Lesparents peuvent être parfois très surpris d’une demande que les enfants n’arrivent souvent pas à formuler mais qui est pourtant très simple : 

“je veux juste que nous passions du temps ensemble”. 

C’est une demande d’affect assez primitive que leur font leurs enfants, parfois assez maladroitement, par des colères, des bêtises, des caprices… 

Avec Noël, ils trouvent un prétexte idéal pour passer du temps avec leurs parents : faire le sapin, faire la liste de cadeaux, avoir un sujet de conversation régulier en commun qui ne soit pas l’école, les mauvaises notes… 

Tout cela forme un support de liens affectifs qui, selon moi, explique bien plus le succès de Noël que l’aspect commercial et consumériste de cette fête.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

Vous êtes impatient à l’idée de déballer vos cadeaux, de voir si vos amis et votre entourage ont respecté votre wishlist idéale. Appareils photo, belles montres, articles pour votre voiture ou votre moto, voilà un programme alléchant.

Et en parlant d’avoir l’eau à la bouche, vous allez vous retrouver en famille comme chaque année pour des repas potentiellement soporifiques.

Alors comment survivre à un dîner de famille ? On ne survit pas.

On plaisante !

Evidemment qu’il y a des solutions pour supporter les inévitables repas en famille qui vous monopolisent à chaque fin d’année.

Moments de joie intenses pour quelques-uns, ces déjeuners et dîners relèvent surtout du calvaire pour la majorité d’entre nous.

Nos proches ont beau être des gens palpitants et de bonne composition, il est parfois difficile de rester assis à table pendant des heures en tâchant de faire bonne figure. Soit vous suivez la méthode Nadine de Rothschild, c’est-à-dire en courbant l’échine au nom de la politesse, soit vous jouez la carte de l’initiative.

Comparons donc les deux options pour vous aider à décider laquelle est la meilleure. Et dites-moi laquelle a fonctionné pous !

La méthode incognito, un grand classique

Ne vous méprenez pas, ce n’est pas à la célèbre baronne de Rothschild que l’on doit cette façon de procéder, mais l’icône du savoir-vivre l’approuverait très certainement.

Si vous choisissez cette option, vous allez devoir être irréprochable, être de bonne compagnie et feindre de passer un moment exquis. Autant vous dire que derrière les apparences, ce ne sera pas forcément une partie de plaisir.

Commencez par enfiler vos plus beaux habits de circonstances, en d’autres termes ceux qui plairont le plus à votre hôte : un joli col roulé et une veste croisée accompagnés d’un rasage de la barbe en bonne et due forme. N’arrivez pas les mains vides, apportez par exemple une bonne bouteille de champagne et des mets qui se prêtent aux festivités. Vous ravirez ainsi votre hôte et au moins, vous serez certain de la qualité de ces produits. En cas d’ennui maximum, la nourriture peut être d’un grand réconfort. N’oubliez jamais ça.

Soyez souriant dès votre arrivée et proposez votre aide, avec un peu de chance, en faisant le service, le temps vous paraîtra moins long.

Mais c’est à table que tout va se jouer. Vous devez trouver le juste équilibre en termes de sujets de conversation pour vous rendre agréable tout en ne subissant pas le repas comme un supplice. En principe, c’est tout à fait faisable.

Evitez au moins les lieux communs d’une lourdeur extrême tels que la météo et la carte des radars sur les routes de France. Vous valez mieux que ça. Mais ne soyez pas non plus celui qui casse tout semblant d’ambiance en amenant les sujets qui fâchent sur le tapis. Politique, religion et sexualité sont à proscrire, exception faite du petit Jésus à Noël, car après tout il s’agit de son anniversaire.

En tout cas, on vous recommande de vous concentrer sur des compliments relatifs aux plats qui composent le menu ainsi que les qualités de cuisinier(e) de l’hôte. Ainsi marquerez-vous des points sans froisser personne. Et si vous êtes fin gourmet, rebondissez sur des anecdotes croustillantes ou des faits d’actualité sur l’univers de la gastronomie. Pourquoi ne pas faire découvrir les restaurants-potagers et la cuisine de la naturalité d’Alain Ducasse aux autres invités ?

