liberté


Les vivants

ferment les yeux des morts.

Les morts ouvrent les yeux des vivants

Ascent_of_the_Blessed

Ils nous ouvrent une fenêtre sur l’au-delà.

Nous obligeant à nous élever au-dessus des distractions terrestres, pour scruter les ténèbres qu’ils nous illuminent.

En fait, ils nous apprennent à vivre.

Ils sont vivants en nous qui les avons aimés. C’est un bel endroit pour continuer à vivre.

Les êtres avec qui nous étions en fusion ne continuent-ils pas de nous tenir la main ?

Qu’en pensez-vous ?

Le stress des concours, Hanna F. l’a vécu, elle aussi.

Cette jeune femme de 22 ans, d’origine allemande, s’est lancée dans l’étude de sa langue maternelle, «un peu par défaut», concède-t-elle.

Sa mère, elle-même professeure d’allemand, l’encourage dans cette voie. «Pour ma famille, mon niveau d’études importait plus que ce que j’étudiais

Installée à Toulouse, elle vit plutôt bien le premier confinement. À la rentrée 2020, Hanna se dirige vers un master MEEF, dédié aux métiers de l’enseignement. Mais cette perspective ne la réjouit pas. Depuis le début de ses études, elle doute. «Je suis allée voir plusieurs conseillers d’orientation. À la fin, je me disais toujours que c’est ça qu’il fallait que je fasse. Je m’auto-persuadais que j’étais dans la bonne voie

Le deuxième confinement la ramène de plus belle à ses doutes et sa santé mentale se dégrade complètement.

Hanna perd alors du poids, fait des insomnies, de l’urticaire… Privée de sortie, seul son master occupe son quotidien. «Avant, la vie étudiante était synonyme, pour moi, de liberté. Je sortais beaucoup. Mais là, je n’avais plus que les cours. Je me levais cours, je dormais cours. J’ai réalisé que ces études ne me convenaient plus du tout

De retour en cours, sous anxiolytique, Hanna confie à ses professeurs qu’elle veut arrêter ses études. «Ils m’ont dit de poursuivre, pensant que je me mettais simplement trop de pression. Tout le monde pensait que j’irais mieux une fois que j’aurais eu le concours.»

Elle se force alors à continuer et obtient le CAPES en juin dernier, faisant la fierté de son entourage. «Là encore, j’ai essayé de m’auto-persuader en me disant que si tout le monde était heureux, je devais l’être aussi.» Elle passe l’été «dans le déni» de la rentrée.

Mais en préparant ses fournitures, dans un magasin, elle craque. «J’ai fait une crise d’angoisse devant des stylos. J’ai commencé à pleurer, à hyperventiler, à trembler Le lendemain, veille de rentrée scolaire, elle démissionne de l’Éducation nationale. Un branle-bas de combat, car au niveau de l’administration, personne ne comprend sa décision. «On a encore essayé de me persuader de poursuivre», déplore Hanna.

Mais cette fois, elle tranche : il n’est plus question d’être professeure.

Pendant les confinements, elle a mené une introspection pour savoir ce qui la faisait tenir dans ses études. Le confinement a donné du temps dans une société où tout va vite, où on ne va pas dans le sens de l’intériorité. Il a donné le temps aux gens, face à eux-mêmes, de penser les choses. C’est essentiel pour savoir ce qu’on veut.

«L’histoire, la culture, les langues me plaisent vraiment. J’ai donc voulu retranscrire cela dans un autre métier.» Deux semaines après sa démission, elle trouve un emploi dans sa ville natale, Carcassonne, et devient réceptionniste dans un hôtel cinq étoiles. «On a une clientèle étrangère très importante. Je parle allemand, français, anglais et italien au quotidien.»

Hanna trouve ce poste «hyper enrichissant». «Née ici, je suis contente de pouvoir transmettre mes racines

Et surtout, elle va mieux.

«J’ai l’impression de me réaliser dans ce que je fais, de grandir, d’apprendre encore plus de choses. Je suis contente d’aller travailler, même si ce sont des horaires ingrats.»

Elle dit s’assumer davantage sur le plan personnel. «Je me sens plus légitime dans ce que je fais et je ne suis plus torturée par un doute constant. J’avance, la tête haute», conclut-elle.

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

« Bonjour, nous vous soutenons. Toute la famille est avec vous. Respect, tenez bon. »
Karine A., Bolbec.

« Merci pour tout ce que vous faites pour nous tous ! Bon courage ! Nous sommes de tout cœur avec vous et nous pensons à vous. En espérant que cette période très difficile fasse bouger les choses pour l’avenir dans le domaine médical et que l’on reconnaisse toujours le travail que vous faites à longueur d’année à sa juste valeur ! Et encore merci ! »
Joël C., Biville-la-Baignarde.

« Bonjour à tous le personnel soignant, aux personnes qui s’occupent du nettoyage, des patients, de toutes les personnes qui travaillent au CHU. Vous êtes des personnes extrêmement courageuses et ce toute l’année, tous les jours. J’ai été plusieurs fois hospitalisée à Rouen ou Bois-Guillaume et j’ai essayé de vous remercier à mon humble niveau, car j’ai toujours été bien traitée et accueillie alors que vous êtes toujours à bricoler pour vous en sortir du mieux possible, avec peu de moyens et des patients pas toujours patients, justement. Alors encore merci mille fois, d’être encore là pour tous alors que certains sous-estiment encore votre investissement. Je vous souhaite le meilleur et pense à vous très fort dans mes prières, étant croyante ! Vous étiez et vous êtes encore plus des héros modernes qui méritent le plus grand des respect ! Force à vous ! »
Maryam E., Rouen.

• « Mille mercis ne suffiraient pas.
Espérer que la vie l’emportera…
Remercier tous ces nouveaux soldats,
Courageux à l’infini pour nous sortir de là.
Infinie est notre reconnaissance, nous n’oublierons pas…
M
E
R
C
I »
Julien L., Le Havre.

• « Merci pour tout ce que vous faites actuellement pour sauver des vies malgré les peurs que vous devez ressentir. Même en restant confinée chez moi pour éviter d’augmenter ce désastre, je me sens impuissante face à ce que vous traversez dans vos hôpitaux. Alors je rassemble toute mon énergie pour vous donner la force et la protection nécessaire, et en espérant que le Premier ministre saura enfin reconnaître l’utilité du service publique et arrêter ces coupes budgétaires qui affaiblissent notre pays dans les coups durs comme celui-ci. Je pense très fort aux personnels soignants, eux qui sont au front. Toute ma reconnaissance. Bien à vous toutes et à vous tous. »
Martine T., Rouen.

