La médiatisation des suicides au travail, et tout récemment du burn-out, pose la question de la souffrance au travail.

Soulignons ce paradoxe dans la relation au travail.

D’un côté les laissés-pour-compte du monde du travail qui grossissent chaque jour les statistiques du chômage ; de l’autre, tous les mécontents qui ont la chance de travailler, ne pensant qu’à s’arrêter le plus tôt possible.

Au point que l’on considère aujourd’hui que l’âge où l’on est le plus heureux est la première décennie de la retraite. L’on est plus heureux à 65 ans qu’à 20, 30 ou 40.

Pourquoi ? Parce que l’on n’a plus à travailler, bien entendu…

Pourtant, la pénibilité du travail a considérablement diminué au cours des dernières décennies. Alors que dans le même temps, la pénibilité psychique a augmenté.

Les causes de cette pénibilité sont très nombreuses : la mondialisation, la charge de travail (sans d’ailleurs bien définir ce que l’on y met derrière), la complexité des organisations qui font perdre le sens, ou encore la pression managériale, enfin la révolution numérique et ses impacts.

Cette dernière entraîne de nombreux changements d’habitudes de tous registre et peut conduire à déshumaniser les relations (l’on préfère communiquer par mail plutôt que de rencontrer ses interlocuteurs), à modifier les frontières entre le vie personnelle et professionnelle (l’hyper-connexion) et a subir des impacts cognitifs et émotionnels très sérieux.

En passant du registre physique au psychique, la souffrance est plus complexe à appréhender, et sa subjectivité amplifie la controverse.

Qu’en pensez-vous ?

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en télé-séances (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

 

Découvrez les 52 étapes pour recruter le meilleur candidat !

Réussir ses recrutements : un enjeu majeur pour les professionnels des ressources humaines mais aussi pour toute l’entreprise.

C’est avant tout un enjeu financier : recruter un nouveau salarié, c’est investir dans le « capital humain » pour développer l’activité.

Mais c’est également un enjeu pour l’entreprise en termes d’organisation, de productivité, et d’image. C’est pourquoi l’entreprise doit se doter d’une réelle politique de recrutement et mettre en place une méthodologie et des outils pour les réussir au mieux.

le-recrutement-gagnant-gagnantComment définir les besoins du poste et le profil adapté ?

Quelle méthode d’évaluation pertinente choisir ?

Comment optimiser l’entretien et communiquer avec le candidat dans une attitude « gagnant-gagnant » ?

Puisqu’une part de subjectivité règne dans la conduite de l’entretien, la formatrice recommande de miser sur la programmation neuro-linguistique (PNL), afin de se concentrer au maximum sur les faits.

En amont de la rencontre, la PNL peut en effet permettre aux recruteurs d’affiner le profil du candidat recherché. Durant l’entretien, « elle permet d’éviter tout jugement de valeur, toute supposition, distorsion, omission et généralisation qui peuvent être limitants dans l’approche du candidat », indique-t-elle. Notamment via des techniques de synchronisation verbale, d’écoute, de reformulatio, etc.

Un conseil parmi tant d’autres : faites-vous un compte-rendu d’entretien ?

Sachez que huit rubriques peuvent le composer : la formation, l’expérience professionnelle, la motivation, les compétences repérées, les caractéristiques de personnalité, les critères prioritaires, secondaires ainsi que les commentaires.

« Quel que soit le format utilisé, le support écrit doit être formulé dans le respect de la loi informatique et libertés, et bannir toute mention discriminatoire », rappelle Corinne Souissi.

Par exemple, plutôt que de chiffrer le parcours d’un candidat avec des âges, il faut préférer des mentions comme « manque d’expérience » ou « rentre dans le cadre du dispositif du contrat de génération ».

A l’appui de nombreux outils issus de la PNL, ce nouveau  livre détaille chaque étape de l’entretien, de sa préparation à son compte rendu. En 8 objectifs et 52 étapes, l’auteur décrit l’entretien comme un véritable acte de management, dynamique et déterminant pour chacun des acteurs de l’entreprise.

Un autre témoignage :

« Très bon livre et bien écrit qui m’est très utile dans le cadre de mon TFE ! Il explique bien les étapes du recrutement ! »

Qui est l’auteure ?

Corinne Souissi est diplômée en GRH, stratégie d’entreprise et certifiée Maître Praticien en PNL. Consultante et formatrice, elle accompagne les professionnels du secteur privé et public dans l’optimisation de leurs compétences et de leurs pratiques des ressources humaines.

Source: « Le recrutement gagnant-gagnant« , de Corinne Souissi, GERESO Edition