vivreTémoignages:

-> Une libanaise m’a raconté que, même aux pires moments des combats à Beyrouth, sa mère continuait à l’emmener à la plage.

Simplement, il fallait faire attention en arrivant à la route de la corniche, et bien regarder à droite et à gauche avant de traverser.

Pas pour les voitures, non.

Mais pour voir s’il y avait ou pas des balles traçantes…

 

-> «J’ai un message pour celui qui nous a attaqué et pour ceux qui sont derrière tout ça: vous ne nous détruirez pas. Vous ne détruirez pas la démocratie et notre travail pour rendre le monde meilleur. Nous allons répondre à la terreur par plus de démocratie, plus d’ouverture et de tolérance.»

Discours modèle, d’un peu moins de trois minutes, prononcé par du chef du gouvernement norvégien de l’époque, Jens Stoltenberg, lors d’une conférence de presse, quelques heures après les attentats qui avaient touché l’île d’Utoya et Oslo le 22 juillet 2011. Anders Behring Breivik venait de tuer plus de 70 personnes avec une bombe près du siège du gouvernement, puis une fusillade sur l’île d’Utoya, avant d’être arrêté.

 

-> « Business as usual » affichaient les magasins londoniens après les attaques de V1, lors de la seconde guerre mondiale.

 

liberté« Le liberté,

c’est toujours la liberté de celui

qui pense autrement »

 

___
Rosa Luxembourg (1871-1919)

« Hier on a assassiné des poètes.

Ce n’est pas seulement la liberté d’expression qui est atteinte,
c’est ce qu’il y a de plus sensible et de plus noble dans l’être humain
qui est frappé en plein cœur.

Alors : français, étrangers, musulmans, chrétiens, juifs, bouddhistes,
nés ici ou ailleurs, blancs, noirs, arabes, jaunes et autres, jeunes et vieux,
hommes et femmes, hétéros et homos, riches et pauvres, patrons,
ouvriers, artisans, paysans, chômeurs :

une seule France, une seule Nation !

Plus de différence.

Ou plutôt si, une seule : d’un côté les tolérants, les humbles,
les respectueux des autres et d’eux-mêmes,les vrais démocrates,
les empathiques, les partageurs, les gens de bonne volonté,
les  croyants sans mépris, les athées sans arrogance…

De l’autre les intolérants de tous poils, les intégristes politiques et religieux,
les méprisants, les propagateurs de haine, les aboyeurs d’insultes,
les fascistes de toutes obédiences, les gens perclus de préjugés imbéciles…
Entre la plume du poète et le fusil d’assaut choisissons notre arme.

Unissons-nous et essayons d’être heureux. »

Alain Régus

 

Son blog : http://pelleatarte.wordpress.com

Comment ne pas demander au partenaire de combler nos manques douloureux ?

L’AMOUR est souvent confondu avec le désir, la passion, la jalousie, l’excitation, la séduction, la fascination, la réponse à l’ennui ou à l’isolement.

On accepte difficilement que la paix puisse s’accorder à l’amour parce qu’on l’associe à des états de pression, d’intensité. Pourtant, l’amour est équilibre, il ne devrait renfermer ni compulsion, ni désespoir, ni obsession.

On ne peut aimer que si l’on est prêt. On ne peut aimer que si l’on est disposé à le faire. On ne peut aimer que si l’on sait s’aimer soi-même. L’amour vient du coeur et le coeur est en soi.

Or, notre enfance imparfaite affectivement nous a laissé un coeur esseulé, assoiffé d’amour. Nous désirons un compagnon, une compagne qui effacerait ce manque douloureux et nous tombons alors dans un piège : nous attendons d’un partenaire qu’il soit une réponse à notre manque, nous attendons que la relation que nous mettons en place avec l’autre nous soulage de toutes nos misères humaines, nous espérons de notre liaison qu’elle donne un sens, un but à notre vie qu’elle brise notre isolement calme nos peurs, nous apporte une raison d’être ; nous croyons que notre dynamique de couple pourra nous guérir de nos défauts, nous rendra plus tolérants, meilleurs ; nous mettons tous nos espoirs dans notre relation amoureuse nous en attendons tout « simplement » le bonheur !

En procédant ainsi, c’est comme si nous donnions à l’autre une puissance supérieure…. attentes insensées et dangereuses !

Une relation ne peut être tout cela, mais une relation représente néanmoins beaucoup, c’est un vrai « cadeau » : elle nous offre la compagnie de quelqu’un, elle nous donne l’occasion d’apprendre sur nous-même et de grandir.

La tendresse, l’amour, la sexualité font partie d’un partage sain avec un partenaire mais il ne faut pas en demander « plus » ! Gérer nos peurs de l’avenir, nos angoisses, nos besoins de sécurité, de reconnaissance, accepter toutes nos imperfections, donner un sens à notre vie….

Cela est de notre responsabilité.

Notre recherche spirituelle n’a rien à voir avec notre relation. Nous n’avons pas à attendre d’une autre personne ce que nous devrions attendre de Dieu. Ces fardeaux sont à accepter et à confier à un « esprit qui nous dépasse », à « une puissance divine », il faut Le laisser faire son œuvre et alors, approcher les autres sans besoin et exigence avec seulement notre chaleur humaine. Dans une relation amoureuse, la confiance et le respect mutuel sont essentiels au développement ; sans eux des sensations que l’on confond avec de l’amour peuvent s’implanter et empêcher une saine croissance.

L’amour pour être solide et durable doit avoir des buts, des valeurs et des intérêts communs.

« L’amour, enfin, pour se développer a besoin d’un climat d’intimité que les deux partenaires ont à entretenir, à renouveler. C’est un véritable travail qui nécessite de se mettre à nu, de laisser tomber les masques et le besoin de « bien paraître. »

Tout une vie pour y arriver !

Texte écrit à partir du livre de Robin Norwood : « Ces femmes qui aiment trop ».

 

Pour une information et un entretien gratuit de 30 à 45 minutes, sans engagement, concernant une aide, un soutien psychologique, ou une psychothérapie -> cliquez ici

intentions positives comportement alcool

Voici les critères permettant d’identifer votre dépendance à l’alcool.

    Tolérance à l’alcool, qui se manifeste par un besoin de quantité plus fortes pour obtenir l’effet désiré. Ou un effet diminué en cas de consommation d’une quantité stable,
    Signes de sevrage : les symptômes de sevrage peuvent apparaître environ 12 heures après la prise d’alcool. La personne en reprend ou consomme une autre substance pour éviter les symptômes de sevrage,
    Consommation plus grande ou dans une période plus prolongée que prévu et voulu,
    Désir ou échec des efforts pour arrêter de boire ou diminuer la consommation,
    Temps excessif passé à boire et à récupérer,
    Abandon ou réduction d’activités en raison de la consommation d’alcool,
    Poursuite de la consommation, malgré des conséquences négatives physiques et psychologiques.

 

 

 

Avez-vous noté trois ou plus des critères ci-dessus ?

Etes-vous décidé à faire quelque chose ?

Si oui, alors je peux vous aider : contactez-moi en cliquant ici.

 

 

Source : « DSM-IV, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux », American Psychiatric association, 1996

 

 

Pour une information et un entretien gratuit de 30 à 45 minutes, sans engagement, concernant une aide, un soutien psychologique, ou une psychothérapie -> cliquez ici