réflexion


FA8pBhrXMAQ71Ex
Se soigner d’une pathologie grave par le gui ?
Combattre le cancer grâce au céleri ?
Gardez votre esprit critique !
Contactez la MIVILUDES en cas de doute derives-sectes.gouv.fr/nous-contacter

Comment déceler l’influence sectaire dans le comportement d’un proche :

  • adoption d’un langage propre au groupe
  • modification des habitudes alimentaires ou vestimentaires
  • refus de soins ou arrêt des traitements médicaux régulièrement prescrits
  • situation de rupture avec la famille ou le milieu social et professionnel
  • engagement exclusif pour le groupe
  • soumission absolue, dévouement total aux dirigeants
  • perte d’esprit critique
  • réponse stéréotypée à toutes les interrogations existentielles.
  • embrigadement des enfants
  • existence d’atteintes à l’intégrité physique ou psychique
  • manque de sommeil

Pédophilie dans l’Église : la difficile prise de parole auprès des enfants.

À la veille de la remise du rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels commis par des clercs sur des mineurs, des parents témoignent de la façon dont ils ont choisi de parler – ou non – à leurs enfants.

«Certains d’entre vous ont-ils connaissance de supports destinés aux enfants pour échanger avec eux sur la question des abus sexuels sur mineurs ?» : la question est posée sur un groupe Facebook privé de parents catholiques. Mais elle était également sur toutes les lèvres sur les parvis, au sortir de la messe dominicale, deux jours avant la remise du rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase), prévu le 5 octobre 2021.

Impossible d’ignorer le sujet : dans nombre de paroisses, le sujet a été évoqué lors de l’homélie, et/ou bien lors de la prière universelle proposée par la conférence des évêques de France, où les fidèles étaient invités à prier pour les victimes d’abus sexuels. «La prière universelle (…) est très claire dans le choix des termes, et des questions vont probablement surgir de la part des nombreux enfants présents à la messe ce dimanche», s’inquiète ainsi cette mère catholique sur Facebook.

Une parole difficile

Pour certains, comme Pauline, mère de cinq enfants âgés de 5 à 18 ans, paroissienne à Houilles (78), leur en parler n’est pas d’actualité, par peur de créer un climat de suspicion généralisé envers les adultes : «Je crois que ne vais pas le faire. Je trouve important d’élever mes enfants dans la confiance. Je ne veux pas leur apprendre à se méfier des gens. J’ai confiance en la Providence, plus que la méfiance». Pragmatique, elle ajoute ce bémol : «Avec la Ciase, il va y avoir beaucoup de bruit. Si le sujet est abordé par l’école, ou chez les scouts, je ne l’éluderai pas, je ne dirai pas que c’est faux, ou un vieux problème dépassé

Bertille, mère de trois enfants de 8, 6 et 2 ans, paroissienne à Paris, est ouverte en principe à la discussion : «Ce rapport de la Ciase, pour avoir côtoyé des gens victimes d’abus, c’est un sujet qui me touche beaucoup par ricochet. Je suis donc assez lucide sur ce qui a pu se passer.»

Toutefois, elle n’a pas «osé», dit-elle, préciser que cela pouvait concerner des adultes au sein de l’Église, ses enfants étant encore trop petits. «Dimanche, on a entendu l’intention de prière, et je n’ai pas osé depuis en parler clairement avec mes petits. Je me dis qu’ils sont encore jeunes pour comprendre que des prêtres aient commis ou puissent encore commettre quelque chose d’effroyable. Ce serait un coup de canif effroyable dans ce que doit représenter le prêtre pour eux», souffle-t-elle. Avant de nuancer : «Dans les discussions de paroisse, si les oreilles traînent, alors j’en parlerai plus précisément à mes enfants».

0102-eglise

Pour les plus petits, travailler la notion de pudeur et de consentement

Bertille a toutefois choisi, en guise de prévention, de sensibiliser ses enfants de manière générale à la notion d’intimité : «Je travaille vraiment sur la pudeur, le fait de respecter son corps. Même si c’est moi qui dois intervenir pour des gestes de soins intimes (suppositoires par exemple), je leur explique ce que je fais, que c’est un médicament. Je leur dis que c’est une zone intime, à eux.»

Même approche chez Grégoire, père de quatre garçons âgés de quatre à onze ans. «Au plus jeune, j’apprends à connaître son corps, à être pudique. Je préfère nommer les choses : pénis, et non zizi ou ‘petit robinet’. Je lui demande son accord quand je le douche, pour passer le gant sur les parties intimes», confie-t-il.

… ou parler de la question des abus sexuels… dans tous les domaines

Beaucoup de parents catholiques choisissent d’aborder le sujet des abus sexuels sur les mineurs avec leurs enfants, dans un but de prévention, mais sans restreindre le sujet à l’Église catholique. C’est le cas de Grégoire : «En tant que parent, chef scout, catéchiste et responsable des servants d’autel dans mon ancienne paroisse, le sujet des abus sexuels me tient à cœur. Ma règle générale est de les préparer à dire ‘non’, à qui que ce soit, en commençant par les plus proches – cela peut être un parent, un oncle, un grand-père. Et leur apprendre à ne pas se protéger que contre les personnes ‘méchantes’, qu’ils visualisent comme des Rapetou – dans les dessins animés, on voit que le méchant est méchant dans la vraie vie, le danger peut aussi venir des ‘personnes gentilles’».

«J’insiste aussi sur le fait qu’il n’y a jamais de secret en la matière. Je leur dis : ‘si quelqu’un vous dit : ‘ne le dis pas à tes parents, c’est grave’.», reprend Grégoire.

En revanche, le père de famille admet que s’est posée la question, avec son épouse, de savoir dans quels lieux ils pouvaient encore confier leurs enfants : «Nous les confiions à une colonie de vacances gérée par des sœurs. Depuis que l’on sait qu’elle est encadrée par des prêtres, donc des hommes, nous avons préféré ne pas les confier. Mais la même question se poserait avec une colonie laïque.»

