Je crois que beaucoup de personnes n’ont aucune idée de ce que c’est que « l’après » un traumatisme comme l’inceste.
Beaucoup de choses peuvent générer ce stress.
L’état de stress Post-traumatique, ce n’est pas juste « j’ai été embêté mais je suis plus fort et ça a fait de moi quelqu’un de plus solide ». Alors non, rien à voir.
Des violences physiques, des violences sexuelles comme l’inceste, le viol, les attouchements, des violences conjugales, des violences psychologiques telles que des harcèlements scolaires, professionnels. Certains deuils sont vécus de façon tellement brutale qu’ils peuvent être traumatiques.
L’état de stress post-traumatique, c’est une effraction dans la vie, dans l’intimité, dans le psychisme d’une victime.
Un cataclysme qui vient faire effondrer les défenses qui habituellement protègent le fonctionnement psychique. Comme un barrage qui cède, laissant toutes les angoisses les plus anciennes se répandre.
Les symptômes sont sensiblement toujours les mêmes : au delà des troubles du sommeil et de l’appétit, des images qui s’imposent, des sons qui envahissent, des angoisses permanentes, une surveillance constante de son environnement, des conduites d’évitement qui épuisent.
Alors oui, tout devient effrayant, comme croiser une silhouette, penser qu’on va être en présence de celui (ou celle) qui génère cette terreur, envisager que s’y opposer sera l’exposition de sa propre faiblesse.
Tout est dur.

C’est une fracture de vie. Il y a un avant et un après.
Tout est une épreuve. Les victimes vivent dans la terreur. Le bruit de la clé dans la serrure, le téléphone qui sonne ou pas. Il est question de survie. Rien d’autre.
Chaque jour.
Le pire est pourtant encore à venir. La honte, la peur que tout se sache, le sentiment de culpabilité. Cette impression terrible d’être à l’origine de son propre malheur. La violence porte de nombreux visages…
Cette horreur renforcée encore par la société, l’environnement, la famille dans le cas d’inceste, qui ne comprend pas la profondeur de la douleur. La société qui pense « c’est bon, on tourne la page, tout ça ne va pas venir nous déranger toute la semaine ». Non. Toute une vie.
Parfois les victimes que je vois au cabinet sont dans un temps sidéré où rien ne bouge. La terreur reste intacte jour après jour. Plus de travail, de famille.
Alors oui. On peut souffrir de l’état de stress post-traumatique toute une vie.
Les soins sont longs et souvent malheureusement incomplets avec les thérapies classiques et/ou cognitives. L’hypnose profonde a fait ses preuves pour aller mieux.
Les thérapeutes peuvent aider, accompagner et soutenir.

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

« Les larmes du passé fécondent l’avenir. »

___________
Alfred de Musset (1810-1857)

Pourquoi les représentations archaïques de la ménopause dominent-elles encore dans l’esprit de nombreuses femmes ?

menopauseCe sont des fantasmes, tous liés en réalité à la peur du vieillissement : peur de perdre son enveloppe corporelle et de devenir d’une certaine manière «transparente», ou de ressembler aux personnes âgées de sa famille, peur de ne plus être désirée…

Il faut dire que cette étape condense de nombreux deuils : celui de la maternité, des enfants en bas âge qui sont devenus grands, et parfois même sont partis du foyer…

Souvent, il faut vivre aussi en même temps la dépendance de ses parents très âgés ou mourants.

La ménopause est en ce sens une période assez unique de télescopages lourds de sens.

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement)

pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici