L‘interdiction de fumer dans les cafés et restaurants s’est accompagnée d’une « baisse brutale », de l’ordre de 15%, du taux d’infarctus et d’accidents vasculaires cérébraux en moins de deux mois ! (étude remise au ministère de la Santé)

Selon cette évaluation des bénéfices de l’interdiction de fumer, « l’interdiction de fumer dans le secteur CHRD (cafés-hôtels-restaurants-discothèques) montre une baisse brutale – de l’ordre de 15% – du taux d’infarctus du myocarde et du taux d’accidents vasculaires cérébraux, accompagnant la baisse de l’exposition dans le secteur CHRD qui restait très forte en décembre 2007 ».

« Cet important et rapide bénéfice pour la santé des Français est à confirmer dans les deux mois qui viennent et constitue un encouragement à appliquer strictement ce décret dans tous les secteurs », commente son auteur, le Pr Bertrand Dautzenberg.infarctus

Il a été chargé, en novembre 2006, d’effectuer une surveillance mensuelle des effets de la loi entrée en vigueur partiellement en février 2007 et étendue aux cafés-restaurants en janvier 2008.

« J’ai été surpris pas la rapidité des effets sur la santé, ce qui prouve que le tabagisme passif tue vite, et beaucoup« , a déclaré à l’AFP le Pr Dautzenberg.

Pour arrêter – définitivement – de fumer, c’est ici.

Ce n’est pas moi qui le dit, mais l’OMS !

Méfiez-vous des cigarettes électroniques et de leurs allégations santé !

L’OMS attire l’attention des consommateurs sur le fait qu’elles ne constituent en aucun cas une méthode validée d’arrêt du tabagisme.

Et encore moins une aide au sevrage approuvée par l’Organisation. «Nous ne disposons d’aucune donnée scientifique prouvant l’efficacité et la sécurité de ce produit» insiste le Dr Ala Alwan, sous-directeur général chargé des maladies non transmissibles et de la santé mentale à l’OMS.

«Les industriels devraient immédiatement retirer de leurs brochures commerciales les allégations insinuant que l’OMS les considère comme un moyen sûr et efficace pour arrêter de fumer»

Développée en Chine en 2004, la cigarette électronique (qui ressemble à s’y méprendre à une clope classique !) est constituée d’un tube en métal, d’un réservoir contenant de la nicotine liquide, d’un microprocesseur et d’un pulvérisateur. Elle fonctionne à l’aide d’une batterie rechargeable et ne dégage pas de fumée.

Préoccupé par le succès grandissant de ces cigarettes, le groupe d’étude de l’OMS en charge de la réglementation des produits du tabac a décidé de se saisir de la question lors de sa prochaine réunion de travail. Laquelle se tiendra à Durban en Afrique du Sud, du 12 au 14 novembre prochain.

Comme je le disais à un client en séance cette après-midi, il ne me faut que cinq séances ( la dernière espacée de trois semaines) pour qu’un fumeur stoppe le tabac. Définitivement. Alors, un tube de métal avec de la nicotine liquide dedans… 😦

Source : OMS, 19 septembre 2008

Un article de lanutrition.fr en parle aussi : cliquez !


Pour un entretien gratuit et sans engagement, cliquez là.

Avant d’arrêter, il est indispensable de connaître votre niveau de dépendance à la nicotine, n’est-ce pas ?

Le test de Fagerström vous permet d’évaluer quantitativement votre addiction. Répondez à ces questions, en toute franchise, et vous aurez votre niveau de dépendance.

1. Dans quel délai après le reveil fumez-vous votre première cigarette ?
  • Moins de 5 minutes
  • 6 à 30 minutes
  • 31 à 60 minutes
  • Après 60 minutes
2. Trouvez-vous difficile de vous abstenir de fumer dans les endroits où c’est interdit ?
  • Oui
  • Non
3. A quelle cigarette de la journée vous sera-t-il le plus difficile à renoncer ?
  • La première, le matin
  • N’importe quelle autre
4. Combien de cigarettes fumez-vous par jour ?
  • 31 ou plus
  • 21 à 30
  • 11 à 20
  • 10 ou moins
5. Fumez-vous à un rythme plus soutenu le matin que l’après-midi ?
  • Oui
  • Non
6. Fumez-vous lorsque vous êtes malade et que vous devez rester au lit presque toute la journée ?
  • Oui
  • Non

Les résultats ! Quels résultats ?

Plus vous choisissez les premières réponses, plus votre dépendance est forte ! Et vous connaissez certainement les problèmes que cela engendre. A moins que vous ne soyez dans le déni.

Bref, il est temps de réfléchir sérieusement à vivre sans tabac… Si vous ne le faites pas pour vous-même, pensez à l’exemple que vous donnez à vos proches.

Sachez enfin qu’il faut moins de cinq séances de psychothérapie, trois en moyenne, pour se débarrasser définitivement du tabac. Sans grossir. Sinon je vous offre les séances suivantes… jusqu’à ce que le tabac ne soit plus qu’un lointain souvenir.

Ce test pour l’alcool ? Pourquoi pas !