Nous avons souvent besoin d’un plus petit que soi !

Des petites leçons de vie pleines de douceur et bienveillance, voici ce que vous découvrirez au travers de 22 chapitres qui se lisent facilement.

Les auteurs font un parallèle sur le mode de vie de différentes catégories d’oiseaux et terminent à chaque fois par une ouverture vers notre fonctionnement humain. Très inspirant !

J’ai été transportée dans cet essai qui fait le parallèle entre nos vies humaines et celles des oiseaux.

Un très beau voyage. Une belle leçon de vie à méditer et à partager.

Les oiseaux, quand nous prenons la peine, et le temps de les observer, ont beaucoup de choses à nous dire.

Gai comme un pinson, amoureux comme une tourterelle, inséparables ou cervelle de moineau…

Duval-Levesque,psychopraticien,coach,hypnotherapeute,addiction,dependance,boulimie,deuil, traumatisme,anxiete,phobie, mal-etre,Toulouse,hypnose,PNL, therapeute,bon,psy,stress,burn out, douleur,avis, temoignage, philosophie

La vraie définition de l’amour c’est être bien ici et maintenant, comme les tourterelles.

Voyager comme la sterne arctique c’est s’ouvrir au monde et aux autres, apprendre et donner. Apprendre à vivre et être dans l’instant présent les oiseaux savent naturellement le faire mais pas nous.

La mue est nécessaire chez les oiseaux pour prendre le temps de se reconstruire, il en est de même  pour les humains !

C’est un des secrets que nous confie ce livre…

Il faut réapprendre à observer ce qui nous entoure, à écouter les leçons de sagesse prodiguées par la nature.

Et quoi de mieux pour cela que d’arrêter un moment le tempo infernal de nos vies et d’entendre ce qu’ont à nous dire les oiseaux ?

Par leur mode de vie, leur façon d’être au monde, ces petits « maîtres à penser » nous enseignent un art de vivre plus respectueux de nos rythmes – plus profond aussi.

Qui sont les auteurs ?

Philippe J. Dubois est ornithologue et écrivain. Sa passion pour les oiseaux remonte à l’enfance. Il a parcouru le monde entier à leur recherche. Il dirige les éditions Delachaux et Niestlé, la plus ancienne maison consacrée aux livres sur la nature.
Diplômée en philosophie et littérature, Élise Rousseau est journaliste et auteur d’ouvrages sur la nature et les animaux. Elle œuvre aussi pour la protection de l’environnement.

Source: « Petite philosophie des oiseaux », de Philippe J.Dubois et Elise Rousseau, éditions de La Martinière

« Aucun de mes talents ne vaut quoi que ce soit parce qu’ils ne me sont pas imputables à moi, en tant que personne.

Tout ce qui importe, c’est que nous soyons disponibles, prêts à tout questionner. Il est possible que nous n’aboutissions pas à une conclusion nouvelle, que nous n’ayons pas de réponse nouvelle, mais nous en retirerons une conscience nouvelle.

Une conscience bien plus globale. »

Le-chercheur, psychotherapie, addiction sexuelle, dépendance, boulimie, F.Duval-Levesque psychopraticien, hypnothérapeute, coach, Toulouse, TCC, hypnose, mal-êtreC’est évidemment un extrait d’un nouveau livre qui demande à être lu avec une certaine ouverture d’esprit.

Tant il propose de questions, de pistes de réflexion, de remarques riches qui permettent de voir les choses autrement.

Lars Muhl est un musicien et auteur Danois de renommée internationale. Son livre sera traduit pour la première fois aux éditions Flammarion. Il s’est vendu à plus de 80 000 exemplaires au Danemark et a déjà été traduit en 7 langues.

L’originalité de Lars Muhl qui vit non seulement dans le pays le plus heureux au monde mais aussi dans la ville qui a été élue Ville du Bonheur Aarus, est de nous démontrer que c’est en France qu’il a trouvé la clef pour une vie plus spirituelle et un sens à son existence et non pas au Danemark !

Dans son nouveau livre « Le chercheur », il ne renonce jamais à celui qui il est vraiment. Il nous raconte son voyage en France. Sorte de voyage initiatique à la recherche de l’apaisement et du bonheur de l’esprit. Son récit mêlant des faits personnels et fiction est une ode au voyage.

Lars Muhl emmène le lecteur dans un voyage personnel à la découverte de soi. Grâce à ses rencontres à Montségur (Pyrénées), il va réussir à comprendre ce dont il a vraiment besoin pour donner un sens à sa vie.

Depuis la sortie de ce livre dans plusieurs pays, Lars Muhl retourne régulièrement à Montségur en compagnie de ses lecteurs (essentiellement des Danois, mais aussi des Anglais) ils refont le même parcours initiatique qu’il décrit dans son roman pour retrouver et se reconnecter au sens de la vie.

Carte de visite, Duval-Levesque,psychopraticien,coach,hypnotherapeute,addiction,dependance,boulimie,deuil, traumatisme,anxiete,peur,phobie, mal-etre,Toulouse,hypnose,PNL, therapeute,bon,

« Le Chercheur » est le premier tome de la trilogie O’Manuscrit.

« La rencontre » est la suite de cette trilogie : comprendre l’instant présent, c’est comprendre l’éternité.

Dans ce second tome, Lars Muhl poursuit sa quête initiatique et spirituelle. Il continue de juxtaposer ses expériences personnelles et ses intuitions, cette fois-ci centrées sur la personne de Marie-Madeleine.

 

Source: « Le chercheur« , de Lars Muhl, éditions Flammarion

Le Figaro – Votre dernier livre concerne justement l’optimisme à cultiver pour vivre mieux. Celui-ci est-il particulièrement mis à mal chez ces jeunes, aujourd’hui ?

Alain Braconnier – Dans des sondages récents, les jeunes affirment qu’ils sont pessimistes pour le contexte général, mais pas pour leur avenir personnel.

Beaucoup affirment: «Je me débrouillerai !», et il est vrai qu’ils disposent, via notamment les réseaux sociaux, de grandes ressources. Ils sont très informés et partagent avec de nombreux pairs, constituant un vrai groupe social, ce qui est porteur.

En revanche, ce sont leurs parents qui ont tendance à nourrir le pessimisme ambiant ! Ceux-ci se montrent très inquiets, alors qu’ils pourraient plutôt, quand l’étudiant échoue aux examens, l’encourager et lui dire: «Tu feras mieux la prochaine fois, rien n’est jamais définitif…»

Et comment, dans un contexte si difficile, les jeunes eux-mêmes peuvent-ils cultiver leur optimisme ?

Alain Braconnier – En voyageant ! Ils auraient intérêt à aller voir ailleurs, notamment dans des pays qui vont moins bien que le nôtre, pour réaliser la chance dont ils bénéficient encore.

D’ailleurs, les étudiants étrangers sont admiratifs de notre mode de vie. Il faut les écouter.

 

Sources: sante.lefigaro.fr, Optimiste (Éditions Odile Jacob)

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

« Nous vivons tous, ici-bas, à bord d’un navire parti d’un port que nous ne connaissons pas,

et voguant vers un autre port que nous ignorons;

nous devons avoir les uns envers les autres l’amabilité de passagers embarqués pour un même voyage… »

Fernando Pessoa

(écrivain et un poète portugais, né le 13/06/1888 à Lisbonne, ville où il meurt le 30/11/1935)