Voici le témoignage bouleversant de la famille Morinière après la mort soudaine de l’aînée des enfants, Sophie 21 ans, dans un dramatique accident de la route en Guyane, alors qu’elle se rendait aux JMJ de Rio durant l’été 2013.

17 juillet 2013.

Le deuil foudroie la famille Morinière.

Sur une route de Guyane, Sophie, l’aînée des quatre enfants, meurt à 21 ans dans un accident de car alors qu’elle se rendait aux JMJ de Rio.

Et le ciel devient familierPour ses parents, François et Béatrice, ses deux frères et sa soeur, commence alors un long chemin de reconstruction personnel et familial, pour arriver à vivre avec l’inacceptable.

Ils racontent leur parcours émotionnel, spirituel et social depuis l’accident, sans en cacher les écueils ni verser dans le voyeurisme. Si la foi de ces catholiques a été ébranlée par cette tragédie, elle les a aussi sauvés du pire quand tout n’était que désespérance.

Depuis le décès de Sophie, ils découvrent des aspects cachés et intimes de leur fille.

Son existence ordinaire, semblable à celle des jeunes de notre époque, était animée en réalité d’une vie spirituelle intense. Les témoignages sur sa joie de vivre, sa générosité, son attention aux autres abondent et disent à quel point Sophie continue de rayonner.

Un témoignage fort, tout en pudeur et sensibilité, sur le deuil soudain d’un enfant entrant dans l’âge adulte, et la force de la foi pour se relever et continuer à vivre.

Qui sont les auteurs ?

Directeur général de L’Équipe pendant six ans, François Morinière est aujourd’hui directeur général d’Oeneo. Avec sa femme, Béatrice, ils sont parents de quatre enfants, dont Sophie aujourd’hui décédée.

Source : « Et le ciel devient familier« , de François et Béatrice Morinière, Le Passeur Editeur

Phobie scolaire : comment aider un enfant en souffrance ?

Chez certains élèves particulièrement anxieux, la simple idée d’aller en classe provoque une peur panique s’accompagnant de nombreuses manifestations psychosomatiques.

Rien à voir avec un caprice. C’est une véritable angoisse nécessitant une prise en charge spécifique.

Submergés par l’angoisse, les enfants confrontés à la phobie scolaire sont pris de véritables crises de panique à l’heure de partir à l’école. Ils pleurent, crient, supplient de pouvoir rester à la maison, menacent de fuguer… Ils souffrent souvent de maux de ventre, de maux de tête et/ou d’insomnie, voire de vomissements, de diarrhées, de tachycardie, de tétanie… Des pathologies existantes telles que l’asthme ou l’eczéma peuvent s’aggraver. Ces symptômes disparaissent le plus souvent le week-end et pendant les vacances.

Comment expliquer des réactions aussi fortes ? Souvent un terrain anxieux familial

Il est difficile de trouver une origine précise au développement d’une phobie scolaire. Comme pour toute phobie, l’insconscient joue un grand rôle.

Les enfants ont généralement un terrain particulièrement anxieux, parfois familial. Ce sont souvent des élèves appliqués, voire perfectionnistes. La phobie scolaire peut aussi trouver ses fondements dans une peur ancienne de la mort réactivée par un traumatisme récent, un deuil familial par exemple.

Il ne faut surtout pas forcer un enfant présentant des symptômes de phobie scolaire à aller en cours. Malgré tout, même si sa souffrance est réelle et doit être prise en charge, les psychopraticiens sont unanimes : plus il va éviter l’école, plus il lui sera difficile d’y retourner.

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Vous vous demandez s’il est possible que vous (ou un de vos proches) viviez actuellement un épisode dépressif ?

Les questions ci-dessous peuvent vous aider à faire le point, pour vous indiquer si cela est probable ou non… mais elles ne vous apporteront pas de certitude absolue.

Seul un professionnel de santé, habilité à établir un diagnostic de dépression, pourra vous éclairer de façon précise.

Sur la base de ce diagnostic, vous pourrez le cas échéant définir avec lui ou avec un psychopraticien le traitement le mieux adapté à votre situation.

Pourrait-il s’agir d’une dépression ?

Depuis au moins 15 jours, presque chaque jour, presque toute la journée :

  1. – éprouvez-vous une tristesse inhabituelle, très douloureuse, qui perturbe votre vie quotidienne ?
  2. – avez-vous perdu votre intérêt pour la plupart des choses, comme les loisirs, le travail ou les activités qui vous plaisent habituellement ?

Si vous n’avez vécu aucun de ces deux états, il est peu probable que vous traversiez une période de dépression.

Si vous vivez depuis au moins 15 jours l’un de ces états ou les deux, poursuivez votre questionnement :

  1. – vous êtes-vous senti(e) épuisée(e) ou sans énergie ?
  2. – avez-vous pris ou perdu du poids – de façon inhabituelle et importante – sans le vouloir ?
  3. – avez-vous eu des problèmes de sommeil (difficultés à rester endormi(e), réveils très tôt le matin ou, au contraire, excès de sommeil, envie permanente de dormir) ?
  4. – vous êtes-vous senti(e) plus lent(e) que d’habitude (par exemple pour parler ou pour vous déplacer) ou, au contraire, avez-vous été beaucoup plus agité(e) ou nerveux(se) que d’habitude ?
  5. – avez-vous eu beaucoup plus de mal à vous concentrer ?
  6. – vous êtes-vous senti(e) sans valeur ou bon(ne) à rien ?
  7. – avez-vous beaucoup pensé à la mort, que ce soit la vôtre, celle de quelqu’un d’autre ou la mort en général ?

Si vous avez observé chez vous plusieurs de ces symptômes, depuis au moins 15 jours, presque chaque jour, presque toute la journée, ceci constitue un signal d’alerte qui doit vous encourager à en parler avec un un professionnel de santé.

 

« Dans la vie, j’ai eu le choix entre l’amour, la drogue et la mort.

J’ai choisi les deux premières et c’est la troisième qui m’a choisi… »

Jim Morisson

 

Après avoir entendu l’annonce du cancer, il arrive que le patient pleure.

C’est une réaction tout à fait normale. Mais destabilisante pour l’entourage proche.

Il regrette la perte de sa bonne santé. Le malade pleure sur la inconnu2.jpgpossibilité de sa propre mort : sur la perte de la croyance de son immortalité. Il fait le deuil de l’image qu’il avait de lui-même comme d’une personne forte, vigoureuse et pleine de vitalité.

La douleur est une réponse normale; la famille doit essayer de l’accepter.

Garder pour soi ses sentiments, retenir ce que l’on ressent, garder son sang-froid et maintenir les apparences face une mort possible ne signifie pas que l’on soit courageux.

Etre courageux, c’est rester l’être humain que vous êtes.

Même lorsque ceux qui vous entourent essayent de vous imposer leurs attitudes de conduite, ce que vous devez faire et ne pas faire.

La seule chose importante que la famille puisse offrir, c’est la volonté d’aller jusqu’au bout de cette épreuve avec celui qu’elle aime. Ensemble.

Sauf si le patient demande à rester seul, rester avec lui : ayez beaucoup de contacts, des contacts physiques, soyez proche de lui, ayez des gestes de tendresse et de câlinerie. Faites en sorte que la maladie soit un moment où les liens familiaux se rapprochent et se ressèrent.

Partagez ce que vous ressentez. Sans pensez qu’il faille changer ou dissimuler vos sentiments. Ceci est aussi valable pour toutes les dépendances : anorexie, boulimie, alcool.

 

Croyez-vous, cher lecteur, que la maladie puisse être un moment d’échange ?

Pour une information et un entretien gratuit de 30 à 45 minutes, sans engagement, concernant une aide, un soutien psychologique, ou une psychothérapie -> cliquez ici