Dans le Lauragais, les professionnels de santé s’organisent pour faire face à l’épidémie du coronavirus. « Mini-urgences », téléconsultation, consignes sanitaires…

Coronavirus oblige, le Lauragaiss’organise pour faire face à l’épidémie de Covid-19 et cette situation sanitaire qui évolue rapidement.

Les médecins généralistes de Gardouch, Nailloux, Villenouvelle, Saint-Léon ou encore de Villefranche-de-Lauragais et Avignonet-Lauragais, se structurent conjointement aux infirmiers pour assurer une permanence des soins.

Des lieux dédiés aux consultations médicales sont par ailleurs en cours d’aménagement afin de traiter au mieux – si besoin – les patients tout en limitant la propagation du virus.

Bernard Garnier, président de la Communauté professionnelle territoriale de santé (CPTS) du Lauragais, détaille :

Afin de faire face à la situation sanitaire exceptionnelle, la communauté professionnelle territoriale de santé du Lauragais a déployé une coordination à grande échelle. L’accès aux soins de la population est assuré. Les médecins généralistes assurent les consultations médicales sur tout le territoire.

Lire aussi : Coronavirus. Report de manifestations, fermetures d’établissements… La situation en Lauragais

Premier contact : le médecin traitant

La première chose à savoir, c’est qu’il est demandé aux habitants de contacter prioritairement leur médecin traitant. Mais attention : ne vous rendez pas au cabinet médical sans avoir pris un rendez-vous téléphonique au préalable.

Lors de ce premier appel, il vous faudra énumérer vos symptômes pour que le docteur puisse évaluer la situation et donner les premières consignes et le protocole à suivre.

Bernard Garnier poursuit :

Les patients suivis par un médecin traitant sont invités à s’orienter prioritairement vers celui-ci en cas de nécessité. Une orientation par téléphone pour une prise de rendez-vous est à privilégier. Un système de téléconsultation est mis en place et peut être proposé aux patients.

La mise en œuvre, progressive, de cette solution de téléconsultation permettra d’assurer des consultations à distance, le suivi des patients ainsi que la délivrance des ordonnances.

Lire aussi : Coronavirus : Emmanuel Macron impose des déplacements réduits pendant 15 jours minimum

Une coordination importante

Il est aussi important de noter que les Maisons de santé de Gardouch et de Nailloux ainsi que les cabinets médicaux de Saint-Léon, Villenouvelle, Avignonet-Lauragais et Villefranche-de-Lauragais, coordonnent leur action afin d’assurer un service de « mini-urgences » si besoin est.

Par ailleurs, le président de la CPTS du Lauragais souligne que « les infirmiers et infirmières du territoire sont associés à cette organisation exceptionnelle » :

En complément de leur activité de soins, ils pourront assurer de manière coordonnée avec le médecin généraliste, le suivi des patients.

Une coordination entres mairies, services sociaux et médico-sociaux est également nécessaire. « Les établissements sanitaires sont en lien avec les professionnels de santé de ville. L’Autorité régionale de santé (ARS) d’Occitanie soutient la Communauté Professionnelle de Santé du Lauragais dans la gestion de cette situation », précise le docteur.

Rappelons que le maintien à domicile des personnes en situation de fragilité et de vulnérabilité est primordial.

Bernard Garnier conclut :

La solidarité et l’entraide et le partage doivent permettre à tout et chacun de prévenir des situations d’isolement et de précarité

Contacter la maison de santé de Gardouch : 05 61 81 21 44.

Les pôles de compétitivité spécialisés dans la santé, Eurobiomed (Montpellier) et Cancer Bio Santé (Toulouse) fusionnent pour créer un cluster santé de niveau européen.

L’enjeu pour les deux structures chargées de booster les filières médicales en soutenant financièrement des projets de recherche :  « créer l’un des premiers clusters européens de PME du secteur de la santé », explique Xavier Tabary.

Président d’Eurobiomed et directeur du site montpelliérain de Sanofi, le dirigeant estime qu’il fallait suivre le mouvement qui a donné naissance à la grande région Occitanie : « Il faut créer une entité plus puissante et cohérente », confirme-t-il : « D’autant plus que l’État nous y a également incité pour aider plus efficacement les entreprises à capter les financements de l’innovation au niveau européen ».

Xavier Tabary évoque aussi l’importance de cette fusion vue de l’étranger, et notamment des USA et du Japon : « L’un de nos partenaires internationaux est Biocom, un cluster d’entreprises californien qui compte 1 100 adhérents de San Diego à San Francisco. Or, ces deux villes sont aussi éloignées que Marseille et Toulouse ! Ce cluster, devenu l’un des pôles les plus puissants aux USA, mondialement reconnu, nous a inspirés dans notre démarche pour unir nos forces sur le Grand Sud et gagner en visibilité internationale ».

Depuis un an, Eurobiomed est également partenaire du japonais Link-J. La visibilité internationale sera aussi un atout pour l’Asie. Voilà pour la stratégie.

Au final, le futur cluster comptera 380 adhérents : « L’objectif est qu’ils soient 500 à l’horizon 2022 », annonce le président d’Eurobiomed : « Sur notre territoire, métropoles, Régions, État resteront nos financeurs et nos partenaires privilégiés ».

Le cluster a déjà défini ses grands axes de recherche : « En effet, nous avons bâti une feuille de route après avoir interviewé un centaine d’adhérents, entreprises, instituts de recherche, CHU… La stratégie établie repose sur 4 volets : prévention et prédiction ; diagnostic ; choix personnalisés ; suivi du parcours de santé ».

Le cluster a également repéré des thèmes majeurs : l’expérience du patient, les outils de santé numérique, les thérapies innovantes, les objets connectés…

Deux pôles régionaux qui pèsent :

Eurobiomed : fondé en 2009, 270 membres dont 225 entreprises, 172 projets de R&D représentant 718 M€ d’investissements (dont 140 M€ de levées de fonds) et 700 emplois directs ;
Cancer Bio Santé : fondé en 2005, plus 70 entreprises Biotech adhérentes, 9 000 chercheurs publics et privés concernés.

Sources: actu.fr, divers