La première dimension est négative et concerne les risques psychosociaux. Cela renvoie à une dimension de réparation

L’autre est positive, et touche au bien-être ou bonheur au travail. Fait référence à la prévention.

Jusqu’à très récemment encore, la principale préoccupation des entreprises et des syndicats était concentrée sur la réparation, et insuffisamment sur la prévention.

Il est vrai que les recherches récentes sur la psychologie positive contribuent favorablement à développer des approches positives et protectrices.

 

« Avant de guérir quelqu’un,

demandez-lui s’il est prêt à

abandonner les choses qui le rendent malade. »

___
Hippocrate

Plutôt que de parler de souffrance au travail, concept très médiatisé mais un peu trop large et flou, il est préférable de parler de risques psychosociaux (RPS) pouvant avoir un impact sur la santé des salariés.

Cette classification peut s’organiser autour du stress, et du harcèlement, violences et incivilités.

Le stress concerne une proportion de salariés beaucoup plus élevée. Et faire sa prévention a un impact sur la prévention des autres risques psychosociaux.

Enfin, le burnout, même s’il ne fait un consensus en terme de définition à l’heure actuelle, reste un symptôme à prendre en compte comme d‘indicateur d’alerte de mal-être.

Le masque est devenu en quelques mois l’un des symboles de la pandémie de Covid-19.<

Alors que de nombreux pays l’imposent désormais dans l’espace public, principalement dans les lieux clos, un mouvement anti-masques, alimenté par de fausses informations circulant sur les réseaux sociaux, a pris de l’ampleur ces dernières semaines.

Faisons le point pour couper court aux idées reçues, et apporter un éclairage sur les questionnements scientifiques en cours.

Craintes et désinformation

Parmi les rumeurs infondées qui circulent en ligne, l’idée que les masques empêchent une bonne respiration reste tenace.

Certains internautes soutiennent même que le port du masque serait associé à un manque d’apport en oxygène pour l’organisme (hypoxie) et à une absorption élevée de CO2 délétère pour la santé.

Les masques, notamment chirurgicaux, sont conçus pour être portés pendant une durée de plusieurs heures par les professionnels de santé, sans entraver leurs capacités à travailler, ni altérer leurs capacités respiratoires. Si certaines personnes peuvent se sentir gênées par le fait de porter un masque, c’est par manque d’habitude : ces protections sont développées de manière à laisser passer l’oxygène dans l’organisme. Le risque d’une intoxication au CO2 n’est aucunement avéré.

Certaines publications évoquent en outre une « suppression » du système immunitaire liée au port du masque. Aucune explication claire n’est donnée pour expliquer ce lien, et là encore, aucun argument scientifique ne vient appuyer cette hypothèse.

Ralentir les épidémies

Les études scientifiques sur l’utilité du masque pour lutter contre les épidémies, en protégeant une population des virus respiratoires, restent encore peu nombreuses et s’appuient principalement sur des données observationnelles. Il est en effet difficile de réaliser des études randomisées de qualité sur cette question, puisqu’on ne peut pas demander à des gens de s’exposer au virus avec ou sans masque pour mesurer l’efficacité de ce dernier…

Toutefois, un nombre croissant de données suggèrent l’intérêt du masque dans les lieux clos pour freiner les épidémies, en complément des mesures de distanciation physique.

Dès 2010, des études concluaient que recommander le port du masque était une mesure de santé publique utile pour lutter contre les épidémies de grippe. Ces travaux se poursuivent dans le contexte de la pandémie actuelle : une revue de littérature publiée dans The Lancet, portant sur 172 études, montre que si la distanciation physique et les mesures d’hygiène recommandées constituent aujourd’hui les meilleures interventions contre l’épidémie, le port du masque réduit lui aussi le risque infectieux.

Un autre message important se dégage de ces différentes publications : plus qu’un outil pour se protéger soi-même, le masque est avant tout utile pour protéger les autres car il permet d’éviter la projection de gouttelettes dans leur direction.