Même approche pour Albane, mère de quatre enfants âgés de 4 à 12 ans dans le diocèse de Grenoble : «J’ai toujours fait une prévention des abus sexuels en général, sans cibler l’Église en particulier – même si elle a un devoir d’exemplarité -, d’autant plus que la plupart des abus ont lieu surtout dans les familles. La révélation de ces scandales nous invite à faire de la prévention partout : à l’école, au sport, pas qu’au catéchisme».

Elle a toutefois insisté auprès de ses enfants sur l’importance du travail de vérité au sein de l’Église : «Je leur ai dit que j’étais rassurée que l’Église fasse ce travail. Que cela nous rappelait que notre foi, c’est en Dieu avant tout, que ce n’est pas parce qu’on est un prêtre qu’on est un saint.»

Anticiper des situations précises

Parfois, les parents sont toutefois rattrapés par des situations précises, et contraints d’aborder la question spécifique au clergé. «L’an dernier, il était question du sacrement de la réconciliation (confession) et cela me stressait pour les enfants, raconte Bertille, chargée du catéchisme. Je suis allée voir le curé pour m’assurer que cela n’aurait pas lieu dans un espace fermé où le prêtre serait seul avec l’enfant. J’ai pu alors expliquer aux enfants comment cela devait se passer. Je leur ai dit: ‘le prêtre pourra mettre la main sur votre épaule, mais c’est tout.’».

Grégoire, chargé de rédiger un guide pour les servants d’autels – qui aident le prêtre lors de la messe -, s’est posé la question des mots choisis pour décrire aux enfants cette activité : «Je m’apprêtais à écrire : ‘faire tout ce que le prêtre vous dira’ ! Je me suis rendu compte que cela n’allait pas », admet-il.

Vidéos, livres : des ressources transmises par les diocèses

Plusieurs diocèses ont mis à disposition sur leur site Internet des ressources vidéo pour aider les parents à parler de la question des abus, à l’instar du diocèse de Paris. Il y est question de situations précises, dans la famille, au sport, sur Internet… mais, on pourrait le regretter, pas au sein de l’Église.

Le diocèse de Saint-Étienne donne également plusieurs ressources numériques, dont un livret conçu par Bayard jeunesse pour les 7-13 ans.

Des familles évoquent encore une vidéo sur l’inceste expliqué aux enfants intitulée «Le loup».

 

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

 

La fin,
la disparition,
la dernière extrémité,
le grand saut,
le dernier voyage,
la fermeture des yeux
etc., etc.
Nombreuses sont les expressions qui permettent d’éviter d’écrire ou de prononcer ce mot de quatre lettres : mort.
Tous les grands penseurs depuis l’Antiquité se sont intéressés à la mort mais les réflexions et les approches psychologiques sont quant à elles beaucoup plus limitées et plus récentes.
Comme si la peur était encore plus forte de ce côté-là de la barrière, peur d’être submergé par des forces obscures qui nous habitent.
Ou pour le moins que nous évitons de regarder et sentir, d’éprouver…
Pour le dire autrement, en dehors de la philosophie, la mort a bien été mise de côté que ce soit du côté de la médecine, de la psychologie, de la psychothérapie. Et même, parfois, on l’évacue vite vite dans les familles…
Déni individuel et déni collectif qui peuvent entraîner alors un large éventail de symptômes. Et donner moins de saveur à la vie.
Est-il possible pour autant d’exclure une réalité qui nous touche toutes et tous ?
Finalement la mettre hors de notre champ de conscience n’est-ce pas déjà une première forme de dissociation, de surcroît en tant que professionnels ?
De ce point de vue, l’actualité sanitaire récente illustre l’un des multiples visages avec lequel la mort peut faire effraction dans notre besoin de prévisibilité.
Si la mort est imprévisible pour chacun d’entre nous, si elle reste et restera un des plus grands mystères de la condition humaine, tous les professionnels pour lesquels elle occupe une place centrale ne peuvent y travailler sans balise, ni compas…
Avec le risque de la redouter encore plus, de l’occulter, de s’en défendre constamment.

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

« Si je mange cette chocolatine,

mon niveau d’insuline montera en flèche,

mon taux de cortisol augmentera,

mes niveaux de triglycérides augmenteront pour stocker les graisses,

j’aurai envie de manger une autre chocolatine. »

Bref, une chaîne de réactions inflammatoires tombera en cascade, et j’aurai faim très vite parce que je n’aurai reçu aucun élément nutritif.

Très mauvais pour votre santé métabolique !

Ben non, je ne le mange pas 🙂

Et c’est une chose si les gens choisissent de manger cette foutue chocolatine…, mais il y a des nutritionnistes qui suggèrent qu’il y a quelque chose qui ne va pas chez vous si vous choisissez de ne pas manger ce produit sucré et remplie d’acides gras trans (parce que vous avez décidé que c’est mauvais pour vous).

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

« Pour être heureux, il faut éliminer deux choses :

la peur d’un mal futur

et le souvenir d’un mal passé.”

Sénèque, philosophe stoïcien grec du 1er siècle ap. JC

L‘épidémie de covid-19 s’abat avec une violence inédite sur la Martinique 🙂

Entre 5 et 10 morts tous les jours. Plus de 300 patients « covid » hospitalisés dont 50 en réanimation. Du 05 juillet au 1er août, aucun n’était vacciné. Voyez notre reportage ou en cliquant sur le lien ci-dessous.

À l’hôpital, notre équipe croise des malades dans tous les couloirs des urgences et aussi à l’extérieur sous des tentes.

Au service réanimation, médecins et infirmières retiennent leurs larmes car ils voient mourir trop de personnes.

Important : des malades témoignent et lancent un appel à la raison et à la lucidité à leurs parents, amis ou voisins.

Entre 5 à 10 patients décèdent chaque jour en Martinique alors que le variant Delta, plus virulent et plus contagieux, est en train de devenir majoritaire sur le territoire (40% des contaminations pour l’instant).

(Re)voir le reportage de Cecile Marre et de Marc Balssa

Le personnel soignant est fatigué depuis longtemps mais fait face avec courage au nombre croissant de malades qui arrivent tous les jours à l’hôpital Pierre Zobda Quitman à Fort-de-France.

