Et si guérir de votre cancer passait aussi par un soutien psychologique, vraiment aidant, pendant votre traitement ?

C’est ce que suggère une nouvelle étude parue dans la revue Cancer.

Gestion du stress, prise en compte des émotions, mise à jour des croyances limitantes, bonne alimentation et sport : un cocktail pour lutter contre la progression du cancer du sein et allonger la durée de vie des malades.

Le rôle du stress dans la progression du cancer n’est pas encore clairement élucidé. Barbara Andersen et ses collègues de l’Université de l’Ohio ont voulu en savoir plus sur la relation entre cancer et état psychologique.

Son équipe a suivi 227 femmes atteintes d’un cancer du sein, séparées en deux groupes. Le premier a reçu un traitement médical et un suivi psychologique habituels alors que l’autre groupe a suivi en plus un programme d’éducation nutritionnelle, d’exercices physiques et une thérapie comportementale et cognitive avec gestion du stress pendant un an.

Les résultats ? Ils sont impressionnants :

acteur-de-sa-guerison11 ans après la fin de l’expérience,

les femmes qui avaient suivi ce programme intensif

ont eu un risque de mortalité diminué de 56% !


Si on exclut les femmes qui ne sont pas allées au bout du programme, le risque diminue même de 68%.

Enfin, ces femmes ont eu une espérance de vie augmentée d’environ 5 ans.

Les auteurs concluent que « cette psychothérapie, en complément du traitement médical, qui apprend à gérer le stress, à changer ses croyances limitantes sur le cancer, à bien manger et à pratiquer de l’exercice physique etc…, améliore la longévité des femmes atteintes du cancer du sein ».

Avec le recul nécessaire, je confirme ces très bons résultats.

Source : Andersen BL, Yang H-C, Farrar WB, et al. Psychologic Intervention Improves Survival for Breast Cancer Patients: A Randomized Clinical Trial. Cancer 2008;113:3450-8. American Cancer Society

BACKGROUND. The question of whether stress poses a risk for cancer progression has been difficult to answer. A randomized clinical trial tested the hypothesis that cancer patients coping with their recent diagnosis but receiving a psychologic intervention would have improved survival compared with patients who were only assessed.

METHODS. A total of 227 patients who were surgically treated for regional breast cancer participated. Before beginning adjuvant cancer therapies, patients were assessed with psychologic and behavioral measures and had a health evaluation,
and a 60-mL blood sample was drawn. Patients were randomized to Psychologic Intervention plus assessment or Assessment only study arms. The intervention was psychologist led; conducted in small groups; and included strategies to reduce stress, improve mood, alter health behaviors, and maintain adherence to cancer treatment and care. Earlier articles demonstrated that, compared with the Assessment arm, the Intervention arm improved across all of the latter secondary
outcomes. Immunity was also enhanced.

RESULTS. After a median of 11 years of follow-up, disease recurrence was reported to occur in 62 of 212 (29%) women and death was reported for 54 of 227 (24%) women. Using Cox proportional hazards analysis, multivariate comparison of survival was conducted. As predicted, patients in the Intervention arm were found to have a reduced risk of breast cancer recurrence (hazards ratio [HR] of 0.55; P 5.034) and death from breast cancer (HR of 0.44; P 5.016) compared with patients in the Assessment only arm. Follow-up analyses also demonstrated that Intervention patients had a reduced risk of death from all causes (HR of 0.51; P 5.028).

CONCLUSIONS. Psychologic interventions as delivered and studied here can improve survival.

Pour plus d’infos, ou prendre un rendez-vous sans engagement, cliquez ici !

Les personnes obèses sont plus susceptibles de devenir déprimées.

Et celles qui sont déprimées sont plus susceptibles de devenir obèses.

C’est la « révélation » des recherches sur le sujet publiée dans la revue « Clinical Psychology: Science and Practice ».

Sarah M. Markowitz et ses collègues ont examiné les données concernant les liens entre ces deux faits. Ils ont trouvé des indications indiquant que l’obésité cause la dépression et inversement.

