétablissement.

Il est important que cela soit reconnu par les services de santé, et au-delà, afin d’offrir les ressources nécessaires pour soutenir cette population vulnérable maintenant et de façon continue.

Le déconfinement est loin d’être la fin des problèmes

C’est pour ces patients une nouvelle épreuve.

« Les repères nouveaux acquis pendant le confinement sont perdus, les cartes rebattues, les journées restructurées… La peur du regard de l’autre, de son jugement, peut être suffisante pour renforcer les TCA d’un client. »

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en télé-séances (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Les réseaux sociaux ont beaucoup ajouté au fardeau de mes clientes.

« Tout le monde a le temps de faire la cuisine, et nous sommes submergés de nourriture sur les réseaux sociaux. Ca peut être compliqué à vivre pour certaines personnes« , témoignait une cliente boulimique.

De nombreuses injonctions à « rester en bonne santé » ou éviter la prise de poids, ainsi que de multiples plaisanteries sur l’épidémie d’obésité qui suivrait probablement le confinement ont participé au mal-être des personnes souffrant de TCA.

« Je regarde des vidéos sportives où je suis jugée pour mon manque de motivation à faire quoi que ce soit et où mon corps est dégoûtant comparé à celui des autres. Tout le monde s’améliore et pas moi« , témoigne une autre cliente.

Heureusement, le confinement a aussi eu des effets positifs sur certaines d’entre elles, notamment grâce au contact rapproché avec les personnes du même foyer : « Les crises et les purges ont diminué. Je faisais cela 5 fois par jour. Maintenant que les gens sont à la maison avec moi, elles sont réduites à un jour sur deux« , raconte une des personnes boulimiques.

 

.

 

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en télé-séances (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

 

En 2015, un rapport d’expertise de l’Inserm a évalué l’efficacité de cette technique en analysant les conclusions de 52 essais cliniques menés pour diverses pathologies.

Résultats rapides et étonnants :

  • l’hypnose permet, lors d’interventions sous anesthésie locale, d‘alléger les quantités de sédatifs et d’antalgiques et de réduire les effets secondaires de la chirurgie (nausées, fatigue, inconfort physique, etc.) (1).

Et encore :

  • Son utilisation entraîne une diminution de la douleur et de l’anxiété ressenties par le patient lors de certains actes médicaux, tels une biopsie mammaire (2), la pose d’un cathéter, ou un examen de radiologie interventionnelle (scanner, IRM, etc.).
  • L’hypnose aide à limiter les troubles digestifs (douleurs au ventre, ballonnements, diarrhée et constipation) provoqués par un syndrome du côlon irritable (3), et se montre efficace dans la prise en charge des douleurs chroniques liées à une arthrite ou un cancer (4).
  • Des chercheurs américains ont ainsi constaté une diminution de la douleur chez des patients atteints d’une tumeur maligne osseuse ayant pratiqué au moins quatre séances hebdomadaires d’auto-hypnose à leur domicile (les participants recevaient un CD dans lequel un thérapeute les guidait pour se relaxer et suggérait des images mentales afin d’induire un état hypnotique) (5).
  • Enfin, des séances d’hypnose ont permis de réduire la fatigue de patients atteints de fibromyalgie, une maladie chronique associant des douleurs musculaires et articulaires diffuses, et de leur apporter une meilleure qualité de sommeil (6).

Références scientifiques :

1. Évaluation de l’efficacité de la pratique de l’hypnose, Inserm, juin 2015.

2. Adjunctive Self-Hypnotic Relaxation for Outpatient Medical Procedures: A Prospective Randomized Trial with Women Undergoing Large Core Breast Biopsy, Lang et al, Pain, 2006.

3. Effects of Gut-Directed Hypnotherapy on Ibs in Different Clinical SettingsResults from Two Randomized, Controlled Trials, Lindfors et al, The American Journal of Gastroenterology, 2012

4. Hypnotherapy for the Management of Chronic Pain, Elkins et al, International Journal of Clinical and Experimental Hypnosis, 2007.

5. Hypnosis to Reduce Pain in Cancer Survivors With Advanced Disease: A Prospective Study, Elkins et al, Journal of Cancer Integrative Medicine, 2004.

6. Controlled Trial of Hypnotherapy in The Treatment of Refractory Fibromyalgia, Haanen et al, The Journal of Rheumatology, 1991

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en télé-séances (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Page suivante »