Merci à eux !

 

Source : https://la1ere.francetvinfo.fr/martinique/video-l-epidemie-de-covid-19-s-abat-avec-une-violence-inedite-sur-la-martinique-1078438.html

 

.

Vaccinez-vous !

Pour vous, pour les autres.

Chaque jour, en France, entre 450 000 et 500 000 personnes se font vaccinées.

Les vaccins ARNm sont :

  • étudiés depuis plusieurs décennies
  • expérimentés depuis 2005
  • les – éventuels – effets secondaires arrivent dans les 15 minutes suivant l’injection, et/ou au maximum dans les deux mois (comme les autres vaccins existants)

Toutes ces informations sont vérifiables avec des sources médicales et scientifiques sur le net.

En vigueur depuis des semaines en Autriche, au Danemark, depuis quelques jours en France et Italie, le « pass sanitaire », qui réserve l’accès à certains lieux publics aux personnes vaccinées, guéries ou testées négatives, gagne du terrain.

– Danemark, Hongrie et Autriche pionniers –

Au printemps, la Hongrie, l’Autriche et le Danemark ont été parmi les premiers pays européens à mettre en place des systèmes de pass sanitaire.

Au Danemark, un pass est toujours obligatoire pour accéder à divers lieux, comme les salons de coiffure ou les salles de sport.

La Hongrie, qui a vacciné vite avec les vaccins russe et chinois, a commencé a délivrer des « certificats d’immunité » dès mars. A partir de mai, ces cartes ont été utilisées à la réouverture des hôtels, théâtres, cinémas et salles intérieures des restaurants.

Ces restrictions ont été levées depuis mais les certificats restent requis dans les établissements de santé et pour les rassemblements de plus de 500 personnes

En Autriche, dès la réouverture générale mi-mai, il fallait présenter un test négatif, un certificat d’anticorps ou une preuve de vaccination dans les hôtels, restaurants, salles de sport, musées, concerts, chez le coiffeur ou pour les événements sportifs. Cette règle reste en vigueur.

– Un certificat européen pour voyager –

Le pass sanitaire au format européen, comportant un flash code qui permet de vérifier si le porteur est vacciné ou dispose d’un test négatif récent, est entré en vigueur le 1er juillet dans l’UE.

Il permet aux voyageurs de passer les frontières de 33 pays de l’Europe : les 27 Etats membres de l’Union européenne et six autres pays voisins (Andorre, Islande, Liechtenstein, Monaco, Norvège, Suisse). Toutefois, les règles varient selon les destinations et les pays d’origine.

– Usage limité au Portugal et en Irlande –

Au Portugal, un pass sanitaire est requis pour séjourner dans un hôtel ou pour les cours collectifs dans les salles de sport. Il est aussi demandé pour accéder aux salles intérieures des restaurants, mais seulement le week-end et jours fériés.

En Irlande, le pass sanitaire n’est exigé que pour accéder aux salles intérieures des restaurants et des pubs.

– Usage étendu en France et Italie –

En France, le pass sanitaire est devenu obligatoire le 21 juillet à l’entrée des lieux de culture et de loisirs (musées, cinémas, parcs à thème, festivals, foires) accueillant plus de 50 personnes.

A partir de lundi, il est étendu (pour les plus de 18 ans) aux cafés, restaurants, avions, trains, autocars pour les longs trajets, aux foires et salons professionnels. Le pass devient également obligatoire pour les visiteurs ou patients non urgents des établissements de santé et maisons de retraite.

Mais, dès lundi, le passage à 72h des tests et des auto-tests sans contrôle sont deux énormes « trous dans la raquette !

L’Italie impose depuis le 6 août un pass sanitaire pour entrer dans les salles de cinéma, musées et salles de sport, ou encore pour manger au restaurant à l’intérieur de l’établissement.

Ce « Pass vert » sera également obligatoire pour les passagers des vols intérieurs, trains longue distance et ferries à partir du 1er septembre ainsi que pour les enseignants, personnel des établissements scolaires et universitaires, étudiants d’universités.

– Des mesures régionales en Espagne et Allemagne –

En Allemagne et en Espagne, les régions ont la main pour ce type de mesures.

En Espagne, la Galice (nord) a introduit le pass pour accéder à l’intérieur des bars, restaurants et discothèques des communes les plus touchées. Des mesures comparables ont été bloquées par la justice aux Canaries (Atlantique, ouest du Maroc) et en Andalousie (sud).

En Allemagne, selon les Länder, un certificat de vaccination ou test négatif peut être requis pour accéder à des lieux comme les hôtels, salles de sport, cinémas.

– Réinstauré partiellement en Israël –

Face au rebond des contaminations, Israël a réinstauré partiellement, début août, le pass sanitaire : seules les personnes complètement vaccinées, guéries du Covid-19 ou munies d’un test PCR négatif peuvent entrer dans un lieu accueillant plus de 100 personnes, intérieur ou extérieur.

– Bientôt à New York et au Québec –

Le maire de New York Bill de Blasio a annoncé le 3 août qu’une preuve de vaccination serait exigée pour « les salariés et clients des restaurants en intérieur, des salles de sport et des salles de spectacle ». Le dispositif sera lancé le 16 août.

Le Premier ministre de la province canadienne, François Legault a annoncé le 5 août la mise en place prochaine d’un passeport vaccinal. Ce document donnera accès aux activités « non essentielles » comme « aller dans un restaurant ».

.

Vaccinez-vous !

Pour vous, pour les autres.

Chaque jour, en France, entre 450 000 et 500 000 personnes se font vaccinées.

Les vaccins ARNm sont :

  • étudiés depuis plusieurs décennies
  • expérimentés depuis 2005
  • les – éventuels – effets secondaires arrivent dans les 15 minutes suivant l’injection, et/ou au maximum dans les deux mois (comme les autres vaccins existants)

Toutes ces informations sont vérifiables avec des sources médicales et scientifiques sur le net.

Brandolini (1) ?

Ultracrépidarianisme (2) ?

Ipsedixitisme (3) ?

Trois mots que j’ai appris pendant cette crise. 