• « Bonsoir, il y a quelques années vous m’avez sauvé la vie. Je sais votre dévouement, votre empathie mais aussi votre volonté de ne pas vous en laisser conter. Je n’oublie pas non plus votre mouvement de grève commencé depuis plusieurs mois, des manifs brutalement réprimées avec force matraque et gaz. »
Jacques D., Rouen.

• « Il y a quelque années j’ai dû accoucher seule, et vous m’avez donné la main ; rien que ça, ça m’a fait tellement de bien, de savoir que quelqu’un nous tient la main. Vous savez aussi bien tenir une main et vous battre contre l’invisible. Merci. »
Gulcan E., Saint-Ouen-de-Thouberville.

• « Je vous applaudis aujourd’hui et serai dans la rue avec vous demain si ça ne change pas. Un admirateur de vos dévouements… »
Gilles Bacquet, La Vaupalière.

• « Mille mercis pour tout ce que vous faites pour nous ; votre courage, votre dévotion sont inestimables. Je reste très admirative de votre profession, et tout ce que vous apportez aux malades. Et pour tout ça, merci ! 🙏😍 »
Elisabeth P., Le Havre.

• « Bravo à vous. Restez fort. Le tunnel a toujours un fin. On sait que vous êtes des super-héros malgré le peu de moyens que vous avez pour nous soigner. Nous on reste chez nous, sauf certains qui sont dans l’obligation de travailler comme mon conjoint, mais chaque soir nous sommes là à vous applaudir à 20 heures avec notre petite Rose de 3 ans, qui a une particularité rénale et pour qui vous êtes des héros depuis toujours. Merci, merci, merci. »
Madison S., Le Grand-Quevilly.

• « Perdu parmi les milliers de messages que vous recevrez, mon « merci » sera bien petit… Pourtant je tenais à vous l’exprimer à vous les héros masqués. Vous qui malgré le chaos, la peur, l’incertitude tenez Le Cap et restez debout. Vous qui donnez de votre temps et peut-être votre santé au service de ceux qui souffrent. Vous aidez, vous secourez, vous accompagnez, vous pleurez peut-être… sans doute. Vous voyez le véritable fléau qui s’abat sur l’humanité. Vous vivez le pire côté, vous voyez la solitude, la peur et la mort. Nous, de notre confinement ne pouvons l’imaginer. Nous applaudissons, nous soutenons… que faire… attendre et restez chez nous. Bravo et merci . »
Marina L., Lintot.

• « Bonjour, vous m’avez soignée, guérie, sauvée et je vous considère comme ma seconde famille. Je voulais vous dire tout simplement que je vous aime et je pense à vous. »
Nathalie Malbec, Rouen.

• « Un très grand bravo à eux qui se frottent tous les jours au vrius pour nous sauver la vie. Un très grand message d’amour, ainsi qu’à nos pompiers, nos policiers, nos caissières, nos postiers, nos éboueurs, etc. N’oubliez personne. »
François M., Le Havre.

• « Il a fallu cette crise du Covid-19 pour que vous soyez reconnus et entendus. Comme d’autres vous œuvrez pour le bien-être de tous sans rien attendre en retour. A la différence près que vous êtes en première ligne. Pour cela, vous forcez notre respect et notre admiration. Je, nous vous adressons une simple parole d’humain parce que vous en êtes les dignes représentant : merci ! »
Pierre M., Saint-Romain-de-Colbosc.

• « Moi-même soignante a domicile, je sais que la situation actuelle n’est pas facile. Mais nous avons choisi ce métier, nous l’aimons, alors fonçons. Tous ensemble on va se battre contre ce virus. Soyez fort et restez positifs au maximum et surtout soudés. Bravo à nous tous ! »
Stéphanie F., Sauchay.

F. Duval-Levesque,psychopraticien,hypnose,coach,mal-être,anxiété,angoisse,addiction,traumatisme,peur,tabac,phobie,souffrance,stress,burnout,PNL,téléséance,téléconsultation,avis,témoignage, cétogène, ketoComme l’honnêteté pousse à reconnaître que la raclette du week-end dernier ne sera – fort heureusement – pas la dernière, voici quelques astuces pour savourer en total respect de votre foie et de vos intestins.

Une petite promenade avant le repas vous permettra de faire le plein de bile (insdispensable à une bonne digestion).

Prévenons immédiatement un tollé général : pas question ici de dénaturer le mets en troquant le fromage pour du tofu soyeux.

On commence par respecter l’apport en gras et en protéines en privilégiant la viande des Grisons, le jambon, le fromage de bonne qualité etc., et le moins traité possible. Afin de conserver son système digestif intact, on ajoute ensuite des légumes dans son assiette.

Et l’on remplace le pommes de terre par du broccoli, du navet, mai oui ! Beaucoup plus facile à digérer.

Boire une heure avant le repas, et une heure après le repas, afin de ne pas enlever et diminuer les sucs digestifs.

Le dessert ?

Pourquoi ?

Pour faire le plein de sucre qui vous mettra à plat les heures suivantes ?

N’oubliez pas : « le gras, c’est la Vie ! »

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Dîners, pots, goûters… ceux qui annulent tout avant les fêtes !

Par crainte de devoir s’isoler pendant les réveillons, surtout celui de fin d’année, pas question d’accepter les invitations de décembre.

Petit tour des décommandeurs en série. Des exemples à suivre ?

Un peu comme on évite le steak tartare et la tarte tatin la veille d’une prise de sang ou comme le cycliste Julian Alaphilippe fit l’impasse sur les Jeux olympiques de Tokyo, cet été, pour être certain d’être au top aux Championnats du monde (qu’il a remportés), certaines personnes annulent en ce moment des dîners, des pots, des goûters en expliquant qu’une grande fête familiale ou un voyage à l’étranger les attend.

Ils ne veulent pas prendre le risque d’être cas contact, voire de contracter le Covid-19, pour un truc aussi insignifiant qu’un moment avec leurs amis. Non seulement c’est désagréable à entendre, mais, en plus, ils font leur devoir sanitaire et ont raison, ce qui empêche les personnes snobées de se plaindre.

Dans son avis du 13 décembre, le conseil scientifique a ainsi indiqué que, pour « la population, y compris vaccinée, volontaire à participer à l’effort de contenir l’épidémie et de protéger le système de santé, le comportement le plus adéquat consiste à renoncer le plus possible, et ce au moins jusqu’aux fêtes de fin d’année, à participer, sans port permanent du masque, aux rassemblements collectifs, fêtes, réceptions, déjeuners, dîners ou soirées ».

Reste à passer les coups de fil et à envoyer les e-mails pour prévenir qu’on ne viendra pas parce qu’on se réserve pour les fêtes de fin d’année avec des gens auxquels on tient…

A quoi vous le reconnaissez

Ils prennent des gants, exposent leur situation pour qu’on arrive à la même conclusion qu’eux. Ils soulignent ne pas le faire de gaieté de cœur, pour qu’on les plaigne de nous planter. Ils développent des alibis en plus de ceux dont ils ont besoin. Quand ils se décommandent, ils font la liste des autres soirées et activités auxquelles ils ont renoncé pour dépersonnaliser leur décision. Avant d’annuler leurs soirées, ils vérifient les taux de contamination des départements d’origine des autres invités des fêtes de fin d’année. Ils essaient de se souvenir de ce qu’ils s’autorisaient ou non l’année dernière à la même époque.

Comment ils parlent

« Plutôt pas la semaine prochaine. » « Voyons-nous en janvier, on aura du temps. » « Comme ils ont des enfants de moins de 12 ans, on préfère éviter ­d’aller dîner chez eux. » « On doit se faire tester trois fois pour aller en Angleterre et on vient de comprendre qu’il y avait quand même un risque que le test soit positif. » « Prenons un café dehors. » « Il s’envole pour aller voir ses grands-parents à l’étranger samedi, donc il ne pourra pas être là mercredi. » « J’irai, mais je garderai mon masque. » « On est obligé, ce sont des billets non remboursables. » « Nous pensons qu’il serait sage de… »

Leurs grandes vérités

Le conseil scientifique conseille de limiter le nombre de participants aux fêtes, mais il ne nous a pas dit comment décommander les surnuméraires.

Leurs questions existentielles

Et si on y allait en demandant à tout le monde de se faire tester, ça choquerait ? Quelle amitié mérite que je prenne le risque de passer mes vacances en isolement ? Mais, si le variant Omicron se répand trop vite et que les fêtes de fin d’année tombent à l’eau, est-ce que j’aurai annulé mon dîner pour rien ?

Leur Graal

Que les personnes qui les invitent soient cas contacts et déprogramment les premiers.

La faute de goût

Etre la personne annulée.

 

 

 

 

« Vous travaillez chaque jour plus fort et impulsivement qu’il ne vous est utile pour vivre.

Car pour vous il est encore plus nécessaire de ne pas avoir le loisir de vous arrêter et de penser.

La hâte est universelle, parce que chacun de nous est dans la fuite de lui-même. »

 

___

Friedrich Nietzsche

F. Duval-Levesque,psychopraticien,hypnose,coach,mal-être,anxiété,angoisse,addiction,traumatisme,peur,tabac,phobie,souffrance,stress,burnout,PNL,téléséance,téléconsultation,avis,covid-long-symptomes-persistants

Avez-vous des symptômes invalidant plusieurs semaines après la Covid-19 ?

Si oui, voici quoi faire :

1 – Consultez votre médecin traitant

Prenez rendez-vous avec votre médecin traitant. Il évaluera votre situation, et vous oriente si nécessaire. Préparez votre consultation et notez-la sur votre agenda :

  • les troubles que vous ressentez, leur fréquence, leur intensité, leur durée, quels sont les facteurs qui les déclenchent, les aggravent ou au contraire les améliorent
  • ce que vous pouvez faire et ne plus faire dans la vie de tous les jours, les conséquences physiques et psychologiques de vos symptômes
  • l’impact de vos symptômes sur votre qualité de vie, votre vie sociale et professionnelle
  • les autres maladies que vous avez déjà eues ou pour lesquelles vous êtes traité : hypertension artérielle (HTA), diabète, maladie auto-immune, maladie cardiovasculaire, rénale,…

Apportez à votre médecin traitant tous les comptes rendus d’examens que vous avez déjà faits lors de votre maladie, si vous en avez :

  • test PCR
  • prise de sang
  • résultats de saturation du sang en oxygène
  • radiographie
  • scanner
  • compte-rendu d’hospitalisation.

Apportez-lui vos ordonnances et la liste des médicaments pris dans les semaines précédentes et au jour de la consultation.

2 – Symptômes prolongés post-Covid-19 : que pouvez-vous faire pour vous sentir mieux ?

En présence de symptômes prolongés après l’épisode aigu de la Covid-19, adaptez votre quotidien afin de raccourcir et mieux supporter la période de votre convalescence.

  • Il est important de savoir que le temps de récupération peut être plus ou moins long après une infection à la Covid-19. Comme lors d’autres infections virales (par exemple la mononucléose infectieuse, les hépatites virales), le temps nécessaire au retour à l’état de santé préexistant varie d’une personne à l’autre. Ne vous inquiétez pas si vous avez l’impression que vous retrouvez lentement vos forces et votre énergie
  • Reposez-vous autant que de besoin. Respectez votre rythme veille-sommeil et assurez-vous que votre environnement est favorable au sommeil.
  • Pratiquez de l’auto-hypnose, de la relaxation et/ou du yoga
  • Veillez à avoir une alimentation équilibrée et limitez les excitants, arrêtez de boire de l’alcool (ou diminuer au maximum votre consommation). L’alimentation cétogène ou low-carb pourrait vous aider
  • Arrêtez le tabac et/ou toute substance stupéfiante si vous en preniez avant d’être malade
  • Entre les phases de repos, essayez d’exercer une activité physique quotidienne (marche, jardinage, cuisine, bricolage, ménage…), augmentez progressivement la durée et l’intensité, en fonction de vos capacités. L’activité pratiquée ne doit en aucun cas déclencher des symptômes. Respectez les éventuelles contre-indications médicales qui vous ont été faites.
  • Fixez-vous des objectifs réalistes et progressivement atteignables de reprise des activités que vous aviez avant d’être malade.
  • Privilégiez les activités qui vous procurent le plus de plaisir comme des sorties ludiques ou culturelles, etc.

