La honte est une croyance qui empêche de développer la confiance en soi.

La honte est une émotion mixte, à la base un mélange de peur et de colère, que l’on ressent lorsque l’on ne se sent pas suffisamment à la hauteur de ce que les autres attendent de nous.

Elle fait partie des émotions les plus destructrices, car elle peut anéantir complètement la confiance en soi.

Identifiez vos situations de honte

Ressentir de la honte est toujours réactionnel à une situation sociale au cours de laquelle on se sent insatisfait ou coupable de sa réaction.

Cela peut être le cas chez les personnes ayant un entourage très culpabilisant, qui ont du mal avec leurs échecs, le jugement des autres, ou ayant vécu des situations traumatiques tout au long de leur vie.

Identifier la cause et les situations où on se sent honteux permet ensuite d’agir pour reprendre confiance en soi.

Aimez-vous pour ne plus vous sentir honteux

Ressentir de la honte, c’est en réalité se juger soi-même face aux attentes que l’on imagine des autres.

C’est souvent une petite voix négative qui ressasse un événement qui nous fait culpabiliser de nos actes en nous laissant croire que l’on ne vaut rien.

C’est pourquoi il est important de cultiver la confiance en soi et la bienveillance envers soi-même.

Être capable de se regarder avec amour, c’est aussi comprendre que personne n’est parfait pour mieux s’accepter.

En s’aimant suffisamment, on craint moins le regard des autres et donc le jugement qui va avec. Cette prise de recul permet d’avoir un autre regard sur soi et ses actes.

Comment vous pouvez agir concrètement ?

Pour cultiver la confiance en vous, abandonnez l’idée de la perfection dans tous les domaines. Et faites un travail d’acceptation de qui vous êtes et de la façon dont vous réagissez avec les autres.

Vous pouvez essayer par exemple de devenir votre meilleur ami, en prenant conscience de vos pensées destructrices en les compensant avec de la gentillesse et de la compréhension envers vous-même.

Voulez-vous en savoir plus ?

Je vous recommande:

“S’affranchir de la honte”, de John Bradshaw, éditions J’ai lu.

« J’ai peur de déranger, de me prendre un vent » : en début de carrière, l’angoisse de  l’appel téléphonique.

Une fois en entreprise, les jeunes diplômés, plutôt habitués à communiquer par les messageries instantanées ou les réseaux sociaux, sont confrontés à l’épreuve du coup de téléphone.

Un apprentissage parfois déroutant.

« Rien que d’y penser, j’en ai des sueurs froides », souffle Laura, 29 ans.

Au début de sa carrière, cette diplômée d’un master de lettres à la Sorbonne a enchaîné les stages en agence média et les contrats en production audiovisuelle. « Je devais passer ma journée au téléphone pour caler des rendez-vous ou les invités des émissions. A chaque fois, le simple fait d’appeler me rendait malade. »

Balbutiements, transpiration excessive, anxiété : la jeune femme présente quelques symptômes de « téléphonophobie », ou « peur du téléphone » – l’expression détient même son entrée sur Wikipédia.

Elle développe alors des stratégies pour s’en sortir.

Avant chaque appel, elle travaille un brouillon sur Word listant les phrases qu’elle devra prononcer.

« J’étais terrorisée par l’improvisation, raconte-t-elle. Quand mon téléphone sonnait sans prévenir, je courais aux toilettes pour que la personne laisse un message et que je puisse la rappeler en m’étant préparée. »

Plus ou moins envahissantes, ces angoisses vis-à-vis des appels téléphoniques sont courantes chez les jeunes diplômés, surtout lors de premières expériences

Peur de ne pas maîtriser la situation, de ne pas savoir quoi dire, d’avoir « l’air bête », d’être jugé ou moqué par ses collègues, de mal s’exprimer, de déranger…

Un phénomène paradoxal, quand leurs aînés imaginent que cette génération « née avec » le téléphone portable serait forcément à l’aise avec les technologies de la communication.

Plus largement, la peur du téléphone rejoint une forme d’anxiété sociale liée au regard de l’autre.