(1) La loi de Brandolini, ou principe d’asymétrie des idioties, est un adage ou aphorisme énonçant que « la quantité d’énergie nécessaire pour réfuter des idioties est supérieure d’un ordre de grandeur à celle nécessaire pour les produire »

(2) Comportement consistant à donner son avis sur des sujets sur lesquels on n’a pas de compétence crédible ou démontrée. Appelé aussi effet Dunning-Kruger.

(3) Fait de croire vraie une assertion non fondée parce qu’on l’a entendu dire par quelqu’un en qui on a confiance. 

 

Que peut faire le régime cétogène (kétogenic) contre la Covid et ses variants ?

De nombreuses études ont déjà été publiées, mais aujourd’hui Virta Health nous présente des données dans le monde réel puisque ce sont les chiffres tirés de leurs clients diabétiques de type 2 qui suivent un régime cétogène.
En quelques lignes ci-dessous, chez le diabétique du type 2 qui suit un régime normal en glucides vs le diabétique de type 2 qui suit un régime cétogène (- de 50g de glucides par jour) :
4 fois plus d’hospitalisation chez les diabétiques qui ne sont pas en céto
3 fois plus de ventilation chez les diabétiques qui ne sont pas en céto
16 fois plus de mortalité chez les diabétiques qui ne sont pas en céto
Le bilan est précis et clair…
Maintenant c’est à chacun d’agir pour retrouver une bonne santé métabolique et retrouver un système immunitaire fonctionnel.
Les sucres et les glucides réduisent de façon dramatique votre capacité à vous défendre, mais ça vous le saviez déjà ?

.

Vaccinez-vous !

Pour vous, pour les autres.

Chaque jour, en France, entre 450 000 et 500 000 personnes se font vaccinées.

Les vaccins ARNm sont :

  • étudiés depuis plusieurs décennies
  • expérimentés depuis 2005
  • les – éventuels – effets secondaires arrivent dans les 15 minutes suivant l’injection, et/ou au maximum dans les deux mois (comme les autres vaccins existants)

Toutes ces informations sont vérifiables avec des sources médicales et scientifiques sur le net.

.

Plus d’informations sur mes téléséances en cliquant ici.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Il faut laisser les Français respirer !

La crise Covid-19 dure depuis seize mois, mais on dirait une éternité. Pire, on a l’impression de revivre en boucle les mêmes événements, à l’image de Bill Murray dans le film Un jour sans fin, qui se réveille invariablement le lendemain comme s’il ne s’était rien passé la veille.

Malheureusement, le comique de répétition se prête peu à la gestion de crise sanitaire.

Force est de constater que nous sommes toujours incapables de tirer les leçons des erreurs passées. L’obligation du port du masque en extérieur en est l’une des illustrations les plus marquantes.

Cette mesure, qui s’est étendue jusqu’aux rues désertes des villes en pleine nuit, aux vastes étendues de sable et aux chemins reculés de montagne, semblait avoir enfin connu un épilogue quand le premier ministre, Jean Castex, a annoncé le 16 juin 2021 que le port du masque ne serait plus obligatoire en extérieur à compter du lendemain.

On croyait qu’on allait enfin faire confiance au bon sens citoyen, sans empêcher ceux qui le souhaitaient de continuer à le porter.

Mais face au rebond épidémique estival, des élus se sont sentis obligés de faire quelque chose, et tant pis si ce quelque chose n’a jamais démontré d’efficacité en conditions de vie réelle. Tant que ça se voit, tant qu’on fait savoir qu’on «protège», on remet en place l’obligation du port du masque (et les moyens de contrôle qui pourraient être mobilisés sur d’autres missions de tranquillité publique).

C’est déjà le cas au Touquet, à Saint-Malo, à Biscarrosse, à Nice… et on peut redouter un nouvel effet boule de neige, pile un an après la première obligation du masque dans les stations balnéaires.

Sommes-nous devenus insensés au point de croire qu’il faudrait se prémunir de l’air marin par le port d’un masque ? En plus d’être inconfortable en été, son efficacité est altérée par la transpiration et il peut même s’avérer néfaste en période de forte chaleur en rendant la respiration plus pénible pour les personnes fragiles.

On a l’impression de devoir répéter sans cesse des évidences considérées comme acquises par des siècles de médecine et confirmées par les études les plus récentes sur les modes de transmission du virus. On gagnerait en lisibilité à marteler qu’on se contamine essentiellement en milieu confiné et que les mesures de protection et d’aération devraient se concentrer dans ces lieux clos.

Même avec un variant plus transmissible, il est hautement improbable de se contaminer en déambulant dans une station balnéaire où l’air est constamment renouvelé. Il faut bien comprendre qu’en passant du temps dans des milieux aérés en été (à la mer comme à la montagne), on risque beaucoup moins de s’exposer à des concentrations virales suffisantes pour s’infecter.

Si les contaminations augmentent sur la côte, celles-ci ne se produiront certainement pas sur les plages ou dans les rues mais principalement dans les lieux fermés comme des locations touristiques surbookées ou des lieux de soirées mal ventilés, faute d’organisation des événements festifs traditionnels et du fait du peu d’établissements de nuit à tenter de fonctionner avec la contrainte rédhibitoire du pass sanitaire.

Dans ce contexte, on ferait mieux d’inciter les gens à respirer avec un grand R, et de passer le plus de temps possible en extérieur.

Nous avons aujourd’hui besoin de sérénité et de pragmatisme : il faut renforcer les mesures efficaces et abandonner définitivement celles qui ne fonctionnent pas.

Comme je le répète inlassablement, une clé majeure de la sortie de crise est l’aération. L’aération est une mesure essentielle pour toutes les épidémies à transmission par aérosol. Les médecins aéristes des siècles passés l’avaient compris et la fréquentation des bords de mer était encouragée du temps de la tuberculose.

L’aération est disponible et gratuite dans nos grands espaces naturels ouverts où on doit encourager à respirer l’air iodé à pleins poumons, et à s’exposer raisonnablement au soleil pour permettre la synthèse de vitamine D, elle aussi bénéfique au système immunitaire.

Aujourd’hui, il est temps d’oser faire tomber le masque, pour notre santé respiratoire mais aussi pour celle de notre environnement, les masques non recyclables et polluants s’accumulant dans les écosystèmes.

Pour être en forme physique et psychologique à la rentrée, revenons aux bases de la santé en bord de mer cet été : sea, surf and fun !

.

Vaccinez-vous !

Pour vous, pour les autres.

Chaque jour, en France, entre 450 000 et 500 000 personnes se font vaccinées.

Les vaccins ARNm sont :

  • étudiés depuis plusieurs décennies
  • expérimentés depuis 2005
  • les – éventuels – effets secondaires arrivent dans les 15 minutes suivant l’injection, et/ou au maximum dans les deux mois (comme les autres vaccins existants)

Toutes ces informations sont vérifiables avec des sources médicales et scientifiques sur le net.

Ehpad : ces personnes âgées, désormais trop seules, qui se laissent mourir.

Et si cétait vous ?

Les soignants redoutent une vague de «syndrome de glissement» chez leurs pensionnaires.

«Elle est confinée seule dans sa chambre, cela fait près de 4 semaines que ni moi, ni mes frères n’avons pu venir la voir, elle semble avoir beaucoup régressé… J’ai peur qu’elle se laisse mourir», témoigne, en pleurs, Olivia, dont la maman, atteinte de la maladie d’Alzheimer, vit dans un Ehpad du Sud de la France.

Ces lacunes, accentuées par la mise à l’écart contrainte des professionnels de santé extérieurs aux établissements (psycopraticiens, hypnothérapeutes, kinésithérapeutes, ergothérapeutes…), ainsi que des bénévoles, fait redouter aux soignants une vague de ce qui est tantôt appelé «syndrome de glissement» ou de sentiment profond d’abandon qui se traduit par une décompensation si forte qu’elle conduit au décès de la personne. «Les gens peuvent partir très vite, rapporte Florence Braud, aide-soignante en Ehpad. Nous avons aujourd’hui très peur de ça».

Ce processus est bien connu des professionnels qui travaillent en gériatrie. Il peut être aussi bien causé par un événement traumatique, un deuil, une maladie, que par un sentiment profond d’isolement et de solitude ou même de fatalité face à une mort de toute façon inexorable.

Rapidement, l’état de la personne se dégrade : elle réduit ses activités, ne montre plus de signes d’intérêt, ne mange plus, dort davantage, garde le regard dans le vide, parle de moins en moins… jusqu’à mettre de côté tous les actes essentiels à la vie. S’ensuit une altération majeure de l’état général, avec une déshydratation, une dénutrition ainsi que les troubles biologiques et somatiques en rapport. Lorsqu’elle est encore en mesure de le manifester, la personne âgée demande juste à ce qu’on la laisse tranquille.

Un trop grand repli sur soi

Dès lors, l’issue est rarement favorable, d’autant que la prise en charge de cet état est loin d’être évident : «La solution de facilité serait de prescrire un médicament, notamment un antidépresseur», explique le Dr Michael Bringuier, onco-gériatre. «Malheureusement, quand on reprend la littérature concernant les antidépresseurs et les sujets âgés, le niveau de preuve est plus que faible (pour ne pas dire nul), sans compter toute la littérature noire non publiée. La solution résiderait encore une fois, comme souvent en gériatrie, sur du multimodal avec différents ateliers, des repas en collectivité, de la kinésithérapie etc.» et bien sûr, des visites des proches.

«Nous commençons à voir des phénomènes de perte de masse musculaire et d’autonomie à la marche ainsi que des syndromes de repli sur soi et des troubles du comportement», confirme Romain Gilzome. En outre, le recours au tout numérique pour suppléer aux visites ne semble pas adapté. «Il manque le toucher des proches qui n’est pas le même que le toucher technique des soignants», se désole un autre psy.

.

Plus d’informations sur mes téléséances en cliquant ici.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

La guérison d’une addiction-dépendance avec un produit se fait en deux étapes chonologiques.

Pour l’alcoolisme et les drogues (héroïne, LSD, de synthèse, médicaments, nicotine, cannabis, sucre), arrêter définitivement de consommer le produit, c’est donc :

1- d’abord entreprendre un sevrage physique

2- Ensuite se lancer dans un processus pour se sortir de la dépendance psychique.

  • On parle de dépendance physique lorsque le métabolisme s’est habitué à un produit dont il a besoin pour fonctionner. Si l’on diminue ou l’on arrête sa consommation, des symptômes de sevrage se manifestent
  • La dépendance psychique signifie que la personne concernée ne peut plus imaginer vivre sans les effets de la drogue. Elle se sent obligée de consommer ; c’est la fameuse compulsion. Sa manière de vivre est entièrement orientée vers la consommation.

Une addiction sans produit comme la pornographie, le jeux, le sexe etc., il n’y a qu’une dépendance psychique à s’occuper. Toutes les substances ne provoquent pas une dépendance physique, mais toutes entraînent une dépendance psychique.

La dépendance physique – douloureuse, voire pénible, selon les substances – peut être surmontée après quelques jours (ou plus d’une semaine…). Elle nécessite un suivi médical. Selon la situation et les produits consommés, il peut s’avérer nécessaire qu’une désintoxication se passe en milieu hospitalier. Par exemple, la phase de désintoxication physique de l’alcool peut entraîner des complications et mettre en danger la vie de la personne.

Vous avez pris la décision d’en finir avec votre dépendance psychique et de vous sentir enfin libre ? C’est excellent.

Supprimer la dépendance psychique avec moi. Pourquoi ?

Grâce à une psychothérapie, il s’agit de ré-apprendre à vivre sans le produit, de travailler sur les motivations à consommer et la maladie de la dépendance afin de prévenir les rechutes. Vous apprendrez ou redécouvirez à reconnaître les besoins qu’auparavant vous cherchiez à combler avec une consommation addictive.

En effet, l’addiction, que ce soit pour l’alcool, la nourriture, le sucre, la drogue, la nicotine, le cannabis, le jeu, la dépendance affective, pornographique, sexuelle… ne dépend pas de votre volonté ou de la prise de médicaments : les déclencheurs sont inconscients. Ils mettent en œuvre les mêmes mécanismes : l’obsession du produit (ou d’une personne), le conflit intérieur (« bagarre » pour consommer, passer à l’acte ou non, etc.), la dévalorisation de soi-même, souffrance (pour soi et pour l’entourage), la dégradation des conditions de vie et de santé.

Voici un exemple du contenu de quelques séances que nous ferons à mon cabinet pour supprimer votre dépendance psychique :

  • Mise en évidence des croyances en rapport avec l’addiction à la nourriture, voire affective
  • Mise en évidence des croyances favorisant la réussite thérapeutique
  • Mise en évidence des stratégies de consommation
  • Définition d’un objectif : déterminer comment transformer une demande ambivalente en objectif positif selon des critères précis
  • La dissociation séquentielle : prendre en compte la nature très particulière de la personnalité « dissociée » d’une personne dépendante et utiliser les moyens adéquats pour lui permettre de trouver d’autres moyens que la consommation pour résoudre ses difficultés personnelles
  • Compulsion (craving) : résoudre cette fameuse compulsion ou supprimer chez vous le besoin irrésistible de combler son manque
  • Prendre en compte et résoudre la culpabilité, la honte, le dégoût de soi, la colère
  • Identifier les émotions que vous ne savez pas gérer
  • Gérer vos besoins : découvrir les besoins réels derrière le besoin de boire, de fumer, de manger, le refus de s’alimenter, etc.
  • Mettre en évidence vos problématiques spécifiques, trouver les causes enfouies dans le passé
  • Créer un futur : vous apprendre à vous créer des projets d’avenir et à donner un sens à votre vie
  • Mise en place de repères aidants
  • La codépendance : vous aider dans ma sortie d’un schéma de codépendance, etc.

Le chemin du rétablissement, de la liberté, de la pleine guérison, en vaut la peine. Cela sera comme un nouveau départ, une nouvelle Vie !

.

Plus d’informations sur mes téléséances en cliquant ici.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Violences conjugales : quels sont les dispositifs existants ?

Sont-ils suffisants ?

Malgré les grands discours de communication, pas grand-chose n’est fait pour les femmes victimes de violences conjugales…

Et c’est désolant.

La mort d’une femme de 31 ans, brûlée vive par son compagnon mardi après-midi à Mérignac (Gironde), relance le débat sur les violences conjugales. L’agresseur de 44 ans, Mounir B., avait en effet déjà été condamné pour «violences volontaires par conjoint». Libéré le 9 décembre 2020, il avait en théorie «l’interdiction d’entrer en contact avec la victime et l’interdiction de paraître à son domicile», selon le parquet.

Il y a beaucoup de dossiers de violences conjugales et c’est rare que cela aille jusqu’en correctionnel. De plus, il y a très peu de condamnations avec une peine de prison ferme. Ce sont le plus souvent des peines avec sursis, par exemple de 6 mois, même pour des violences assez importantes comme des coups de poing dans la tête ou des coups de pied.

Les faits font aussi souvent l’objet d’un rappel à la loi, ou de mesures alternatives aux poursuites, devant un magistrat du parquet pouvant donner lieu à un stage de sensibilisation aux violences conjugales. La politique peut changer d’un tribunal à un autre mais c’est souvent assez laxiste. C’est rare qu’il y ait des condamnations.

Quels sont les dispositifs existants pour protéger les femmes victimes de violences conjugales ? Sont-ils suffisants ?

Malgré les grands discours de communication, pas grand-chose n’est fait pour les femmes victimes de violences conjugales.

Il existe des ordonnances de protection, qui peuvent être délivrées par le juge aux affaires familiales pour interdire à l’époux violent de rentrer en contact avec la victime, mais leur impact est limité. Cela fonctionne sur la bonne foi et si ce n’est pas respecté, il ne se passe pas grand-chose. Si ça va jusqu’au tribunal correctionnel, il peut y avoir un contrôle judiciaire, avec une interdiction de rentrer en contact en attendant le procès, mais là encore il y a peu de contrôles. C’est sur la bonne foi du mis en cause. Et quand ce n’est pas respecté, on sait très bien qu’il n’y a en réalité peu, voire pas de sanction.

Il existe aussi des bracelets anti-rapprochement (ils permettent de géolocaliser le conjoint ou ex-conjoint violent et de déclencher un système d’alerte lorsqu’il s’approche de la personne protégée) et des «téléphones grand danger», où les femmes peuvent appeler un dispositif si le mari violent se rapproche. Ils peuvent être mis en place dans le cadre des ordonnances de protection du juge des affaires familiales ou par le procureur de la République mais c’est un dispositif qu’on voit très peu et dont les critères d’obtention sont aléatoires.

Qu’est-ce qui pourrait être amélioré pour protéger davantage les victimes de violences conjugales ?

Il faudrait des magistrats spécialisés dans les violences conjugales, des gens qui ne font que ça, mais également des formations spéciales pour comprendre la psychologie des femmes victimes de violences conjugales, la notion d’emprise, l’impact des violences conjugales sur les enfants. Certains magistrats continuent d’accorder des droits de visite classiques, ce qui maintient un contact et ne permet pas aux victimes de dissimuler leur adresse.

Il faudrait aussi davantage de moyens en développant les bracelets anti-rapprochement et les téléphones grand danger pour faire en sorte que ce soit quasi automatique dès que quelqu’un comparait au tribunal correctionnel pour certains types de violences conjugales – étranglement, coups de poing, coups de couteau -, sans qu’il n’ait 15.000 démarches à faire.

Que conseilleriez-vous à une femme victime de violences conjugales ?

Je lui conseillerais de dénoncer les faits de violences dont elle est victime, que ce soit à un avocat, à un psy, un médecin ou à une association pour les femmes victimes de violences conjugales.

Il faut oser, et ne pas avoir peur d’en parler.

Malgré les lacunes des dispositifs actuels, ils peuvent quand même avoir un effet dissuasif pour la plupart des hommes.

