« Si vous n’établissez pas vos priorités, quelqu’un le fera pour vous »

 

 

____________
Greg McKeown dans son ouvrage « L’Essentialisme »

Ce livre est passionnant par les potentialités qu’il révèle.

Mais c’est surtout un livre pratique.

Jamais on a parlé de l’intuition comme cela !

L’intuition n’est pas un don rare que seuls quelques privilégiés possèdent, mais une capacité qui existe en chacun de nous.

Elle ne demande qu’à être cultivée et développée.

Certains initiés comme Jean-Marie Phild, un parapsychologue qui a le don de clairvoyance et le Dr David O’Hare, un médecin spécialiste du lien corps-esprit l’utilisent au quotidien.

Comment font-ils ?

Pour la première fois, ils révèlent dans ce livre leurs techniques pour atteindre un état de perception inégalée.

intuitions dr david o'hareUne méthode pratique ponctuée d’expériences étonnantes et d’une multitude d’exercices : tests de connaissance de soi et de décodage de ses sens, visualisation, respiration, méditation, préparation des rêves intuitifs, aide à la décision…

Grâce à ce livre:

  • Vous allez découvrir en vous des capacités insoupçonnées.
  • Vous saurez prendre de meilleures décisions dans votre vie : qu’il s’agisse de la santé, de l’argent, de l’amour…
  • Vous saurez quand dire NON.
  • Vous développerez votre confiance en vous, vous serez moins anxieux, plus positif et plus enthousiaste.

Qui sont les auteurs ?

David O’Hare est médecin généraliste, spécialiste de la cohérence cardiaque, discipline qu’il a introduite en France et qu’il enseigne aux médecins au sein de l’Institut de Médecine Intégrée fondé par son ami David Servan-Schreiber.

Jean-Marie Phild est parapsychologue-conseil à Montpellier depuis 20 ans. De renommée nationale, il est consulté par des particuliers et des professionnels de la politique et du monde de l’entreprise.

Source: « Intuitions : Apprenez à écouter, votre voix intérieure, pour prendre de meilleures décisions« , du dr David O’Hare et Jean-Marie Phild, éditions Thierry Souccar

3. Mettre son ado en action

Pour aider son enfant à gérer son stress à l’approche de l’examen, «il faut mettre de côté les choses secondaires et se concentrer sur l’essentiel, en lui laissant une part de décision», précise Christine Henniqueau-Mary. Sa chambre n’est pas rangée et il révise allongé sur son lit… on évite les petites phrases du genre «si c’est ordonné dehors, c’est ordonné dedans». Inutile également de lui ordonner «d’aller dormir».

Demandez-lui plutôt quel est son programme pour la soirée et à quelle heure il compte aller se coucher.

Il faut essayer de recentrer son ado sur l’action. Le discours doit rester factuel : ‘‘Où en es-tu de tes révisions ?’’, ‘‘En quoi peut-on t’aider ?’’ pour désamorcer l’aspect émotionnel du bac. «Plus le parent recentre l’enfant sur l’agir, plus il diminue son stress. Si l’enfant reste maître des choses, il s’y mettra plus facilement que si on lui dit de le faire», conclut la psychopédagogue.

4. Que faire face à un ado «pas du tout stressé» par le bac ?

Le discours ‘‘je m’en foutiste’’ est un classique chez les adolescents. Pour Alain Braconnier, il ne faut pas forcément s’en alarmer. «C’est de provocation, il est impossible de ne pas être stressé avant le bac. Si ça n’empêche pas le candidat de travailler, il faut se dire qu’il gère son stress grâce à une forme de déni. Dans ce cas, les parents ne doivent pas intervenir».

En revanche, «si le lycéen adopte un comportement très régressif, du genre ‘‘de toutes façons ça va marcher, même si je ne fais rien’’, il est dans une logique de ‘‘pensée magique’’», analyse Christine Henniqueau-Mary : il imagine qu’il suffit de dire les choses pour qu’elles arrivent.

Et là, évidemment, les parents doivent réagir ! Mais en évitant l’affrontement frontal : «il faut mettre son enfant face à son comportement et lui demander s’il estime que c’est une attitude appropriée», conseille la spécialiste.

Et Alain Braconnier de recommander si possible un brin d’humour«ça marche bien avec les ados».

 

Sources: sante.lefigaro.fr, * «Optimiste», Alain Braconnier, éditions Odile Jacob, avril 2014

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Vos mauvaises habitudes de travail modifiées en 5 étapes…

Une étude a montré que 40% des décisions prises au quotidien n’en étaient pas vraiment. En fait, il s’agit d’habitudes pures et simples. Voici comment faire pour prendre de vraies décisions.

1. Définissez ce que l’on entend par « devoir ». Imaginez une journée de travail classique. Avez-vous vraiment besoin de cette tasse de café ? Non. Devez-vous commencer votre journée par la vérification de vos e-mails ? Non.

2. Déterminez l’élément déclencheur. Qu’est-ce qui vous incite à exécuter telle ou telle habitude ? Si vous commencez votre journée en vérifiant vos-emails, peut-être est-ce parce que vous avez besoin d’un certain contrôle, d’être en contact avec autrui.

3. Voyez la récompense que vous vous fixez en adoptant l’une ou l’autre habitude. Peut-être éprouvez-vous le besoin de vérifier votre mailbox pour vous assurer que rien de grave n’est arrivé depuis hier. Ou alors vous avez l’impression d’être le maître de l’univers, que tout le monde doit s’exécuter comme vous l’entendez et du coup vous bombardez vos collaborateurs de mails. Quid du café que vous allez chercher au distributeur ? Est-ce pour rencontrer l’un ou l’autre collègue ?

4. Modifiez vos habitudes. Imaginez un autre moyen pour exercer votre contrôle, notamment en téléphonant ou en parlant avec quelques collègues en veillant à ce que le sujet de vos conversations soit personnel. Si certains d’entre eux viennent peu au bureau, pensez à avoir une seconde adresse e-mail sous la main pour les cas d’urgence. (Ex. : urgence@nomdelasociete.be). Vous pourrez ainsi consulter cette mailbox en priorité.

5. Couchez vos nouvelles habitudes sur papier. C’est une des meilleures façons de modifier les anciennes. Ex. : Lorsque (j’arrive au boulot), je commence (par discuter avec quelques collègues) de façon à (traiter immédiatement les dossiers les plus urgents).

Une fois cette étape franchie, vous serez prêt pour la suivante ! Notez vos résultats en cliquant sur « Leave a comment ».

 

.


Pour une information et un entretien gratuit de 30 à 45 minutes, sans engagement, concernant une aide, un soutien psychologique, ou une psychothérapie -> cliquez ici


Bien qu’il faille du courage pour assumer une fonction de direction, il y a encore beaucoup d’autres qualités qui entrent en ligne de compte. Outre une bonne formation technique dans votre branche, vous devez aussi pouvoir répondre positivement aux questions suivantes :

– Suis-je à même de prendre des décisions ?
– Ai-je le courage de mener à bien les tâches requises?
– Suis-je prêt(e) à prendre des risques calculés ?
– Ai-je la force de gérer des déceptions inattendues ?
– Ai-je une force à toute épreuve ?
– Ai-je suffisamment de ressort pour reprendre le dessus si mes projets échouent ?
– Suis-je capable de gérer une humiliation ?
– Puis-je supporter des temps difficiles ?

Si vous répondez positivement à ces questions, vous avez la personnalité qu’il faut pour devenir leader. Si vous avez répondu « non » à l’une d’entre elles, vous avez encore des efforts à faire avant de pouvoir assumer le leadership.