Pour Antoine Pelissolo, professeur de psychiatrie à l’université Paris-Est Créteil et chef de service au CHU Henri-Mondor (Val-de-Marne), la tâche est doublement complexe :

« Ce n’est pas naturel d’avoir un échange privé avec des gens autour. Je dois être convaincant au téléphone tout en essayant de faire bonne figure devant mes collègues, spectateurs de l’appel. Mais plus on essaie de trouver des parades, plus on sera vulnérable. Il vaut mieux se forcer : souvent, il suffit de peu pour dépasser son angoisse. »

Comment surmonter l’angoisse ? En douceur, en toute confiance, en s’améliorant avec un thérapeute. Avec l’hypnose notamment.

Et par la préparation, avec du coaching. Comme un comédien avant de monter sur scène, travailler son texte, sa voix, sa respiration, l’employé novice peut répéter avant de décrocher son téléphone.

C‘est une maladie qui commence à peine à se faire connaître.

L’endométriose, qui touche une femme sur dix, est une pathologie gynécologique extrêmement douloureuse provoquée par la présence de cellules de l’endomètre hors de l’utérus.

Alors que la semaine européenne de prévention et d’information sur l’endométriose débute ce lundi 4 mars, LCI à recueilli le témoignage de Virginie Durant, diagnostiquée au bout de 20 ans de souffrance. Elle vient de publier un livre intitulé « Des barbelés dans mon corps ».

Le calvaire de Virginie Durant aura duré 20 ans.

Du haut de ses 38 ans, elle a vécu toutes ces années dans la souffrance et l’incompréhension.

Subissant des douleurs invalidantes et sévères dès ses premières règles, à 12 ans, cette Corrézienne n’est comprise ni par le corps médical, qui minimise ses douleurs et la décrédibilise, ni par son entourage, qui la considère bien souvent comme « une fille à problèmes ».

Pendant 20 ans donc, et avec l’aide de ses parents, elle se battra pour prouver qu’elle n’est pas la « malade imaginaire » qu’on l’accuse d’être, mais qu’elle souffre d’endométriose, comme le lui a suggéré une amie lorsqu’elle avait une vingtaine d’années.

De ce combat, elle a écrit un livre, sorti au mois de février aux éditions du Rocher : « Des barbelés dans mon corps ».

« Ce qui m’a vraiment motivée à écrire ce témoignage, c’est la volonté de mettre en lumière toutes ces femmes qui sont obligées de serrer les dents, nous explique-t-elle. Je commence à recevoir des messages de femmes qui me disent qu’elles sont obligées de taire leur maladie par peur se faire virer. La honte doit changer de camp ! »

Duval-Levesque,psychopraticien,coach,hypnotherapeute,addiction,dependance,boulimie,deuil, traumatisme,anxiete,peur,phobie, mal-etre,Toulouse,hypnose,PNL, therapeute,bon,psy,stress,burn out, douleur,avis, temoignage (2)Si toutes les endométrioses ne sont pas équivalentes, celle dont est atteinte Virginie se rapproche du supplice. Ses douleurs, qui s’apparentent à des barres de fer plantées dans son bas-ventre, à du fil barbelé, à des lacérations, ne font que se multiplier.

« Au début, j’avais mal juste au moment de mes règles, puis c’était à partir de la période d’ovulation. Ensuite, cela a été tous jours. » Les dernières années, la jeune femme ne tient plus sur ses jambes, tremble en permanence, ne s’alimente pratiquement plus.

A bout de force, rompue par la fatigue, la jeune femme consulte régulièrement des médecins et des gynécologues qui ne la comprennent pas, n’apportent aucun crédit à son ressenti.

Tour à tour, ses maux sont attribués au stress, à des problèmes digestifs, à une inflammation de l’appendice dont elle se fait opérer.

Alors qu’elle n’a que 19 ans, un médecin qu’elle rencontre après une violente crise lors de ses vacances à l’Île-de-Ré introduit son doigt dans son vagin, la malmenant « dans les profondeurs les plus avilissantes » et lui assène avec violence : « Vu l’état dans lequel vous êtes, vous devez avoir le Sida ! ». Il la renverra chez elle avec un simple antibiotique.

Quelles années plus tard, en 2006, un chirurgien-gynécologue prétend qu’elle est enceinte et fait une fausse-couche. Il opère un curetage. Une grave erreur médicale que l’auteure du livre considère comme l’un des moments les plus traumatisants de son existence. « À partir de ce moment-là, j’ai été dépossédée de ma vie. Je n’avais plus la force de me battre face à la médecine pour affirmer que je souffrais d’une endométriose. J’étais réduite à l’état de marionnette », nous décrit-elle.

Des praticiens de médecines alternatives, qu’elle consultera plus tard après une perte de confiance totale en la médecine traditionnelle, achèveront de la briser. « On me faisait croire que la douleur aux ovaires était due à un manque de créativité, que les problèmes de vessie étaient liés à mes peurs, les douleurs à l’anus à un manque de positionnement dans la vie ou encore une douleur au bras, apparue après une chute dans les escaliers, au désir de tenir un enfant dans mes bras. A cause de tout ça, je me suis beaucoup jugée. »

Perdue, dénuée de toute confiance en elle, Virginie Durant se remet alors sans cesse en question et intériorise sa maladie.

Elle s’éloigne de ses amis, de ses connaissances, qui ne la comprennent pas non plus et refusent de voir ce dont elle souffre. « Tout ce qui touche au féminin, ce sont des problèmes de femmes. Ça ennuie. Et même entre femmes, on nourrit ça », soupire-t-elle.

Quant à la vie professionnelle de cette passionnée d’histoire et d’écriture, elle se réduit chaque année un peu plus, ses souffrances la forçant à démissionner régulièrement de ses petits boulots. « Je me disais que j’avais besoin d’être en vacances de ma vie », affirme-t-elle.

C’est finalement en 2016, lors d’une énième crise, que le diagnostic tombe.

Face au refus de sa gynécologue de l’hospitaliser, Virginie Durant se fait conduire par sa mère dans une clinique de Brive. Un kyste lutéal [augmentation du volume de la glande sécrétant des hormones] sur l’ovaire gauche et un kyste sur l’ovaire droit sont détectés lors d’une échographie.

Un infirmier lui annonce qu’elle est atteinte… d’endométriose. Face à l’avancement de la maladie qui n’a, finalement, jamais été prise en charge, la jeune femme risque de perdre ses organes féminins. L’opération se déroulera finalement au mieux, et marquera le début son rétablissement, chez ses parents.

« Je ne parviens à quitter mon lit que depuis mi-décembre et aujourd’hui, je renais », nous assure-t-elle.

« Je n’arrive pas encore à me projeter mais maintenant je suis heureuse parce que je peux enfin profiter de l’instant présent. J’avance au jour le jour. »

À l’aube de ses 40 ans, Virginie Durant dit vivre « en paix par rapport à ce passé ». Elle affirme tout de même vouloir continuer de se battre pour une meilleure formation des médecins et la reconnaissance de cette maladie sournoise qu’est l’endométriose.

« On ne peut pas piétiner des patientes comme cela a été fait avec moi. Nous devons être entendues. Si je n’avais pas mes parents, je serais à la rue ! », affirme-t-elle en racontant que seulement quatre mois après que le diagnostic a été posé, un médecin de la sécurité sociale lui a soutenu qu’elle ne voulait pas travailler parce qu’elle avait ses règles.

________

L’endométriose est une maladie chronique qui touche environ une femme sur dix en âge de procréer.

La plupart (70%) souffrent de douleur chronique. Selon l’association EndoFrance, en raison des multiples formes qu’elle peut adopter, elle est souvent diagnostiquée « par hasard », au bout de sept années en moyenne. Des années « durant lesquelles la maladie a eu le temps de causer des dommages notables à différents organes ».

Ces dommages proviennent de la migration, lors des règles, de cellules de l’endomètre (tissu qui tapisse l’utérus) vers les trompes. Un tissu semblable au tissu endométrial se développe alors hors de l’utérus et provoque des lésions, des adhérences et des kystes ovariens dans les organes colonisés. « Cette colonisation, si elle a principalement lieu sur les organes génitaux et le péritoine peut fréquemment s’étendre aux appareils urinaire, digestif, et plus rarement pulmonaire », précise EndoFrance. Environ 35 % des femmes atteintes d’endométriose connaissent des problèmes de fertilité. Si la maladie peut se traiter de différentes façons, elle ne se guérit pas.

Un suivi médical régulier est nécessaire pour prévenir d’éventuelles récidives.

 

L’hypnose profonde en dialoguant avec l’insconscient peut aider, en améliorant la qualité de vie, et/ou en s’intéressant à la maladie elle-même.

 

 

Sources : LCI, « Des barbelés dans mon corps » de Virginie Durant ,aux Editions du Rocher

Estime de soi : votre livre mode d’emploi pour aller mieux !

Après sa lecture, vous saurez :

Détecter ce qui vous empêche de vous aimer
Les clés pour changer
Repérer vos conduites d’échec
Eviter de faire l’« àquoibonisme »
Recevoir les compliments

Faire connaissance avec les cinq messages contraignants
Repérer celui qui vous gâche le plus la vie
Mesurer votre estime de soi
Découvrir de quoi vous avez besoin pour vous aimer mieux
Pourquoi changer

Pratiquer la méthode Coué
Travailler le message contraignant qui vous gâche le plus la vie
Sortir de vos comportements d’échec

Arrêter de vous comparer
Utiliser les clés pour changer
Repérer avec qui et comment vous vous comparez
Évaluer les conséquences négatives de vos comparaisons
Évaluer les conséquences corporelles de vos comparaisons
Pourquoi changer

Vous compare à vous-même pour progresser
Fixer des objectifs SMART
Régler un problème avec votre poids ou le tabac
Changer votre façon de vous comparer pour progresser dans la vie !
Vous autoriser à être vous-même, c’est-à-dire différent et unique

psychotherapie, addiction sexuelle, dépendance, boulimie, F.Duval-Levesque psychopraticien et hypnothérapeute, TCC, estime de soiTrouver des raisons d’être fier de vous, sans être parfait
Tirer profit d’un échec
Aimer votre apparence physique
Les clés pour changer
Faire le point sur votre image

Ne pas ressembler à tout le monde !
Soigner votre intérieur et votre extérieur
Améliorer votre image
Utiliser quelques astuces simples pour améliorer ce qui vous gêne
Mettre du charme dans ce que vous faites

Etre convaincu de vos talents
Vous détectez vos cinq talents
Comment réagissez-vous face aux compliments ?
Apprenez à tirer parti d’un échec
Où en êtes-vous maintenant de votre estime de soi ?

Devenez fier de vous
Affirmez-vous davantage
Et pourquoi changer ?
De toute façon, de nos jours, il n’y a que ceux qui ont de l’argent qui réussissent
De toute façon, dans la vie, il faut magouiller pour y arriver !

Au boulot, on ne doit pas exprimer ses émotions
Essayez quand même !
Apprenez à mettre vos talents en valeur et à les utiliser
Apprenez à vous encourager, à vous féliciter
Apprenez à protéger votre intimité

Apprenez à vous ménager
Apprenez à protéger vos intérêts
Moi avec ma famille et mes amis
Les clés pour changer
Revisitez votre histoire personnelle : comment vous a-t-on aimé ?

L’amour inconditionnel et l’amour conditionnel
Repérez ceux qui ont tendance à vous critiquer systématiquement
Et pourquoi changer ?
C’est toujours vous le bouc émissaire
Vous aimez bien quand on s’envoie des piques, c’est drôle

Essayez quand même !
Sortez de votre rôle de bouc émissaire
Cessez de vous préoccuper de leur jugement
Apprenez à vous protéger de ce qu’ils vous disent
Faites le deuil de la famille parfaite

Affirmez vos points forts et vos valeurs en famille
Mettez en place un cercle vertueux
Appréciez les autres pour être mieux aimé

Vous avez tout pour plaire et pour réussir. Vous avez des compétences, des diplômes, une certaine expérience. Certains vous disent jolie femme, beau garçon… D’autres disent que vous avez du charisme, de l’allure, de la présence…

Et pourtant, vous n’êtes toujours pas satisfait de vous.

Psychologue et psychanalyste, Sylvie Protassieff vous propose un itinéraire initiatique vers une meilleure estime de soi (clé indispensable pour s’aimer mieux), mais aussi pour être mieux aimé.

De nombreux tests et exercices d’auto-observation vous permettront de vous accepter tel que vous êtes et d’en finir avec l’autocritique permanente.

Et si vous étiez enfin bienveillant avec vous-même ?