Les gens qui sont obèses sont plus susceptibles de devenir déprimés parce qu’ils se sentent en mauvaise santé et ne sont pas contents de leur apprence physique. Quel genre de personnes sont concernées ? Surtout les femmes et les personnes de statut socio-économique élevé.

« Les personnes déprimées sont plus susceptibles de prendre du poids en raison des changements physiologiques dans les systèmes hormonaux et immunitaires qui se produisent lors de la dépression », expliquent les auteurs.

Ils ont aussi de la difficulté à prendre soin d’eux à cause des symptômes et des conséquences de la dépression, tels que la difficulté de faire de l’exercice physique, la suralimentation et les pensées négatives.

Je crois qu’une psychothérapie, pour vaincre la dépression et retrouver un poids normal, devraient être fait ensemble.

Plusieur voies sont possibles en thérapie comportementale et cognitive : le genre de personnes que vous croyez être, la mise en évidence des croyances en rapport avec la nourriture, identifier les émotions que vous ne savez pas gérer et vous faire vous sentir mieux, vous apprendre à vous créer des projets d’avenir, donner un sens à votre vie, etc… etc…

Attention ! « Les régimes, qui peuvent empirer l’humeur, et les antidépresseurs, qui peuvent amener un gain de poids, devraient être minimisés », disent les auteurs.

Je suis entièrement d’accord. Alors, je vous vois quand ?

Source : publication de Sarah M. Markowitz dans « Clinical Psychology: Science and Practice », (March 2008 – Vol. 15 Issue 1). Lire l’article en texte intégral ? Cliquez ici.

.

 

Pour une information et un entretien gratuit de 30 à 45 minutes, sans engagement, concernant une aide, un soutien psychologique, ou une psychothérapie -> cliquez ici

 

Puis-je vous recommander de jeter un oeil à mes articles ci-dessous ? Ils pourraient beaucoup vous aider :

Et la Boulimie, savez-Vous ce que c’est ?

Etes-Vous Hyperphagique ? Vous en êtes Sûr ?

C’est Prouvé ! L’Anorexie peut se Guérir selon cette Etude Finlandaise

L’addiction sexuelle : entre obsession et tabou ! (presque identique à la boulimie alimentaire)

Mal-Etre, Dépression : 7 Conseils Pratiques pour Aller Mieux !

Le Mal-Etre, c’est Quoi au Juste ?

(Mise en garde : demandez toujours l’avis de votre médecin avant de suivre un traitement de ce type. Si vous désirez interrompre un traitement à base d’antidépresseurs et essayer une méthode plus naturelle à la place, informez-le. S’il n’est pas au courant, dites-lui de se renseigner ! S’il ne le veut pas, changez de médecin et trouvez en avec un esprit ouvert !)

Angélique Houlbert est diététicienne.

Elle vient de publier aux Editions Sully un livre très complet et très concret sur les alternatives naturelles aux médicaments antidépresseurs. Mais toujours en complément d’une psychothérapie comportementale, afin d’accélérer la guérison et la rendre durable.

Voici les effets de deux acides aminés sur la dépression.

Le tryptophane est un acide aminé qui est dit « essentiel ». L’organisme ne pouvant le synthétiser tout seul, nous devons absolument l’apporter par l’alimentation. Une fois absorbé, cet acide aminé est transformé en une substance au nom un peu barbare : le 5-hydroxytryptophane, que nous nommerons ici 5-HTP pour plus de simplicité.

Ensuite, dans l’organisme, ce 5-HTP est transformé en sérotonine, une sorte de messager chimique de la bonne humeur qui permet la transmission des informations d’un neurone à un autre.

Malheureusement, au cours d’une vie, le taux de sérotonine décroît petit à petit. Le stress, le surmenage favorisent d’autant plus sa chute, expliquant en partie pourquoi de plus en plus de personnes traversent des périodes de déprimes, d’anxiété et d’insomnies. Pour augmenter un taux de sérotonine un peu bas, il faut donc soit apporter du tryptophane, soit le précurseur direct de cette substance : le 5-HTP.

Naturellement, vous pouvez trouver du tryptophane dans les aliments qui apportent des protéines comme la viande, la volaille, le poisson, les produits laitiers, les légumineuses et les noix. Cependant, notre alimentation, de plus en plus déséquilibrée, ne nous apporte plus les quantités nécessaires de tryptophane.

antidepresseurs, depression, guérison, méthode naturelle, alimentationAfin d’obtenir une réelle efficacité, il est préférable de prendre 500 mg par jour de tryptophane sous forme de comprimés ou gélules afin d’apporter la dose nécessaire à votre cerveau pour qu’il puisse fabriquer assez de sérotonine. Comme tous les acides aminés, il est conseillé de le prendre toujours en dehors des repas et pour celui-ci en particulier le soir, avant de se coucher. Et bien sûr de prendre l’avis d’un médecin à l’esprit ouvert.

Pour être sûr d’avoir un maximum de résultats, il suffit parfois de court-circuiter une étape. Ainsi si vous apportez directement à votre cerveau du 5-HTP, vous évitez une transformation et vous bénéficiez de beaucoup plus de chances de parvenir à un résultat.

Depuis quelques années, un extrait de graine d’un petit arbre africain appelé griffonia a été commercialisé pour sa richesse en 5-HTP. Plusieurs études cliniques effectuées à partir des années 80, avec des extraits de griffonia, ont permis de rapporter qu’en prenant chaque jour du 5-HTP pendant une quinzaine de jours on pouvait observer une nette amélioration des symptômes dépressifs. En particulier de nets progrès sur les humeurs à tendance morose, l’anxiété, voire les véritables crises de panique et aussi sur la fatigue et les insomnies à répétition.

Ces résultats rapides sont essentiellement dus à l’augmentation progressive dans l’organisme des taux de sérotonine et mélatonine.

Cette dernière, est en effet une hormone directement responsable de la régulation des cycles veille/éveil.

Plus le taux de mélatonine augmente dans l’organisme et plus le sommeil sera favorisé. Quand la nuit tombe, vous sécrétez naturellement de la mélatonine et quand vous ouvrez les volets en grand le matin vous diminuez le taux de cette hormone. C’est la raison pour laquelle le matin en hiver, vous avez tant de mal à vous lever : votre taux de mélatonine est trop élevé et vous avez encore envie de dormir et pourquoi le soir en été, vous vous endormez plus tard : votre taux de mélatonine est très bas.

Ainsi, le 5-HTP, en augmentant indirectement votre taux de mélatonine, vous permettra de vous endormir plus facilement et d’améliorer la qualité de votre sommeil en le rendant plus profond.

Comme la prise de 5-HTP peut entraîner de la somnolence, il est important de commencer les prises de 50 à 100 mg le soir au dîner ou avant le coucher et d’éviter de conduire ou de travailler sur des machines après ingestion. De plus, il est déconseillé de prendre simultanément pendant une longue durée, un supplément de 5-HTP et un antidépresseur de la catégorie des ISRS.

Si vous êtes déjà soigné par antidépresseur, sachez que ces médicaments ont une durée de vie importante dans l’organisme. Alors commencez par exemple par prendre votre antidépresseur un jour sur deux, puis un jour sur trois, en prenant le 5-HTP les jours où vous ne prenez pas d’antidépresseur. Toujours après en avoir informé votre médecin

Cher lecteur, prenez-vous déjà des compléments alimentaires ?

Sources : – Are tryptophan and 5-hydroxytryptophan effective treatments for depression? A meta-analysis. Aust N Z J Psychiatry. 2002 Aug; 36(4):488-91. Houlbert A. Des alternatives aux antidépresseurs. Sully (Vannes, France), 2006, 240 p. 20 €

N.B. : Attention ! Pour guérir d’une dépression, seule la thérapie comportementale et cognitive a fait ses preuves : laissez-moi vous aider pour mettre toutes les chances de votre coté en cliquant ici.

.

 

Pour une information et un entretien gratuit de 30 à 45 minutes, sans engagement, concernant une aide, un soutien psychologique, ou une psychothérapie -> cliquez ici