Antécédents familiaux

L’hérédité semble jouer un rôle dans certains types de douleurs du dos.

Les anomalies discales semblent être plus courantes dans certaines familles que dans d’autres ; une différence héréditaire dans la composition chimique des disques peut les rendre plus prompts à se fragmenter ou à former une hernie, états potentiellement déclencheurs de douleurs du dos. La spondylarthrite ankylosante, tout comme le spondylolisthésis, semblent être de famille.

Travail et loisirs

Certains emplois et activités soumettent votre dos à de fortes contraintes.

Les véhicules à moteur sont notoirement mauvais pour le dos, notamment parce qu’ils impliquent de longues périodes en position assise et une exposition aux vibrations. La position assise, nécessaire dans les emplois de bureau – de la frappe à la programmation informatique – peut aussi avoir des conséquences néfastes sur votre dos, quelque soit votre âge.

Plusieurs autres activités liées aux emplois occupés augmentent la probabilité de futurs problèmes de dos :

·         soulever ou faire des mouvements requérant de la force tels que tirer ou pousser

·         se pencher souvent ou faire fréquemment pivoter le dos

·         efforts physiques intenses

·         garder la même position pendant de longues périodes

·         faire des mouvements répétitifs

·         être exposé de manière prolongée aux vibrations.

Caractéristiques physiques et posture

Votre constitution, poids et taille semblent être peu en rapport avec la probabilité de développer un mal de dos, même si le surpoids augmente les risques de retour des symptômes. Même une différence modérée dans la longueur des jambes (jusqu’à 2 cm) n’a pas d’effet néfaste prouvé sur le bas du dos.

Et malgré le « Tiens-toi droit(e) » que vous disait votre mère, les experts s’accordent désormais sur le fait que, dans la plupart des cas, la posture seule (bonne ou mauvaise) ne vous y prédisposera pas et ne vous en protègera pas non plus.

Se tenir le dos voûté ou s’avachir ne semble pas avoir beaucoup d’effets sur la santé élémentaire de votre colonne vertébrale. Mais avant de vous asseoir sur votre chaise, notez qu’une mauvaise posture peut exacerber une douleur du dos déjà existante. Améliorer votre mécanique corporelle peut soulager vos symptômes et en prévenir la récurrence.

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Vous, peut-être ?

Qui est susceptible de développer des problèmes de dos ?

La plupart des adultes souffrent d’une lombalgie à un moment ou à un autre dans leur vie.

Bien que n’importe qui puisse développer un mal de dos, indépendamment de sa santé ou de ses antécédents, les recherches ont constaté que certaines affections ou activités accroissent les risques d’avoir des problèmes de ce genre.

Les facteurs principaux comprennent ce qui suit :

Âge

La plupart des gens sont susceptibles d’avoir une lombalgie à un âge mûr.

À la quarantaine ou à la cinquantaine, même en l’absence de toutes lésions, les os et les articulations du bas du dos (le rachis lombaire) commencent à changer. Les disques intervertébraux (les structures qui servent de coussinets entre les os) ont tendance à s’user et peuvent même se fragmenter. Ces altérations structurelles peuvent parfois causer des douleurs.

Alors que les problèmes de dos seraient plus courants chez les personnes d’âge mûr ; ce sont chez les personnes âgées, que les crises douloureuses sont plus sérieuses et durent plus longtemps.

Sexe

Les études nous informent que le mal de dos concerne autant les hommes que les femmes.

Toutefois, dans les sociétés occidentales industrialisées, les hommes sont plus enclins à avoir des problèmes discaux, et ils ont plus de probabilités d’y remédier par la chirurgie. Ces différences reflètent, très probablement, le fait qu’un nombre plus important d’hommes que de femmes travaille dans des domaines qui impliquent de lever, de pousser et de tirer de lourdes charges, et que les hommes qui occupent ce genre d’emploi éprouvent le besoin de reprendre le plus vite possible, après une absence pour mal de dos.

En revanche, l’ostéoporose (perte de densité et de résistance osseuse) se produit beaucoup plus fréquemment chez la femme que chez l’homme.

Ce trouble peut occasionner un affaiblissement sévère des vertèbres et peut finir par provoquer des fractures. Les fractures des vertèbres peuvent provoquer une perte de poids et une cyphose dorsale (dos voûté). Elles peuvent également s’avérer très douloureuses.

Les femmes sont tout particulièrement susceptibles de développer une arthrite dégénérative des vertèbres lombaires (une pathologie qui implique généralement les articulations vertébrales). Elles ont aussi plus de risques de développer un spondylolisthésis (glissement anormal en avant d’une vertèbre par rapport à la vertèbre sous-jacente).