«J‘attendais ça depuis des années» : ceux qui se félicitent d’un Noël en petit comité. En faites-vous partie ?

Ils se réjouissent d’échapper à l’interminable déjeuner familial du 25 décembre.

Si les restrictions sanitaires imposées pour les fêtes font le malheur des uns, d’autres se contentent volontiers d’un Noël sobre.

En réalité, la perspective d’un Noël plus sobre et en petit comité n’est pas pour déplaire à certains…

Beaucoup de personnes ne mâchent leurs mots pour fustiger une fête «qui n’est plus ce qu’elle était». «Ces enfants qui visitent leurs grands-parents une fois par an juste pour les cadeaux, je trouve ça hypocrite, et je m’en passerai bien cette année», grince l’un deux. «J’attendais ça depuis des années !», renchérit un autre.

Une «obligation sociale» ?

«Personnellement, un Noël en petit comité me va très bien», abonde Adeline. Cette mère de famille se réjouit de la jauge des six personnes recommandée par les autorités. «Cela peut paraître égoïste, mais les réunions chez les beaux-parents où tout le monde se force, cela m’ennuie terriblement. Cette fois-ci, je resterai avec mon mari et mes enfants. Plus besoin de faire bonne figure !». Un avis que partage Jessica, pour qui cette fête est peu à peu devenue une «obligation sociale». «Je ne me retrouve pas dans ces grandes réunions de famille. Je n’arrive pas à participer aux conversations et je m’ennuie systématiquement».

La tradition autour du 25 décembre est pourtant très présente dans l’hexagone, où 84% des Français ont coutume de fêter Noël selon un sondage YouGov pour le Huffington Post. Cette année, 79% comptent toujours festoyer à cette occasion.

Mais quelques-uns s’en passeraient volontiers.

«Si cela peut nous éviter le déjeuner interminable, entre le grand-oncle ronchon et la grand-mère qui n’entend rien, on peut bien s’en passer», commente cyniquement un internaute. Car à peine Halloween passée, les devantures de magasins, avenues et balcons se parent de guirlandes lumineuses et autres décorations «noëlisées», selon le jargon commercial, incitant, même malgré soi, à entrer dans la «magie de Noël». «Mais ne pas me coltiner la belle famille, c’est aussi ça, la magie de Noël !», ironise encore un internaute.

Le repas de Noël, “un cauchemar” ?

Champagne, foie gras, chocolats à foison et chansons de Mariah Carey, un «sentiment de déjà-vu» pour certains, et que la situation d’urgence sanitaire sera l’occasion de fuir. Tandis que les médias annoncent de «tristes fêtes» (Le Parisien) ou évoquent une “douche froide” (Le Figaro) suite aux dernières annonces de Jean Castex, quelques Français y voient une véritable «délivrance».

«D’année en année, Noël devient de plus en plus une corvée», s’exclame Jessica. «Devoir rester à table pendant des heures, se servir de chaque plat pour ne pas froisser mamie alors qu’on n’a plus faim, supporter le brouhaha assourdissant des conversations… pour moi, c’est un cauchemar», confie la jeune femme qui restera, cette année, dans sa maison de campagne entourée de ses deux parents. «Nous n’avons pas encore décidé des personnes que nous allions inviter, mais nous respecterons la règle de six et ce sera très bien».

Seraient-ils plus nombreux qu’on ne le pense, ces Français pour qui Noël est une obligation ?

Toujours est-il que, selon l’Ifop, 19 % d’entre eux ne fêteront pas du tout Noël ni le Nouvel An cette année. Et pour ceux qui le célébreront, les restrictions des autorités seront respectées, puisque à peine 10% des Français prévoient d’être plus de 10 à table.

Le seul aspect positif, c’est de voir les générations mélangées, et les grands-parents être entourés de leurs petits-enfants.

Une joie dont certains seront privés puisque, afin de protéger leurs aînés, près de la moitié des Français fêtant généralement Noël avec leurs grands-parents y renonceront cette année, selon l’Ifop.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Si la minceur est depuis le Moyen-Âge « considéré comme une vertu », comme un gage de bonne santé selon l’historien Georges Vigarello, auteur des « Métamorphoses du gras », la française mince et élancée telle qu’on la connaît aujourd’hui date de la Première Guerre mondiale.

