Les Français sont de plus en plus accros aux jeux

La part des joueurs excessifs a doublé en cinq ans.

Les Français seraient-ils devenus accros aux jeux de hasard ?

S’ils sont moins nombreux qu’il y a cinq ans à y jouer, leurs pratiques seraient devenues plus intensives.

«Des évolutions qui peuvent paraître préoccupantes», selon une étude menée par Santé publique France, l’Observatoire français des drogues et toxicomanies (OFDT) et l’Observatoire des jeux (ODJ).

Ils consacrent aux jeux de hasard 10 % de leur budget loisirs, soit environ 200 euros par an. Une progression de 12,5% en cinq ans.

Pratiqués par 11% des joueurs, les paris sportifs cumulent même les deux phénomènes :

– le nombre de joueurs a augmenté

– et le volume des mises a quasiment triplé en cinq ans, en particulier sur internet (multipliées par 4,6).

Or ce sont les paris sportifs qui présentent le risque de santé le plus important : «Un cinquième à un quart du jeu problématique peut leur être attribué», selon l’étude.

Le «jeu problématique» englobe les joueurs à risque modéré «en difficulté mais qui n’ont pas encore perdu le contrôle, et ceux excessifs tombés dans l’addiction», explique l’un des auteurs.

Ces deux catégories de joueurs sont professionnellement moins actives et appartiennent à des milieux socio-éducatifs plus modestes. Ils représentent 6 % des joueurs, mais génèrent 38,3% du chiffre d’affaires du secteur.

Et la part des joueurs excessifs (1,6% des joueurs) a doublé en cinq ans.

Sept mois après la privatisation de la FDJ, en novembre 2019, une Autorité nationale des jeux a été lancée. L’une de ses missions sera justement de lutter contre l’addiction. Il serait plus que temps de s’en occuper… !

A moins que le joueur ne soit plus dans son déni et me consulte pour sortir de cette spirale auto-destructrice.

L’étude permet également d’établir un profil des joueurs excessifs.

Il en ressort que 75,5% sont des hommes dont la moyenne d’âge est de 41 ans.

« Près de la moitié (47,0 % des joueurs excessifs) dépensent plus de 1 500 euros par an contre 7,1 % pour l’ensemble des joueurs actifs. Les joueurs excessifs se distinguent également par leur précarité financière et leur faible niveau d’études : 57,8 % déclarent un revenu mensuel inférieur à 1 100 euros (contre 34,7 % chez les joueurs actifs) ; et plus d’un joueur excessif sur trois ne possède aucun diplôme (36,3%) ».

Les résultats de l’enquête révèlent également un lien fort entre l’addiction au jeux d’argent et la dépendance à l’alcool ou au tabac.

« Ainsi, chez les joueurs excessifs : 26,3 % ont un risque de dépendance à l’alcool (contre 3,2 % en population générale). La part de fumeurs quotidiens est de 64,2 % parmi les joueurs excessifs, alors qu’elle est de 29,7 % en population générale. »

Avec 1,3% de joueurs dits problématiques, la situation de la France est-elle inquiétante ?

Pas outre mesure.

La France fait même partie des bons élèves en matière de dépendance aux jeux d’argent. « L’hexagone se classe à un niveau relativement bas par rapport aux autres pays ayant mené ce type d’enquête. Il se place loin derrière les Etats-Unis ou l’Australie (autour de 5 %) mais également en retrait par rapport à l’Italie, le Canada, la Belgique et la Grande Bretagne plutôt aux alentours de 2 % », conclut le communiqué de presse.

 

Source : enquête de prévalence sur les niveaux et pratiques des jeux de hasard et d’argent en France par l’Observatoire français des drogues et des toxicomanies (OFDT).

 

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici