La prise d’aspirine peut-elle aider à prévenir le cancer ?

Aux États-Unis, des dizaines de millions d’adultes prennent de l’aspirine pour réduire leur risque de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral.

Mais des études au cours des deux dernières décennies ont suggéré que l’utilisation régulière d’aspirine peut avoir un autre avantage important : diminuer le risque de développer ou de mourir de certains types de cancer.

Les résultats de certaines de ces études ont en fait constitué la base des orientations publiées en avril 2016 par un groupe consultatif fédéral influent sur la prévention des maladies. Le panel, le US Preventive Services Task Force (USPSTF), a recommandé que, pour certaines personnes, l’aspirine puisse être utilisée pour aider à réduire leur risque de maladie cardiovasculaire et de cancer colorectal.

Écrivant dans Nature Reviews Cancer, Andrew Chan, MD, de la Harvard Medical School, et plusieurs collègues ont appelé la recommandation une « première étape cruciale dans la réalisation d’un impact potentiel plus large sur l’ensemble de la population de l’utilisation de l’aspirine » pour la prévention du cancer.

Données cohérentes sur le cancer colorectal

Par exemple, dans l’essai CAPP2, qui a testé de l’aspirine quotidienne à forte dose chez des personnes atteintes du syndrome de Lynch – une maladie héréditaire qui augmente considérablement le risque de cancers colorectaux et de l’endomètre ainsi que de plusieurs autres cancers – les participants ayant reçu de l’aspirine ont présenté une réduction de 63 % du risque relatif de développer un cancer colorectal par rapport à ceux qui ont reçu un placebo.

Mais les preuves s’étendent également aux personnes présentant un risque moyen de cancer colorectal. Parmi les exemples les plus récents figure une analyse de deux grandes études de cohorte de longue durée publiées en juin 2016 dans JAMA Oncology . L’étude, dirigée par le Dr Chan à Harvard, a lié l’utilisation d’aspirine pendant 6 ans ou plus avec une diminution de 19 % du risque de cancer colorectal et une diminution de 15 % du risque de tout type de cancer gastro-intestinal.

Sur la base de leur analyse, l’équipe de recherche a estimé que l’utilisation régulière d’aspirine pourrait prévenir près de 11 % des cancers colorectaux diagnostiqués aux États-Unis chaque année et 8 % des cancers gastro-intestinaux.

« Les données sur le cancer colorectal sont vraiment bonnes », a déclaré Theodore Brasky, Ph.D., épidémiologiste au Comprehensive Cancer Center de l’Ohio State University, dont la recherche se concentre sur les médicaments anti-inflammatoires et le risque de cancer.

« Certes, les données d’observation montrent que l’aspirine réduit le risque de cancer colorectal », a poursuivi le Dr Brasky. Et plusieurs essais cliniques randomisés ont montré que l’utilisation d’aspirine « à n’importe quelle dose » peut réduire l’incidence de tous les polypes ainsi que des polypes avancés, a-t-il déclaré, qui peuvent tous deux être des précurseurs du cancer colorectal.

L’aspirine offre le plus d’avantages et le plus faible risque

Les directives de l’USPSTF distinguent un groupe de population qui, selon les données, est susceptible d’obtenir un bénéfice net avec le moins de risque : les personnes de 50 à 59 ans qui présentent un risque accru de maladie cardiovasculaire.

La recommandation conseille également aux candidats potentiels d’avoir une espérance de vie d’au moins 10 ans et de ne pas être exposés à un risque accru de saignement (en raison d’autres problèmes de santé ou de l’utilisation d’autres médicaments), un effet secondaire connu de l’utilisation à long terme de l’aspirine.

Une recommandation pour un traitement qui couvre deux maladies distinctes est unique, a reconnu Kirsten Bibbins-Domingo, présidente de l’USPSTF, MD, Ph.D., MAS, de l’Université de Californie à San Francisco. Mais il y avait une logique spécifique à la décision du groupe de travail.

