tamiflu-flu-death-02-1

Quelle tragédie !

Un enfant de 4 ans meurt après que des anti-vaccins ont conseillé sa mère.

Quelle tragédie !

Un enfant de quatre ans a perdu la vie cette semaine dans le Colorado.

Quelques jours auparavant, sa mère a suivi les conseils des membres d’un groupe Facebook anti-vaccins et a décidé de ne pas lui donner le Tamiflu que lui avait prescrit un médecin.

L’affaire fait grand bruit aux États-Unis.

Sur «Arrêter la vaccination obligatoire» («Stop Mandatory Vaccination»), l’un des plus grands groupes connus de désinformation sur la santé, avec plus de 139.000 membres, des internautes ont sollicité des conseils sur la façon de faire face à la grippe.

Les membres du groupe ont auparavant répandu des théories du complot, selon lesquelles les épidémies de maladies évitables sont des «canulars» perpétrés par le gouvernement. Ils ont contacté en masse les parents dont les enfants sont décédés, suggérant, sans preuves, que les vaccins pourraient être à blâmer.

Screenshot_2020-02-09 4-year-old Colorado boy dies from flu after mom took Facebook anti-vax group tips

La mère d’un garçon du Colorado âgé de 4 ans, décédé de la grippe cette semaine, avait contacté l’un de ces groupes, en précisant qu’elle avait refusé de suivre la prescription de son médecin.

L’enfant n’avait pas encore été diagnostiqué, mais il avait de la fièvre, a écrit la mère. Elle a ajouté que deux de ses quatre enfants avaient reçu un diagnostic de grippe et que le médecin avait prescrit l’antiviral Tamiflu à tous les membres du ménage. «Le doc a prescrit du Tamiflu, je ne l’ai pas pris», a-t-elle écrit.

Le Tamiflu est le médicament antiviral le plus couramment prescrit pour traiter la grippe.

Il peut atténuer les symptômes et raccourcir la durée de la maladie, mais les inquiétudes concernant ses effets secondaires sont courantes, même en dehors des groupes anti-vaccination. La grippe a particulièrement touché les enfants cette saison. Les taux d’hospitalisation pédiatrique sont plus élevés que la normale et 68 enfants sont décédés, selon les centres de contrôle et de prévention des maladies aux Etats-Unis.

Les articles indiquent comment les groupes Facebook dédiés à la désinformation sur la santé tels que les vaccinations peuvent également être utilisés pour solliciter et partager des conseils médicaux potentiellement dangereux. Une étude de l’American Academy of Family Physicians (Académie américaine des médecins de famille) a révélé que 59% des parents ont déclaré que leur enfant avait raté le vaccin contre la grippe au moins une fois en raison de «désinformation ou de malentendu».

Aucun des 45 commentaires sous le post Facebook de la mère ne suggérait des soins médicaux. L’enfant a finalement été hospitalisé et est décédé quatre jours plus tard, selon une collecte GoFundMe lancée en son nom par sa famille.

La mère a également écrit que les «remèdes naturels» avec lesquels elle traitait ses quatre enfants – y compris l’huile essentielle de menthe poivrée, la vitamine C et la lavande – ne fonctionnaient pas, et a demandé au groupe plus de conseils. Elle a alors reçu des conseils sur le lait maternel, le thym et le sureau, dont aucun n’est un traitement médicalement recommandé pour la grippe.

«Parfait, je vais essayer ça», a-t-elle répondu sur le groupe.

Ses messages les plus récents ont désormais été supprimés de «Stop Mandatory Vaccination», mais dans d’autres remontant à 2017, elle a déclaré qu’elle n’avait pas vacciné ses enfants contre la grippe.

Un porte-parole de Facebook a déclaré dans un communiqué : «C’est une tragédie et nos pensées vont à sa famille et à ses proches. Nous ne voulons pas de désinformation sur les vaccins sur Facebook, c’est pourquoi nous travaillons dur pour la réduire partout sur la plate-forme, y compris dans les groupes privés».

Au cours de l’année dernière – au milieu des inquiétudes nationales concernant l’hésitation à l’égard des vaccins et la pire épidémie de rougeole depuis des décennies – Facebook a pris des mesures pour limiter le volume et la portée des groupes qui diffusent du contenu anti-vaccin.

