Coline Tison, réalisatrice, a enquêté autour d’Internet et témoigne de façon édifiante : son impact écologique, son économie, sa temporalité.

De prime abord, Internet est magique, rapide, gratuit, libre, démocratique, peu énergivore. Mais Coline Tison est allée voir de l’autre côté du miroir.

« Le crash numérique c est la hantise de tous les informaticiens.
Alors, tous ces ordinateurs sont alimentés et refroidis en permanence. Et si jamais il y a une coupure de courant, me direz-vous ? Il y a un deuxième circuit, de secours, naturellement.
Et si tout est coupé ? Il y a bien sûr des générateurs de secours qui marchent au fuel! Bref.
Internet ce que vous ne savez pasQuand j ai découvert ces datacenters, j ai bien vu qu Internet n était pas aussi magique qu’il y paraissait. Ces grandes usines, qui stockent les données de millions d’utilisateurs, consomment autant d électricité à elles seules que 20 000 habitants.
Si Internet était un pays, il serait le 5 e consommateur mondial d électricité.
Et sa consommation ne cesse d augmenter. Le charbon et le nucléaire sont les deux plus grandes sources d énergie d’internet.
On est bien loin de l impact carbone neutre que j avais en tête au tout début de cette enquête. Et je n’étais pas au bout de mes surprises. »
Ce nouveau livre, passionnant,  est une réflexion sur la révolution technologique, humaine et sociale incarnée par Internet : ses fonctions, ses promesses, ses valeurs et ses moyens.

Avec quelle énergie fonctionne-t-il ?

Quelle économie ?

Et quelles utilisations sont faites de nos données personnelles ?

Internet est-il vraiment « démocratique » ?

Autant de questions auxquelles Coline Tison répond, tout en donnant des pistes de solutions positives.

Documenté, clair et instructif, cet essai nous concerne tous et nous interroge : comment renouer avec l’utopie d’Internet ?

Coline Tison est journaliste audiovisuelle depuis une dizaine d’années. Née au Texas, ayant vécu au Canada et étudié les sciences politiques en France et en Allemagne, cette globe-trotteuse a réalisé de nombreux reportages pour la télévision, dont un documentaire sur l’impact écologique d’Internet : Internet : la pollution cachée.

Source: « Internet: ce qui nous échappe« , de Coline Tison, éditions Yves Michel

Se mettre à surfer dès la sonnerie du réveil, ou actualiser son statut Facebook aux feux rouges…

Certaines personnes sont devenues à ce point dépendantes de la technologie qu’elles cherchent à s’en affranchir. Voici un plan par étapes pour les y aider.

Faites attention à l’emplacement des ordinateurs
Des parents reprochent à leurs enfants de passer trop de temps dans leur chambre pour jouer à des jeux vidéo, mais ceux-ci se sentent délaissés lorsque leurs parents s’enferment dans leur bureau pour achever une dernière présentation. Pensez à l’endroit où vous installez vos machines. Si tous les ordinateurs et consoles de jeux se trouvent dans la même pièce, la famille sera au moins réunie.
Établissez des limites claires
D’après certaines recherches, le fait de délimiter clairement l’usage de la technologie réduit les tensions. Voici quelques règles possibles : pas d’appareils à table ; une soirée par semaine dédiée aux jeux de société ou de carte – voire aux jeux vidéo – en famille ; détermination du nombre de messages échangés chaque jour ou du temps passé par les enfants sur les réseaux sociaux. Quelles que soient les règles retenues, il faut en discuter longuement avec toute la famille.
Recherchez votre propre équilibre
Chaque personne et chaque famille se comporte différemment face aux nouvelles technologies de communication. Cherchez à réaliser un bon équilibre personnel de manière à toujours garder le contrôle de la situation et à intégrer intelligemment le téléphone, le courrier électronique et les médias sociaux dans votre vie.

.


Pour une information et un entretien gratuit de 30 à 45 minutes, sans engagement, concernant une aide, un soutien psychologique, ou une psychothérapie -> cliquez ici