Procès Barbarin et France Télécom : l’enceinte pénale, cœur battant des débats de société !

Qualifiés d’« historiques », les procès du cardinal Barbarin et de France Télécom ont permis la confrontation publique des victimes et des accusés.

Devant le tribunal correctionnel de Paris, jeudi 27 juin, Noémie Louvradoux évoque son père, Rémy, un agent fonctionnaire de France Télécom qui s’est immolé par le feu devant son agence de Mérignac (Gironde) le 26 avril 2011.

La jeune femme égrène le nom de chacun des anciens dirigeants de l’entreprise, assis à deux mètres d’elle : « Ils ont assassiné mon père. Ils ont tué notre vie de famille. Et ils ont dit qu’ils ne savaient pas. »

Quelques mois plus tôt, dans une autre enceinte pénale, la même colère douloureuse avait été jetée à la face des prévenus.

Alexandre, François, Laurent, Pierre-Emmanuel, Stéphane, Mathieu, Christian, Didier, âgés de 38 à 53 ans, étaient venus déposer le secret longtemps enfoui qui avait détruit leur enfance.

Tous avaient appartenu à la troupe scout de Sainte-Foy-lès-Lyon (Rhône) et avaient subi les attouchements de l’aumônier Bernard Preynat.

« Je veux que les personnes d’Eglise me voient et voient ma souffrance », avait lancé Christian au cardinal Philippe Barbarin et aux représentants de la hiérarchie de l’Eglise qui comparaissaient devant le tribunal correctionnel de Lyon.

Dans les deux cas, l’écart est vertigineux entre l’intensité de la souffrance vécue et le délit reproché aux prévenus.

Harcèlement moral érigé en stratégie managériale au procès France Télécom, non-dénonciation de crime ou de délit au procès Barbarin.

Dans les deux cas, ceux qui sont poursuivis devant le tribunal ne sont pas les auteurs directs du mal infligé aux victimes. Mais de la place hiérarchique qui était la leur – dirigeants d’entreprise, autorité ecclésiale –, ils avaient le pouvoir d’empêcher ce mal, du moins de le réparer.

L’ancien PDG Didier Lombard et le cardinal Philippe Barbarin n’ont certes pas attendu d’être renvoyés devant une juridiction pour prendre la mesure des drames vécus pour l’un, dans son entreprise, pour l’autre, dans son Eglise.

Mais la salle d’audience du tribunal correctionnel de Paris, comme celle de Lyon, ont permis quelque chose d’unique : leur confrontation publique.

Quand les familles ou les collègues de travail des agents de France Télécom évoquent à la barre le lent isolement, la perte de confiance en soi, la détresse, la peur de ne pas y arriver, de ceux qui ont mis fin à leurs jours, comme lorsque les victimes de Bernard Preynat racontent ses invitations sous la tente, son souffle court, son haleine qui empeste le cigare, leur honte et leur détresse, on n’entend pas seulement ce qu’ils disent, on regarde les prévenus les écouter…

Comment choisir sa psychothérapie parmi tant d’approches différentes ?

Les recherches les plus récentes montrent que l’ingrédient majeur d’une thérapie réussie n’est pas la technique employée, mais la personnalité du thérapeute.

De plus en plus de personnes s’engagent dans une démarche thérapeutique : l’Association de psychiatrie américaine estime ainsi que plus de 30 % de la population occidentale connaîtra, au cours de son existence, des moments de détresse nécessitant un travail psychothérapeutique.

Plusieurs questions se posent alors, comme celle du taux de succès des psychothérapies, des critères de cette réussite, de sa durée, des effets négatifs éventuels, du choix d’une approche psychothérapeutique, des honoraires etc…

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

C’est un état de stress aigu.

Il correspond aux conséquences d’une exposition à une situation extrême, avec des réactions immédiates telles que la panique et la confusion.

f-duval-levesque-psychotherapie-coach-psychopraticien-hypnose-emdr-sophrologie-addiction-dependance-depression-mal-etre-soutien-psy-boulimie-addiction-sexuelle, stress post traumatiqueL’état de stress post-traumatique est une réaction émotive vive, secondaire à un événement traumatisant qui ne se situe pas dans le cadre des expériences habituelles. La détresse qui envahit secondairement sa victime est une réaction logique à une situation tout-à-fait anormale.

Deux éléments sont nécessaires pour engendrer un stress post-traumatique :

1 – Le sujet a vécu, a été témoin ou a été confronté, à un événement ou à des événements dans lesquels des individus :
• ont pu trouver la mort ou être gravement blessés
• ont été menacés de mort ou de blessures graves
• l’intégrité physique du témoin ou celle d’autrui a pu être menacée.

2 – La réaction du sujet à l’événement s’est traduite par une peur intense, un sentiment d’impuissance ou d’horreur.

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Profiter de la crise pour faire peau neuve ?

Et si vous mettiez à profit ce moment de détresse passagère, pour vous poser des questions ?

Si vous êtes mal ce n’est peut-être pas un hasard.

« Tout a un sens. Si le mécanisme s’enraye cela veut dire qu’il y a quelque chose qui ne va plus. »

Alors, le problème n’est plus de ne pas se sentir bien dans ses bottes mais de se poser la question du pourquoi on ne va pas bien, quitte à se remettre en cause. Pour ce faire, il faut être « courageux et humble. C’est quoi le burn out sinon un court-circuit qui intervient lorsqu’il y a trop de tension ? »

Suivant une démarche existentielle, voyez la crise comme « une opportunité » de donner du sens à votre vie. « Le moment de difficulté peut être le début d’un changement positif : l’occasion nous est donnée de reprendre notre vie en main .»

 

.


Pour une information et un entretien gratuit de 30 à 45 minutes, sans engagement, concernant une aide, un soutien psychologique, ou une psychothérapie -> cliquez ici

Cancer du sein: abandonner les buts inatteignables et en fixer de nouveaux favorise le bien-être

Les femmes qui ont récemment été atteintes d’un cancer du sein qui parviennent à renoncer à certains de leurs buts et à s’en donner de nouveaux améliorent leur bien-être global, selon une étude québécoise publiée dans la revue Psycho-Oncology.

Carsten Wrosch, du Département de psychologie de l’Université Concordia, et Catherine Sabiston, du Health Behaviour and Emotion Lab de l’Université McGill, ont mené cette étude avec 176 femmes, âgées de 28 à 79 ans, ayant survécu à un cancer du sein.

En moyenne, elles avaient reçu leur diagnostic 11 mois plus tôt et terminé leur traitement depuis 3 mois.

Les chercheurs visaient à identifier les facteurs qui influencent l’activité physique chez les femmes ayant vécu un cancer du sein. 48 % d’entre elles ont un surpoids ou une obésité et elles ont tendance à être plus sédentaires que les femmes n’ayant pas été atteintes de cette maladie.

La capacité à redéfinir ses objectifs, l’activité physique et la sédentarité, le bien-être émotionnel et les symptômes physiologiques ressentis quotidiennement (tels que la douleur ou la nausée) étaient évalués au début de l’étude et trois mois plus tard.

Se fixer de nouveaux buts était associé à une augmentation de l’activité physique, un accroissement du bien-être émotionnel et une diminution des symptômes physiologiques. Les participantes qui ont su abandonner certaines aspirations et en établir de nouvelles ont adopté un comportement moins sédentaire, ce qui était lié, après de trois mois, à l’amélioration de leur bien-être.

« Se donner de nouveaux buts peut atténuer la détresse causée par le désir de réussir l’impossible », notent les chercheurs. Trouver d’autres aspirations satisfaisantes permet d’éprouver un sentiment d’accomplissement. L’abandon d’objectifs fixés dans le passé permet d’investir suffisamment de temps et d’énergie pour composer efficacement avec la nouvelle réalité.

Les femmes qui ont récemment vécu un cancer du sein devraient faire au moins 150 minutes d’activité physique, à un rythme modéré ou soutenu, pour que leur santé se renforce, indiquent les chercheurs.

Mais, peu d’entre elles le font.

 

Références: Psychomédia.qc.ca, Université Concordia

.


Pour une information et un entretien gratuit de 30 à 45 minutes, sans engagement, concernant une aide, un soutien psychologique, ou une psychothérapie -> cliquez ici

Phobie Sociale (ou Anxiété Sociale) : C’est Quoi ?

Voici les critères pour le diagnostic de la phobie sociale ou anxiété sociale (pour l’adulte) selon le DSM-IV (1):

1. Une peur persistante et intense d’une ou plusieurs situations sociales ou bien de situations de performance durant lesquelles le sujet est en contact avec des gens non familiers ou bien peut être exposé à l’éventuelle observation attentive d’autrui. Le sujet craint d’agir (ou de montrer des symptômes anxieux) de façon embarrassante ou humiliante.

2. L’exposition à la situation sociale redoutée provoque de façon quasi systématique une anxiété qui peut prendre la forme d’une attaque de panique liée à la situation ou bien facilitée par la situation.

3. Le sujet reconnaît le caractère excessif ou irraisonné de la peur.

4. Les situations sociales ou de performance sont évitées ou vécues avec une anxiété et une détresse intenses.

5. L’évitement, l’anticipation anxieuse ou la souffrance dans la (les) situations(s) redoutée(s) sociale(s) ou de performance perturbent , de façon importante, les habitudes de l’individu, ses activités professionnelles (ou scolaires), ou bien ses activités sociales ou ses relations avec autrui, ou bien le fait d’avoir cette phobie s’accompagne d’un sentiment de souffrance important.

6. Pour les individus de moins de 18 ans, on ne porte le diagnostic que si la durée est d’au moins 6 mois.

7. La peur ou le comportement d’évitement n’est pas lié aux effets physiologiques directs d’une substance ni à une affection médicale et ne sont pas mieux expliqués par un autre trouble mental (p. ex. le trouble panique avec ou sans agoraphobie).

8. Si une affection médicale générale ou un autre trouble mental est présent, la peur décrite en 1. est indépendante de ces troubles; par exemple, le sujet ne redoute pas de bégayer, etc..

L’éreutophobie (ou érythrophobie), qui est la peur de rougir en public, est une forme de phobie sociale.

La personnalité évitante partage un certain nombre de caractéristiques avec la phobie sociale. Pour les sujets ayant une phobie sociale généralisée, le diagnostic additionnel de personnalité évitante doit être envisagé.

Source : psychomedia.qc.ca, American Psychiatric association, DSM-IV, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux.

Pour toute information, précise, concernant une aide ou un soutien psychologique, ou une thérapie pour guérir, cliquez ici. Un entretien d’une demi-heure vous est aussi proposé, gratuit et sans engagement

La perturbation du concept de soi fait partie des difficultés d’une séparation.

Quand une relation romantique prend fin, des changements dans le concept de soi font partie des difficultés psychologiques éprouvées, selon une étude publiée dans le Personality and Social Psychology Bulletin.

Le concept de soi est l’idée qu’une personne se fait d’elle-même. Il inclut l’apparence physique, les rôles, les attitudes, les croyances et les attributs qu’elle croit être caractéristiques de ce qu’elle est.

Les partenaires romantiques développent des amis et des activités en commun ainsi que des concepts de soi qui se chevauchent.

Les partenaires engagés sont plus susceptibles d’utiliser spontanément le « nous » dans des contextes spécifiques à la relation, de rapporter une plus grande centralité de la relation dans leur vie et de développer des concepts de soi entrelacés. Des études ont aussi montré que l’expérience subjective de tomber en amour augmente le nombre d’aspects qu’une personne inclue comme parties de soi-même.

Erica B. Slotter, Wendi L. Gardner, et Eli J. Finkel ont mené trois études dont les résultats montrent que la perte d’une relation a de multiples conséquences dont la tendance des partenaires à changer leur concept de soi et de sentir ce dernier moins clair et plus restreint, ce qui peut contribuer à la détresse psychologique. Les personnes peuvent changer leur apparence, leurs cercles sociaux, leurs activités, leurs buts et même leurs valeurs ou leurs croyances, qui sont tous des aspects qui constituent fondamentalement le soi.

Cela se produit alors qu’elles reconstruisent un sens de soi sans leur ex-partenaire.

Sources : Psychomédia, Sage Journals Online