« Nous essayions de simuler la façon dont un médecin et un patient prennent… des décisions » en matière de prévention, a-t-elle déclaré. « Ils ne prennent pas nécessairement une décision distincte pour les maladies cardiovasculaires et pour le cancer. »

Le groupe de travail a conclu qu’il ne disposait pas de suffisamment de preuves pour recommander pour ou contre l’aspirine chez les personnes de moins de 50 ans ou de plus de 70 ans et a déclaré que la décision d’utiliser de l’aspirine pour les personnes âgées de 60 à 69 ans devrait être individuelle.

L’étude de Harvard de juin 2016 a également révélé une autre découverte importante qui devrait aider à clarifier un point de débat parmi les chercheurs en prévention, a souligné le Dr Hawk : chez les personnes ayant subi un dépistage du cancer colorectal, l’utilisation régulière d’aspirine a entraîné une réduction supplémentaire du risque.

« Nous savons qu’avec le dépistage par n’importe quelle approche, il existe un certain taux d’échec et un taux de cancer d’intervalle », a déclaré le Dr Hawk. Ce dernier fait référence aux cancers diagnostiqués dans l’intervalle suivant un examen de dépistage normal et avant le prochain dépistage programmé.

Les résultats de l’étude, a-t-il dit, suggèrent fortement que l’aspirine peut être en mesure de « compléter le dépistage du cancer colorectal » en diminuant le risque de cancers d’intervalle.

L’aspirine réduit-elle le risque d’autres cancers ?

Le jury ne sait toujours pas si l’aspirine a un avenir comme moyen de réduire le risque de cancers autres que colorectaux.

Les découvertes selon lesquelles l’utilisation régulière d’aspirine est associée à un risque réduit d’autres cancers « ont été aléatoires », a déclaré le Dr Hawk. Dans la récente étude de Harvard, par exemple, l’utilisation d’aspirine n’était pas liée à un risque réduit des autres cancers les plus courants. Il n’y avait pas non plus de réduction globale du risque de cancer dans l’étude sur la santé des femmes—un essai clinique randomisé qui a testé si l’utilisation tous les deux jours d’aspirine à faible dose pouvait réduire le risque de cancer chez près de 40 000 femmes âgées de 45 ans et plus.

Et pour la prévention du cancer colorectal, il existe également des preuves issues d’essais cliniques et d’expériences en laboratoire pour soutenir son utilisation. Mais pour de nombreux autres cancers, « il n’y a pas beaucoup de données expérimentales à l’appui chez l’homme sur lesquelles s’appuyer », a-t-il déclaré.

Malgré cela, les résultats d’études observationnelles (donc lien d’association et non de causalité) continuent de faire allusion au potentiel anticancéreux de l’aspirine au-delà du cancer colorectal, y compris ceux liant l’aspirine à un risque plus faible de mélanome, cancer de l’ovaire et cancer du pancréas.

De nombreuses études sur l’aspirine et le risque de cancer ont souvent des limites importantes, a déclaré le Dr Brasky, y compris des informations manquantes sur des facteurs critiques comme la dose d’aspirine et la durée d’utilisation.

Ils associent également souvent l’aspirine à d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens , ou AINS, comme le naproxène, l’ibuprofène et le célécoxib (Celebrex®) , qui ont également été étudiés pour leurs effets potentiels sur le risque de cancer colorectal.

« Ce sont des médicaments différents, des produits chimiques différents« , a-t-il déclaré. « Ils ont d’autres effets qui ne sont pas bien étudiés. »

Ainsi, alors que tous ces médicaments font partie de la famille des AINS et ont des effets anti-inflammatoires, en ce qui concerne leur effet sur le risque de cancer, a-t-il poursuivi : « Je ne suis pas nécessairement convaincu qu’il soit sage de les étudier comme un seul classe de médicaments. »

L’efficacité de l’aspirine peut dépendre du type et de la biologie du cancer

Un autre problème à considérer est que les effets protecteurs de l’aspirine contre le cancer peuvent dépendre autant de facteurs biologiques que du type de cancer.