Essayez en tout cas d’apporter un peu de gaîté en espérant que les autres en feront de même.

Sinon, optez pour la prise d’initiative

Pourquoi vouloir à tout prix faire croire à votre entourage que vous êtes un individu exemplaire, lisse et insipide ? Après tout, ceux qui vous connaissent bien savent que c’est faux et les autres ne sont pas dupes.

Et si cette année, vous décidiez de casser une bonne fois pour toutes cette image factice ?

Pour y parvenir sans risquer de faire une entorse aux bonnes manières, il va falloir que vous ayez une excuse, et elle est toute trouvée : organisez le dîner chez vous.

Comme ça vous serez le patron, le king, le big boss. Nul n’osera vous reprocher vos écarts de conduite puisqu’en fin de compte, vous êtes chez vous. Prenez donc les commandes. Etant donné que vous êtes le maître à bord, imposez un rythme, une ambiance. Pourquoi pas un dîner à thème ?

Choisissez de préférence quelque chose qui sorte de l’ordinaire, et qui force les membres de votre famille à se découvrir sous un nouveau jour. Attention, le but n’est quand même pas de les traumatiser mais disons que vous voulez bousculer un peu leurs habitudes de dîners monotones.

Soyez créatif, au-delà de l’atmosphère qui règne à votre dîner, transformé en véritable événement, vous vous devez de proposer un menu audacieux, et délicieux.

De cette manière, personne ne trouvera rien à redire sur vos extravagances et vous laisserez un souvenir impérissable de cette soirée, probablement la meilleure possible. Prévoyez des sujets de conversation de secours en cas de climat tendu. Au besoin, proposez des jeux, mettez des musiques entraînantes, mais quoi qu’il en soit, ne laissez jamais l’ennui s’installer chez vos convives.

Avec ça, fini les ambiances pesantes comme dans la comédie culte d’Etienne Chatiliez « La Vie Est un Long Fleuve Tranquille » (1988). Vos invités vous remercieront d’avoir réveillé autant que possible les traditions.

En tant qu’organisateur, vous verrez que vous n’aurez pas le temps de vous ennuyer, et en prime, vous collectionnerez les présents de la part de vos invités.

 

Source : lifestyle.boursorama.com

Un menu de fêtes créatif à la mode Seignalet

Après le succès de son premier livre de recettes sans gluten et sans lait, Christine Calvet a récidivé avec un nouvel opus, A table ! sans gluten et sans lait, paru à la fin du mois de janvier 2013. Une fois encore, elle proposera des recettes créatives, faisant la part belle aux produits de saison et aux aliments bio.

La grande nouveauté de cet ouvrage c’est que Christine Calvet a tenu à créer des recettes à index glycémique bas.

En effet, la plupart des recettes sans gluten et sans lait présentent l’inconvénient d’utiliser des ingrédients qui provoquent des pics de glycémie. Ce qui favorise, à terme, la prise de poids. Dans son nouveau livre, exit les farines raffinées de riz et de maïs, place aux farines de légumineuses et d’oléagineux !

Pour les fêtes, quoi de mieux qu’un repas sain, convenant à tout le monde (y compris aux intolérants au gluten et au lait) et permettant en plus de garder la ligne ?

Pour ne pas oublier la gourmandise, Christine Calvet a mitonné un menu comportant les aliments gourmets typiques des réveillons, sans oublier la traditionnelle bûche au chocolat.

Pour épater à l’apéro

Pensez aux brochettes ! Les suggestions de Christine Calvet :

– Brochettes dés de kiwis & magret de canard séché

– Brochettes de jambon « pata negra » & ananas frais

– Brochettes de crevettes roses cuites & d’abricots secs macérés dans du thé vert Earl Grey

– Brochettes de saumon fumé & cubes de mangue au gingembre

– Brochettes de champignons & de tofu mariné au vinaigre de prunes et sésame

 

En entrée : Noix de St Jacques pochées au pamplemousse sur lit de panais à l’estragon et à la noisette

Préparation : 25 min

Cuisson : 20 min environ

Ingrédients pour 6 personnes :