Dès lors que la transmission du virus peut venir de personnes qui présentent peu de symptômes ou sont même asymptomatiques, le port du masque n’a d’intérêt que s’il est porté par tous au niveau d’une communauté (et pas seulement par une poignée d’individus ou par les malades), dans les lieux où la distanciation physique n’est pas assurée, dans un souci de protéger les autres et de ralentir l’épidémie.

Masques et transmission par aérosols

Faut-il porter des masques en extérieur ? Alors que plusieurs municipalités françaises ont fait ce choix, la question reste débattue par les scientifiques.

Dans les lieux extérieurs très fréquentés, où la distanciation physique est difficile à mettre en œuvre, il permet d’éviter de projeter des gouttelettes sur les personnes qui se trouvent à proximité, et donc de les protéger. Dans les lieux moins fréquentés, le masque a plutôt été imposé au nom du principe de précaution, car la possibilité d’une transmission aérienne (transmission par aérosols) a été évoquée.

L’OMS a ainsi déclaré au mois de juin que « la possibilité d’une transmission par voie aérienne dans les lieux publics clos, particulièrement bondés, ne peut pas être exclue ». Plusieurs travaux vont dans ce sens. Ainsi, une étude publiée en juillet dans Clinical Infectious Diseases montrait que des particules d’ARN viral étaient présentes dans des échantillons récoltés dans l’air et sur des surfaces au sein d’un hôpital londonien. Si aucune trace de virus vivant n’a été identifiée dans ces échantillons, les auteurs estimaient que la possibilité d’une transmission aérienne ne pouvait toutefois pas être exclue sur la base de ces résultats.

Un commentaire également publié dans Clinical Infectious Diseases renforce ce message, soulignant notamment que de précédentes études portant sur d’autres infections virales, comme celles mettant en jeu le virus de la grippe ou le MERS-CoV, avaient déjà mis en avant le risque d’une possible transmission aérienne. Par ailleurs, plusieurs travaux expérimentaux suggèrent que des virus viables peuvent persister dans les aérosols pendant plusieurs heures.

À l’heure actuelle, ces observations contrastent toutefois avec les données issues de la pratique clinique. Si dans certaines conditions expérimentales et dans des environnements intérieurs mal ventilés il existe un potentiel de transmission du virus par les aérosols, l’expérience clinique de la gestion de la pandémie suggère plutôt que le mode de transmission du SARS-CoV-2 est de courte portée, par les gouttelettes et le contact étroit.

Une récente publication dans JAMA apporte des données complémentaires pour soutenir cette hypothèse.

Tout en reconnaissant que des études intéressantes ont montré un potentiel de transmission aérienne du virus en milieu expérimental, avec des gouttelettes contenant des particules virales pouvant être projetées à plus de huit mètres et rester en suspension pendant plusieurs heures, cela ne signifie pas pour autant que ces gouttelettes ont nécessairement le potentiel d’infecter les personnes.

Parmi les différents arguments avancés, les auteurs rappellent notamment que le taux de reproduction du virus avant la mise en place du confinement et des mesures de distanciation sociale (autour de 2,5) était bien inférieur à celui d’une maladie comme la rougeole (autour de 18), qui est connue pour se transmettre par voie aérienne.

En attendant d’en apprendre plus sur le sujet, la recommandation de porter un masque en extérieur doit principalement s’appuyer sur une analyse des différentes dynamiques épidémiques au niveau local, en prenant en compte la possibilité ou non pour les personnes de respecter la distanciation physique dans les lieux publics ouverts.

Quel que soit le contexte, le masque ne protège efficacement qu’à condition de le porter correctement, en suivant les instructions d’usage, en le lavant régulièrement s’il est en tissu ou en le jetant dans le cas des masques à usage unique.

Le masque ne doit pas être manipulé une fois mis en place, ni les mains portées au visage pour éviter de se contaminer à partir de l’environnement.

En outre, le port du masque n’est pas une mesure de protection suffisante : il doit absolument être associé à un lavage régulier des mains (ou friction avec des solutions hydro-alcooliques) et au respect de la distance physique en toutes circonstances.

Ce texte a été écrit avec le soutien d’Eric d’Ortenzio, épidémiologiste à l’Inserm et coordinateur scientifique du réseau REACTing.

Source : INSERM

Ils ont besoin de nous !