Source : « Et si je m’aimais enfin ?« , de Sylvie Protassieff, aux éditions Eyrolles

 

Se libérer des émotions négativesSommaire de ce nouveau livre:

Découvrir les émotions : Ne pas confondre stress et émotion, à quoi sert une émotion…

Comment fonctionnent les émotions ? Le cycle émotionnel, le langage corporel…

La marque de famille : Les modèles émotionnels des parents, les émotions des enfants…

Trois émotions négatives simples : La peur de l’inconnu, la colère refoulée, le repli…

Quand les émotions se cachent : Des petits et des grands refoulements…

Les émotions sociales négatives : Les stratégies pour libérer les émotions…

Ces émotions qui nous font souffrir : L’anxiété, la dépression…

Se libérer des émotions négatives : Les stratégies pour libérer les émotions…

Savoir exprimer ses émotions avec les autres : Oser dire ses émotions, la communication…

Que faire des émotions des autres ? La puissance de l’écoute, l’empathie…

Préserver les émotions des enfants : Colère ou caprice ?…

Quand les émotions entrent au bureau : La pression du travail, les défis personnels…

Nous sommes traversés en permanence par des émotions négatives qui  nous déstabilisent et qui nous font peur.

Nous nous accommodons aisément de nos émotions positives, mais vivons plus difficilement avec nos émotions négatives, n’est-ce pas ?

De surcroît, nous ne les repérons pas forcement, et quand nous les identifions elles nous font peur.

Car nous craignons la peur, l’angoisse, la tristesse, la colère, et pour éviter d’y être confrontés, nous les refoulons, nous les bâillonnons. Mais  les émotions même négatives aident à vivre car elles sont la vie.

Elles nous perturbent, nous déstabilisent et nous ne savons que faire pour les calmer. Il ne s’agit ni de les gérer ni de les maitriser, mais bien de les apprivoiser pour s’en libérer et vivre mieux.

Mais c’est sans compter sur leur intelligence et leur ténacité, car elles vont se débrouiller pour s’exprimer tôt ou tard, d’une manière ou d’une autre. Les émotions sont faites pour vivre car elles sont le reflet de la vie qui est en nous.

Ni bonnes, ni mauvaises, elles sont avant tout un précieux système d’informations de notre état intérieur et nos états d’âme.

Et c’est lorsque que nous aurons intégré cet état de fait que nous pourrons en faire nos « meilleures ennemies ». Car il ne s’agit ni de les gérer, ni de les maitriser, mais bien de les apprivoiser.

Illustré de nombreux témoignages et de conseils pratiques, ce nouveau livre de Latifa Gallo nous apprend à les écouter sans jugement ni peur. L’auteure, nous invite, entre autres, à respirer pour leur offrir une espace de libération, et à calmer les bavardages de notre esprit pour éviter leurs débordements, et à les exprimer

Certes, notre éducation à coups de « sois fort, sois parfait, ne pleure pas, ça va passer », ne nous a pas toujours autorisé à exprimer nos émotions. C’est pourtant dans notre famille que s’est fait notre première éducation émotionnelle.

Dès la petite enfance, la vie nous amène son lot d’évènements qui vont être plus ou moins douloureux : maladie, divorce des parents, problèmes scolaires, rejet d’un groupe, humiliation, maltraitance… Et afin de ne pas souffrir, notre psychisme va se protéger en oubliant toutes ces émotions de peur, de tristesse, de colère, de honte, de culpabilité… qui sont parfois insupportables.

Mais elles continuent d’exister souvent à notre insu. Nos comportements nous trahissent et parfois notre corps nous parle.

L’auteure insiste sur le fait qu’il est important d’accueillir nos émotions mais aussi celles de notre enfant, et même de les encourager en l’écoutant, en lui donnant la permission de libérer toutes les tensions contenues dans ses émotions.

Pour Latifa Gallo, « Respecter les émotions de l’enfant, c’est lui permettre de sentir qui il est, de prendre conscience de lui-même, ici et maintenant. C’est l’autoriser à se montrer différent de nous ».

Latifa Gallo rêve d’un monde professionnel où les émotions seraient les bienvenues, où les salariés pourraient exprimer sans peur leurs ressentis et surtout être écoutés. Des entreprises où les managers n’auraient pas peur de paraître faibles en parlant de leurs émotions. Alors, on commence quand ?

 

Qui est l’auteur ?

Latifa GALLO est coach certifiée et sophrologue depuis 20 ans. Experte en intelligence émotionnelle, gestion du stress et estime de soi, elle propose un accompagnement individuel et spécifique qui permet de dépasser ses blocages et découvrir ses potentiels.

Spécialiste du bien-être au travail, elle coache des dirigeants et a conçu des programmes de formation spécifiques qui favorise l’émergence de valeurs humaines dans l’entreprise.

