Duval-Levesque, psychopraticien, coach, hypnotherapeute, addiction, dependance, boulimie, deuil, sorcière, anxiete, peur, phobie, mal-etre, Toulouse, hypnose, PNL, therapeute, bon psy, stress, burnout, avis, temoignage 1

« Il est difficile d’amener un homme

à comprendre quelque chose,

quand son salaire dépend de son incompréhension « 

 

Presentation to Food Literacy for All (University of Michigan, February 4, 2020)

“CORPORATE WEALTH OR PUBLIC HEALTH ?”

par Robert Lustig

Associations et addictologues dénoncent l’abandon du «Mois sans alcool».

L’événement devait être lancé pour la première fois en France en janvier prochain.

Il a été annulé suite à une décision du chef de l’État. L’on se demande bien pourquoi. N’a-t-il pas fait cette annonce lors d’une réunion avec… ? Chut !

Des associations et addictologues ont dénoncé mercredi l’abandon du «Mois sans alcool», opération officielle de sensibilisation qui était censée se dérouler en janvier pour la première fois, et à laquelle Emmanuel Macron a renoncé.

«On a eu de source sûre une confirmation que la campagne ne serait pas portée par l’État cette année», a déclaré à l’AFP Nathalie Latour, déléguée générale de la Fédération addiction, qui regroupe plus de 200 associations de prévention. «Il y a eu des arbitrages sur un coin de table qui interrogent, alors que des budgets étaient fléchés et que des gens étaient au travail», a-t-elle ajouté.

Ce «Mois sans alcool» devait être calqué sur un défi lancé en 2013 en Angleterre par l’association Alcohol Change. De plus en plus populaire outre-Manche, ce défi nommé «Dry january» («Janvier sec») consiste à cesser, ou au moins diminuer, sa consommation d’alcool pendant le premier mois de l’année.

L’événement devait pour la première fois être importé en France en janvier prochain, sous l’égide de l’agence sanitaire Santé publique France, qui dépend du ministère de la Santé.

Cette dernière ne l’a jamais annoncé officiellement, mais une source interne a confirmé mercredi à l’AFP que le projet était effectivement en préparation et aurait dû officiellement être dévoilé prochainement.

Cette perspective suscitait depuis plusieurs semaines l’opposition du lobby de l’alcool, et notamment de l’Association nationale des élus de la vigne et du vin (Anev).

Le 14 novembre, à l’occasion de son déplacement en Champagne, le président de la République a rencontré des représentants de la filière.

L’un d’eux, Maxime Toubart, a déclaré au site professionnel Vitisphère que la question du «Mois sans alcool» avait été abordée. «Vous pouvez faire savoir qu’il n’y aura pas de Janvier Sec, nous a-t-il dit», a assuré M. Toubart. Ni ces propos rapportés ni cette affirmation n’ont été démentis par l’Élysée.

«La prévention (…) ne peut rester indéfiniment sans réponse, sous prétexte qu’un des lobbies économiques les plus puissants s’oppose à toute mesure efficace» ont déploré dans un communiqué commun le Fonds Actions Addictions, trois associations d’addictologues (SFA, FFA et ANPAA) et la Ligue contre le cancer.

Face à cette situation, les associations sont décidées à lancer seules l’opération «Dry January», sans l’aide des autorités sanitaires.

Sur les réseaux sociaux, la communication autour de cette campagne a déjà commencé.

Avec, malheureusement, des retombées médiatiques qui seront bien moindres que celles attendues.

 

Comment est née l’idée du « Le livre noir de la psychanalyse«  ?

Le projet d’un livre dénonçant les abus de la psychanalyse flottait dans l’air, depuis un certain temps.

Las de l’hégémonie et du mépris de leurs confrères, des psys non freudiens en caressaient l’idée.

Des historiens, informés des affabulations du célèbre docteur viennois, reconstituaient peu à peu le puzzle de la vérité.

Ils s’étonnaient de voir la légende encore enseignée au lycée et à l’Université.

Des malades victimes de la psychanalyse, notamment les familles d’enfants autistes, commençaient à émerger du bain de culpabilité dans lequel la psychanalyse version Bettelheim les avait plongés.

Il a suffi d’une étincelle pour que ces forces se rencontrent et que le feu s’embrase.

Certains journalistes ont cru déceler, dans ce Livre noir, le cheval de Troie des comportementalistes ; ils essaieront même de me faire avouer quelque tractation secrète à l’origine de l’entreprise. Je serais le chaînon manquant entre un rapport INSERM sur «l’évaluation des Psychothérapies» qui avait mis en émoi les freudiens et l’«amendement Accoyer» visant à réglementer le statut des psychothérapeutes… Pour eux, tout cela était une entreprise coordonnée.

La vérité est plus simple.

Juste un café entre amis, au soleil.

Une conversation à la terrasse d’un café à Paris rue de Linné près du Jardin des plantes, un jour ensoleillé du mois de juin 2004.

Ce jour-là, Didier Pieux, psychologue cognitiviste, Laurent Beccaria, directeur des éditions des Arènes et moi-même, débattions à bâtons rompus. Didier, qui s’occupait dans les années 1970 de jeunes délinquants, racontait ses efforts pour retricoter ce que la psychanalyse détricotait, à contre-courant du reste du monde.

– Comment ça se passe à l’étranger ? a demandé Laurent.
– La déconversion est complète. La psychanalyse est enseignée en fac de lettres, c’est tout. Elle a disparu du paysage, a répondu Didier.
– Tu veux dire que la psychanalyse est devenue une exception française ?
– Française et argentine.
J’enchéris : «Même aux États-Unis, la patrie de Woody Allen, le dogme freudien n’est plus enseigné en psycho ni en psychiatrie. La moyenne d’âge des psychanalystes frise les soixante-deux ans

Laurent Beccaria est tombé des nues en prenant conscience de l’incroyable décalage entre le statut de la psychanalyse en France et à l’étranger.

La discussion a duré.

Le livre noir de la psychanalyse - Collectif sous la direction de Catherine MeyerEt c’est là, entre deux expressos, que Le Livre noir a pris forme. Avec une idée simple : rassembler des contributions du monde entier pour une mise en question frontale de la psychanalyse. C’était le début de nos aventures. Et de nos ennuis…

En France, la psychanalyse reste malheureusemen trop présente. C’est l’un des rares pays où elle est encore enseignée comme science médicale, et non comme une simple page de l’histoire des idées.

Avant ce livre, plusieurs autres avaient été édités à l’étranger sur les mensonges cliniques de Freud.

Il n’est ni le plus virulent, ni le plus complet à l’encontre de la mythologie freudienne. Mais saluons tout de même les auteurs d’avoir osé braver la puissance du lobby psychanalytique en France.

«Le Livre noir de la psychanalyse proposait un débat sain, utile. Les adversaires ont décidé qu’il n’aurait pas lieu.» Michel Onfray

Lors de sa parution en 2005, « Le Livre noir de la psychanalyse » a suscité une polémique sans précédent : levée de boucliers médiatiques, avalanche de tribunes et de protestations.

Malgré le tir de barrage des gardiens du temple freudien, ce livre est heureusement devenu un best-seller en France et à l’étranger.

Car les questions qu’il soulève sont rudes et ne se réfutent pas d’un trait de plume :

Freud a-t-il menti sur ses résultats ?

La psychanalyse guérit-elle ?

Pourquoi continue-t-elle de culpabiliser tant de mères, notamment celles des enfants autistes ?

Faut-il éduquer les enfants comme si le complexe d’Oedipe était une vérité établie ?

Nos rêves et nos actes ont-ils tous un sens caché ?

Pourquoi une telle hégémonie de la psychanalyse en France, alors que son recul est spectaculaire à l’étranger ?

Ouvrage international et très argumenté, « Le livre noir de la psychanalyse  »    s’est imposé comme la référence de la critique du freudisme.

Cette nouvelle édition abrégée comporte les ajouts suivants :

– le récit de la genèse du Livre noir et de sa sortie mouvementée
– des révélations sur la double vie de Freud
– l’analyse de la diabolisation comme mécanisme de défense des psychanalystes
– l’évolution du statut de psychothérapeute et de leur formation 
– le revirement à 180 degrés des psychanalystes sur l’autorité parentale.

Faut-il pour autant jeter toute la clinique psychanalytique avec l’eau du bain ?

Peut-être pas, car si l’hystérie a disparu de l’étude et de la classification des maladies, une approche clinique analytique simple peut parfois aider en cas de symptôme somatomorphe (symptôme qui, prenant la forme d’un symptôme du corps, n’est pourtant pas associé à une lésion pouvant en rendre compte : le « corps parle »).

C’est un travail passionnant à lire, parfaitement documenté et référencé; quarante auteurs ont été réunis sous la direction de Catherine Meyer. Parmi eux, et représentant pas moins de dix nationalités, des historiens, des philosophes, des psychologues, des médecins, des chercheurs, et même des patients.

Auteurs principaux : sous la direction de Catherine Meyer, ancienne élève de L’Ecole normale supérieure.
Mikkel Borch-Jacobsen, philosophe, historien de la psychanalyse et professeur à l’Université de Washington.
Jean Cottraux, psychiatre honoraire des Hôpitaux, et chargé de cours à l’Université Lyon 1.
Didier Pleux, docteur en psychologie, directeur de l’Institut français de thérapie cognitive.
Jacques Van Rillaer, professeur émérite de psychologie de l’Université de Louvain-la-Neuve, Belgique.

-> Vous avez tout à fait le droit de ne pas être d’accord.

Mais faites-vous votre propre opinion en lisant

« Le livre noir de la psychanalyse » – Collectif sous la direction de Catherine Meyer, édition les arènes

canard-enchaine-pesticide

On pourrait croire que les pesticides sont un mal certes, comme semblent le penser déjà 76% des français conscients des risques sanitaires en jeu (1), mais toutefois nécessaire afin de nourrir l’ensemble de la population.

D’autant plus nécessaire à vrai dire que l’Etat est censé veiller au grain, et quand on sait le nombre d’institutions publiques penchées sur le dossier, que cela soit l’Institut National de Recherche Agronomique (INRA), la Direction Générale de l’alimentation (DGAL), l’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Aliments (AFSSA), l’Agence Française de Sécurité Sanitaire de l’Environnement (AFSSE), l’Observatoire des Résidus de Pesticides (ORP), on peut se dire que les vaches et surtout les cultures doivent être bien gardées…

Seulement voilà, l’histoire est souvent plus facétieuse que la version officielle où chacun serait bien à sa place, l’industrie faisant des affaires avec des produits dûment testés, les instances publiques contrôlant efficacement ce beau monde, et les consommateurs épargnés de toute exposition malheureuse.

C’est cette histoire que les auteurs de ce livre se sont efforcées de retracer au long de trois années de travail d’investigation salué et récompensé (2).

http://www.lanutrition.fr/shopping/pesticides_révélations_sur_un_scandale_français_de_f_nicolino-btpi-21-107.htmlLeur enquête au contraire décrit minutieusement la valse continuelle qu’ont entretenu pouvoirs publics et industriels tout au long du XXe siècle. N’y voyons pas là forcément un complot de bas étage, il s’avère que les chercheurs pionniers de l’INRA par exemple, les Bustarret, les Trouvelot notamment qui en ont fait le prestige, étaient sans doute bien intentionnés, désireux de nourrir la France rationnée d’après guerre…

Sans se rendre compte qu’ils servaient de pur alibi à l’industrie qui sait pousser à la roue, et qui sera capable par la suite d’employer en toute connaissance de cause des agents de communication comme Marcel Valtat. Ce dernier s’était déjà illustré de triste mémoire pour défendre coûte que coûte les intérêts des industriels de l’amiante.

A travers leur positionnement sur la question des pesticides, cette histoire de flirts incestueux à ce grand mérite de présenter une radiographie de nos diverses institutions publiques, et de l’état de notre démocratie en arrière plan.

On y découvre le soutien sans faille de la DGAL, un des bras les plus armés du ministère de l’agriculture, l’inexistence concrète de l’ORP, véritable mirage sans moyen ni personnel, les limites de l’AFSSA « qui n’a pas les moyens de vérifier si ces décisions sont bien appliquées, ni même la capacité de les définir de manière opérationnelle. C’est extrêmement regrettable » comme le déplore Lucien Abendhaim, directeur général de la santé jusqu’en 2003, ou encore le dévoiement et l’impuissance de l’AFSSE, avoués dans une tirade d’anthologie par son président et ancien patron de l’INRA Guy Paillotin.

Ceci permet de mieux comprendre pourquoi l’inertie est de mise alors que de rares mais courageux chercheurs tirent la sonnette d’alarme à répétition depuis des décennies parfois, comme c’est le cas de Jean-Claude Lefeuvre, professeur émérite du Museum d’Histoire Naturelle et président de l’institut français de la biodiversité, à propos du degré de contaminations des eaux et rivières, ou du toxicologue siégeant à l’AFSSA Jean-François Narbonne :

« Dans le domaine des pesticides, que je connais depuis trente ans, nous dit-il, c’est le règne de l’omerta. Les entreprises du secteur bloquent tout, tout. Très souvent, les professionnels, comme dans les fruits et légumes, ne savent même pas ce qu’ils utilisent. Je le sais de source certaine, croyez-moi. Et vous savez quoi ? Je vous ai parlé de ces vingt-deux laboratoires [d’évaluation de la toxicité] que nous avions pu réunir en 1977. Eh bien, il y a deux ans, nous avons dû faire un constat très dérangeant. Ils ont tous été fermés ou leur activité a été réorientée. Vous trouvez ça normal ? ».

Quand on vous disait qu’il fallait être courageux…

Mais on apprend tout de même de bonnes surprises, comme le revirement apparent de l’INRA depuis son rapport de 2005 « pesticides, agriculture et environnement. Réduire l’utilisation des pesticides et en limiter les impacts environnementaux ». Revirement confirmé d’ailleurs comme nous l’apprend le canard enchaîné en soulignant le soutien de l’INRA à l’agriculture biologique (3).

Des choses bougent donc, tout ne serait pas complètement noyauté, même si l’industrie des pesticides s’avère en mesure de faire sa loi dans bien des domaines, comme dans celui qui régit le poste clé de l’autorisation de mise sur le marché (AMM) de ses produits, par le biais de la commission d’études de la toxicité (« la  Comtox ») et le comité d’homologation, truffés de scientifiques très proches de l’industrie et de l’Union des Industries de Protection des Plantes (UIPP) notamment, le lobby des industries de pesticides.

D’après le rapport de l’office parlementaire d’évaluation des choix scientifiques et technologiques cité par le livre, on peut penser que ce lobbying est plutôt efficace « les freins, les dissimulations et les opérations de diversion n’auront donc pas réussi à empêcher que les problèmes graves que recelaient ces deux dossiers [ceux du Gaucho et du Régent, deux pesticides bien connus des apiculteurs] soient enfin traités plus normalement. Il a fallu, en ce qui concerne le Gaucho, deux annulations successives par le Conseil d’Etat et l’ouverture d’enquêtes judiciaires pour apporter une lumière crue sur des mécanismes administratifs qui ont d’évidence besoin d’être réformés. »

Heureusement que des livres comme celui-ci arrivent dans l’arène
pour  nous livrer leur éclairage argumenté
et nous permettre d’avoir une vision plus juste des acteurs en jeu,
histoire d’être un peu moins dupe de ce qui se joue à nos dépens
dans les coulisses des industriels des pesticides et des agences publiques censées les contrôler (4).

Pesticides, révélations sur un scandale français
Fabrice Nicolino et François Veillerette
Fayard, 20 euros

(1)  http://www.pesticides-non-merci.com/

(2) http://www.pesticides-lelivre.com/  Prix du meilleur essai 2007 au 5° Festival du livre Nature et Environnement ‘Chapitre Nature’ : http://chapitrenature.fol36.org/accueil.html
(3) rapport de l’INRA « Agriculture et biodiversité », voir le Canard Enchaîné du 13 août 2008