À la suite de décisions similaires prises par Pinterest et YouTube, Facebook a annoncé en mars qu’il limiterait la portée du contenu anti-vaccination. Il a ajouté qu’il ne diffuserait plus de groupes et de pages anti-vaccination dans les résultats de recherche et la barre de recommandations, et n’autoriserait plus les utilisateurs et les groupes à diffuser de fausses informations sur les vaccins pour placer des annonces ou organiser des collectes de fonds. En septembre, Facebook a déployé des avertissements pour les utilisateurs à la recherche de contenu lié aux vaccins.

Mais Facebook a cessé d’interdire les groupes anti-vaccin eux-mêmes, citant la position délicate d’être érigé en arbitre de la vérité.

«Les groupes Facebook sont un foyer de désinformation», a déclaré Kolina Koltai, chercheuse à l’Université du Texas à Austin, qui étudie le comportement des médias sociaux et du mouvement anti-vaccination depuis 2015.

Kolina Koltai a déclaré avoir vu des publications similaires, dans lesquelles des femmes ont signalé que leurs enfants étaient atteints de rougeole ou de cancer et ont reçu des conseils médicalement douteux.

«Ces communautés sont devenues un refuge pour les parents et les femmes, pour se connecter avec les autres et demander de l’aide», a déclaré Koltai.

Lorsque ces groupes recommandent des conseils potentiellement dangereux sur le plan médical, cela peut avoir des conséquences très graves, explique la spécialiste.

 

Sources: nypost.com, Dr. Joseph Mercola (anti-vaccin), etc

 

Grippe A… Ce mot est sur toutes les lèvres mais qu’en savons-nous vraiment ? Est-elle contagieuse, se soigne-t-elle ?… LaNutrition.fr a fait le point !

La grippe porcine, c’est quoi ?
La grippe porcine est une maladie respiratoire qui atteint principalement les porcs d’élevage. Si elle se développe régulièrement en automne et en hiver, elle est rarement fatale pour les animaux. Il existe plusieurs types de grippe porcine et comme pour les grippes humaines, l’infection évolue constamment. La grippe porcine est classée dans la catégorie A, c’est-à-dire les plus communes mais aussi les plus inquiétantes car à l’origine de vastes épidémies dans le monde.
Les humains peuvent-ils être contaminés par la grippe porcine ?
En règle générale, les humains n’attrapent pas la grippe porcine par des cochons contaminés, à part dans quelques cas isolés par exemple pour les hommes en contact étroit avec ces animaux. Mais le virus peut muter et se transmettre d’homme à homme, d’où l’intérêt de porter des masques devant la bouche et de se laver régulièrement les mains pour les personnes des zones à risque. C’est le cas de cette épidémie qui est partie du Mexique. Les scientifiques pensent que comme pour la grippe humaine, la grippe porcine se transmet par la toux et les éternuements.
La grippe porcine du Mexique est-elle nouvelle ?
L’Organisation mondiale de la santé confirme que dans certains des cas de grippes porcines déclarés au Mexique, le virus H1N1a muté en une souche inconnue jusqu’à présent. Cette version du virus contient un matériel génétique que l’on retrouve également dans les virus de la grippe aviaire et de la grippe humaine. En effet, les virus de la grippe sont capables d’échanger des bouts de matériel génétique les uns avec les autres. La nouvelle version du H1N1 de la grippe porcine déclarée au Mexique est un mélange de toutes les souches de ce virus. C’est ce qui fait dire aux autorités sanitaires mondiales que le nom de grippe porcine n’est peut-être pas approprié et qu’il vaut mieux parler de « grippe nord-américaine ».
Le virus de la grippe porcine est-il dangereux ?
Le virus a muté de façon inédite, les experts manquent d’informations et  les recommandations préventives sont difficiles à déterminer. Ce que l’on sait, c’est que la sévérité des cas dépend des régions de l’épidémie. Les symptômes de la grippe porcine chez l’homme sont similaires à ceux de la grippe humaine : fièvre, toux, mal de gorge, écoulement nasal, douleurs musculaires, fatigue… Si la plupart des cas déclarés dans le monde n’était pas sévères jusqu’à présent, la nouvelle épidémie de grippe porcine aurait fait 152 victimes au Mexique. Les experts sanitaires estiment que le Mexique n’a pas encore atteint le sommet de la courbe du nombre de personnes contaminées. Par précaution, le gouvernement de Felipe Calderon a fait fermer toutes les écoles du pays jusqu’au 6 mai. En France, mardi 28 avril, 20 cas étaient encore à l’étude pour des « symptômes de grippe non grave ».
Peut-on continuer à manger du porc ?
Oui. Il n’y a aucune preuve que la grippe porcine se transmette par le fait de manger de la viande de cochons infectés. Cependant, par mesure de précautions, il est préférable de bien la cuire à une température supérieure à 70°C.
Doit-on avoir peur de cette nouvelle épidémie ?
A partir du moment où des cas de grippe mortelle se transmettent d’homme à homme, les autorités mondiales de la santé surveillent de près le risque de pandémie, une épidémie à grande échelle. L’OMS considère que la progression des cas avérés au Mexique et aux Etats-Unis pourrait se transformer en pandémie même s’il est encore trop tôt pour l’affirmer. Lundi 27 avril, l’OMS a relevé son niveau d’alerte de 3 à 4 sur une échelle de 6. Le stade 4 de l’échelle marque une montée en puissance du risque de pandémie avec une transmission avérée d’homme à homme. Si la pandémie s’étend, les experts considèrent que la grippe pourrait faire de nombreuses de victimes dans le monde. La grippe espagnole, une souche du virus H1N1 déclarée en 1918, avait tué des millions de gens.Au Mexique, la nouvelle épidémie à fait plus d’une centaine de victimes. Cependant, les 65 cas confirmés aux Etats-Unis ont pour le moment donné lieu à des symptômes légers, peut-être parce que la prise en charge médicale a été plus rapide qu’au Mexique. Mais pour certains experts, cela voudrait dire que le virus s’est développé dans un environnement précis, au Mexique, et qu’il aurait du mal à s’adapter aux autres régions du monde. Il y a aussi l’espoir qu’étant habitué aux virus de la grippe humaine, nous serions moins sensibles à ce virus.En revanche, un fait nouveau inquiète les experts : les jeunes sont aussi touchés alors que dans les épidémies antérieures, les personnes âgées étaient les premières victimes de la grippe.
Peut-on contenir la progression du virus ?
On soupçonne le virus de s’être déjà étendu dans le monde avec quelques 79 cas confirmés : Mexique, Etats-Unis, Canada, Espagne, Grande Bretagne, Costa Rica, Israël, Nouvelle-Zélande… D’autres pays sont en attentes de résultats de cas suspects : Australie, quelques pays d’Europe dont la France, Amérique du sud (Brésil, Chili, Colombie,) et des pays d’Asie (Thaïlande, Corée du sud). La plupart des experts pensent que contenir le virus risque de s’avérer impossible parce que nous vivons dans une ère où voyager devient courant. Les autorités déconseillent les séjours au Mexique.
Existe t-il des traitements efficaces ?
Il existe deux médicaments couramment utilisés qui se sont révélés efficaces contre la grippe porcine : Tamiflu des laboratoires Roche et Relenza du laboratoire GlaxoSmithKline. Mais pour être efficaces, ces médicaments doivent être administrés dès les premiers stades de la maladie. Ils sont également utilisés en prévention sur des cas suspects. Certains gouvernements ont déjà constitué une réserve de ces médicaments en cas de pandémie.En ce qui concerne les vaccins contre la grippe porcine, il existe pour les porcs mais pas pour l’homme. Le seul vaccin qui existe correspond à une souche antérieure qui n’est donc plus efficace pour l’actuelle. Pour muter, le virus a besoin de moins de temps qu’il n’en faut pour faire un vaccin. La souche du virus aux Etats-Unis ne serait peut être pas la même que celle d’origine qui est partie du Mexique… Et il faudrait quatre mois pour un laboratoire pour fabriquer un nouveau vaccin, sans parler de tous les tests qui doivent être fait pour limiter les effets secondaires.Quand aux antibiotiques, ils n’ont aucun effet sur les virus.
Et la grippe aviaire ?
Le virus de la grippe aviaire (H5N1) qui avait fait des victimes en Asie n’a rien à voir avec celui de l’actuelle épidémie de grippe porcine (H1N1). La différence notoire entre ces deux virus c’est que le H5N1 ne se transmet pratiquement pas d’homme à homme, contrairement au H1N1.

Source :  lanutrition.fr