Les traitements qui marchent durablement pour la boulimie sont liées à :
  1. la manière dont le thérapeute en psychothérapie comprend le problème de la boulimie : ni un simple trouble du comportement alimentaire, ni un trouble névrotique. C’est un trouble profond de la personnalité; il est nécessaire de reconnaître et gérer les émotions de mal-être, mais aussi les peurs et les « paranos » sociales,
  2. L’implication du thérapeute comme personne, et non comme quelqu’un « qui sait tout ». Non comme la neutralité traditionnelle du psychanalyste évoquant le rapport médecin/malade ou celle du normal/pathologique. Cette implication du professionnel de la relation d’aide ne devra pas non plus montrer trop de bienveillance chaleureuse,
  3. L’attitude de la personne boulimique suivant une psychothérapie, qui ne devra surmonter ses peurs que pour jouer le jeu de l’authenticité, plutôt que de fuir ou de tricher,
  4. Au thérapeute qui aide à repérer les déclencheurs cognitifs, moments, et lieux des crises, et à trouver une stratégie préventive et de remplacement. On peut aussi travailler sur des comportements inadaptés dans la vie sociale et familiale (apprendre à s’affirmer, à se relaxer etc…). Un travail psychologique en profondeur qui doit permettre d’identifier le « manque » qui vous pousse à manger compulsivement. De retrouver les évènements de votre enfance qui vous ont rendu très émotive. Oui, il n’y a pas que la psychanalyse qui permet de travailler sur le passé…

C’est un traitement de longue haleine, parfois pénible.

Mais s’il est bien mené, il permet de vous reconstruire, de guérir, je l’espère, définitivement.

Références: mon expérience professionnelle

.

 

Pour une information et un entretien gratuit de 30 à 45 minutes, sans engagement, concernant une aide, un soutien psychologique, ou une psychothérapie -> cliquez ici