Elle est aussi l’auteur de « Petits exercices d’affirmation de soi » et « Petits exercices de méditation» parus en mars 2015 aux éditions Larousse.

Pour en savoir plus : www.latifagallo.com et  www.capressources.com

 

Source: « Se libérer des émotions négatives« , de Latifa Gallo, éditions Larousse Poche

Divers médecins et psychopraticiens ont décrits à leur façon les phases du burn-out.

Il en ressort trois phases principales:

Phase 1 du burn-out

Dans la première phase, nous éprouvons un enthousiasme débordant et avons des buts élevés, idéalistes. Nous tendons simultanément à une légère surévaluation et sommes prêts à travailler infatigablement.

Phase 2 du burn-out

Les premiers problèmes et résistances nous freinent. Nous travaillons encore plus pour compenser jusqu’à ce que les obstacles semblent infranchissables. De premières peurs surgissent, que nous n’avions pas remarquées, mais refoulées dans la première phase.

Nous accusons les autres, critiquons le système, perdons la joie de travailler et mettons en question notre propre compétence, le tout en réfléchissant à tout laisser tomber. Des premiers symptômes physiques se manifestent. Notre irritabilité augmente également.

Phase 3 du burn-out

Nous sommes complètement déçus et démotivés. Les dépressions deviennent quotidiennes et la vie semble futile. Maintenant rien ne va plus.

Le psychologue allemand Matthias Burisch a donné une autre description dans son livre paru en 2010 “Das Burnout-Syndrom (Le syndrome de burn-out)”:

1. Symptômes d’alerte dans la phase initiale de burn-out

  • Engagement excessif d’énergie (par exemple hyperactivité, travail volontaire supplémentaire impayé, et déni de ses propres besoins)
  • Epuisement (par exemple manque d’énergie, manque de sommeil)

2. Baisse de l’engagement

  • Envers les clients et patients (par exemple perte de sentiments positifs, plus grande distance envers les clients)
  • Envers les autres en général (par exemple perte de l’empathie, apparition de cynisme)
  • Envers le travail (par exemple désillusion, aversion et lassitude, absences)
  • Exigences accrues (par exemple ressentir un manque de reconnaissance et/ou le sentiment d’être exploité)

3. Réactions émotionnelles

  • Sous forme de dépression (par exemple sentiments de culpabilité, d’échec, autocommisération)
  • Sous forme d’agression (par exemple reproches à autrui, irritabilité, blâmes à autrui, humeur changeante)

4. Dégradation de la performance cognitive (par ex. désorganisation, incapacité à prendre des décisions, manque de concentration)

  • Baisse de motivation (par ex. service minimal, manque d’initiative)
  • Diminution de la créativité (par ex. imagination et flexibilité moindres)
  • Perte de l’acuité de jugement (par ex. pensée rigide (en noir et blanc), résistance à tout changement quelconque)

5. Nivellement par le bas

  • De la vie émotionnelle (par ex. indifférence)
  • De la vie sociale (par ex. éviter tout contact informel, solitude)
  • De la vie spirituelle (par ex. renoncement aux hobbys, désintérêt général)

6. Réactions psychosomatiques (par ex. sous forme de troubles du sommeil, maux de tête, douleurs respiratoires, etc.)

7. Désespoir: sentiment d’impuissance, désespoir allant jusqu’au suicide

Source : swissharmony.ch

Le manque d’assurance varie selon les âges et la personnalité.

Il prend parfois des allures pathologiques qui nécessitent éventuellement une thérapie avec un psychopraticien.

La confiance en soi peut être définie simplement comme le jugement que l’on a de ses propres compétences.

peurs, phobies, F.Duval-Levesque psychopraticien hypnothérapeute coachQue se passe-t-il donc lorsque cette confiance en soi vient à manquer ?

  1. Sur le plan comportemental, elle conduit à un « art du camouflage » dont les manifestations sont l’inhibition, l’indécision, la procrastination et les évitements.
  2. Sur le plan émotionnel, le manque de confiance se traduit par une tristesse (liée à la dévalorisation), de l’anxiété (liée à la peur de ne pas être la hauteur) et enfin de la honte (liée à la peur d’être mal jugé par les autres).
  3. Le manque de confiance en soi se traduit enfin par une altération de notre jugement sur nous-même.

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici