Cet ouvrage s’intéresse, s’adresse et est destiné en priorité aux adolescents dits intellectuellement précoces et aux jeunes adultes.

Mais aussi à ceux qui désirent mieux les connaître !

« Je déteste l’école, c’est un endroit où il faut toujours faire ce qu’on nous dit de faire. Moi je n’aime pas être commandé et je préfère travailler quand mon cerveau me dit de travailler.
– C’est quand ?
– C’est quand il se pose des questions. S’il sait déjà, il ne veut pas faire, et surtout pour faire des choses intelligentes.
– C’est-à-dire ?
– Déjà, ne pas écrire ou copier des textes, mais plutôt inventer des réponses, trouver des réponses à des problèmes, faire des calculs aussi »
Alexandre, 7 ans,
Q.I.T. = 139

Comprendre l'adolescent surdouéQuestions existentielles, sens aigu de la justice, curiosité dévorante, hypersensibilité, excellente mémoire, étonnante capacité à comprendre, incroyable pouvoir d’assimilation, mais aussi… solitude.

L’adolescence d’un jeune surdoué (ou Haut Potentiel, ou précoce) est un passage parfois douloureux, souvent bruyant, avec de nombreux obstacles dans la vie quotidienne, relationnelle ou scolaire.

Des défis remportés si l’entourage (parents, famille, enseignants…) apprend à mieux connaitre ce « drôle de zèbre ».

Ce qui les caractérise vraiment, au-delà de cette quête d’identité qui les rassemble, et qui est somme toute à peu près l’inverse d’une qualité à proprement parler, c’est une pensée créative, qui s’attaque souvent à plusieurs domaines simultanément. Mais aussi une angoisse existentielle, qui, si elle s’apaise de temps à autre, finit toujours par resurgir, les laissant orphelins d’une vraie identité.

Qui sont-ils enfin ?

Et comment les reconnaît-on, à défaut de pouvoir facilement les définir ?

Un tel potentiel, comme son nom l’indique, n’est certes pas un handicap – c’est bel et bien un atout – mais il accentue les difficultés liées à l’adolescence : le mal-être que ressentent fréquemment les adolescents est chez eux plus précoce, plus fort et plus long.

Généralement, ce qu’il est convenu d’appeler la crise d’adolescence survient après la puberté physiologique. Chez eux, les conflits la précèdent, dès l’âge de dix ans, puis sont exacerbés et perdurent à l’âge post-pubère.

Témoignages, conseils pratiques, pistes concrètes…

…vous aideront à mieux cerner votre zèbre et favoriser son épanouissement !

Qui est l’auteur Corinne Droehnlé-Breit ?

Corinne Droehnlé-Breit est docteure en psychologie et psychologue de l’enfance et de l’adolescence, diplômée de l’université Paris V – Sorbonne. Pratiquant en libéral depuis plus de 25 ans, elle anime très régulièrement des conférences autour des thèmes de la précocité, de la gémellité, de l’éducation, de l’adolescence, participe à des émissions télévisuelles et est l’auteure de différents ouvrages et de nombreux articles .

En 2012, elle a créé le cabinet Psy n Co, une structure inédite en France, où elle s’est entourée de collaborateurs dont les compétences complètent et améliorent sa propre pratique. C’est ainsi qu’une diététicienne, une sophrologue, une graphothérapeute, un ostéopathe et une conseillère en image œuvrent autour et avec Corinne Droehnlé-Breit, afin de permettre aux consultants de bénéficier de regards croisés sur leurs diff cultés et de les lever plus efficacement .

Source: « Comprendre l’adolescent surdoué (Comment apprivoiser mon zèbre) », de Corienne Droehnlé-Breit, édition de Boeck

Le poids ne se décrète pas.

Cependant, entre laxisme, résignation, laisser-aller et terro­risme antigros – antigras – il y a un pas.

Il n’y a que ceux qui n’ont pas besoin de perdre du poids qui trouvent que c’est facile… pour les autres.

Perdre du poids pourrait pourtant paraître aisé car une restriction calo­rique bien conduite entraîne toujours une perte de poids… consécutive.

Pourquoi alors est-ce difficile ?

PoidsParce qu’il faut s’inscrire dans la durée. Et parce qu’on ne peut s’inscrire dans la durée que si l’on a analysé les déterminants de la prise de poids.

Ceux-ci sont de trois ordres :

  1. les facteurs prédisposants (génétiques et épigénétiques, tel le petit poids de naissance, prédisposant à l’obésité abdominale…), non modifiables pour l’instant
  2. les facteurs favorisants, en particulier les apports alimentaires régulièrement supérieurs aux dépenses, et donc à l’activité physique, mais aussi les rythmes de vie et de travail, le déficit de sommeil, le stress social (se sentir exploité, non reconnu) ; le tout sous-tendu par des facteurs socio-économiques, la pression publicitaire, les phénomènes de compensation alimentaire d’origine psychologique, éducative ou cultu­relle
  3. enfin les facteurs déclenchants : les moments physiologiques de la vie (puberté, grossesse, ménopause), mais aussi les événements douloureux (séparation, deuil, rupture, IVG, agression sexuelle…).

C’est dire que notre société n’est pas obésogène pour rien…

.

Bénéficiez d’une information, avec entretien gratuit et sans engagement de 30-40 minutes, pour une aide, un vrai soutien psychologique, ou une psychothérapie (cliquez ici)

 

Le poids ne se décrète pas.

Cependant, entre laxisme, résignation, laisser-aller et terro­risme antigros – antigras – il y a un pas.

Il n’y a que ceux qui, n’ayant pas besoin de perdre du poids, trouvent que c’est facile… pour les autres.

Perdre du poids pourrait pourtant paraître aisé car une restriction calo­rique bien conduite entraîne toujours une perte de poids… consécutive.

obésité, surcharge, F.Duval-Levesque psychopraticien certifié, addictions-dépendances, dépression, coaching, mal-êtreAlors, pourquoi est-ce difficile ?

Parce qu’il faut s’inscrire dans la durée, et parce qu’on ne peut s’inscrire dans la durée que si l’on a analysé les causes de la prise de poids avec un psychopraticien.

Ceux-ci sont de trois ordres :

1/ les facteurs prédisposants (génétiques et épigénétiques, tel le petit poids de naissance, prédisposant à l’obésité abdominale…), non modifiables pour l’instant

2/ les facteurs favorisants, en particulier les apports alimentaires régulièrement supérieurs aux dépenses, et donc à l’activité physique. Mais aussi les rythmes de vie et de travail, le déficit de sommeil, le stress social (se sentir exploité, non reconnu). Le tout sous-tendu par des facteurs socio-économiques, la pression publicitaire, les phénomènes de compensation alimentaire d’origine psychologique, éducative ou cultu­relle

3/ enfin les facteurs déclenchants : les moments physiologiques de la vie (puberté, grossesse, ménopause), mais aussi les événements douloureux (séparation, deuil, rupture, IVG, agression sexuelle…).

C’est dire que notre société n’est pas obésogène pour rien…

.

Bénéficiez d’une information, avec entretien gratuit et sans engagement de 30-40 minutes, pour une aide, un vrai soutien psychologique, ou une psychothérapie (cliquez ici)