Les femmes se retrouvent seules, leurs maris partis au front, elles se découvrent indépendantes et actives.

L’idéal maternel s’éloigne « démodant les contours mammaires et la largeur des hanches. Les journaux diffusent l’image d’une garçonne sportive aux formes longilignes. Maigrir devient un devoir ou, pis, une obligation » constate l’historien.

La femme parfaite serait-elle une “connasse” ?

Exceller, être irréprochable, tout contrôler (amour, job, enfants…) au risque de se perdre, comme l’héroïne d’À coup sûr, le premier film de Delphine de Vigan.

Il est urgent d’échapper à l’obsession de la femme parfaite.

La femme parfaite est une connasse  ! (1) est devenu en quelques mois un best-seller vendu à 300 000 exemplaires.

Les auteurs, Anne-Sophie et Marie-Aldine Girard, deux sœurs jumelles, l’une humoriste, l’autre journaliste, sont les premières surprises de cet engouement. « À l’origine, ce texte était presque un gag. Aujourd’hui, son titre est devenu le mantra d’une nouvelle génération », dit la première.

a-femme-parfaite-est-une-connasse--guide-de-survie-pour-les-femmes-normales, -hypnose-f-duval-levesque-psychotherapie-coach-psychopraticien-hypnose-emdr-sophrologie-addiction-dependance-depression-mal-etre-Comment expliquer le succès de ce petit opuscule plus proche du livre de cuisine que du manifeste féministe ?

« Il vient de ce qu’il décomplexe les femmes, les autorise et leur apprend à assumer leurs choix, leur condition sociale, leurs imperfections, parfois même avec la plus grande malhonnêteté du monde », explique la seconde.

Vous adorez lire le magazine Public, cent pour cent people ? Si cela vous dérange de l’avouer, dites que vous venez de relire pour la troisième fois La Recherche. Votre enfant triple sa quatrième ? Haussez les épaules et affirmez que c’est un surdoué. Vous ne partez pas en vacances aux Seychelles ?

Osez marteler que vous trouvez cette destination surfaite et que vous préférez la Picardie.

« Le tout est de ne pas se laisser impressionner par l’obligation de résultats qu’impose la société. Notre succès est l’expression d’une grande lassitude de femmes usées par les objectifs de perfection qu’on ne cesse d’exiger d’elles. Avec ce livre, elles se sentent moins isolées, plus libres, moins tartes », poursuivent les auteurs.

D’ailleurs, pour les sœurs Girard, qu’est-ce qu’une parfaite connasse ?

« Celle qui vous fait vous sentir minuscule, parce qu’elle met en scène sa vie et son emploi du temps comme une série hollywoodienne », résument les sœurs auteurs. « Les femmes sous contrôle jusqu’à la pointe des cheveux existent. Mais sait-on vraiment ce qu’il y a derrière le miroir ? tempère la sociologue Janine Mossuz-Lavau (2). Peut-être que de vrais nœuds de vipère sont cachés sous le tapis, des enfants anorexiques, une belle-mère alcoolique, un époux infidèle au bout du rouleau, qui se drogue au Prozac. L’hypercontrôle se paie. »

Alors pourquoi tant de femmes continuent-elles d’être tendues au maximum ?

À cause de la pression de la société et de celle des hommes et de leurs diktats.

Souvenons-nous de cette phrase, terrible, d’Yves Montand parlant de Simone Signoret : « Vous croyez que c’est drôle de s’endormir avec “Casque d’or” et de se réveiller avec Madame Rosa ? »

La sociologue interroge :

« Est-ce que vous verriez sur Meetic une annonce telle que : “Cherche femme excessivement ronde, pas maquillée et au chômage” ? Non ! Les femmes savent que la séduction est leur arme fatale. »

Résolution 2014 : amour, travail, enfants,

visez l’imperfection pour être bien dans votre vie !

(1) Aux Éditions J’ai lu.
(2) Directrice de recherche CNRS au Cevipof.

Sources : madame.lefigaro.fr, mon expérience de psychopraticien

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici