Il y a 48 heures, Gérard Courtois, 88 ans, a subi une opération de la valve aortique sans anesthésie lourde au CHU de Lille, révèle France bleu Nord.

A la place d’une anesthésie générale ou locale importante à l’aide de morphine ou d’anxiolytiques et qui peut représenter un risque chez les patients âgés, cet habitant de Saint Jans Cappel a été hypnotisé par une infirmière formée.

L’objectif de l’opération: remplacer une valve aortique qui nécessite une incision dans chacune des artères fémorales du patient pour y introduire deux fils guides qui remontent tout le corps pour aller jusqu’au coeur.

Interrogé par France Bleu Nord, Arnaud Sudre, chef du service chirurgie interventionnelle au CHU de Lille explique: « Quelques fois, ces patients sont plus sensibles aux effets secondaires des médicaments qu’on injecte (morphine, anxiolytique, relaxants), ces produits peuvent entraîner une confusion neurologique. Avec l’hypnose, le patient récupère immédiatement. On a un vrai bénéfice ».

De son côté, Gérard Courtois explique : « en parlant de tout çà, on oublie totalement ce qu’il se passe, on est transféré ailleurs ». Pendant l’opération d’une heure, il a parlé de sa passion pour les voyages avec son épouse en Thaïlande, en Egypte, en Tunisie, en Turquie, de sa passion pour le jardinage et pense s’être endormi sans même s’en rendre compte.

Au CHU de Lille 400 interventions de chirurgie cardiaque de ce type sont pratiquées chaque année. On estime, d’ailleurs, à 80% le nombre de patients qui peuvent être réceptifs à l’hypnose. Quatre infirmières de ce service de chirurgie interventionnelle du CHU vont être formées prochainement à l’hypnose.

 

NB: 48 heures après son opération, Gérard Courtois, 88 ans, semble être en pleine forme !

 

Source (avec témoignages audios) ici

 

La suite, avec toutes les explications, ici

Mieux vivre afin de diminuer le risque de faire un problème cardiovasculaire, mais aussi mieux vivre avec la maladie cardiaque quand elle survient : tels sont les objectifs de cet ouvrage.

Prendre soin de son coeurCe guide d’accompagnement va permettre à tous de :

  1. mieux comprendre comment fonctionne le couple cœur-cerveau, et pourquoi le cerveau peut devenir un véritable bourreau du cœur ;
  2. découvrir les méthodes pour faire du cerveau un meilleur allié du cœur.

« Prendre soin de soi est une aventure passionnante, parfois douloureuse, toujours bénéfique. Prendre soin de soi, c’est comme partir en voyage. Il est nécessaire d’avoir un minimum de bagages, de connaissances pour partir, mais cela ne suffit pas. Il faut aussi l’envie de partir, la confiance en soi, le désir, le souhait de se rencontrer. Je vous invite en voyage et je vous accompagne ! »

Le Dr Houppe présente des petits questionnaires qui aident à cerner notre propre personnalité et notre propre stress.

Des histoires vécues illustrent magnifiquement ses propos, clarifiant encore un peu plus les messages qu’il souhaitent faire passer.

Chaque chapitre est parfaitement construit, avec une méthodologie répétée qui rend le message efficace, permet de s’approprier le discours, la méthode, la condition psychologique concernée, son retentissement cardiaque et enfin sa prise en charge… ou plutôt de comprendre comment se prendre en main soi-même.

Pour quels lecteurs ?

Patients atteints de maladies cardiaques ou qui souhaitent avoir une attitude préventive et leur entourage. Cible secondaire : professionnels de santé en charge de patients cardiaques (médecins, psychologues, infirmières, centres de réadaptation cardiaque)

Qui est l’auteur ?

Jean-Pierre Houppe est médecin spécialiste en cardiologie et affection cardiovasculaire. Il est président de l’Association MEDITAS CARDIO (Mesures d’Éducation Thérapeutique appliquées au Stress en Cardiologie).

 

Source : « Prendre soin de son cœur, Introduction à la psychocardiologie », de Jean-Pierre Houppe, édition Dunod

L’arrivée d’un enfant est un grand moment de bonheur, mais certaines femmes vivent plus difficilement leur grossesse et leur accouchement.

L’hypnose peut les aider à se préparer et à reprendre confiance en elles.

Pour les femmes qui ont ­besoin d’aide afin de mieux assurer leur rôle de mère et pour les problèmes de stérilité, l’hypnose est un outil d’une remarquable efficacité. « Elle est aussi utile en cas de césarienne mal vécue. En une ou deux séances, on peut vraiment aider les femmes à retrouver du confort dans leur corps et dans leur tête », ajoute Yves Halfon.

Depuis quelques années, ce psychologue clinicien forme à l’hypnose sages-femmes et infirmières au CHU de Rouen. D’autres hôpitaux s’y mettent aussi, comme à Toulouse, Colmar ou encore Strasbourg.

Et le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est efficace !

vie-nouvelle, besoin_d_aide-f-duval-levesque-psychotherapie-psychopraticien-hypnotherapeute-emdr-sophrologie-coach-formateur-addiction-dependances-boulimie-depressionChez celles qui ont des difficultés à avoir un enfant, l’hypnose peut ­aider à augmenter les chances de succès d’une PMA (procréation médicalement assistée).

« Quand on les interroge, on se rend compte qu’elles veulent un bébé, mais que, dans leur esprit, la grossesse s’arrête aux dates des fausses couches. Elles n’arrivent pas à se projeter jusqu’au moment où elles ont un enfant dans les bras », explique Yves Halfon.

La suggestion hypnotique dédramatise et calme.

Les spécialistes supposent que le stress et la peur accumulés compli­quent l’implantation de l’embryon, car l’utérus est contracté.

Or, les suggestions hypnotiques peuvent aider ces femmes à sortir de cette spirale de l’échec.

« Avec l’hypnose, on leur apprend à détendre leur utérus en utilisant des images comme une terre qu’on prépare, qu’on travaille pour recevoir des graines, explique Yves Halfon. On va les aider également à se projeter dans le futur, à s’imaginer assise, l’enfant dans un couffin et elle en train de téléphoner à une amie pour lui raconter son accouchement. Puis on remonte le temps, vers l’accouchement, la grossesse… Généralement, le fait de détendre l’utérus pendant les implantations et de pouvoir se projeter dans l’avenir permet d’obtenir d’excellents résultats. »

Avec l’hypnose, l’accouchement sera plus facile et plus serein.

En salle de travail, l’hypnose peut être utilisée comme un anxiolytique, sans les effets secondaires.

Les futures mères n’ont alors plus peur d’avoir mal. Elles n’éprouvent plus de manière exacerbée les sensations au moment de la pose de la péridurale ou pendant la césarienne.

Résultat : l’accouchement se passe plus sereinement.

Une étude menée à la maternité des Cliniques universitaires Saint-Luc à Bruxelles (Belgique) a montré que le fait d’inclure quatre séances d’hypnothérapie dans la préparation à la naissance apportait de nombreux bénéfices.

Les femmes ont plus confiance en elles et vivent mieux les imprévus de l’accouchement (césarienne, péridurale…), les pères sont plus impliqués en salle de naissance et, à la maternité, le travail est plus rapide et la période qui suit l’accouchement, plus sereine.

« J’ai pu rester très calme et respirer tranquillement grâce à cette préparation. C’est le papa qui a spontanément suggéré des évasions dans les sentiers des Vosges, ça m’a beaucoup aidée. Je me suis sentie a priori capable de gérer cet événement en suivant mes intuitions », se souvient une jeune mère qui a participé à cette étude.

Mais parfois, c’est après l’arrivée de bébé que les difficultés commencent.

Certaines n’arrivent pas à s’attacher à leur nourrisson, car leurs propres parents ont été défaillants, voire maltraitants.

Là encore l’hypnose est une bonne aide. « On va leur proposer un “reparentage”, c’est-à-dire rechercher dans leur passé des figures réconfortantes comme leur grand-mère, une institutrice ou même un animal domestique. Le modèle qu’on veut leur donner, c’est celui de la tendresse. Elles vont pouvoir s’y référer pour mieux s’occuper de leur bébé. Les blessures sont toujours là, certes, mais c’est d’une efficacité extraordinaire, » se réjouit Yves Halfon.

Sources: topsante.com, Cliniques universitaires Saint-Luc, mon expérience d’hypnothérapeute