Pour les cas les plus extrêmes, je lui conseillerais de changer d’adresse et de partir s’exiler très loin.

Témoignage concret d’un lecteur : ce dernier conseil, c’est « ce qu’a fait ma femme quand elle était victime de violences conjugales de son premier mari et qu’elle a déclenché ensuite la procédure de divorce. Résultat : elle a totalement perdu son divorce. Le juge lui a même reproché d’avoir quitté le domicile conjugale AVANT la non-conciliation (qui a eu lieu près d’un an plus tard. Elle aurait pu être tuée dix ou quinze fois entre temps si elle n’était pas partie !). Pendant la procédure de divorce elle a même été contrainte par le juge à révéler son adresse à la partie adverse (donc à son mari) pour pouvoir recevoir la pension alimentaire qu’il lui devait.Argumenter sur la « domiciliation chez l’avocat » n’a servi strictement à rien, le juge ayant refusé cet argument. Exiger de recevoir la pension alimentaire par virements bancaires a été refusé aussi. Et le pompon est qu’elle a été condamnée par la cour d’appel à payer à son ex-mari des frais pour abandon de son rôle d’épouse ménagère, abandon du domicile conjugal, et pour avoir été « la cause la dépression de son mari » en raison de son départ. »

.

Plus d’informations sur mes téléséances en cliquant ici.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Beyond Meat enregistre des pertes alors que la croissance des ventes de produits d’épicerie ralentit

Beyond Meat a annoncé jeudi une perte plus importante que prévu au premier trimestre, les clients des restaurants mettant plus de temps à revenir et les épiciers ne stockant plus ses substituts de viande.

Les actions de la société ont chuté de 6,7 % dans les échanges prolongés.

Voici ce que la société a déclaré par rapport à ce que Wall Street attendait, sur la base d’une enquête menée par Refinitiv auprès des analystes :

Perte par action : 42 cents ajustés contre 19 cents attendus
Revenu : 108,2 millions de dollars contre 113,7 millions attendus.

Beyond a déclaré une perte nette de 27,3 millions de dollars, soit 43 cents par action, pour le premier trimestre fiscal, contre un bénéfice net de 1,8 million de dollars, soit 3 cents par action, un an plus tôt.

En excluant les dépenses liées à l’extinction anticipée de la dette, la société a perdu 42 cents par action, ce qui est supérieur à la perte de 19 cents par action attendue par les analystes interrogés par Refinitiv.

Il s’agit du troisième trimestre consécutif au cours duquel Beyond a annoncé une perte plus importante que prévu. L’entreprise a réinvesti dans ses activités pour tenter de se positionner en tant qu’acteur mondial. Beyond dispose désormais de sites de production en Chine et aux Pays-Bas, par exemple.

Le chiffre d’affaires net a augmenté de 11,4 % pour atteindre 108,2 millions de dollars, ce qui est inférieur aux prévisions de 113,7 millions de dollars.

Les ventes de services alimentaires aux États-Unis ont chuté de 26 %, car la rationalisation des menus et la diminution du nombre de clients dans les restaurants ont nui à la demande. Beyond a également perdu environ 3 000 emplacements de services alimentaires, ce que la société a attribué à la pandémie. M. Brown a déclaré que la société avait ajouté environ 2 400 emplacements depuis la fin du trimestre.

La société rivale Impossible Foods a réduit les prix de ses fausses viandes, ce qui l’aide à atteindre son objectif de parité de prix avec le bœuf.

Beyond n’a pas fourni de perspectives pour l’année complète, citant l’incertitude causée par la pandémie.

Le directeur financier Mark Nelson a pris sa retraite mercredi, ce qui avait déjà été annoncé. M. Brown a déclaré que l’entreprise dévoilera son successeur dans les semaines à venir.

Source : https://www.cnbc.com/2021/05/06/beyond-meat-bynd-q1-earnings-.html

Si vous ne pouvez pas vous déplacer pour raison de santé, des raisons de déplacements professionnels, autres, vous pouvez consulter à distance lors de séance en ligne par vidéo-consultation avec Skype, WhattsApp.

Que des avantages pour vous 🙂

Muni de votre téléphone portable, ordinateur ou tablette, vous effectuez votre séance à tout moment depuis chez vous ou de l’endroit où vous êtes au moment de la séance.

Et même depuis l’étranger si vous êtes en vacances ou en déplacement professionnel.

C’est comme une consultation vidéo avec Doctolib avec votre médecin traitant.

Une vidéo-consultation en ligne

se rapproche énormément d’une consultation en cabinet

Vous pouvez  télécharger le logiciel Skype ou bien WhattsApp, que vous utiliserez sur votre PC, MAC, téléphone portable ou encore tablette. Cela nous permettra de pouvoir communiquer et de se voir par l’intermédiaire de la caméra intégrée. Le paiement des honoraires se fait par virement, paypal ou autres.

Au moment de la prise de rendez-vous, vous pourrez me communiquer votre pseudonyme par sms. Je vous contacterai directement à l’heure de notre rendez-vous. Je vous inviterai à vous mettre en place 5 minutes avant.

Installez-vous dans un endroit calme, dans lequel vous pouvez vous isoler l’espace de l’entretien, sans sollicitations extérieures (TV allumée, animal de compagnie, musique, etc.).

Vous choisirez un fauteuil, un canapé.

L’idéal étant d’être en position assise ou semi-assise si vous êtes sur votre lit dans votre chambre, le dos et la tête bien calés par un coussin. Veillez aussi à trouver comment caler votre appareil téléphone portable ou ordinateur devant vous afin que tête, buste, bras et bassin soient bien visibles.  Ainsi que vos mains !

Nous ferons un essai avant la séance. Respect de la confidentialité et la sécurisation des communications et des données.

Et tout se déroulera bien ; les embouteillages,

les temps d’aller-retour entre votre domicile et le cabinet en moins !

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

La crise sanitaire exacerbe les cas des troubles du comportement alimentaires ou TCA, en particulier de la boulimie et de l’anorexie mentale.

Voici les effets et dommages collatéraux de l’épidémie de Covid-19 sur les TCA :

« Je souffre de troubles alimentaires et les confinements mettent en péril ma guérison !

