La prise d’aspirine peut-elle aider à prévenir le cancer ?

Aux États-Unis, des dizaines de millions d’adultes prennent de l’aspirine pour réduire leur risque de crise cardiaque ou d’accident vasculaire cérébral.

Mais des études au cours des deux dernières décennies ont suggéré que l’utilisation régulière d’aspirine peut avoir un autre avantage important : diminuer le risque de développer ou de mourir de certains types de cancer.

Les résultats de certaines de ces études ont en fait constitué la base des orientations publiées en avril 2016 par un groupe consultatif fédéral influent sur la prévention des maladies. Le panel, le US Preventive Services Task Force (USPSTF), a recommandé que, pour certaines personnes, l’aspirine puisse être utilisée pour aider à réduire leur risque de maladie cardiovasculaire et de cancer colorectal.

Écrivant dans Nature Reviews Cancer, Andrew Chan, MD, de la Harvard Medical School, et plusieurs collègues ont appelé la recommandation une « première étape cruciale dans la réalisation d’un impact potentiel plus large sur l’ensemble de la population de l’utilisation de l’aspirine » pour la prévention du cancer.

Données cohérentes sur le cancer colorectal

Par exemple, dans l’essai CAPP2, qui a testé de l’aspirine quotidienne à forte dose chez des personnes atteintes du syndrome de Lynch – une maladie héréditaire qui augmente considérablement le risque de cancers colorectaux et de l’endomètre ainsi que de plusieurs autres cancers – les participants ayant reçu de l’aspirine ont présenté une réduction de 63 % du risque relatif de développer un cancer colorectal par rapport à ceux qui ont reçu un placebo.

Mais les preuves s’étendent également aux personnes présentant un risque moyen de cancer colorectal. Parmi les exemples les plus récents figure une analyse de deux grandes études de cohorte de longue durée publiées en juin 2016 dans JAMA Oncology . L’étude, dirigée par le Dr Chan à Harvard, a lié l’utilisation d’aspirine pendant 6 ans ou plus avec une diminution de 19 % du risque de cancer colorectal et une diminution de 15 % du risque de tout type de cancer gastro-intestinal.

Sur la base de leur analyse, l’équipe de recherche a estimé que l’utilisation régulière d’aspirine pourrait prévenir près de 11 % des cancers colorectaux diagnostiqués aux États-Unis chaque année et 8 % des cancers gastro-intestinaux.

« Les données sur le cancer colorectal sont vraiment bonnes », a déclaré Theodore Brasky, Ph.D., épidémiologiste au Comprehensive Cancer Center de l’Ohio State University, dont la recherche se concentre sur les médicaments anti-inflammatoires et le risque de cancer.

« Certes, les données d’observation montrent que l’aspirine réduit le risque de cancer colorectal », a poursuivi le Dr Brasky. Et plusieurs essais cliniques randomisés ont montré que l’utilisation d’aspirine « à n’importe quelle dose » peut réduire l’incidence de tous les polypes ainsi que des polypes avancés, a-t-il déclaré, qui peuvent tous deux être des précurseurs du cancer colorectal.

L’aspirine offre le plus d’avantages et le plus faible risque

Les directives de l’USPSTF distinguent un groupe de population qui, selon les données, est susceptible d’obtenir un bénéfice net avec le moins de risque : les personnes de 50 à 59 ans qui présentent un risque accru de maladie cardiovasculaire.

La recommandation conseille également aux candidats potentiels d’avoir une espérance de vie d’au moins 10 ans et de ne pas être exposés à un risque accru de saignement (en raison d’autres problèmes de santé ou de l’utilisation d’autres médicaments), un effet secondaire connu de l’utilisation à long terme de l’aspirine.

Une recommandation pour un traitement qui couvre deux maladies distinctes est unique, a reconnu Kirsten Bibbins-Domingo, présidente de l’USPSTF, MD, Ph.D., MAS, de l’Université de Californie à San Francisco. Mais il y avait une logique spécifique à la décision du groupe de travail.

« Nous essayions de simuler la façon dont un médecin et un patient prennent… des décisions » en matière de prévention, a-t-elle déclaré. « Ils ne prennent pas nécessairement une décision distincte pour les maladies cardiovasculaires et pour le cancer. »

Le groupe de travail a conclu qu’il ne disposait pas de suffisamment de preuves pour recommander pour ou contre l’aspirine chez les personnes de moins de 50 ans ou de plus de 70 ans et a déclaré que la décision d’utiliser de l’aspirine pour les personnes âgées de 60 à 69 ans devrait être individuelle.

L’étude de Harvard de juin 2016 a également révélé une autre découverte importante qui devrait aider à clarifier un point de débat parmi les chercheurs en prévention, a souligné le Dr Hawk : chez les personnes ayant subi un dépistage du cancer colorectal, l’utilisation régulière d’aspirine a entraîné une réduction supplémentaire du risque.

« Nous savons qu’avec le dépistage par n’importe quelle approche, il existe un certain taux d’échec et un taux de cancer d’intervalle », a déclaré le Dr Hawk. Ce dernier fait référence aux cancers diagnostiqués dans l’intervalle suivant un examen de dépistage normal et avant le prochain dépistage programmé.

Les résultats de l’étude, a-t-il dit, suggèrent fortement que l’aspirine peut être en mesure de « compléter le dépistage du cancer colorectal » en diminuant le risque de cancers d’intervalle.

L’aspirine réduit-elle le risque d’autres cancers ?

Le jury ne sait toujours pas si l’aspirine a un avenir comme moyen de réduire le risque de cancers autres que colorectaux.

Les découvertes selon lesquelles l’utilisation régulière d’aspirine est associée à un risque réduit d’autres cancers « ont été aléatoires », a déclaré le Dr Hawk. Dans la récente étude de Harvard, par exemple, l’utilisation d’aspirine n’était pas liée à un risque réduit des autres cancers les plus courants. Il n’y avait pas non plus de réduction globale du risque de cancer dans l’étude sur la santé des femmes—un essai clinique randomisé qui a testé si l’utilisation tous les deux jours d’aspirine à faible dose pouvait réduire le risque de cancer chez près de 40 000 femmes âgées de 45 ans et plus.

Et pour la prévention du cancer colorectal, il existe également des preuves issues d’essais cliniques et d’expériences en laboratoire pour soutenir son utilisation. Mais pour de nombreux autres cancers, « il n’y a pas beaucoup de données expérimentales à l’appui chez l’homme sur lesquelles s’appuyer », a-t-il déclaré.

Malgré cela, les résultats d’études observationnelles (donc lien d’association et non de causalité) continuent de faire allusion au potentiel anticancéreux de l’aspirine au-delà du cancer colorectal, y compris ceux liant l’aspirine à un risque plus faible de mélanome, cancer de l’ovaire et cancer du pancréas.

De nombreuses études sur l’aspirine et le risque de cancer ont souvent des limites importantes, a déclaré le Dr Brasky, y compris des informations manquantes sur des facteurs critiques comme la dose d’aspirine et la durée d’utilisation.

Ils associent également souvent l’aspirine à d’autres anti-inflammatoires non stéroïdiens , ou AINS, comme le naproxène, l’ibuprofène et le célécoxib (Celebrex®) , qui ont également été étudiés pour leurs effets potentiels sur le risque de cancer colorectal.

« Ce sont des médicaments différents, des produits chimiques différents« , a-t-il déclaré. « Ils ont d’autres effets qui ne sont pas bien étudiés. »

Ainsi, alors que tous ces médicaments font partie de la famille des AINS et ont des effets anti-inflammatoires, en ce qui concerne leur effet sur le risque de cancer, a-t-il poursuivi : « Je ne suis pas nécessairement convaincu qu’il soit sage de les étudier comme un seul classe de médicaments. »

L’efficacité de l’aspirine peut dépendre du type et de la biologie du cancer

Un autre problème à considérer est que les effets protecteurs de l’aspirine contre le cancer peuvent dépendre autant de facteurs biologiques que du type de cancer.

Certaines études, par exemple, ont suggéré que les AINS comme l’aspirine  pourraient ne pas être aussi efficaces pour prévenir le cancer chez les femmes comme chez les hommes.

D’autres études ont identifié d’autres facteurs qui peuvent prédire qui est susceptible d’en bénéficier, des facteurs qui suggèrent les mécanismes moléculaires par lesquels l’aspirine peut exercer ses effets anticancéreux. Une grande partie de ce travail a porté sur l’inhibition par l’aspirine des enzymes COX-1 et COX-2.

COX-1 et COX-2 sont des composants essentiels de la réponse inflammatoire du corps. Une inflammation prolongée peut favoriser des changements dans les cellules qui peuvent les rendre malignes. Cela semble être particulièrement vrai dans le cancer colorectal, où l’inflammation peut favoriser des changements dans les cellules qui tapissent le tractus gastro-intestinal inférieur, conduisant à la formation de tumeurs précancéreuses.

Ces études ont permis aux chercheurs d’identifier les acteurs clés de cette cascade inflammatoire, des changements qui pourraient être des marqueurs du risque de cancer.

Par exemple, une série d’études menées par des chercheurs de Harvard et du Dana-Farber Cancer Institute – utilisant les mêmes grandes cohortes que l’ étude JAMA Oncology de juin 2016 – ont mis en évidence des facteurs biologiques spécifiques pouvant influencer son potentiel préventif.

Une de leurs premières études, par exemple, a montré que l’utilisation d’aspirine semblait seulement réduire le risque de cancers colorectaux qui produisaient de grandes quantités de COX-2. Des études plus récentes se sont concentrées sur d’autres composants de la voie COX-2, y compris une étude qui a montré que l’aspirine réduisait le risque de cancer colorectal uniquement chez les personnes dont la muqueuse colique – la couche cellulaire qui tapisse le côlon – surexprimait le gène 15-PGDH , qui code pour une enzyme qui perturbe l’activité de la COX-2.