(cliquez)

1 / Isolement et refus de communication

  • Pour que le harcèlement puisse se mettre en place, il faut isoler la cible de façon à ce qu’elle ne trouve pas de défense auprès de ses collègues. Ensuite, les agissements visent à l’isoler encore plus, jusqu’à ce quelle soit exclue de son groupe d’appartenance.
  • L’isolement peut être mis en place par la hiérarchie. Dans ce cas, cela se manifeste le plus ouvent sous la forme d’une mise au placard réelle ou symbolique. On prive alors la personne de son travail, ou bien on l’installe dans un bureau isolé sans aucune tâche intéressante à faire, on ne la convie pas aux réunions, on interdit à ses collègues de lui parler.
  • L’isolement peut également être l’oeuvre des collègues qui mettent la personne en quarantaine, qui l’ignorent, refusent de déjeuner avec elle, ou ne l’invitent pas à un pôt de départ.

De toute façon, quelle que soit l’origine de ce refus de communication, on ne parle plus à la personne ciblée, on ne la regarde plus, on n’échange avec elle que par notes de service. Les personnes ciblées disent avoir le sentiment de ne plus exister, d’être devenues transparentes. Elles peuvent alors avoir envie de disparaître, au sens propre du terme.

Cette « conspiration du silence », faite d’ostracisme et d’exclusion, constitue une mort sociale, car, pour exister, on a besoin d’être reconnu, d’appartenir à un groupe.

C’est en cela que le harcèlement est une pathologie de la solitude.

2 / Atteintes aux conditions de travail

Dans un processusde harcèlement moral, il ne s’agit aucunement de critiquer un travail qui serait mal fait, mais au contraire de se servir du prétexte du travail pour disqualifier ou piéger une personne.

  • Quand le harcèlement vient des collègies, il peut s’exprimer par le sabotage d’une tâche déjà accomplie, ou encore le fait de ne pas prévenir d’une réunion.
  • Quand le harcèlement vient de la hiérarchie, il se traduit, par exemple, par la prescription de tâches inatteignables ou irréalistes, le fait de ne pas donner de travail à faire, alors que les collègues sont débordés, celui de donner à faire un travail inutile, ou encore la demande de refaire une tâche déjà parfaitement exécutée.

Parfois les agissements sont plus subtils et consistent à ne pas donner accès aux éléments utiles à la réalisation d’une tâche, ou à donner des consignes confuses et contradictoires de façon à embrouiller la personne.

Le harcèlement sera difficile à prouver quand il consiste à ne pas reconnaître la qualité du travail accompli par un salarié, ou à sanctionner de façon injustifiée des faits anodins.

  • Cette atteinte aux conditions de travail peut également passer par le contrôle systématique des communications téléphoniques, la vérification des tiroirs, casiers ou poubelles, le contrôle de la durée des pauses, des absences, le contrôle des conversations, et des relations avec les collègues. Cette sorte de flicage est destiné à marquer ostensiblement une méfiance vis-à-vis de la personne ciblée.

D’une façon générale, surtout si la personne visée est très scrupuleuse, en attaquant sa conscience professionnelle, on attaque également son identité. On l’amène ainsi à perdre confiance en elle pour que, au bout du compte, elle se disqualifie elle-même.

3 / Les attaques personnelles

Elles cherchent à atteindre l’identité de la personne ciblée au travers d’attitudes humiliantes, de propos offensants, de calomnies ou de rumeurs malveillantes. On disqualifie la personne, on l’affuble de noms méprisants, on la discrédite auprès des collègues ou de la hiérarchie, on se moque d’elle, on tient des propos machistes, sexistes, racistes ou bien on l’injurie.

Dans le harcèlement, ce n’est pas le professionnel que l’on vise, mais l’individu, afin de le disqualifier.

Consciemment ou non, le harceleur repère les fragilités et les valeurs de la personne ciblée pour ensuite viser ses points faibles, et l’attaquer là où cela fait mal. Dans le harcèlement moral, on attaque l’humain en l’autre. Il n’est plus qu’un objet utilisable ou simplement gênant.

Ce sont les attaques à la dignité qui ont les plus graves conséquences sur la santé psychique des personnes ciblées. Ces dernières me disent combien les injures et les humiliations laissent une trace indélébile.

Très souvent, elles incorporent ces attaques au point de devenir leur propre persécuteur à travers la honte et la culpabilisation.

4 / Les intimidations

Ce sont des manifestations d’hostilité et/ou de violence qui visent à terroriser la victime ciblée, afin qu’elle se soumette ou qu’elle parte. Cela peut se faire par des représailles, du chantage, parfois même par de la violence physique (bousculades) ou des atteintes aux biens (abîmer les vêtements dans le vestiaire, par exemple).

Tout le monde est d’accord pour considérer que le harcèlement moral s’exerce avant tout sur un plan psychologique.

Quels que soient les registres des comportements, ils affectent l’environnement de travail et portent atteinte au respect auquel tout salarié à droit.

Quel que soit le niveau hiérarchique, les procédés de harcèlement moral sont les mêmes, mais plus on monte dans la hiérarchie socioculturelle, plus les agressions gagnent en sophistication.

Et plus les agissements sont subtils, plus ils sont difficiles à repérer et à sanctionner, n’est-ce pas ?

 

 

Lorsqu’il fait très chaud, il est utile de connaître certaines techniques pour faire baisser la température.

Si vous vous demandez comment résister à l’épisode caniculaire sévissant actuellement en chez vous, voici mes 8 conseils :

1. Mouillez-vous le corps

Une étude préliminaire de l’université de Sydney publiée en 2019 dans le Journal of the American Medical Association suggère de s’appliquer de l’eau froide à l’aide d’une éponge ou de ses mains sur les bras, les jambes, le dos et le visage. Plonger ses pieds jusqu’aux chevilles dans une bassine d’eau froide est aussi conseillé.

«Habituellement, on dit simplement aux gens de boire de l’eau, mais nos résultats montrent que la perte suplémentaire de chaleur par évaporation que vous pouvez obtenir en appliquant également de l’eau sur le corps avec une éponge peut faire la différence», développe Ollie Jay, coauteur de l’étude.

2. Fermez les fenêtres et les volets

Cela vous permettra de garder votre intérieur plus frais, surtout si votre logement est exposé au soleil.

Il arrive que l’extérieur soit moins chaud que l’intérieur; si tel est le cas, sortez vous rafraîchir dans des endroits à l’ombre, avec des arbres.

3. Buvez beaucoup d’eau

La déshydratation reste le principal risque en période de canicule, absorbez donc beaucoup d’eau.

Il est tentant de penser que boire de l’eau bien fraîche ou des boissons glacées peut aider à refroidir le corps, mais en réalité, cela n’est pas très utile: pour résorber la différence de température avec le liquide, le corps va surcompenser.

4. Avalez une boisson chaude

Le conseil peut sembler paradoxal, mais boire une boisson chaude (infusion, thé) permet d’augmenter la transpiration et lorsque la sueur s’évapore, vous profitez d’un effet rafraîchissant.

Attention toutefois à ne pas consommer de boisson chaude en période de canicule dans un endroit très humide, où l’évaporation serait bloquée.

5. Mangez des fruits et légumes

En 2012, la biochimiste Shirley Corriher recommandait de privilégier les fruits et les légumes comme le céleri, le melon ou le concombre, car ils contiennent beaucoup d’eau. La nourriture épicée est également une bonne idée, parce qu’elle contient de la capsaïcine, un composé chimique qui provoque la transpiration.

La spécialiste déconseille en revanche les glaces, le corps devant faire davantage d’efforts pour les digérer: «Ça vous rafraîchit quand vous les mangez, mais hélas, ça ne dure pas», précise-t-elle.

6. Placez judicieusement votre ventilateur

Installez votre ventilateur près de l’endroit où vous êtes assis·e pour qu’il souffle directement sur vous. La nuit, placez-le devant votre fenêtre ouverte, pour pousser l’air frais à l’intérieur de votre chambre.

Si vous n’avez pas de ventilateur, mouillez un drap et accrochez-le à la fenêtre: l’air passera à travers et rafraîchira la pièce.

7. Mettez vos draps au frigo

Placez vos draps dans un sac en plastique et conservez-le au réfrigérateur durant la journée.

8. Congelez votre bouillotte

Remplissez une bouillotte et laissez-la pendant une heure au congélateur avant d’aller vous coucher. Glissez-la ensuite sous vos draps pour refroidir le lit.

La médiatisation des suicides au travail, et tout récemment du burn-out pose la question de la souffrance au travail.

Soulignons ce paradoxe dans la relation au travail.

D’un côté les laissés-pour-compte du monde du travail qui grossissent chaque jour les statistiques du chômage ; de l’autre, tous les mécontents qui ont la chance de travailler, ne pensant qu’à s’arrêter le plus tôt possible. Au point que l’on considère aujourd’hui que l’âge où l’on est le plus heureux est la première décennie de la retraite. L’on est plus heureux à 65 ans qu’à 20, 30 ou 40. Pourquoi ? Parce que l’on n’a plus à travailler, bien entendu…

Pourtant, la pénibilité du travail a considérablement diminué au cours des dernières décennies. Alors que dans le même temps, la pénibilité psychique a augmenté.

Les causes de cette pénibilité sont très nombreuses : la mondialisation, la charge de travail (sans d’ailleurs bien définir ce que l’on y met derrière), la complexité des organisations qui font perdre le sens, ou encore la pression managériale, et enfin la révolution numérique et ses impacts.

Cette dernière entraîne de nombreux changements d’habitudes de tous registre et peut conduire à déshumaniser les relations (l’on préfère communiquer par mail plutôt que de rencontrer ses interlocuteurs), à modifier les frontières entre le vie personnelle et professionnelle (l’hyper-connexion) et a subir des impacts cognitifs et émotionnels très sérieux.

En passant du registre physique au psychique, la souffrance est plus complexe à appréhender, et sa subjectivité amplifie la controverse.

Qu’en pensez-vous ?

Il y a une très bonne citation de Kurt Vonnegut sur laquelle j’ai pensé cette semaine.

 » Quand vous êtes heureux, je vous exhorte à remarquer, à vous exclamer, à murmurer ou à penser, à ce moment précis : « Si cela n’est pas sympa, alors je ne sais pas ce que c’est ! »

Je ne vais pas mentir, je mène une vie plutôt heureuse, même si j’oublie souvent de le remarquer. J’ai tendance à passer d’une chose à l’autre, m’arrêtant rarement pour apprécier où je suis et comment je me sens.

Depuis que j’ai lu cette citation, je me suis davantage efforcé de remarquer, quand je me sens bien:

« Si cela n’est pas sympa,

alors je ne sais pas ce que c’est ! »

Quelques moments spécifiques me viennent à l’esprit – le week-end dernier, j’étais chez des amis, et nous nous détendions dans le jardin, au bord d’une piscine, en train de discuter. À un moment de l’après-midi, la citation de Kurt Vonnegut m’est venue à l’esprit, et quand j’ai apprécié à quel point ce moment était agréable, j’ai souri spontanément.

Egalement, hier, je rentrais du cabinet en voiture, écoutant un podcast voiture après une bonne journée de consultations, et encore une fois, j’ai pensé :

« Si cela n’est pas sympa, alors je ne sais pas ce que c’est ! »

Il y a tellement de preuves (scientifiques, anecdotiques) que cultiver la gratitude dans notre vie quotidienne nous rend plus heureux… J’essaie de me rappeler cela activement chaque jour.

F. Duval-Levesque, psychopraticien, hypnose, coach, mal-être, anxiété, angoisse, addiction, traumatisme, covid, vague

4ème vague : les psys se rendent encoreplus utiles.

Tous ensemble, pour aller de l’avant !

  1. Vous ne pouvez pas vous exprimer
  2. Vous vous sentez isolé(e)
  3. vous êtes déconsidéré(e) auprès de vos collègues
  4. vous êtes discrédité(e)
  5. votre santé est compromise.

Il est urgent pour vous de me voir

pour comprendre ces mécanismes de manipulation

afin de vous protéger et de sortir de ce cercle infernal !