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

5 conseils pour que le changement d’heure soit moins dur à vivre.

Si toute perturbation de notre rythme circadien peut nuire à votre bien-être, il y a des moyens d’aider votre organisme à mieux s’adapter à l’heure d’hiver :

  1. Gardez un rythme de sommeil régulier avant et après le changement d’heure. Il est particulièrement important que l’heure à laquelle vous vous réveillez le matin soit régulière. En effet, le corps libère du cortisol le matin pour vous rendre plus alerte. Au cours de la journée, vous serez de plus en plus fatigué à mesure que le taux de cortisol diminuera, ce qui limitera l’impact sur votre sommeil du changement d’heure.

  2. Habituez progressivement votre corps à la nouvelle heure en modifiant lentement votre horaire de sommeil sur une semaine environ. En changeant l’heure de votre coucher de 10-15 minutes plus tard ou plus tôt chaque jour, vous aidez votre corps à s’adapter en douceur au nouvel horaire et vous atténuez le décalage horaire.

  3. Profitez de la lumière du soleil le matin. La lumière du matin aide votre corps à s’adapter plus rapidement et synchronise votre horloge biologique – alors que la lumière du soir retarde votre horloge. La lumière du matin augmente également votre humeur et votre vigilance pendant la journée et vous aide à mieux dormir la nuit.

  4. Évitez la lumière vive le soir. Cela inclut la lumière bleue des téléphones portables, des tablettes, télévision et autres appareils électroniques. La lumière bleue peut retarder la libération de l’hormone du sommeil, la mélatonine, et décaler notre horloge interne à un horaire encore plus tardif. Un environnement sombre est préférable au moment du coucher.

  5. Maintenez un rythme alimentaire régulier. D’autres indices environnementaux, comme la nourriture, peuvent également aider à synchroniser votre horloge biologique. Des recherches ont montré que l’exposition à la lumière et le fait de manger au bon moment peuvent aider horloges principale et périphériques à se déplacer à la même vitesse. Respectez les horaires des repas et diner au moins trois heures avant votre coucher.

Nous allons, ce dimanche, reculer montres et réveils d’une heure pour marquer notre retour à l’heure d’hiver après six mois à l’heure d’été.

Cette dernière (pour laquelle les montres sont avancées d’une heure) a été mise en œuvre pour la première fois pendant la Première Guerre mondiale pour profiter de l’allongement de la durée du jour et économiser de l’énergie.

Si cela faisait sens lorsque nous dépendions fortement du charbon pour nous éclairer, aujourd’hui, les avantages sont contestés.

En fait, de nouvelles recherches suggèrent que le fait de décaler les horloges deux fois par an a des effets négatifs, notamment sur notre santé.

Au cours des premiers jours suivant le changement d’heure, beaucoup souffrent de symptômes aussi divers que l’irritabilité, un sommeil réduit, une fatigue diurne et une diminution de la fonction immunitaire. Plus inquiétant encore, les crises cardiaques, les accidents vasculaires cérébraux et les accidents du travail sont plus nombreux au cours des premières semaines suivant les changements d’heure. On constate également une augmentation de 6% des accidents de voiture mortels la semaine du passage à l’heure d’été.

Pourquoi tant de difficultés?

Si les changements d’heure nous affectent autant, c’est à cause de notre « horloge biologique » interne. Celle-ci contrôle nos fonctions physiologiques de base, comme le moment où nous avons faim et celui où nous sommes fatigués.

Ce rythme est connu sous le nom de rythme circadien, et dure environ vingt-quatre heures.

Notre corps ne peut pas tout faire en même temps, c’est pourquoi chacune de ses fonctions a un moment précis où elle fonctionne le mieux.

Par exemple, avant que nous nous réveillions le matin, notre horloge interne nous prépare au réveil. Elle arrête la production de l’hormone du sommeil mélatonine par la glande pinéale et commence à libérer du cortisol, une hormone qui régule le métabolisme. Notre respiration s’accélère également, notre tension artérielle augmente, notre cœur bat plus vite et notre température corporelle augmente légèrement.

Tout cela est régi par notre horloge biologique interne dont les nombreux cadrans sont sous la houlette d’une « horloge maîtresse » située dans une partie du cerveau appelée hypothalamus. En effet, alors que chacun de nos tissus et organes a sa propre horloge (dite périphérique), l’horloge maîtresse du cerveau est là pour les synchroniser toutes et veiller à ce que tous fonctionnent en harmonie au bon moment de la journée.

Mais deux fois par an, ce rythme est perturbé par le changement d’heure, ce qui désynchronise l’horloge maîtresse et toutes les horloges périphériques…

Comme notre rythme n’est pas précisément de 24 heures, il se réinitialise quotidiennement en utilisant les signaux rythmiques de l’environnement. L’indice le plus fiable et constant est la lumière. Cette dernière contrôle naturellement les rythmes circadiens et, chaque matin, notre horloge maîtresse est réglée sur le monde extérieur grâce à elle.

L’horloge maîtresse indique ensuite l’heure aux horloges périphériques des organes et des tissus par la sécrétion d’hormones et l’activité des cellules nerveuses. Lorsque nous modifions artificiellement et brutalement nos rythmes quotidiens, l’horloge maîtresse se déplace plus rapidement que les horloges périphériques et c’est pourquoi nous nous trouvons perturbés. Nos horloges périphériques sont encore sur le précédent fuseau horaire et nous subissons un décalage horaire.

Il faut parfois plusieurs jours ou semaines pour que notre corps s’adapte au changement d’heure et que nos tissus et organes fonctionnent à nouveau en harmonie. Et, selon que vous êtes naturellement matinal ou noctambule, le changement d’heure au printemps et en automne peut vous affecter différemment.

Les oiseaux de nuit auront tendance à avoir plus de mal à s’adapter au changement d’heure du printemps, tandis que les alouettes du matin sont plus affectées par le changement d’heure de l’automne. Certaines personnes sont même totalement incapables de s’adapter au changement d’heure.

La fin du changement d’heure ?

À la suite d’une consultation à l’échelle européenne, le Parlement européen a voté en mars 2019 en faveur de la suppression de l’heure d’été – ce pourrait donc être l’une des dernières fois où nous aurons à nous soucier de re-régler nos horloges internes après un changement d’heure.

Alors que les États membres décideront chacun d’adopter définitivement l’heure «normale» (de l’automne au printemps) ou l’heure d’été (du printemps à l’automne), les scientifiques sont favorables au maintien de l’heure d’hiver, plus en phase avec les cycles naturels et celle où la lumière du soleil est la plus cohérente avec notre vie sociale : lorsque nous nous rendons au travail, à l’école et dans les lieux de rencontre.

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

FA8pBhrXMAQ71Ex
Se soigner d’une pathologie grave par le gui ?
Combattre le cancer grâce au céleri ?
Gardez votre esprit critique !
Contactez la MIVILUDES en cas de doute derives-sectes.gouv.fr/nous-contacter

Comment déceler l’influence sectaire dans le comportement d’un proche :

  • adoption d’un langage propre au groupe
  • modification des habitudes alimentaires ou vestimentaires
  • refus de soins ou arrêt des traitements médicaux régulièrement prescrits
  • situation de rupture avec la famille ou le milieu social et professionnel
  • engagement exclusif pour le groupe
  • soumission absolue, dévouement total aux dirigeants
  • perte d’esprit critique
  • réponse stéréotypée à toutes les interrogations existentielles.
  • embrigadement des enfants
  • existence d’atteintes à l’intégrité physique ou psychique
  • manque de sommeil

Pédophilie dans l’Église : la difficile prise de parole auprès des enfants.

À la veille de la remise du rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels commis par des clercs sur des mineurs, des parents témoignent de la façon dont ils ont choisi de parler – ou non – à leurs enfants.

«Certains d’entre vous ont-ils connaissance de supports destinés aux enfants pour échanger avec eux sur la question des abus sexuels sur mineurs ?» : la question est posée sur un groupe Facebook privé de parents catholiques. Mais elle était également sur toutes les lèvres sur les parvis, au sortir de la messe dominicale, deux jours avant la remise du rapport de la Commission indépendante sur les abus sexuels dans l’Église (Ciase), prévu le 5 octobre 2021.

Impossible d’ignorer le sujet : dans nombre de paroisses, le sujet a été évoqué lors de l’homélie, et/ou bien lors de la prière universelle proposée par la conférence des évêques de France, où les fidèles étaient invités à prier pour les victimes d’abus sexuels. «La prière universelle (…) est très claire dans le choix des termes, et des questions vont probablement surgir de la part des nombreux enfants présents à la messe ce dimanche», s’inquiète ainsi cette mère catholique sur Facebook.

Une parole difficile

Pour certains, comme Pauline, mère de cinq enfants âgés de 5 à 18 ans, paroissienne à Houilles (78), leur en parler n’est pas d’actualité, par peur de créer un climat de suspicion généralisé envers les adultes : «Je crois que ne vais pas le faire. Je trouve important d’élever mes enfants dans la confiance. Je ne veux pas leur apprendre à se méfier des gens. J’ai confiance en la Providence, plus que la méfiance». Pragmatique, elle ajoute ce bémol : «Avec la Ciase, il va y avoir beaucoup de bruit. Si le sujet est abordé par l’école, ou chez les scouts, je ne l’éluderai pas, je ne dirai pas que c’est faux, ou un vieux problème dépassé

Bertille, mère de trois enfants de 8, 6 et 2 ans, paroissienne à Paris, est ouverte en principe à la discussion : «Ce rapport de la Ciase, pour avoir côtoyé des gens victimes d’abus, c’est un sujet qui me touche beaucoup par ricochet. Je suis donc assez lucide sur ce qui a pu se passer.»

Toutefois, elle n’a pas «osé», dit-elle, préciser que cela pouvait concerner des adultes au sein de l’Église, ses enfants étant encore trop petits. «Dimanche, on a entendu l’intention de prière, et je n’ai pas osé depuis en parler clairement avec mes petits. Je me dis qu’ils sont encore jeunes pour comprendre que des prêtres aient commis ou puissent encore commettre quelque chose d’effroyable. Ce serait un coup de canif effroyable dans ce que doit représenter le prêtre pour eux», souffle-t-elle. Avant de nuancer : «Dans les discussions de paroisse, si les oreilles traînent, alors j’en parlerai plus précisément à mes enfants».

0102-eglise

Pour les plus petits, travailler la notion de pudeur et de consentement

Bertille a toutefois choisi, en guise de prévention, de sensibiliser ses enfants de manière générale à la notion d’intimité : «Je travaille vraiment sur la pudeur, le fait de respecter son corps. Même si c’est moi qui dois intervenir pour des gestes de soins intimes (suppositoires par exemple), je leur explique ce que je fais, que c’est un médicament. Je leur dis que c’est une zone intime, à eux.»

Même approche chez Grégoire, père de quatre garçons âgés de quatre à onze ans. «Au plus jeune, j’apprends à connaître son corps, à être pudique. Je préfère nommer les choses : pénis, et non zizi ou ‘petit robinet’. Je lui demande son accord quand je le douche, pour passer le gant sur les parties intimes», confie-t-il.

… ou parler de la question des abus sexuels… dans tous les domaines

Beaucoup de parents catholiques choisissent d’aborder le sujet des abus sexuels sur les mineurs avec leurs enfants, dans un but de prévention, mais sans restreindre le sujet à l’Église catholique. C’est le cas de Grégoire : «En tant que parent, chef scout, catéchiste et responsable des servants d’autel dans mon ancienne paroisse, le sujet des abus sexuels me tient à cœur. Ma règle générale est de les préparer à dire ‘non’, à qui que ce soit, en commençant par les plus proches – cela peut être un parent, un oncle, un grand-père. Et leur apprendre à ne pas se protéger que contre les personnes ‘méchantes’, qu’ils visualisent comme des Rapetou – dans les dessins animés, on voit que le méchant est méchant dans la vraie vie, le danger peut aussi venir des ‘personnes gentilles’».

«J’insiste aussi sur le fait qu’il n’y a jamais de secret en la matière. Je leur dis : ‘si quelqu’un vous dit : ‘ne le dis pas à tes parents, c’est grave’.», reprend Grégoire.

En revanche, le père de famille admet que s’est posée la question, avec son épouse, de savoir dans quels lieux ils pouvaient encore confier leurs enfants : «Nous les confiions à une colonie de vacances gérée par des sœurs. Depuis que l’on sait qu’elle est encadrée par des prêtres, donc des hommes, nous avons préféré ne pas les confier. Mais la même question se poserait avec une colonie laïque.»

Même approche pour Albane, mère de quatre enfants âgés de 4 à 12 ans dans le diocèse de Grenoble : «J’ai toujours fait une prévention des abus sexuels en général, sans cibler l’Église en particulier – même si elle a un devoir d’exemplarité -, d’autant plus que la plupart des abus ont lieu surtout dans les familles. La révélation de ces scandales nous invite à faire de la prévention partout : à l’école, au sport, pas qu’au catéchisme».

Elle a toutefois insisté auprès de ses enfants sur l’importance du travail de vérité au sein de l’Église : «Je leur ai dit que j’étais rassurée que l’Église fasse ce travail. Que cela nous rappelait que notre foi, c’est en Dieu avant tout, que ce n’est pas parce qu’on est un prêtre qu’on est un saint.»

Anticiper des situations précises

Parfois, les parents sont toutefois rattrapés par des situations précises, et contraints d’aborder la question spécifique au clergé. «L’an dernier, il était question du sacrement de la réconciliation (confession) et cela me stressait pour les enfants, raconte Bertille, chargée du catéchisme. Je suis allée voir le curé pour m’assurer que cela n’aurait pas lieu dans un espace fermé où le prêtre serait seul avec l’enfant. J’ai pu alors expliquer aux enfants comment cela devait se passer. Je leur ai dit: ‘le prêtre pourra mettre la main sur votre épaule, mais c’est tout.’».

Grégoire, chargé de rédiger un guide pour les servants d’autels – qui aident le prêtre lors de la messe -, s’est posé la question des mots choisis pour décrire aux enfants cette activité : «Je m’apprêtais à écrire : ‘faire tout ce que le prêtre vous dira’ ! Je me suis rendu compte que cela n’allait pas », admet-il.

Vidéos, livres : des ressources transmises par les diocèses

Plusieurs diocèses ont mis à disposition sur leur site Internet des ressources vidéo pour aider les parents à parler de la question des abus, à l’instar du diocèse de Paris. Il y est question de situations précises, dans la famille, au sport, sur Internet… mais, on pourrait le regretter, pas au sein de l’Église.

Le diocèse de Saint-Étienne donne également plusieurs ressources numériques, dont un livret conçu par Bayard jeunesse pour les 7-13 ans.

Des familles évoquent encore une vidéo sur l’inceste expliqué aux enfants intitulée «Le loup».

 

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

 

La fin,
la disparition,
la dernière extrémité,
le grand saut,
le dernier voyage,
la fermeture des yeux
etc., etc.
Nombreuses sont les expressions qui permettent d’éviter d’écrire ou de prononcer ce mot de quatre lettres : mort.
Tous les grands penseurs depuis l’Antiquité se sont intéressés à la mort mais les réflexions et les approches psychologiques sont quant à elles beaucoup plus limitées et plus récentes.
Comme si la peur était encore plus forte de ce côté-là de la barrière, peur d’être submergé par des forces obscures qui nous habitent.
Ou pour le moins que nous évitons de regarder et sentir, d’éprouver…
Pour le dire autrement, en dehors de la philosophie, la mort a bien été mise de côté que ce soit du côté de la médecine, de la psychologie, de la psychothérapie. Et même, parfois, on l’évacue vite vite dans les familles…
Déni individuel et déni collectif qui peuvent entraîner alors un large éventail de symptômes. Et donner moins de saveur à la vie.
Est-il possible pour autant d’exclure une réalité qui nous touche toutes et tous ?
Finalement la mettre hors de notre champ de conscience n’est-ce pas déjà une première forme de dissociation, de surcroît en tant que professionnels ?
De ce point de vue, l’actualité sanitaire récente illustre l’un des multiples visages avec lequel la mort peut faire effraction dans notre besoin de prévisibilité.
Si la mort est imprévisible pour chacun d’entre nous, si elle reste et restera un des plus grands mystères de la condition humaine, tous les professionnels pour lesquels elle occupe une place centrale ne peuvent y travailler sans balise, ni compas…
Avec le risque de la redouter encore plus, de l’occulter, de s’en défendre constamment.

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

« Si je mange cette chocolatine,

mon niveau d’insuline montera en flèche,

mon taux de cortisol augmentera,

mes niveaux de triglycérides augmenteront pour stocker les graisses,

j’aurai envie de manger une autre chocolatine. »

Bref, une chaîne de réactions inflammatoires tombera en cascade, et j’aurai faim très vite parce que je n’aurai reçu aucun élément nutritif.

Très mauvais pour votre santé métabolique !

Ben non, je ne le mange pas 🙂

Et c’est une chose si les gens choisissent de manger cette foutue chocolatine…, mais il y a des nutritionnistes qui suggèrent qu’il y a quelque chose qui ne va pas chez vous si vous choisissez de ne pas manger ce produit sucré et remplie d’acides gras trans (parce que vous avez décidé que c’est mauvais pour vous).

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Le centre de vaccination de Saint-Orens-de-Gameville a pu ouvrir ses portes ce mercredi 18 août 2021.

Au total, 3 500 doses de vaccin ont été détruites après un acte de vandalisme et de lâcheté.

Les premiers patients doivent arriver dans quelques minutes et les soignants sont déjà au rendez-vous, prêts à délivrer les premières injections. Le centre de vaccination de Saint-Orens-de-Gameville, près de Toulouse, a été vandalisé dans la nuit du 16 au 17 août 2021, mais après un jour de fermeture contrainte, les équipes étaient de nouveau sur le pont ce mercredi 18 août 2021, peu avant neuf heures.

Des flacons brisés, jetés par terre

Des soignants mobilisés, mais avec une certaine amertume tout de même, après la destruction de 3 500 doses de vaccin. « Ce n’est pas la colère qui prédomine, c’est l’écœurement, souffle le Docteur Jean Favarel, responsable du vaccinodrome de Saint-Orens-de-Gameville. Toute la communauté médicale est mobilisée et quand on voit ces dégradations… Il y a des pays dans le monde qui n’ont pas accès au vaccin et nous on est contraint de jeter 500 flacons. »

Des flacons brisés ont été découverts à l’arrivée des soignants sur le centre de vaccination mardi matin. Habituellement stockés dans un frigo, ils avaient été tous jetés par terre.

Ne sachant pas depuis quand ils étaient au sol, on a préféré les jeter. Rien d’autre n’a été volé, même pas un stylo, c’était vraiment très ciblé sur le parcours vaccinal du centre.

Docteur Jean Favarel

Des ordinateurs ont aussi été jetés au sol, certains ont été piétinés. « Aucune donnée sécurisée n’a été perdue », rassure le Docteur Favarel.

L’enquête suit son cours

La brigade de recherche de Villefranche-de-Lauragais et la section de recherche de Toulouse sont actuellement mobilisées sur l’enquête.

« Les gendarmes ont été très vite sur place, indique le général Charles Bourillon, commandant de groupement et commandant de la région d’Occitanie. Les techniciens de l’identification criminelle ont fait les premières constatations, du porte-à-porte et du recueil de témoignage ont été faits, les données de vidéosurveillance vont être exploitées. Nous sommes vraiment déterminés à identifier les auteurs de cette grave infraction pénale. »

Sécurité renforcée autour de tous les vaccinodromes

En parallèle, la sécurité  a été renforcée autour du vaccinodrome de Saint-Orens-de-Gameville. « Il y a des vigiles le jour en plus de la vidéosurveillance, indique Dominique Faure, maire de la commune. On a rajouté deux vigiles la nuit, le temps que la porte fracturée soit réparée. »

Et le centre de vaccination de Saint-Orens-de-Gameville ne sera pas le seul à faire l’objet d’une vigilance accrue.

Des consignes ont été données pour renforcer la sécurité des centres de vaccination du département. Il va y avoir des passages répétés et accrus des forces de police, gendarmerie et polices municipales.

Denis Olagnon Secrétaire général de la préfecture de la Haute-Garonne

Dès 9 heures, hier mardi, les premiers patients étaient présents au vaccinodrome de Saint-Orens-de-Gameville qui a été réapprovisionné. 500 à 700 personnes devraient pouvoir recevoir une injection dans la journée.

Les intrus qui ont vandalisé le centre de vaccination situé à l’espace Marcaissonne risquent une peine pouvant aller jusqu’à 5 ans de prison et 60 000 euros d’amende.

.

Vaccinez-vous !

Pour vous, pour les autres.

Chaque jour, en France, entre 450 000 et 500 000 personnes se font vaccinées.

Les vaccins ARNm sont :

  • étudiés depuis 30 ans
  • expérimentés depuis 2005
  • les – éventuels – effets secondaires arrivent dans les 15 minutes suivant l’injection, et/ou au maximum dans les deux mois (comme les autres vaccins existants)

Toutes ces informations sont vérifiables sur le net, auprès de sources médicales et scientifiques.

« Pour être heureux, il faut éliminer deux choses :

la peur d’un mal futur

et le souvenir d’un mal passé.”

Sénèque, philosophe stoïcien grec du 1er siècle ap. JC

Depuis l’instauration du pass sanitaire, les agents de la mairie de Toulouse procédaient à une vérification d’identité. Une pratique qui vient d’être stoppée.

Explications.

La mairie de Toulouse rétropédale.

Depuis l’entrée en vigueur du pass sanitaire, les Toulousains doivent montrer « patte blanche » pour pouvoir accéder à certains lieux gérés par la Ville.

C’est notamment le cas dans les piscines, les musées ou encore à Toulouse Plages, où les visiteurs doivent impérativement présenter un certificat de vaccination complet, un test PCR/antigénique de moins de 72 heures ou un certificat de rétablissement datant d’au moins 11 jours et de moins de 6 mois. 

Des contrôles d’identité qui font polémique, à juste titre

Mais en plus du pass, les vigiles demandaient en outre un document d’identité pour pouvoir accéder aux sites. Une pratique qui faisait polémique et indignait de nombreux Toulousains

« Le contrôle d’identité est une procédure encadrée par la loi et ne peut être effectué que par un officier de police judiciaire, de gendarmerie ou un douanier. En aucun cas des agents de sécurité n’ont le droit ni la légitimité de procéder à de tels contrôles. Encore moins à enquêter sur un supposé trafic de documents administratifs », s’insurgeait Arthur, un Toulousain choqué par ces vérifications d’identités effectuées à Toulouse Plages

De son côté, la mairie assurait se plier aux directives du gouvernement. « Selon les directives gouvernementales lors de la mise en place du pass sanitaire au mois de juillet, il était demandé de vérifier la concordance entre l’identité affichée sur la pass et celle de son porteur. Dans le document envoyé par l’Etat intitulé la ‘FAQ pass sanitaire pour les professionnels’, il était indiqué que ‘toute preuve sanitaire doit être vérifiée avec un justificatif d’identité afin de s’assurer de la concordance entre la preuve sanitaire présentée et l’identité du participant’. Il ne s’agit pas d’un contrôle de relevé ou de vérification d’identité au sens du code pénal », précisait alors la collectivité. 

Les vérifications d’identité – enfin – stoppées !

Mais entre temps, « la décision du conseil constitutionnel du 5 août a rappelé que seules les forces de l’ordre sont chargées du contrôle d’identité », souligne la mairie de Toulouse.

« L’instance a censuré les vérifications de l’identité des clients ou usagers par toute autre personne qu’un membre des forces de l’ordre nationales. Etant donné l’évolution des termes de la loi dont le décret d’application est paru le 9 août, les lieux municipaux où la présentation du pass sanitaire est exigée à l’entrée, ne demandent plus de justificatif d’identité depuis le 12 août ».

Mairie de Toulouse

Décryptages :

Dans les pays occidentaux, qui ont, au mieux, la moitié de leurs habitants vaccinés, l’arrivée du variant Delta, très contagieux, ne provoque pas la flambée de mortalité connue auparavant.

Ce n’est pas le cas des pays peu vaccinés.

La progression galopante du variant Delta constitue un test grandeur nature pour les vaccins contre le Covid-19. Beaucoup plus contagieux que ses prédécesseurs, ce variant, détecté pour la première fois en Inde, provoque en effet depuis quelques mois une forte hausse des contaminations dans la plupart des endroits du globe où il se propage.

En revanche, son effet n’est pas uniforme sur le plan de la mortalité.

Dans les pays occidentaux, les courbes de mortalité ne suivent plus la même trajectoire que les courbes de contaminations, comme c’était le cas lors des précédentes vagues.

Cela s’explique indéniablement par l’importance des taux de vaccination, qui permet de limiter le nombre de cas graves, et donc les décès, en particulier au sein des populations les plus vulnérables.

La suite ici.

.

Vaccinez-vous !

Pour vous, pour les autres.

Chaque jour, en France, entre 450 000 et 500 000 personnes se font vaccinées.

Les vaccins ARNm sont :

  • étudiés depuis plusieurs décennies
  • expérimentés depuis 2005
  • les – éventuels – effets secondaires arrivent dans les 15 minutes suivant l’injection, et/ou au maximum dans les deux mois (comme les autres vaccins existants)

Toutes ces informations sont vérifiables avec des sources médicales et scientifiques sur le net.

En vigueur depuis des semaines en Autriche, au Danemark, depuis quelques jours en France et Italie, le « pass sanitaire », qui réserve l’accès à certains lieux publics aux personnes vaccinées, guéries ou testées négatives, gagne du terrain.

– Danemark, Hongrie et Autriche pionniers –

Au printemps, la Hongrie, l’Autriche et le Danemark ont été parmi les premiers pays européens à mettre en place des systèmes de pass sanitaire.

Au Danemark, un pass est toujours obligatoire pour accéder à divers lieux, comme les salons de coiffure ou les salles de sport.

La Hongrie, qui a vacciné vite avec les vaccins russe et chinois, a commencé a délivrer des « certificats d’immunité » dès mars. A partir de mai, ces cartes ont été utilisées à la réouverture des hôtels, théâtres, cinémas et salles intérieures des restaurants.

Ces restrictions ont été levées depuis mais les certificats restent requis dans les établissements de santé et pour les rassemblements de plus de 500 personnes

En Autriche, dès la réouverture générale mi-mai, il fallait présenter un test négatif, un certificat d’anticorps ou une preuve de vaccination dans les hôtels, restaurants, salles de sport, musées, concerts, chez le coiffeur ou pour les événements sportifs. Cette règle reste en vigueur.

– Un certificat européen pour voyager –

Le pass sanitaire au format européen, comportant un flash code qui permet de vérifier si le porteur est vacciné ou dispose d’un test négatif récent, est entré en vigueur le 1er juillet dans l’UE.

Il permet aux voyageurs de passer les frontières de 33 pays de l’Europe : les 27 Etats membres de l’Union européenne et six autres pays voisins (Andorre, Islande, Liechtenstein, Monaco, Norvège, Suisse). Toutefois, les règles varient selon les destinations et les pays d’origine.

– Usage limité au Portugal et en Irlande –

Au Portugal, un pass sanitaire est requis pour séjourner dans un hôtel ou pour les cours collectifs dans les salles de sport. Il est aussi demandé pour accéder aux salles intérieures des restaurants, mais seulement le week-end et jours fériés.

En Irlande, le pass sanitaire n’est exigé que pour accéder aux salles intérieures des restaurants et des pubs.

– Usage étendu en France et Italie –

En France, le pass sanitaire est devenu obligatoire le 21 juillet à l’entrée des lieux de culture et de loisirs (musées, cinémas, parcs à thème, festivals, foires) accueillant plus de 50 personnes.

A partir de lundi, il est étendu (pour les plus de 18 ans) aux cafés, restaurants, avions, trains, autocars pour les longs trajets, aux foires et salons professionnels. Le pass devient également obligatoire pour les visiteurs ou patients non urgents des établissements de santé et maisons de retraite.

Mais, dès lundi, le passage à 72h des tests et des auto-tests sans contrôle sont deux énormes « trous dans la raquette !

L’Italie impose depuis le 6 août un pass sanitaire pour entrer dans les salles de cinéma, musées et salles de sport, ou encore pour manger au restaurant à l’intérieur de l’établissement.

Ce « Pass vert » sera également obligatoire pour les passagers des vols intérieurs, trains longue distance et ferries à partir du 1er septembre ainsi que pour les enseignants, personnel des établissements scolaires et universitaires, étudiants d’universités.

– Des mesures régionales en Espagne et Allemagne –

En Allemagne et en Espagne, les régions ont la main pour ce type de mesures.

En Espagne, la Galice (nord) a introduit le pass pour accéder à l’intérieur des bars, restaurants et discothèques des communes les plus touchées. Des mesures comparables ont été bloquées par la justice aux Canaries (Atlantique, ouest du Maroc) et en Andalousie (sud).

En Allemagne, selon les Länder, un certificat de vaccination ou test négatif peut être requis pour accéder à des lieux comme les hôtels, salles de sport, cinémas.

– Réinstauré partiellement en Israël –

Face au rebond des contaminations, Israël a réinstauré partiellement, début août, le pass sanitaire : seules les personnes complètement vaccinées, guéries du Covid-19 ou munies d’un test PCR négatif peuvent entrer dans un lieu accueillant plus de 100 personnes, intérieur ou extérieur.

– Bientôt à New York et au Québec –

Le maire de New York Bill de Blasio a annoncé le 3 août qu’une preuve de vaccination serait exigée pour « les salariés et clients des restaurants en intérieur, des salles de sport et des salles de spectacle ». Le dispositif sera lancé le 16 août.

Le Premier ministre de la province canadienne, François Legault a annoncé le 5 août la mise en place prochaine d’un passeport vaccinal. Ce document donnera accès aux activités « non essentielles » comme « aller dans un restaurant ».

.

Vaccinez-vous !

Pour vous, pour les autres.

Chaque jour, en France, entre 450 000 et 500 000 personnes se font vaccinées.

Les vaccins ARNm sont :

  • étudiés depuis plusieurs décennies
  • expérimentés depuis 2005
  • les – éventuels – effets secondaires arrivent dans les 15 minutes suivant l’injection, et/ou au maximum dans les deux mois (comme les autres vaccins existants)

Toutes ces informations sont vérifiables avec des sources médicales et scientifiques sur le net.

Pour tout ceux qui n’auraient pas compris, c’est de l’humour par l’absurde.

Page suivante »