18 noix de St Jacques fraîches prêtes à l’emploi , 3 panais de taille moyenne , 1 avocat bien mûr, le jus d’1 pamplemousse, 2 c. à s. d’huile d’olive,  1 filet d’huile de noisette, 2 gouttes d’huile essentielle d’estragon, 1 tronçon de gingembre frais (20 g environ), 1 branche d’estragon frais finement ciselé, mesclun et graines germées pour la décoration, sel aux herbes, moulin à poivre quatre baies (vert, noir, blanc et rose)

Préparation :

Dans un bol, mélanger le jus de pamplemousse, 1 c. à s. d’huile d’olive, le gingembre râpé et l’huile essentielle d’estragon. Ajouter les noix de St Jacques et laisser mariner au moins une demi-heure. Pendant ce temps, laver le mesclun et brosser les panais. Égoutter les noix de St Jacques. Réserver. Râper les panais puis les assaisonner avec la moitié de la marinade environ et l’estragon frais ciselé. Réserver.

Faire chauffer une poêle avec 1 c. à s. d’huile d’olive puis y faire revenir les noix de St Jacques 1 à 2 min en les retournant. Déglacer la poêle avec le reste de marinade et poursuivre la cuisson 1 à 2 min, saler et poivrer à votre goût.

Dresser les assiettes en déposant trois noix de St Jacques sur un lit de panais râpés préalablement arrosés d’un filet d’huile de noisette. Décorer avec des billes d’avocat, du mesclun et des graines germées. Déguster aussitôt.

Astuce : Légume ancien, à la fois doux comme la carotte et fruité comme le céleri, le panais est délicieux et original dans cette recette mais il peut être remplacé par du céleri rave.

 

Comme plat de résistance : Queues de lotte aux pistaches, caramélisées à l’orange & duo acidulé carotte-fenouil

Préparation : 25 min

Cuisson : 20 min environ

Ingrédients pour 6 personnes :

6 petites queues de lotte dépouillées (1,5 kg), 500 g de carottes, 3 bulbes de fenouil (500 g émincés), le jus de 2 oranges, 1,5 c. à c. de cumin moulu, 1 filet d’huile d’olive,  2 échalotes, 3 gousses d’ail, 75 g de pistaches, 1 branche de romarin, fleur de thym, sel aux herbes, moulin à poivre trois baies (vert, noir, blanc), 2 c. à c. de raisiné ail (sans sucre ajouté, voir sur le site http://raisinnove66.tk/)

Préparation :

Brosser les carottes et les couper en fines rondelles, laver et émincer finement les bulbes de fenouil puis les disposer dans une cocotte à fond épais en les assaisonnant avec le cumin et un peu de sel aux herbes. Ajouter le jus d’une orange et la branche de romarin. Laisser cuire à couvert et à feu doux environ 20 min puis terminer à découvert jusqu’à évaporation du jus d’orange.

Pendant ce temps, préchauffer le four à 180 °C (th. 6) et disposer les queues de lotte dans un plat allant au four en les salant et poivrant à votre goût. Les parsemer de fleur de thym, les arroser d’un filet d’huile d’olive et du jus de la deuxième orange. Répartir les gousses d’ail partagées en deux et les échalotes grossièrement émincées puis enfourner 15 à 20 min environ en surveillant la réduction du jus d’orange.

Recueillir le jus, y mélanger les pistaches très finement mixées et le raisiné jusqu’à obtention d’un « caramel ». Dresser le plat de service en répartissant le poisson badigeonné de « caramel » sur les légumes. Déguster bien chaud.

 

 

En guise de dessert : Bûche roulée, pommes-kiwis aux éclats de châtaignes et pistaches, glaçage au chocolat

Préparation : 35 min

Cuisson : 30 min

Ingrédients pour une plaque de 27 x 32 x 1 cm (rebord) :

– pour le gâteau roulé : 4 oeufs, 60 g de farine de riz complet, 3 c. à s. de sirop d’agave, le zeste d’un citron

– pour la compote : 5 pommes rouges de taille moyenne juteuses et sucrées, 3 kiwis bien mûrs, 200 g de châtaignes entières au naturel, 50 g de pistaches décortiquées non salées, 2 c. à s. de jus de pomme (environ, 1 c. à c. d’épices « mélange pour pains d’épices », 1 c. à s. de sirop d’agave (facultatif)

