Associations et addictologues dénoncent l’abandon du «Mois sans alcool».

L’événement devait être lancé pour la première fois en France en janvier prochain.

Il a été annulé suite à une décision du chef de l’État. L’on se demande bien pourquoi. N’a-t-il pas fait cette annonce lors d’une réunion avec… ? Chut !

Des associations et addictologues ont dénoncé mercredi l’abandon du «Mois sans alcool», opération officielle de sensibilisation qui était censée se dérouler en janvier pour la première fois, et à laquelle Emmanuel Macron a renoncé.

«On a eu de source sûre une confirmation que la campagne ne serait pas portée par l’État cette année», a déclaré à l’AFP Nathalie Latour, déléguée générale de la Fédération addiction, qui regroupe plus de 200 associations de prévention. «Il y a eu des arbitrages sur un coin de table qui interrogent, alors que des budgets étaient fléchés et que des gens étaient au travail», a-t-elle ajouté.

Ce «Mois sans alcool» devait être calqué sur un défi lancé en 2013 en Angleterre par l’association Alcohol Change. De plus en plus populaire outre-Manche, ce défi nommé «Dry january» («Janvier sec») consiste à cesser, ou au moins diminuer, sa consommation d’alcool pendant le premier mois de l’année.

L’événement devait pour la première fois être importé en France en janvier prochain, sous l’égide de l’agence sanitaire Santé publique France, qui dépend du ministère de la Santé.

Cette dernière ne l’a jamais annoncé officiellement, mais une source interne a confirmé mercredi à l’AFP que le projet était effectivement en préparation et aurait dû officiellement être dévoilé prochainement.

Cette perspective suscitait depuis plusieurs semaines l’opposition du lobby de l’alcool, et notamment de l’Association nationale des élus de la vigne et du vin (Anev).

Le 14 novembre, à l’occasion de son déplacement en Champagne, le président de la République a rencontré des représentants de la filière.

L’un d’eux, Maxime Toubart, a déclaré au site professionnel Vitisphère que la question du «Mois sans alcool» avait été abordée. «Vous pouvez faire savoir qu’il n’y aura pas de Janvier Sec, nous a-t-il dit», a assuré M. Toubart. Ni ces propos rapportés ni cette affirmation n’ont été démentis par l’Élysée.

«La prévention (…) ne peut rester indéfiniment sans réponse, sous prétexte qu’un des lobbies économiques les plus puissants s’oppose à toute mesure efficace» ont déploré dans un communiqué commun le Fonds Actions Addictions, trois associations d’addictologues (SFA, FFA et ANPAA) et la Ligue contre le cancer.

Face à cette situation, les associations sont décidées à lancer seules l’opération «Dry January», sans l’aide des autorités sanitaires.

Sur les réseaux sociaux, la communication autour de cette campagne a déjà commencé.

Avec, malheureusement, des retombées médiatiques qui seront bien moindres que celles attendues.