Trois facteurs du harcèlement moral se retrouvent dans toutes les définitions :

  1. les agissements doivent être répétés
  2. ils impliquent une relation complémentaire ; soit le harceleur instaure une inégalité, soit il renforce celle préexistante (lien hiérarchique ou lien de subordination), afin de mieux dominer
  3. il n’est pas nécessaire que ces agissements soient intentionnels.

En France, un texte de loi est venu fixer sa définition du harcèlement moral afin de pouvoir le sanctionner.

Désormais, le harcèlement moral est « un ensemble d’agissements répétés qui ont pour objet ou pour effet une dégradation des conditions de travail susceptible de porter atteinte aux droits du salarié et à sa dignité, d’altérer sa santé physique ou mentale ou de compromettre son avenir professionnel ».

Le législateur a choisi de ne pas nommer les agissements, ce qui aurait été trop restrictif, laissant aux juges de fond un pouvoir souverain d’appréciation.

Il s’appuie beaucoup plus sur les conséquences du harcèlement que sur ses causes et sa nature.

C’est donc dans l’intérêt de la victime.

 

Depuis les années 1990, le harcèlement moral au travail est devenu une préoccupation importante pour les salariés.

Vous, peut-être ?

Qu’on l’appelle harcèlement moral comme en France et en Belgique, harcèlement psychologique comme au Québec, mobbing ou bulluing dans d’autres pays, nulle ne conteste la réalité du phénomène et ses conséquences désastreuses.

Actuellement, les analyses et recherches se font plus fines et ne considèrent pas uniquement le processus lui-même, mais aussi ce qui est à l’origine de ces dérapages, de façons à proposer des solutions de prévention et/ou de guérison.

Toutes pointent la gravité extrême du harcèlement moral en terme de santé pour les individus qu’en terme de productivité pour l’entreprise.

En France, le concept de harcèlement moral a émergé en 1998. Il a rencontré un succès médiatique spectaculaire, conduisant à la promulgation d’un loi un an et demi après.

C’est un processus complexe dont l’origine n’est pas liée à une unique cause, mais à différents facteurs psychologiques, sociologiques et mangériaux, qui interagissent et se renforcent les uns les autres.

S’il trouve sa source dans les modes d’organisation du travail, ses dérives sont renforcées par l’évolution des mentalités dans la société moderne, et le changement que cela implique au niveau des personnes.

Il n’et pas possible de comprendre le harcèlement moral sans prendre en compte la perspective éthique, ou morale, de cette agression. Car ce qui domine du côté des victimes, c’est le sentiment d’avoir été injustement maltraitées, humiliées, méprisées.

Une thérapie à base d’hypnose profonde permet de comprendre, et désactiver, les traumas du passé.

Quand une personne se plaint d’être victime de harcèlement moral, elle se base sur un ressenti qui peut ne pas correspondre avec ce que pense son entourage.

Encore une difficulté pour elle !

De quoi parle-t-on ?

Pourrait-on parler d’agissements répétés ayant pour but de tourmenter, d’épuiser ou de frustrer une personne, ou bien encore de la provoquer, de l’effrayer, l’intimider ou l’embarrasser ?

Ou un enchaînement, sur une longue période, de propos et d’agissements hostiles, exprimés ou manifestés par une ou plusieurs personnes envers une autre ?

Ou encore, chercher à rabaisser l’autre en utilisant des moyens vindicatifs, cruels, malicieux ou humiliants ?

Le harcèlement se produit-il lorsque plusieurs personnes s’allient pour persécuter tel ou tel collègue par un harcèlement psychologique qui peut prendre les formes suivantes : faire constamment des remarques négatives, ou la critiquer sans arrêt, l’isoler en la laissant sans contact social, et médire ou diffuser de fausses informations sur elle ?

Ou la définition de Marie-France Hirigoyen :

« Le harcèlement moral au travail se définit comme toute conduite abusive (geste, parole, attitude…) qui porte atteinte, par sa répétition ou sa systémisation, à la dignité ou à l’intégrité psychique ou physique d’un salarié, mettant en péril son emploi, ou dégradant le climat du travail. »

Vous avez peut-être deviné que cela peut aussi s’appliquer dans une relation de couple…

Votre Vie change le moment où…

Vous prenez

une nouvelle Décision !