– pour le glaçage au chocolat : 3 c. à s. de purée d’amandes complète, 3 c. à s. de cacao en poudre non sucré, 1 c. à s. de sirop d’agave, 6 c. à s. d’eau tiède (environ)

Préparation de la compote

Peler les pommes et les couper en cubes, peler les kiwis et les couper en rondelles, partager les châtaignes en deux. Disposer les fruits frais et les châtaignes dans une casserole à fond épais, les saupoudrer d’épices, rajouter le jus de pommes et bien mélanger pour mêler les saveurs. Laisser mijoter à feu doux une vingtaine de minutes en remuant de temps en temps pour que les fruits n’attachent pas (si besoin rajouter un peu de jus de pommes). Ôter du feu lorsque les morceaux sont cuits mais pas fondus. Écraser les morceaux avec un mixeur plongeant en prenant bien soin de laisser des éclats de châtaignes et incorporer les pistaches grossièrement hachées. Goûter et eventuellement adoucir la compote avec le sirop d’agave. Réserver.

Préparation du biscuit

Séparer les blancs d’œufs des jaunes et monter les blancs en neige ferme dans un saladier. Dans un deuxième saladier, fouetter les jaunes avec le sirop d’agave puis ajouter le zeste de citron finement râpé et la farine tamisée. Incorporer progressivement et délicatement les blancs d’œufs à ce mélange. Verser et étaler la pâte sur une plaque à pâtisserie à petit rebord préalablement graissée ou recouverte d’un papier sulfurisé huilé. Enfourner dans un four préchauffé à 180 °C (th. 6) pendant une dizaine de minutes, jusqu’à ce que le gâteau blondisse. Humidifier un torchon et l’étaler sur la table, y renverser le gâteau et le rouler. Patienter quelques minutes avant de le dérouler. Répartir la compote sur la surface du gâteau et le rouler à nouveau, doucement.

 

Préparation du glaçage au chocolat

Pendant que le gâteau cuit, délayer la purée d’amandes avec l’eau tiède et le sirop d’agave jusqu’à obtention d’une crème assez épaisse, puis ajouter le cacao. Rectifier la consistance si besoin et le goût sucré et/ou chocolaté selon le goût souhaité.

Nappage de la bûche

Étaler le glaçage sur la bûche à l’aide d’un couteau ou d’une spatule en gardant un certain relief. Laisser reposer au moins 2 h avant de servir la bûche décorée de rondelles de kiwis.

 

Bonne fêtes !

 

Sources : lanutrition.fr, « 4 saisons sans gluten et sans lait » et « A table sans gluten et sans lait », de Christine Calvet, Thierry Souccar Editions

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Modérez votre consomation d’alcool

Pour éviter de prendre du poids, il est recommandé, et conseillé de limiter voire de supprimer la consommation d’alcool. L’alcool pèse lourd en calories et n’apporte aucun nutriment. Parce que c’est la fête profitez d’une coupe de champagne ou d’un verre de très bon vin.

Préférez….

…offrir un plateau de fruits de mer que du foie gras. Mais ne préparez pas de mayonnaise. Préférez les citron et le vinaigre à l’échalote.

Préferez composer un menu de poissons que de viandes

Limitez le pain sur la table.

Une entrée, un plat un dessert. Ne proposez pas de fromage à votre diner.

Joyeuses Fêtes, hypnose, f-duval-levesque-psychotherapie-coach-psychopraticien-EMDR, sophrologie, addiction-dependance-depression-mal-etre-soutien-psy-boulimie-addiction-sexuelle

Avant les fêtes…

Réduisez et allégez tous vos repas d’avant ceux des fêtes de fin d’année. Surtout si vous avez plusieurs repas festifs prévus.

Astuces antigrignotage

Si vous ressentez l’envie de grignoter, pensez aux astuces anti-grignotage:

– Buvez un grand verre d’eau (aromatisée ou pas) d’un trait pour remplir son estomac.
– Buvez une tisane.
– Croquez une pomme.
– Croquez des crudités !

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Traditionnellement, à la veille de Noël, les stocks de produits sanguins se font rares.

Pour cette raison, l’Etablissement français du sang lance une nouvelle campagne de sensibilisation aux dons.

«Faîtes un cadeau rare et précieux, offrez votre sang», c’est le slogan de la nouvelle campagne de l’Etablissement français du sang (EFS) à quelques semaines de Noël.

Comme chaque année, du 8 au 16 novembre, l’EFS s’adresse au grand public afin de rappeler l’importance et la nécessité du don de sang.

don du sang, addictions, sexe, boulimie, alcool, depression, mal-etre, rupture, divorce, deces, F.Duval-Levesque, psychopraticien certifié, PNL, hypnose, sophrologie, EMDR, AT (2)Ce geste généreux et solidaire permet, en effet, de soigner chaque année un million de malades.

10 000 dons de sang nécessaires chaque jour.
L’objectif de cette campagne est de mobiliser le plus grand nombre afin de constituer des réserves conséquentes de produits sanguins avant les vacances de décembre. En effet, les fêtes de fin d’année sont traditionnellement une période sensible, où les donneurs se font moins nombreux.

Or, pendant ce temps, les traitements des patients requièrent toujours les produits sanguins issus des dons de sang. Et le problème qui se pose bien souvent, c’est celui de la durée de vie très courte de ces produits : 42 jours pour les globules rouges, 5 jours pour les plaquettes. L’EFS doit donc compter chaque jour sur la générosité des donneurs afin de répondre aux besoins des malades. 10 000 dons de sang sont nécessaires chaque jour.


Inutile de venir à jeun
.
Alors, afin d’anticiper la baisse de dons de sang prévue en fin d’année, l’EFS va diffuser durant le mois de de novembre une série de spots (1) sur plusieurs radio de métropole et d’outre-mer.

Et pour inciter encore les personnes à donner leur sang, l’établissement rappelle qu’il n’est pas nécessaire de venir à jeun pour donner son sang. Hormis les contre-indications permanentes et temporaires, être muni d’une pièce d’identité suffit si c’est un premier don.

Enfin, pour connaître la collecte de sang la plus proche de chez vous, il vous suffit de vous rendre sur : www.dondusang.net.
Pour rappel, 1,7 million de donneurs et 3 millions de dons ont été réalisés en 2012.

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Voici quelques conseils qui pourraient faire partie d’un plan pour aider à ce que les réceptions familiales en cette période de Noël et du Nouvel an restent paisibles…

Être réaliste. Mettre de côté les images idéalisées de comment les choses devraient se passer. Ne pas penser que les choses vont être parfaites.

Avoir un plan pour ne pas se disputer. Anticiper les types de conflits qui sont susceptibles de se présenter afin de planifier des réponses et des solutions à l’avance. Reviser comment se produisent habituellement les situations conflictuelles de ces fêtes de fin d’année. Prévoir réagir calmement. Cela peut permettre d’éviter les réactions automatiques qui tendent à faire escalader la tension.

Penser à des stratégies possibles pour composer avec les disputes possibles des membres de la famille. Une façon possible peut être de séparer les belliqueux et de leur demander une trêve pour le bien de tous.

Penser à éliminer certains stresseurs et irritants. Partager le travail. Proposer, par exemple, que chacun apporte un plat, ou offrir d’apporter un plat, ou aider à la préparation, le service, la vaisselle, etc. Vérifier l’heure à laquelle l’arrivée des invités est souhaitée par les hôtes et être à l’heure. Appeler en cas de retard. Pour la personne qui reçoit, faire savoir clairement à quelle heure l’arrivée des invités est souhaitée plutôt que l’heure à laquelle le début du repas est prévue. Ne pas assumer que les invités vont arriver plus tôt pour apporter leur aide mais le demander directement.

S’entendre pour réduire le nombre de cadeaux à offrir, ou tout simplement éliminer ce rituel, peut aider à réduire les stress et la fatigue en enlevant une pression cognitive, de temps et financière.

Éviter les surprises désagréables si des personnes ne souhaitent pas se rencontrer. La solution est parfois de faire deux célébrations. Sinon, prévenir chacun à l’avance de telle sorte que personne ne soit surpris.

 

 

Bon Noël à tous,
Entourez-vous des personnes que vous aimez !

Pour une information et un entretien gratuit de 30 à 45 minutes, sans engagement, concernant une aide, un soutien psychologique, ou une psychothérapie -> cliquez ici