« Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai compris qu’en toutes circonstances,
J’étais à la bonne place, au bon moment.
Et alors, j’ai pu me relaxer.
Aujourd’hui je sais que cela s’appelle…
L’Estime de soi.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle n’étaient rien d’autre qu’un signal lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.
Aujourd’hui je sais que cela s’appelle…
L’Authenticité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai cessé de vouloir une vie différente et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle…
La Maturité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation ou une personne, dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle…
Le Respect.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai commencé à me libérer de tout ce qui n’était pas salutaire, personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie.
Au début, ma raison appelait cela de l’égoïsme.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle…
L’Amour propre.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai cessé d’avoir peur du temps libre
Et j’ai arrêté de faire de grands plans, j’ai abandonné les méga-projets du futur.
Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime quand cela me plaît et à mon rythme.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle…
La Simplicité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai cessé de chercher à avoir toujours raison,
Et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.
Aujourd’hui, j’ai découvert…
L’Humilité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir.
Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe.
Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois et cela s’appelle…
La Plénitude.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir.
Mais si je la mets au service de mon cœur, elle devient une alliée très précieuse ! Tout ceci, c’est…
Le Savoir vivre.

Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter.
Du chaos naissent les étoiles »

Poème de Kim McMillen, écrivain

« Et vous, avez-vous commencé à vivre ? »
Charlot, 9 ans

Maryse est une éminente neuropédiatre, une femme belle et intelligente, affreusement narcissique et persuadée d’avoir toujours raison.

Le jour où je me suis aimé pour de vraiElle est aussi la mère de Charlot, fils singulier, qui l’émerveille et l’exaspère à la fois.

C’est que Charlot, Petit Prince désarmant de vérité, la confronte à des questions philosophiques.

Quel sens donner à sa vie lorsqu’on traverse des épreuves ?

Où se cache l’amour lorsqu’on fait face à l’intimidation, la bêtise, la peur de l’autre ?

Et surtout, qu’est-ce que l’ego, cette chose dont tout le monde semble souffrir ?

Animé d’un courage fou, d’une humanité à fleur de peau, Charlot va apprendre à sa mère, et à beaucoup d’autres, qu’en se dépouillant de ses certitudes, en cessant de se regarder le nombril, on peut enfin accéder à la vraie joie, celle du lâcher prise et de l’intelligence du cœur.

Et surtout : apprendre à s’aimer pour de vrai.

Une extraordinaire leçon de vie, profonde et lumineuse, dont on sort bouleversé d’émotion.

A lire et re-lire !

 

Ma chronique du précédent livre du Dr Marquis :

https://psychotherapeute.wordpress.com/2015/07/06/vous-etes-foutu-vous-pensez-trop/

 

Qui est l’auteur ?

Spécialiste de la santé mentale au travail au Québec, le Dr Serge Marquis donne plus de 150 conférences par an dans le monde. Il a créé sa propre entreprise de consultation, T.O.R.T.U.E. (Organisation pour Réduire les Tensions et l’Usure dans les Entreprises). Il est l’auteur du fabuleux succès On est foutu, on pense trop !, la méthode pour « se libérer de Pensouillard le hamster ».

Source: « Le jour où je me suis aimé pour de vrai« , de Serge Marquis, éditions de La Martinière

« Maman, je suis sortie avec des amis.

Je suis allée à une fête, et je me suis rappelée ce que tu m’as dit avant que je sorte : ne bois pas, si tu vas conduire.

C’est pour ça, j’ai bu du coca. Je me suis sentie fière de moi, parce que j’ai suivi tes conseils, j’étais une des seules de mes amies à être lucide. J’ai fais mon choix, et tes paroles étaient sacrées pour moi.

Quand la fête a fini, les personnes commençaient à embarquer ivres dans leurs voitures.

Moi je suis montée dans la mienne et j’étais sûre que j’étais en état de conduire.

À cette instant, maman, je ne pouvais même pas m’imaginer ce qui m’attendait.

Quelque chose d’imprévisible..

accident-entre-voitures-saint-firminMaintenant je suis ici, gisant sur le sol et j’entends les policiers parler.

Le garçon qui était dans cette voiture est saoul..

Maman, les sons sont tellement lointains…! Mon sang est partout et j’essaie de toutes mes forces de me retenir pour ne pas pleurer.

Je peux entendre les médecins : « la fille ne va pas tenir le coup ! ».

Je suis sûre maman que le garçon qui m’a accidentée n’a pas voulu me blesser.

Mais pourquoi c’est lui qui a bu et c’est moi qui doit mourir?

Pourquoi la vie est si injuste, maman?

Pourquoi les gens le font, alors qu’ils savent qu’ils peuvent détruire tant de vies ?

Ma douleur est terrible en ce moment, c’est comme si on me poignardait avec milles couteaux.

Maman, dit à ma petite sœur de ne pas avoir peur, dit à papa d’être fort et s’il te plait maman, visite le garçon et donne lui des conseils comme tu l’as fais pour moi.

Peut-être que si ses parents lui avaient dit, je serais vivante maintenant maman.

Ma respiration s’affaiblit de plus en plus, et je commence vraiment à avoir peur.

Ce sont mes derniers moments et je me sens si seule.

J’aurais tellement voulu que tu sois auprès de moi en ce moment, pendant que je meurs ici sur le sol.

Je voulais te dire tellement de choses maman, je t’aime, je t’aime tellement ! Je promets de te protéger, d’être ton ange gardien comme tu l’as fais pour moi. Au revoir maman… »

___

Ces mots ont été écrits par une journaliste ayant été sur les lieux de l’accident, pendant que la fille mourrait.

Elle a prononcé les paroles que vous venez de lire juste avant de mourir.

              Moteur en marche

              Devant le magasin bio

              Le gros 4 x 4

 

 

____
André Cayrel, France

Depuis trois jours les aiguilleurs de la gare Saint- Lazare sont en grève.

Véronique Grousset, au nom des usagers, a pris la plume pour s’indigner du motif de cet arrêt de travail.

Depuis la grande grève de l’hiver 1995, et même avant, les malheureux usagers de la SNCF ne peuvent que constater l’effarant pouvoir de nuisance abandonné aux cheminots: une douzaine de mécontents suffisent pour paralyser toute une gare, quand ça n’est pas toute une ligne, au seul nom de la défense de leurs intérêts (très) particuliers.

Mais ce qui se passe en ce moment à la gare Saint-Lazare de Paris dépasse tout ce qu’on a connu jusqu’à présent en matière d’égoïsme et d’indifférence à l’égard de salariés qui, contrairement aux 150 000 agents de la SNCF, paient non seulement pour leur transport, mais ont aussi un besoin vital qu’il soit assuré.

Depuis dimanche soir 30 mars à 20h, le syndicat Sud-Rail (en perte de vitesse avec moins de 17% aux élections professionnelles du 21 mars dernier, ceci expliquant sans doute cela) a déclenché en effet une grève reconductible sur les lignes J (Ermont-Eaubonne, Mantes-la-Jolie, Gisors) et L (Saint-Nom-la-Bretèche, Versailles rive droite, Cergy-le-Haut) du Transilien: 40% de trains en moins, voire beaucoup plus selon le témoignage de certains abonnés (http://malignel.transilien.com/2014/03/31/mouvement-social-perturbation-du-trafic-mardi-1er-avril/#comments).

Mais peu importe: car le scandale réside moins dans la proportion exacte de trains qui roulent encore, plus bondés qu’un concert de Stromae, que dans le prétexte avancé par Sud-Rail pour «justifier» la fatigue et les pertes de temps ainsi infligées, depuis trois jours, à des dizaines de milliers d’habitants des Yvelines et du Val-d’Oise.

Le motif exposé par les journaux paraît des plus minces : il s’agirait de s’opposer au déplacement de trois cheminots «télé-afficheurs», que la direction du Transilien souhaiterait transférer du poste d’aiguillage contrôlant l’entrée de la gare jusqu’à un bureau vitré perché au-dessus des quais.

Soit 400 m plus loin !

Mais en position de voir enfin les quais, et donc de pouvoir diminuer leur encombrement en n’affichant plus les trains au départ tant que ceux qui viennent d’arriver ne se sont pas entièrement vidés. Une mesure de logistique élémentaire qui vise à adoucir un peu la vie des abonnés de ces lignes, condamnés à jouer des coudes tous les jours, deux fois par jour, entre les cohortes de voyageurs qui descendent des wagons et celles qui tentent d’y monter.

Mais Sud-Rail n’est pas d’accord.

Au nom des habitudes intouchables de seulement trois cheminots ?

Même pas !

Car en fait, un seul des trois occupants du poste d’aiguillage est concerné, ainsi qu’on le découvre en lisant le fort bien nommé InfrAction, «journal de la section Sud-Rail-Saint-Lazare» en date du 31 mars http://www.sudrailpsl.org/.

Ses deux compagnons étant des aiguilleurs, personne ne leur demande de bouger.

Tandis que le refus du cheminot télé-afficheur de se rapprocher de la gare (et peut-être aussi d’un superviseur ?) a suffi pour qu’un syndicat ultra-minoritaire décrète une grève, en plein pic de pollution, sans culpabiliser une seconde sur les embouteillages que ce conflit allait fatalement provoquer.

Et si vous trouvez cette histoire scandaleuse, dîtes-vous bien que tout dépend d’où l’on se place : pour Sud-Rail, oser la raconter n’est que de «la propagande anti-grève» !

Et vous, qu’en pensez-vous ?

 

Sources: Véronique Grousset, lefigaro.fr, InfrAction

 

Phénomène bien connu chez les psys :  des personnes prennent rendez-vous pour des séances et… elles posent des lapins (elle ne sont pas là) !

Voici les absences non-excusées de mes clientes la semaine passée :

-> Absences de mes clientes de la semaine du 11 juin 2012
Nombre de rendez-vous où j’étais présent et la personne absente : 5
Excusées : 1 sur 5 ! Et encore le matin même de sa séance…
Sexe : femme pour les 5 absences non-justifiées
Excuses invoquées, suite à mon appel après le rendez-vous non-excusé : un accident sur la rocade, un oubli, deux séjours à l’hôpital (pour un séjour: trois jours hospitalisée, pourtant la personne avait pris rendez-vous deux jours avant avec le téléphone de son domicile, donc de chez elle !)

Sur un an (2011), mes patients sont responsables de la plupart des accidents sur la rocade et des admissions dans les hôpitaux de Toulouse…

Avez-vous, Cher Lecteur, un début d’explication ?

Devrais-je leur fournir un kit sécurité de voiture et/ou la liste des hôpitaux ?

Je m’interroge.

-> Je vais vous montrer une technique bien plus efficace que la colère face à des clients impolis et/ou ingrats (en effet, même des personnes ne préviennent pas quand elles sont absentes aux séances d’information gratuite…).

Et encore mieux que la solution de la BD qui illustre mon article !

Pour cela, je dois vous parler d’une carotte, d’un oeuf et de quelques grains de café…

Une jeune femme explique à sa mère que sa vie est difficile. Elle a trop de problèmes. Elle n’en peut plus. Elle veut laisser tomber.

Sans dire un mot, sa mère l’emmène dans la cuisine, remplit trois casseroles d’eau, et commence à les faire chauffer.

Bientôt, l’eau commence à bouillir.

Dans la première casserole, elle place une carotte. Dans la seconde, un oeuf. Et dans la troisième, des grains de café moulus. Puis, elle attend, en silence.

Au bout d’une vingtaine de minutes, elle place la carotte dans une assiette. L’oeuf dans une autre. Puis verse le café dans une tasse.

Cela fait, elle demande à sa fille : « Peux-tu toucher la carotte et me dire comment elle est ? »

La fille touche la carotte, et constate que celle-ci est molle et souple.

« Peux-tu briser la coquille de l’oeuf et me dire comment il est à l’intérieur ? »

La fille brise la coquille, et constate que l’oeuf est cuit dur.

« Peux-tu goûter le café ? »

Celui-ci est bon.

La jeune fille se tourne alors vers sa mère, et lui demande où elle veut en venir.

Sa mère lui répond :

« La carotte, l’oeuf et le café ont fait face au même problème : de l’eau bouillante. Mais chacun a réagi différemment.

La carotte y est entrée forte, dure, et solide. Mais face au problème de l’eau bouillante, elle est devenue molle et faible.

L’oeuf était fragile avec un intérieur fluide. Mais face au problème de l’eau bouillante, il s’est endurci.

Les grains de café ont réagi d’une façon complètement différente. Face au problème de l’eau bouillante, ils ont choisi de changer l’eau… »

Et vous, Cher Lecteur, qu’en pensez-vous ?