49204367_2242620002456513_3211029898244128768_n

facebook_1468576013054

Pensées aux victimes

et à leurs familles…

 

« La mort tombe dans la vie comme une pierre dans un étang :

d’abord, éclaboussures, affolements dans les buissons, battements d’ailes et fuites en tout sens. Ensuite, grands cercles sur l’eau, de plus en plus larges.

Enfin le calme à nouveau, mais pas du tout le même silence qu’auparavant,

un silence, comment dire : assourdissant. »

Christian Bobin

 

murs-avaient-des-oreilles-now-ils-ont-la-parole

« Qu’y a t-il de plus brillant que l’or ?

Qu’y a t-il de plus brillant que le soleil ?

La Parole Echangée »

 

_____
Goethe, romancier, dramaturge, poète, théoricien de l’art et homme d’État allemand (1749-1832)

« L‘homme est comme un marcheur qui,

à travers les déserts de la vie,

a soif d’une eau vive, jaillissante et fraîche,

capable de désaltérer en profondeur

son désir intime

de lumière, d’amour, de beauté et de paix« 

 

__________
Pape François, discours en mai 2013

Il était une fois un vieil homme, assis à l’entrée d’une ville d’Orient.

attentifUn jeune homme s’approcha et lui dit :« je ne suis jamais venu ici. Comment sont les gens qui vivent dans cette ville ? » Le vieil homme lui répondit par une question : « Comment étaient les gens dans la ville d’où tu viens ? »

« Egoïstes et méchants. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle j’étais bien content de partir », dit le jeune homme. Le vieillard répondit : « Et bien, tu trouveras les mêmes personnes ici. »

Un peu plus tard, un autre jeune homme s’approcha et lui posa exactement la même question. « Je viens d’arriver dans la région . Comment sont les gens qui vivent dans cette ville ? » Le vieille homme répondit de même : « Dis-moi, mon garçon, comment étaient les gens dans la ville d’où tu viens ? »

« Ils étaient bons et accueillants, honnêtes. J’y avais de bons amis. J’ai eu beaucoup de mal à la quitter », répondit le jeune homme.

« Et bien, tu trouveras les mêmes personnes ici », répondit le vieil homme.

Un marchand, qui faisait boire ses chameaux (deux bosses) non loin de là, avait entendu les deux conversations.

Dès que le deuxième jeune homme se fut éloigné, il s’adressa au vieillard sur un ton de reproche : « Comment peux-tu donner deux réponses complètement différentes à la même question posée par deux personnes ? »

« Rien n’est bon, rien n’est mauvais en soi : c’est comment qu’on pense qui fait toute la différence. Et celui qui ouvre son coeur change aussi son regard sur les autres », répondit le vieillard.

 

Et pour vous, cher lecteur, que vous inspire cette histoire ?