Que veut dire changement en psychothérapie ?

N’est-ce pas une question intéressante ?

C’est une modification des rapports qu’une personne entretient avec elle-même, avec les autres, et son environnement.

Il est intéressant de se demander pourquoi, et comment, s’impose sa nécessité.

Est-ce parce que tel ou tel aspect de l’univers relationnel du client est ressenti comme intolérable ?

Ce ne sont pas les éléments « réels » ou extérieurs, qui sont décisifs…, c’est le sentiment que « trop, c’est trop », que « ce n’est plus possible ».

En un mot, tant que la souffrance n’a pas atteint un seuil d’insupportable, le coût du changement est supérieur à la dépense occasionnée par le mal. Et l’on ne fait rien !

 

 

« Exercice solitaire »

Pour assurer ces nombreuses tâches, les directeurs sont souvent seuls, alors qu’ils ont également la responsabilité d’une classe.

Certains bénéficient d’une « décharge », c’est-à-dire d’une personne qui va assurer la classe à leur place, quelques jours par mois, selon la taille de l’école, pour leur permettre d’assurer leur fonction de directeur. Mais pour nombre d’entre eux, les décharges sont inexistantes ou jugées insuffisantes.

Pierre* ne se dit pas accablé par son travail qu’il affirme toujours aimer. Il est directeur d’établissement à Paris et a donc le privilège d’être totalement déchargé. Mais il a également officié dans les Yvelines, pendant une vingtaine d’années sans décharge, et reconnaît qu’assurer la direction et la classe « est juste énorme : on fait deux boulots en un ».

Concrètement, un directeur des écoles est pris entre l’académie, la mairie, les enseignants (dont il n’est pas le supérieur hiérarchique), ses élèves, tous les élèves de l’établissement, les parents d’élèves, puis les associations ou encore les assistantes sociales.

« Aujourd’hui, l’exercice de la direction d’école est un exercice solitaire », affirme à franceinfo Alain Rei, président du Groupement de défense des idées des directeurs d’école (GDID), une association qui milite pour la création d’un nouveau statut spécifique pour les directeurs d’établissement. Et dans les zones reculées, le directeur est réellement livré à lui-même. « A la campagne, vous êtes tout seul dans votre école avec les élèves », insiste Ghislaine. Et d’ajouter : « Il y a déjà un isolement quand on est directeur d’école, et si on n’a pas de collègue, c’est encore pire. »

« Jamais remercié »

Le directeur est donc seul face à son administration, qui n’est pas tendre lorsqu’un incident survient. « Souvent, quand il y a un problème dans votre école avec un élève, ou un parent d’élève, tout de suite, la hiérarchie a un côté suspicieux : ‘Mais comment avez-vous fait ? Et pourquoi vous n’avez pas fait comme ça ?’ C’est extrêmement pénible à vivre », raconte Ghislaine. Véronique Decker estime que, dans un contexte de « judiciarisation croissante », « l’administration ne cherche qu’à se couvrir ». Et de trancher : « L’intérêt de l’élève, l’intérêt de la famille, l’humanité de la relation, tout le monde s’en fout. »

« Le directeur se doit d’être réactif et, en cas de faute, accepter d’être le seul vers qui les reproches convergent. Il est la pierre angulaire du premier degré, mais il n’est jamais remercié », analyse Fabrice.

Le bilan est amer pour Ghislaine : « On veut toujours bien faire. Et on a l’impression que ce n’est jamais assez. On est tous plus ou moins dans les symptômes du burn-out. » De son côté, Madeleine reconnaît « faire partie des directrices qui emmènent leurs problèmes à la maison » et ne cache pas « se laisser parfois envahir par les pleurs ». « On a le sentiment de ne pas y arriver », poursuit Alain Rei.

Un poste mal payé, une formation inadaptée

Des tourments pour un travail débordant, et un salaire qui ne fait pas rêver les enseignants. L’OCDE a demandé à la France, en septembre 2018, de clarifier et revaloriser le statut et le rôle des directeurs d’école primaire en France. En effet, un directeur d’école primaire (maternelle et élémentaire) ne gagne que 7% de plus qu’un enseignant, alors que l’écart est de 41% en moyenne dans les autres pays de l’OCDE.

« Pour tout ce qu’on fait, on n’est pas bien payé. Personne ne se bouscule au portillon » pour les postes de direction, souffle Ghislaine. Pourtant, devenir directeur n’est pas spécialement compliqué. L’enseignant qui se porte candidat passe un oral d’une trentaine de minutes et « presque tous les gens qui passent cet entretien sont admis », affirme Pierre. Résultat : beaucoup de directeurs arrivent en poste sans vraiment réaliser la charge de travail. « Dans la majorité des cas, après un an d’essai, c’est une volonté de rester », assure Fabrice.

