Changement de discours.

Il était temps.

Alors que le gouvernement français n’a cessé de répéter que les masques n’avaient aucune utilité pour les individus non-porteurs de la maladie, le discours officiel commence à changer.

Mais pas assez vite !

L’Académie de médecine recommande désormais d’en porter. Plusieurs pays du monde incitent déjà leurs populations.

Faut-il généraliser le port du masque ?

Les autorités ont martelé pendant des semaines que les masques étaient inutiles contre l’épidémie de Covid-19 en l’absence de symptômes.

Le directeur général du Centre chinois de contrôle et de préventions des maladies, George Gao, a averti dans un entretien publié le 27 mars que « la grande erreur aux Etats-Unis et en Europe est que la population ne porte pas de masque ».

Mais le discours officiel est en train de changer radicalement.

Ce vendredi soir, l’Académie de médecine a préconisé le port du masque obligatoire pour les sorties pendant la période de confinement. Selon l’institution, « il est établi que des personnes en période d’incubation ou en état de portage asymptomatique excrètent le virus (c’est-à-dire l’évacue dans l’air) et entretiennent la transmission de l’infection ».

Mieux vaut tard que jamais.

Plusieurs pays européens l’ont déjà rendu obligatoire.

En Allemagne, l’Institut Robert-Koch, l’établissement de référence en santé publique, a encouragé les citoyens à porter en public des masques faits maison. Il n’y a « pas encore de preuve scientifique » qu’ils limitent la propagation du virus, mais cela « semble plausible », a estimé son président.

Le masque est obligatoire en République tchèque et en Slovénie, et l’Autriche l’a généralisé dans les supermarchés.

Les États-Unis, où il était jusqu’ici déconseillé, s’apprêtaient vendredi 3 avril à réviser leur ligne de conduite.

Depuis le début de l’épidémie, l’OMS (Organisation mondiale de la santé) et de nombreux gouvernements répètent que les masques doivent être uniquement utilisés par les soignants, les malades et leur entourage proche, en disant s’appuyer sur des données scientifiques.

Parmi les raisons de l’évolution du discours sur les masques, l’émergence d’une hypothèse.

Le coronavirus pourrait se transmettre via l’air expiré (les « aérosols » dans le jargon scientifique). On suspecte que « le virus puisse se transmettre quand les gens ne font que parler, plutôt que seulement lorsqu’ils éternuent ou toussent », a déclaré vendredi sur Fox News le très respecté spécialiste américain Anthony Fauci, conseiller de Donald Trump. Une déclaration qui s’appuie sur les premiers résultats d’études scientifiques préliminaires rassemblées par les Académies américaines des sciences.

Le gouvernement français lui-même a infléchi sa position en annonçant la fabrication de masques « alternatifs », autres que médicaux. « Nous encourageons le grand public, s’il le souhaite, à porter ces masques alternatifs qui sont en cours de production », a affirmé vendredi le professeur Jérôme Salomon, numéro 2 du ministère de la Santé.

Pour éviter la ruée sur les masques médicaux, ce sont les masques faits maison ou fabriqués par l’industrie textile qui sont mis en avant dans le monde entier.

Mais sont-ils vraiment efficaces ?

Contrairement aux masques FFP2, les seuls qui permettent de protéger efficacement du virus, et réservés au personnel hospitalier en première ligne, ces masques de secours permettent toutefois de protéger au moins des postillons et éternuements.

Ils sont aussi le moyen de toucher le moins possible son visage avec des mains éventuellement porteuses de ces virus.

« Une hygiène draconienne doit être associée à leur utilisation, rappelle également le Dr Day, médecin du travail. Ils doivent être changés toutes les trois heures : portés plus longtemps, ils s’humidifient et favorisent la transmission orale du virus pour qui les porte ».

Le médecin prévient aussi que si on les réutilise, ces masques doivent impérativement être lavés et séchés tous les jours après utilisation : « Ramenés à domicile, ils peuvent être porteurs de germes pour l’entourage familial s’ils sont déposés dans l’évier de la cuisine ou de la salle de bains, des milieux humides qui favorisent le développement du virus. Avant lavage, ils doivent donc être mis dans un sac plastique fermé. »

L’épidémie de Covid-19

fait (beaucoup) moins de morts que la grippe

mais suscite

beaucoup d’inquiétudes

Le nombre de contaminations en Chine continentale a grimpé, mardi 18 février, à 72 300, alors qu’ailleurs dans le monde environ 900 personnes contaminées ont été recensées dans une trentaine de pays et territoires.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) s’est toutefois voulue rassurante lundi : en dehors de la province chinoise du Hubei, épicentre de l’épidémie, la maladie, dite Covid-19, « touche une très petite proportion de la population » et son taux de mortalité n’est, pour l’heure, que d’environ 2 %, a-t-elle indiqué.

Que sait-on de la période d’incubation du coronavirus et de sa contagiosité ?

Les estimations actuelles sur la durée moyenne de la période d’incubation convergent vers six jours, avec une durée maximale de douze jours. La période de contagiosité débuterait avec les symptômes, voire, dans quelques cas, avant les premiers signes.

Quels sont les signes précurseurs d’une contamination au SARS-CoV-2 ?

Il faut d’abord savoir s’il y a eu un voyage dans une zone épidémique ou un contact avec une personne infectée dans les quatorze jours précédents. Ensuite, les symptômes sont : fièvre, malaise général, douleurs musculaires, toux sèche et éventuellement gêne respiratoire. Douleurs de gorge, nez qui coule ou diarrhée sont rarement retrouvés (5 à 10 % des cas).

Comment faire la différence avec une forte grippe ?

Il n’y a pas de différences notables entre les formes sévères du Covid-19 et une forte grippe et, comme pour la grippe, il existe fréquemment des formes bénignes.

Est-ce que le coronavirus tue principalement les personnes âgées ou avec des faiblesses immunitaires ?

Une publication récente du Centre de contrôle et de prévention des maladies (CDC) chinois sur 45 000 cas confirmés rapporte que 80 % des décès ont lieu chez des plus de 60 ans, le plus souvent avec des maladies associées comme le diabète ou l’hypertension artérielle (HTA). Il y a quelques décès parmi les sujets jeunes et en bonne santé, comme on l’a vu avec d’autres virus respiratoires comme le SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) ou la grippe pandémique de 2009-2010 [A (H1N1)].

Le taux de mortalité du coronavirus est-il sous-estimé ?

Il est actuellement à 2 %, ce qui est vraisemblablement une surestimation. Certes, il y a un retard dans la comptabilisation des décès, car le délai entre l’apparition des signes et le décès, en cas d’évolution défavorable, est de deux à trois semaines, mais on ne connaît pas le nombre réel de personnes infectées. En effet, une part notable des formes est bénigne, voire asymptomatique, et n’amène pas les patients à consulter un médecin.

Le nombre de décès doit donc être rapporté à un nombre encore plus grand de cas d’infection et le taux de létalité serait donc inférieur à 2 %. Il sera possible de mieux estimer le nombre de personnes infectées lorsque nous disposerons de tests sérologiques (qui dépistent la présence d’anticorps dans le sang témoignant qu’il y a eu une infection par le coronavirus).

Pourquoi la maladie due au coronavirus fait-elle apparemment moins de victimes chez les nourrissons ?

D’une façon générale, les enfants et les nourrissons font des formes bénignes de la maladie. Même lorsque le scanner révèle des images de pneumonie franche, les enfants semblent mieux tolérer la maladie. Il pourrait s’agir d’une réponse immunitaire mieux adaptée. Cela a été observé pour d’autres maladies virales infantiles.

Les personnes vaccinées contre la grippe sont-elles davantage protégées contre le SARS-CoV-2 ?

Non. Mais, outre le fait que la vaccination protège contre la grippe et diminue la surcharge pour le système de santé, le fait de savoir qu’une personne a été vaccinée contre la grippe oriente davantage le diagnostic vers une autre cause.

Que donnent les essais d’antiviraux en vue d’un traitement curatif ?

Un essai utilisant la combinaison lopinavir-ritonavir a été mené en Chine. Nous en attendons les résultats. D’autres essais sont en cours ou programmés avec diverses molécules : interféron bêta, remdesivir, chloroquine. Des transfusions de plasma de patients guéris et contenant donc des anticorps contre le SRAS-CoV-2 sont également envisagées.

Est-il possible de mettre au point un vaccin dans un court délai ?

De nombreuses équipes dans le monde y travaillent. Il faut compter dix-huit mois pour espérer disposer d’un vaccin dont la tolérance et l’efficacité seraient démontrées et dont la production à grande échelle pourrait démarrer.

Quand peut-on espérer une fin de l’épidémie de Covid-19 ?

Il semble qu’il y ait un tassement de l’épidémie dans la province chinoise du Hubei. Néanmoins, nous craignons l’apparition et le développement de foyers épidémiques dans d’autres provinces ou hors de Chine qui pourraient prendre le relais. On ne s’attend cependant pas à ce qu’ils soient aussi actifs que celui parti de Wuhan.

Le coronavirus peut-il survivre aux températures estivales ?

Il est vrai que les coronavirus associés au rhume sont saisonniers, mais c’est en grande partie lié au fait que les gens vivent en espace plus confiné au cours de l’hiver. Le MERS-Coronavirus se transmet toute l’année dans les pays du Golfe. Il est donc trop tôt pour conclure sur l’impact des variations de température sur le cours de l’épidémie.

Faut-il éviter les rassemblements, les trajets en avion, les croisières, pour éviter une contamination ?

Cela dépend de la situation épidémique dans l’endroit où vous vivez. En France, il n’y a pas, à l’heure actuelle, de raisons de s’inquiéter. En revanche, les mesures de prévention classiques des infections respiratoires, comme la grippe qui circule actuellement – tousser dans son coude, mouchoirs à usage unique, hygiène des mains… – sont recommandées.

Pourquoi s’inquiéter de ce coronavirus alors que la grippe saisonnière a déjà fait bien plus de victimes ?

Même si l’épidémie de Covid-19 entraîne moins de morts que la grippe saisonnière, le fait qu’il s’agisse d’un nouveau virus suscite beaucoup d’inquiétudes légitimes, mais aussi des réactions disproportionnées qui peuvent avoir un impact sociétal, politique et économique considérable. La Chine en est l’exemple. Il est donc important d’en parler et d’informer afin que la réponse à l’épidémie soit bien adaptée.

Si l’inquiétude ou l’anxiété est trop forte, et vous gène, n’hésitez pas à vous faire aider avec un thérapeute, qui vous apportera le soutien psychologique utile.

Grippe A… Ce mot est sur toutes les lèvres mais qu’en savons-nous vraiment ? Est-elle contagieuse, se soigne-t-elle ?… LaNutrition.fr a fait le point !

La grippe porcine, c’est quoi ?
La grippe porcine est une maladie respiratoire qui atteint principalement les porcs d’élevage. Si elle se développe régulièrement en automne et en hiver, elle est rarement fatale pour les animaux. Il existe plusieurs types de grippe porcine et comme pour les grippes humaines, l’infection évolue constamment. La grippe porcine est classée dans la catégorie A, c’est-à-dire les plus communes mais aussi les plus inquiétantes car à l’origine de vastes épidémies dans le monde.
Les humains peuvent-ils être contaminés par la grippe porcine ?
En règle générale, les humains n’attrapent pas la grippe porcine par des cochons contaminés, à part dans quelques cas isolés par exemple pour les hommes en contact étroit avec ces animaux. Mais le virus peut muter et se transmettre d’homme à homme, d’où l’intérêt de porter des masques devant la bouche et de se laver régulièrement les mains pour les personnes des zones à risque. C’est le cas de cette épidémie qui est partie du Mexique. Les scientifiques pensent que comme pour la grippe humaine, la grippe porcine se transmet par la toux et les éternuements.
La grippe porcine du Mexique est-elle nouvelle ?
L’Organisation mondiale de la santé confirme que dans certains des cas de grippes porcines déclarés au Mexique, le virus H1N1a muté en une souche inconnue jusqu’à présent. Cette version du virus contient un matériel génétique que l’on retrouve également dans les virus de la grippe aviaire et de la grippe humaine. En effet, les virus de la grippe sont capables d’échanger des bouts de matériel génétique les uns avec les autres. La nouvelle version du H1N1 de la grippe porcine déclarée au Mexique est un mélange de toutes les souches de ce virus. C’est ce qui fait dire aux autorités sanitaires mondiales que le nom de grippe porcine n’est peut-être pas approprié et qu’il vaut mieux parler de « grippe nord-américaine ».
Le virus de la grippe porcine est-il dangereux ?
Le virus a muté de façon inédite, les experts manquent d’informations et  les recommandations préventives sont difficiles à déterminer. Ce que l’on sait, c’est que la sévérité des cas dépend des régions de l’épidémie. Les symptômes de la grippe porcine chez l’homme sont similaires à ceux de la grippe humaine : fièvre, toux, mal de gorge, écoulement nasal, douleurs musculaires, fatigue… Si la plupart des cas déclarés dans le monde n’était pas sévères jusqu’à présent, la nouvelle épidémie de grippe porcine aurait fait 152 victimes au Mexique. Les experts sanitaires estiment que le Mexique n’a pas encore atteint le sommet de la courbe du nombre de personnes contaminées. Par précaution, le gouvernement de Felipe Calderon a fait fermer toutes les écoles du pays jusqu’au 6 mai. En France, mardi 28 avril, 20 cas étaient encore à l’étude pour des « symptômes de grippe non grave ».
Peut-on continuer à manger du porc ?
Oui. Il n’y a aucune preuve que la grippe porcine se transmette par le fait de manger de la viande de cochons infectés. Cependant, par mesure de précautions, il est préférable de bien la cuire à une température supérieure à 70°C.
Doit-on avoir peur de cette nouvelle épidémie ?
A partir du moment où des cas de grippe mortelle se transmettent d’homme à homme, les autorités mondiales de la santé surveillent de près le risque de pandémie, une épidémie à grande échelle. L’OMS considère que la progression des cas avérés au Mexique et aux Etats-Unis pourrait se transformer en pandémie même s’il est encore trop tôt pour l’affirmer. Lundi 27 avril, l’OMS a relevé son niveau d’alerte de 3 à 4 sur une échelle de 6. Le stade 4 de l’échelle marque une montée en puissance du risque de pandémie avec une transmission avérée d’homme à homme. Si la pandémie s’étend, les experts considèrent que la grippe pourrait faire de nombreuses de victimes dans le monde. La grippe espagnole, une souche du virus H1N1 déclarée en 1918, avait tué des millions de gens.Au Mexique, la nouvelle épidémie à fait plus d’une centaine de victimes. Cependant, les 65 cas confirmés aux Etats-Unis ont pour le moment donné lieu à des symptômes légers, peut-être parce que la prise en charge médicale a été plus rapide qu’au Mexique. Mais pour certains experts, cela voudrait dire que le virus s’est développé dans un environnement précis, au Mexique, et qu’il aurait du mal à s’adapter aux autres régions du monde. Il y a aussi l’espoir qu’étant habitué aux virus de la grippe humaine, nous serions moins sensibles à ce virus.En revanche, un fait nouveau inquiète les experts : les jeunes sont aussi touchés alors que dans les épidémies antérieures, les personnes âgées étaient les premières victimes de la grippe.
Peut-on contenir la progression du virus ?
On soupçonne le virus de s’être déjà étendu dans le monde avec quelques 79 cas confirmés : Mexique, Etats-Unis, Canada, Espagne, Grande Bretagne, Costa Rica, Israël, Nouvelle-Zélande… D’autres pays sont en attentes de résultats de cas suspects : Australie, quelques pays d’Europe dont la France, Amérique du sud (Brésil, Chili, Colombie,) et des pays d’Asie (Thaïlande, Corée du sud). La plupart des experts pensent que contenir le virus risque de s’avérer impossible parce que nous vivons dans une ère où voyager devient courant. Les autorités déconseillent les séjours au Mexique.
Existe t-il des traitements efficaces ?
Il existe deux médicaments couramment utilisés qui se sont révélés efficaces contre la grippe porcine : Tamiflu des laboratoires Roche et Relenza du laboratoire GlaxoSmithKline. Mais pour être efficaces, ces médicaments doivent être administrés dès les premiers stades de la maladie. Ils sont également utilisés en prévention sur des cas suspects. Certains gouvernements ont déjà constitué une réserve de ces médicaments en cas de pandémie.En ce qui concerne les vaccins contre la grippe porcine, il existe pour les porcs mais pas pour l’homme. Le seul vaccin qui existe correspond à une souche antérieure qui n’est donc plus efficace pour l’actuelle. Pour muter, le virus a besoin de moins de temps qu’il n’en faut pour faire un vaccin. La souche du virus aux Etats-Unis ne serait peut être pas la même que celle d’origine qui est partie du Mexique… Et il faudrait quatre mois pour un laboratoire pour fabriquer un nouveau vaccin, sans parler de tous les tests qui doivent être fait pour limiter les effets secondaires.Quand aux antibiotiques, ils n’ont aucun effet sur les virus.
Et la grippe aviaire ?
Le virus de la grippe aviaire (H5N1) qui avait fait des victimes en Asie n’a rien à voir avec celui de l’actuelle épidémie de grippe porcine (H1N1). La différence notoire entre ces deux virus c’est que le H5N1 ne se transmet pratiquement pas d’homme à homme, contrairement au H1N1.

Source :  lanutrition.fr