Certaines études, par exemple, ont suggéré que les AINS comme l’aspirine  pourraient ne pas être aussi efficaces pour prévenir le cancer chez les femmes comme chez les hommes.

D’autres études ont identifié d’autres facteurs qui peuvent prédire qui est susceptible d’en bénéficier, des facteurs qui suggèrent les mécanismes moléculaires par lesquels l’aspirine peut exercer ses effets anticancéreux. Une grande partie de ce travail a porté sur l’inhibition par l’aspirine des enzymes COX-1 et COX-2.

COX-1 et COX-2 sont des composants essentiels de la réponse inflammatoire du corps. Une inflammation prolongée peut favoriser des changements dans les cellules qui peuvent les rendre malignes. Cela semble être particulièrement vrai dans le cancer colorectal, où l’inflammation peut favoriser des changements dans les cellules qui tapissent le tractus gastro-intestinal inférieur, conduisant à la formation de tumeurs précancéreuses.

Ces études ont permis aux chercheurs d’identifier les acteurs clés de cette cascade inflammatoire, des changements qui pourraient être des marqueurs du risque de cancer.

Par exemple, une série d’études menées par des chercheurs de Harvard et du Dana-Farber Cancer Institute – utilisant les mêmes grandes cohortes que l’ étude JAMA Oncology de juin 2016 – ont mis en évidence des facteurs biologiques spécifiques pouvant influencer son potentiel préventif.

Une de leurs premières études, par exemple, a montré que l’utilisation d’aspirine semblait seulement réduire le risque de cancers colorectaux qui produisaient de grandes quantités de COX-2. Des études plus récentes se sont concentrées sur d’autres composants de la voie COX-2, y compris une étude qui a montré que l’aspirine réduisait le risque de cancer colorectal uniquement chez les personnes dont la muqueuse colique – la couche cellulaire qui tapisse le côlon – surexprimait le gène 15-PGDH , qui code pour une enzyme qui perturbe l’activité de la COX-2.

Bien que ces biomarqueurs potentiels n’aient pas été validés, ils commencent à montrer comment, à terme, les décisions concernant l’utilisation de l’aspirine pour réduire le risque de cancer peuvent potentiellement être adaptées à chaque patient, a noté le Dr Brasky.

Essais cliniques : identification des effets secondaires

Les chercheurs continuent d’étudier le rôle potentiel de l’aspirine dans la prévention du cancer. Cette recherche devrait aider à mieux clarifier qui pourrait bénéficier de l’aspirine, a déclaré le Dr Bibbins-Domingo.

Les essais cliniques seront cruciaux à cet égard, a expliqué Asad Umar, DVM, Ph.D., chef du Gastrointestinal and Other Cancers Research Group dans la Division de la prévention du cancer du NCI.

Les essais cliniques randomisés peuvent aider à valider ce qui a été observé dans les études d’observation et fournir « une image plus complète de ce qui se passe » chez les personnes prenant de l’aspirine à long terme, a-t-il expliqué. Cela inclut l’identification des problèmes de sécurité potentiels qui ne sont pas toujours apparents dans les études d’observation.

Le Dr Umar a cité l’expérience du célécoxib. Preuve d’effets cardiaques indésirables d’un traitement régulier à long terme avec ce médicament n’est apparu que lorsqu’il a été testé dans de grands essais avec un suivi plus long des patients, y compris l’essai Adenoma Prevention with Celecoxib financé par le NCI.

La principale préoccupation avec l’aspirine est l’hémorragie gastro-intestinale. Les données disponibles provenant d’essais cliniques sur l’utilisation à plus long terme de l’aspirine suggèrent cependant que ce risque peut être modeste.

Dans les huit essais inclus dans une méta-analyse influente de 2011 qui a constaté que l’utilisation régulière d’aspirine réduisait le risque de mourir d’un cancer, par exemple, il y avait plus d’événements hémorragiques mortels chez les participants qui ont pris un placebo que chez ceux qui ont pris de l’aspirine, bien que l’aspirine ait augmenté le risque d’hémorragie non mortelle.

Et dans l’essai CAPP2, le nombre de cas de saignements gastro-intestinaux dans le groupe aspirine et les groupes placebo était très similaire.

Cela ne signifie pas que les personnes utilisant de l’aspirine ou leurs médecins ne devraient pas s’inquiéter des saignements.

« La population qui développe principalement un cancer, les personnes de plus de 50 ans, a également un plus grand risque de saignement » en raison de leur âge, a déclaré le Dr Hawk. « Nous devons donc toujours nous en préoccuper. »

Pour mieux répondre aux questions sur la sécurité et qui est le plus susceptible de bénéficier de l’aspirine, les chercheurs attendent les résultats de plusieurs essais cliniques en cours qui testent l’aspirine soit pour réduire le risque de cancer, soit comme traitement adjuvant pour réduire le risque d’une maladie déjà traitée. cancer du retour.

Parmi eux figurent : CAPP3, une étude de suivi de CAPP2 qui teste trois doses différentes d’aspirine chez des patients atteints du syndrome de Lynch ; ASPREE, qui teste si l’aspirine à faible dose peut réduire le risque de cancer, de crise cardiaque, d’accident vasculaire cérébral ou de démence chez les personnes âgées de 65 ans et plus ; et Add-Aspirin, qui examine deux doses différentes d’aspirine comme traitement adjuvant pour les personnes ayant subi une intervention chirurgicale pour un cancer du sein, colorectal, de la prostate ou de l’œsophage à un stade précoce.

Source : cancer.gov/about-cancer/causes-prevention/research/aspirin-cancer-risk

MISE À JOUR (août 2020) : Les résultats d’un grand essai clinique, appelé ASPREE, suggèrent que, pour les adultes de 70 ans ou plus, la prise quotidienne d’aspirine à faible dose peut augmenter le risque de cancer avancé. Les participants à l’essai qui prenaient quotidiennement de l’aspirine à faible dose n’étaient pas plus susceptibles que ceux qui prenaient un placebo de recevoir un diagnostic de cancer. Mais ils avaient un risque légèrement plus élevé de recevoir un diagnostic de cancer avancé et étaient plus susceptibles de mourir d’un cancer avancé. De plus amples détails sont disponibles dans cette histoire de Cancer Currents .

MISE À JOUR (octobre 2021) : Un état inflammatoire chronique depuis des années peut conduire à des maladies du métabolisme, dont les cancers. Au lieu de prendre un aspirine des années durant, ne serait-il pas souhaitable de baisser, voire de supprimer cette inflammation ? Une alimentation low carb (moins de 150 grammes de sucre/ jour) ou cétogène (moins de 50 grammes de sucre/ jour) semblerait encore plus efficace, selon de multiples études non-observationnelles.

 

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Les risques de mort par surmenage inquiètent le Japon. A juste titre.

Selon un rapport, un cinquième des Japonais fait plus de 80 heures supplémentaires par mois (en plus de leur temps de travail hebdomadaire), le seuil à partir duquel le risque de mourir de surmenage est considéré comme sérieux.

« Karoshi ».

karoshi-psychotherapie-addiction-sexuelle-dependance-boulimie-f-duval-levesque-psychopraticien-hypnotherapeute-coach-tcc-hypnose-burn-outC’est le nom japonais pour « mort par épuisement au travail », un problème suffisamment sérieux pour qu’il fasse l’objet d’un livre blanc gouvernemental, dont le premier rapport a été approuvé vendredi 7 octobre par le cabinet du premier ministre, Shinzo Abe.

Ce document a été livré alors que des centaines de décès liés au surmenage, par crise cardiaque, accident vasculaire cérébral ou suicide, sont enregistrées chaque année au Japon.

Ainsi que de nombreux problèmes de santé graves, ce qui entraîne des poursuites judiciaires et des appels à s’attaquer au problème.

Un Japonais sur cinq concerné !

Même si l’image populaire du salarié japonais trimant de très longues heures pour son employeur avant de prendre le dernier train pour rentrer chez lui est en train de changer, beaucoup de Japonais continuent à passer au bureau beaucoup plus d’heures que leurs homologues dans les autres économies modernes.

Ainsi, selon le rapport approuvé vendredi, un cinquième des Japonais qui travaillent risquent de mourir de surmenage.

En effet, une étude menée entre décembre 2015 et janvier 2016 révèle que 22,7 % des firmes japonaises interrogées ont déclaré que certains de leurs employés faisaient plus de 80 heures supplémentaires chaque mois. Or c’est officiellement le seuil à partir duquel le risque de mourir de surmenage est considéré comme sérieux.

L’étude indique aussi que 21,3 % des employés japonais travaillent 49 heures ou plus par semaine en moyenne, contre 16,4 % des employés aux Etats-Unis, 12,5 % en Grande-Bretagne et 10,4 % en France.

 

Source: lemonde.fr

Dans une étude portant sur 63.000 personnes en Norvège, des chercheurs ont montré que ceux qui traversaient une légère dépression voyaient leur risque de subir une crise cardiaque augmenter de 5% par rapport à ceux qui ne présentaient aucun symptôme.

Mais ce chiffre bondit à 40% chez ceux atteint de dépression modérée ou grave. Lise Tuset Gustad, co-auteure de l’étude qui a été présentée à la conférence EuroHeartCare en Norvège, a résumé ainsi ses conclusions:

«Plus vous êtes déprimé, plus vous êtes à risque»

De nombreuses informations sur les sujets comme leur consommation de tabac, leur indice de masse corporelle, leur activité physique ou leur tension artérielle ont été analysées. Les chercheurs ont évalué la dépression en utilisant l’échelle de dépression HAD, une série de questions utilisées pour déterminer le niveau de dépression et d’anxiété.

«Les symptômes dépressifs augmentent le risque de développer une insuffisance cardiaque et plus les symptômes sont graves, plus le risque est élevé, a souligné Gustad. Les gens déprimés ont des styles de vie moins sains, nous avons donc ajusté notre analyse avec des facteurs comme l’obésité et la consommation de tabac qui peuvent entraîner à la fois des dépressions et des crises cardiaques.»

Les chercheurs pensent qu’un des facteurs qui pourrait aider à expliquer le lien est le stress.

«La dépression déclenche les hormones du stress, a expliqué Gustad. Ces hormones du stress entraînent à leur tour des inflammations et de l’athérosclérose, qui peuvent accélérer les maladies du cœur.»

De plus, les personnes déprimées ont plus de mal à suivre les conseils qui pourraient contribuer à rendre leur style de vie plus sain.

En 2010, une étude menée par l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (Inserm) avait montré pour la première fois que les personnes associant des symptômes dépressifs et une pathologie cardiaque ont un risque de décès par maladie cardiovasculaire presque quatre fois supérieur aux patients ne présentant aucune de ces pathologies.

 

 

.

 

 

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

 

L‘attaque de panique est un moment (rarement plus de 20 à 30 minutes) d’anxiété, de peur ou de malaise très intense.

C’est accompagné de quelques uns de ces symptômes physiques ou cognitifs (ayant trait aux perceptions et aux pensées):

  1. palpitations, battements de cœur ou accélération du rythme cardiaque
  2. transpiration
  3. tremblements ou secousses musculaires
  4. sensations de « souffle coupé » ou impression d’étouffement
  5. sensation d’étranglement
  6. douleur ou gêne thoracique
  7. nausée ou gêne abdominale
  8. sensation de vertige, d’instabilité, de tête vide ou impression d’évanouissement
  9. déréalisation (sentiments d’irréalité) ou dépersonnalisation (être détaché de soi)
  10. peur de perdre le contrôle de soi ou de devenir fou peur de mourir
  11. sensations d’engourdissement ou de picotements
  12. frissons ou bouffées de chaleur.

D’autres symptômes d’anxiété sont souvent présents: boule dans la gorge ou gorge sèche, déglutition difficile, douleurs d’estomac, douleurs musculaires, jambes molles, difficulté de concentration, se sentir désorienté et confus, vision embrouillée.

Les symptômes d’une attaque de panique sont le résultat d’une hyperventilation.

Lorsque nous sommes anxieux, l’organisme réagit par une accélération de la respiration qui devient aussi plus superficielle. Ces symptômes sont désagréables et souvent inquiétants.

Il est fréquent qu’une personne souffrant d’une attaque de panique croit faire ou risquer de faire une crise cardiaque ou avoir un accident vasculaire cérébral. Ils ne sont cependant pas dangereux.

 

Référence: American Psychiatric association, DSM-IV, Manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux

.


Pour une information et un entretien gratuit de 30 à 45 minutes, sans engagement, concernant une aide, un soutien psychologique, ou une psychothérapie -> cliquez ici

Recevoir un diagnostic de cancer est un événement très stressant.

Dans la semaine qui suit un tel diagnostic, les risques de suicide et de crise cardiaque sont beaucoup plus élevés, selon une étude suédoise publiée dans le New England Journal of Medicine.

Fang Fang et Unnur Valdimarsdottir de l’Université d’Iceland (Reykjavik) ont, avec leur collègues, analysé les données concernant plus de six millions de Suédois entre 1991 et 2006 dont plus de 500 000 ont, durant cette période, reçu un diagnostic de cancer.

Le risque de suicide durant la première semaine suivant le diagnostic était 12,6 fois plus élevé que chez les personnes sans cancer ayant des caractéristiques similaires et 5 fois plus élevé au cours des 12 premières semaines.

Le risque de décès par crise cardiaque ou autre complication cardio-vasculaire était 5,6 fois plus élevé durant la première semaine et 3 fois plus élevé durant le premier mois.

Les risques étaient les plus élevés (risque de suicide de 16% et de décès cardiaque de 15%) pour les personnes souffrant de cancers difficiles à soigner comme ceux de l’œsophage, du foie, ou du pancréas, des poumons et du cerveau et le moins élevé pour les cancers de la peau. Après un an, le risque de suicide était plus élevé de 80% (un peu moins que le double) et le risque de décès de cause cardiovasculaire de 20%.

Ces résultats montrent à quel point l’annonce d’un cancer constitue un stress psychologique majeur et a un impact bien avant la souffrance émotionnelle ou physique liée à l’évolution de la maladie ou son traitement, concluent les chercheurs.

Ils espèrent que ces résultats puissent favoriser de meilleurs soins pour les personnes qui viennent de recevoir un diagnostic.

Références: psychomedia.qc.ca, Los Angeles Times, Université d’Iceland (Reykjavik)

.


Pour une information et un entretien gratuit de 30 à 45 minutes, sans engagement, concernant une aide, un soutien psychologique, ou une psychothérapie -> cliquez ici


Parce qu’il est temps de vous avertir :

Attention ! « Ceci n’est pas un régime… » (édition Marabout-Hachette, 15€)  mais une façon saine et naturelle de manger

Que le régime miracle n’existe pas…

Cette fausse croyance que l’on peut  perdre 5 à 10 kilos rapidement sans conséquences pour votre santé…

Une étude américaine publiée en octobre 2010 dans la revue Annals of Internal Medecine réalisée auprès de 130 000 personnes suivies pendant 20 ans révèle les conséquences graves pour notre santé des régimes existant pauvres en sucres et riches en protéines. L’étude montre qu’avec les régimes hyperproteinés, la mortalité est augmentée de 23% par rapport à la population générale, le risque de crise cardiaque est augmenté de 14% et le risque de décès par un cancer est de 28% plus élevé.

Il est temps de parler vrai et d’en finir avec les diktats et la maltraitance de son organisme, pour s’en remettre au bon sens en toute cohérence avec son corps et la nature, comme le reconnaissent certaines préconisations officielles (PNNS) pour consommer 5 fruits et légumes par jour.

C’est le crédo de ces 2 auteurs.

Le Docteur Lylian Le Goff est médecin environnementaliste  et expert en alimentation et Laurence SaLomon, naturopathe est Chef du restaurant Nature & Saveurs  à Annecy.

Leurs buts : renouer avec une alimentation plaisir, saine et vitalisant, consommer moins de protéines animales au profit de protéines végétales, atteindre la satiété sans culpabilisation ni frustration.

Comment faire ?

Réapprendre les fondamentaux nutritionnels. 12 aliments placard sont proposés pour constituer une base de menus et adopter de saines associations alimentaires. Une analyse objective de notre comportement émotionnel est proposée et enfin une adaptation au quotidien de ces ingrédients originels : céréales et légumineuses, huiles non dénaturées, farines complètes variées, sels et sucres non raffinés, fruits et légumes de saison.

Ils recommandent les produits bio mais pas seulement , étant conscients que tous n’ont pas encore adopté ce type de produits même si ce marché est en explosion partout en France (les achats bio des restaurants collectifs ont doublé en 1 an, la valeur de vente des produits bio est de 3 milliards d’euros en 2009  un doublement depuis 2005, 86% des surfaces agricoles biologiques en conversion, 16 449 surfaces agricoles biologiques en 2009, plus de 10 000 produits bio dans les magasins dédiés et 4000 références en moyenne dans les autres magasins, 46% des Français déclarent consommer un produit bio 1 fois par mois en 2009 (Agence Bio).

Ce qui importe dans « Ceci n’est pas un régime » c’est de se faire du bien et adopter pour toujours une alimentation saine et savoureuse.

« Une alimentation que l’on adopte pour toujours afin d’optimiser son poids et sa forme tout en tenant compte de ses envies. C’est aussi adopter un comportement alimentaire qui donne du sens à un véritable développement durable en intégrant dans ses choix des critères environnementaux, énergétiques et socioéconomiques.  Avec cette méthode on atteint son poids de forme et on le garde à vie tout en étant plus autonome et responsable » nous disent les auteurs.

Un programme qui prend le lecteur par la main, prend en compte son rythme quotidien, propose des repas sains et savoureux, nous initie à l’utilisation d’ingrédients originels et nous réconcilie avec ce corps que nous maltraitons bien trop souvent.


Source : « Ceci n’est pas un régime… », DrLylian Le Goff , Laurence Salomon, 15€, éd. Marabout-Hachette

Pour une information et un entretien gratuit de 30 à 45 minutes, sans engagement, concernant une aide, un soutien psychologique, ou une psychothérapie -> cliquez ici

Les femmes qui occupent des emplois stressants voient leur risque d’avoir une crise cardiaque augmenter de 88 % par rapport à celles qui ont un travail moins pénible, montre une étude de l’université de Harvard.

Les chercheurs ont considéré comme « stressants » les emplois qui combinent des responsabilités importantes, et l’absence d’autorité et d’espaces de créativité. Plus globalement, l’étude, qui portait sur 17 415 patientes depuis 1991, montre que ces emplois augmentent de 40 % le risque d’accident cardiovasculaire.

« Ce à quoi vous êtes confronté aujourd’hui, en termes de tension mentale, a des effets à long terme sur votre santé », explique Michelle Albert, coordinateur de l’étude.

Parmi les pistes évoquées par les chercheurs pour réduire le risque d’accident cardiovaculaire figurent la pratique d’une activité physique, la pratique d’activités de détente ou la méditation, ou encore les discussions avec des proches connaissant des conditions de travail similaires.

Le stress produit une réaction biologique, observée également chez les animaux, et baptisée « combattre ou fuir ». « Cette réaction augmente le rythme cardiaque et la pression artérielle », détaille Michelle Albert, « et peut provoquer des dégâts à long terme sur les cellulles du coeur ».