La formation des directeurs est également mise en cause. Elle se fait sur trois semaines perlées, c’est-à-dire réparties à différents moments de l’année. Outre cette formation en pointillé, pour Pierre, il y a un « déficit dans la formation en termes de management », soulignant que « parler en public, en réunion, devant les parents ou des représentants, est hyper stressant ».

Une réflexion sur la création d’un nouveau statut spécifique pour les directeurs d’école est en cours. Mais rien n’est encore tranché.

Le ministère de l’Education nationale se contente d’indiquer à franceinfo que « cette réflexion est inscrite à l’agenda social » et qu’elle est « l’un des dossiers les plus importants ».

Il ne peut donner d’échéance ou se prononcer sur des pistes, comme l’éventuelle création d’un statut hiérarchique supérieur pour les directeurs d’école, ou un dédoublement avec un poste de directeur administratif et un autre de directeur pédagogique. En attendant, le malaise risque de perdurer.

Pour tenir, les directeurs s’accrochent « aux sourires des enfants et la reconnaissance des parents », glisse Ghislaine.

Mais pour combien de temps ?

 

*Le prénom a été modifié

Source: franceinfo.fr


Si vous avez besoin d’aide, si vous êtes inquiet ou si vous êtes confronté au suicide d’un membre de votre entourage, il existe des services d’écoute anonymes. La ligne Suicide écoute est disponible 24h/24 et 7j/7 au 01 45 39 40 00. D’autres informations sont également disponibles sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé.

Ou prenez rendez-vous avec un psy, qui saura vous écouter, et vous apporter des solutions à votre mal-être.

 

… parce que les salariés s’attribuent à tort la responsabilité de leur mal-être !

Or ils victimes de causes exogènes (en-dehors d’eux) : entreprises, harcèlement, pression du n+1, surchage de travail, etc…

 

« Demain ne sera pas comme hier.

Il sera nouveau,

et il dépendra de Vous.

Il est moins à découvrir qu’à inventer »

_______

 

Gaston Berger

« Ne demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous.

Demandez ce que vous pouvez faire pour votre pays « 

F.Duval-Levesque psychopraticien, hypnothérapeute, coach

_

« Nul n’a le droit de se désintéresser

de la conséquence

de ses actes »

 

_______
Raymond Aron
philosophe, sociologue, politologue, historien et journaliste français (1905-1983)

Comment gère-t-on psychologiquement les injonctions, généralement implicites, à mentir au travail ?

C’est la question que pose le psychologue clinicien Duarte Rolo dans cet ouvrage issu de ses travaux de thèse dans un centre d’appel téléphonique.

Il a notamment pu remarquer que les salariés y étaient non seulement encouragés à vendre à tout prix, mais même à s’affranchir de règles pourtant jugées cruciales par la plupart de ceux qui sont installés dans le métier : la satisfaction du client… et la vérité.

Mentir au travailLe problème est non seulement que certains procèdent ainsi, mais aussi que l’organisation l’encourage, notamment en rémunérant en fonction des ventes.

Pour autant, observe le psychologue, qui s’inscrit dans le courant de la psychodynamique du travail de Christophe Dejours, il semblerait que beaucoup s’accommodent psychologiquement de ces entorses à l’éthique en évitant de penser à ce « conflit de valeurs », et de reconnaître qu’il est source de souffrance.

« L’engagement maximal dans l’abattage d’appels et la vente à outrance permettent d’une part de se conformer aux objectifs et aux cadences prescrits, d’autre part d’empêcher la pensée. » Cette stratégie psychique vise en effet à éviter la souffrance, voire la décompensation, car « bafouer les règles équivaut à réduire considérablement la possibilité de donner un sens à l’activité ».

Sauf que ce non-sens « obstrue sérieusement la voie du plaisir et de l’accomplissement de soi », sans oublier les « atteintes narcissiques » liées à la réalisation de ce « sale boulot », souvent aggravées par un déficit de reconnaissance hiérarchique.

Et le clinicien soulève un autre problème : « Autrefois la mobilisation des salariés était essentiellement obtenue par le maniement de la menace (…) Aujourd’hui, la particularité des méthodes de direction du personnel en centre d’appels est de préférer la persuasion à l’intimidation. »

En effet, ces stratégies de défense qui permettent « d’occulter, d’euphémiser ou de dénier la perception de ce qui les fait souffrir » empêchent également de s’élever contre cet encouragement, même implicite, à user du mensonge.

Peut-être interdisent-elles aussi de se poser la question de sa propre responsabilité, même lorsqu’on n’est qu’un simple rouage dans la machine…

 

Source: « Mentir au travail », Duarte Rolo, 2015, Puf, scienceshumaines.com