Pour lutter contre une aggravation de la maladie, je suis placée à l’isolement, coupée de mon milieu familial, affectif, intellectuel. Je perds ma liberté de mouvement et me voici placée sous la tutelle de l’autorité scientifique.

Qu’on les nomme “thérapie par l’isolement” ou “mesures de confinement”, les méthodes sont les mêmes. Les conséquences aussi. Etre “en repos dans une chambre” est d’abord une épreuve, une souffrance, associée à la prise de conscience de sa propre finitude.

Les jeunes femmes souffrant de TCA connaissent pour la plupart une tolérance très faible à l’incertitude. Comme un rempart face à l’incertitude, je m’enferme dès mars 2020 dans une rigidité mentale se traduisant en désordre alimentaire (jeune, restriction, vomissements), mais aussi en pensées obsessionnelles envahissantes qui, à mesure qu’elles affluent, me privent de mon libre arbitre.

La fréquence des consultations téléphoniques avec mon psy s’accroît. À l’origine bimensuelles, elles deviennent hebdomadaires.

Placide, mon thérapeute relativise la recrudescence des symptômes, et m’invite à ne pas me “saborder”. Le parcours de soin n’est pas linéaire, il faut l’accepter.

Début septembre après une rentrée difficile, pour ne pas dire cafardeuse, mon psychiatre me prescrit un traitement antidépresseur. Les quinze premiers jours sont éprouvants, nauséeux et atones. Je me barricade derrière ma camisole chimique. Les pilules de l’ennui, de l’oubli, les pilules du déni.

Car si, comme nous l’enseigne Camus, “le sens de la vie est supprimé, il reste encore la vie”.

Mon hyperactivité est dangereuse et conjuratoire. Elle veut mettre à distance les questionnements qui m’assaillent lorsque l’agenda se vide. Lorsqu’il n’y a plus de perspectives. À quoi ressemblera ma vie dans six mois, dans un an ?

Qui vais-je rencontrer ?

Quel tour donner à ma carrière ?

Où vais-je habiter ?

Verrai-je un jour le bout de ma thérapie ?

Y aura -t-il une fin à tout ça…?

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

F. Duval-Levesque, psychopraticien, hypnose, coach, mal-être, anxiété, angoisse, addiction, traumatisme, covid, peur, tabac, phobie, souffrance, stress, PNL, youtube, formation, téléséance, téléconsultation, cigarette

 

.

Pour vous débarrasser définitivement de la cigarette, les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Avec la crise, démissions et burn-out se multiplient à l’hôpital.

Selon une enquête du figaro.fr, plus de 10.000 infirmiers et aides-soigntants ont déjà renoncé à leur vocation.

«Je ne voyais plus les gens comme des patients, mais comme de la viande. Je n’arrivais plus à être empathique.» Après quinze ans de carrière en tant qu’infirmière dans le service d’urgence d’un hôpital du sud de la France, Faustine, 37 ans, a réalisé un deuxième burn-out en août dernier. Elle suit désormais une formation pour devenir coach en communication. «La crise du coronavirus a permis de voir le mal qui ronge l’hôpital depuis plusieurs années», estime-t-elle.

Sous l’effet du stress, décuplé par le Covid, Sandra, auxiliaire en puériculture en maternité, a vu ses mains se couvrir de psoriasis. «Lors du premier bain des bébés, je devais expliquer aux parents que ce n’était pas contagieux», soupire-t-elle. En burn-out, elle est désormais arrêtée et cherche une voie de reconversion.

Comme ces deux femmes, de nombreux soignants renoncent à leur vocation. C’est triste !

Une enquête de la Fédération hospitalière de France (FHF), menée auprès de 300 établissements fin septembre faisait état de 12 200 départs (démissions, retraites, fins de contrat) d’infirmiers et d’aides-soignants depuis le début de l’année. Plus inquiétant, près de 2 000 de ces postes sont restés vacants.

L’Ordre national des infirmiers indique parallèlement que la crise sanitaire a incité 37 % des soignants à changer de métier. Et ce n’est peut-être que la partie émergée de l’iceberg. «On risque de payer l’accumulation des responsabilités qui pèsent sur les épaules des soignants par une vague de départs à la fin de la crise sanitaire», estime Marie-Léandre Gomez, professeur de gestion à l’Essec et experte du management dans les hôpitaux.

Pour tenter de changer le système, mieux vaut parfois en sortir.

Quite à se faire aider pour la reconversion.

Nora était infirmière en bloc opératoire jusqu’en décembre 2020 au Centre hospitalier Jacques-Cœur (Bourges). Excédée par ses conditions de travail durant la crise, elle a décidé de se lancer dans un projet au sein de la coopérative « C’est qui le patron ?! ». Objectif : monter des salles de détente dans les hôpitaux pour prendre soin des soignants. Elle y trouve davantage de sérénité. « Mais même en menant ce projet, je culpabilise énormément d’avoir quitté mon poste. Et je sais que si je suis rappelée en urgence, et même si je ne devrais pas, j’y retournerai. »

Et pour finir, voici le témoignage très récent d’une infirmière :

« J’aurais envie de dire FUYEZ ! Conditions de travail dégradées, rappels incessants, plus aucun rythme respecté, manque de personnels (soit disant par manque de candidatures alors qu’aucune annonce n’est passée), supressions de lits (même si monsieur Véran s’est engagé publiquement à ne plus en supprimer), des contrats très très courts de 1 jour ou 2 jours ou 11 jours, sur des absences programmées de 6 mois, aucun droit à la parole, surtout pour les contractuels, des démissions en augmentation sans qu’aucun questionnement ne soit entamé (« ce sont les jeunes d’aujourd’hui… »), aucune reconnaissance du travail et des professionnels (ségur), domaine du handicap non reconnu, salaires inférieurs au privé, inégalité de salaires entre sanitaire et médico-social même au sein d’un même établissement public (ségur et mission Laforcade) … je m’arrête là… Et tout cela pour créer la casse du service public et finir par privatiser l’hôpital !!! »

.

Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Page suivante »