Bien que ces biomarqueurs potentiels n’aient pas été validés, ils commencent à montrer comment, à terme, les décisions concernant l’utilisation de l’aspirine pour réduire le risque de cancer peuvent potentiellement être adaptées à chaque patient, a noté le Dr Brasky.

Essais cliniques : identification des effets secondaires

Les chercheurs continuent d’étudier le rôle potentiel de l’aspirine dans la prévention du cancer. Cette recherche devrait aider à mieux clarifier qui pourrait bénéficier de l’aspirine, a déclaré le Dr Bibbins-Domingo.

Les essais cliniques seront cruciaux à cet égard, a expliqué Asad Umar, DVM, Ph.D., chef du Gastrointestinal and Other Cancers Research Group dans la Division de la prévention du cancer du NCI.

Les essais cliniques randomisés peuvent aider à valider ce qui a été observé dans les études d’observation et fournir « une image plus complète de ce qui se passe » chez les personnes prenant de l’aspirine à long terme, a-t-il expliqué. Cela inclut l’identification des problèmes de sécurité potentiels qui ne sont pas toujours apparents dans les études d’observation.

Le Dr Umar a cité l’expérience du célécoxib. Preuve d’effets cardiaques indésirables d’un traitement régulier à long terme avec ce médicament n’est apparu que lorsqu’il a été testé dans de grands essais avec un suivi plus long des patients, y compris l’essai Adenoma Prevention with Celecoxib financé par le NCI.

La principale préoccupation avec l’aspirine est l’hémorragie gastro-intestinale. Les données disponibles provenant d’essais cliniques sur l’utilisation à plus long terme de l’aspirine suggèrent cependant que ce risque peut être modeste.

Dans les huit essais inclus dans une méta-analyse influente de 2011 qui a constaté que l’utilisation régulière d’aspirine réduisait le risque de mourir d’un cancer, par exemple, il y avait plus d’événements hémorragiques mortels chez les participants qui ont pris un placebo que chez ceux qui ont pris de l’aspirine, bien que l’aspirine ait augmenté le risque d’hémorragie non mortelle.

Et dans l’essai CAPP2, le nombre de cas de saignements gastro-intestinaux dans le groupe aspirine et les groupes placebo était très similaire.

Cela ne signifie pas que les personnes utilisant de l’aspirine ou leurs médecins ne devraient pas s’inquiéter des saignements.

« La population qui développe principalement un cancer, les personnes de plus de 50 ans, a également un plus grand risque de saignement » en raison de leur âge, a déclaré le Dr Hawk. « Nous devons donc toujours nous en préoccuper. »

Pour mieux répondre aux questions sur la sécurité et qui est le plus susceptible de bénéficier de l’aspirine, les chercheurs attendent les résultats de plusieurs essais cliniques en cours qui testent l’aspirine soit pour réduire le risque de cancer, soit comme traitement adjuvant pour réduire le risque d’une maladie déjà traitée. cancer du retour.

Parmi eux figurent : CAPP3, une étude de suivi de CAPP2 qui teste trois doses différentes d’aspirine chez des patients atteints du syndrome de Lynch ; ASPREE, qui teste si l’aspirine à faible dose peut réduire le risque de cancer, de crise cardiaque, d’accident vasculaire cérébral ou de démence chez les personnes âgées de 65 ans et plus ; et Add-Aspirin, qui examine deux doses différentes d’aspirine comme traitement adjuvant pour les personnes ayant subi une intervention chirurgicale pour un cancer du sein, colorectal, de la prostate ou de l’œsophage à un stade précoce.

Source : cancer.gov/about-cancer/causes-prevention/research/aspirin-cancer-risk

MISE À JOUR (août 2020) : Les résultats d’un grand essai clinique, appelé ASPREE, suggèrent que, pour les adultes de 70 ans ou plus, la prise quotidienne d’aspirine à faible dose peut augmenter le risque de cancer avancé. Les participants à l’essai qui prenaient quotidiennement de l’aspirine à faible dose n’étaient pas plus susceptibles que ceux qui prenaient un placebo de recevoir un diagnostic de cancer. Mais ils avaient un risque légèrement plus élevé de recevoir un diagnostic de cancer avancé et étaient plus susceptibles de mourir d’un cancer avancé. De plus amples détails sont disponibles dans cette histoire de Cancer Currents .

MISE À JOUR (octobre 2021) : Un état inflammatoire chronique depuis des années peut conduire à des maladies du métabolisme, dont les cancers. Au lieu de prendre un aspirine des années durant, ne serait-il pas souhaitable de baisser, voire de supprimer cette inflammation ? Une alimentation low carb (moins de 150 grammes de sucre/ jour) ou cétogène (moins de 50 grammes de sucre/ jour) semblerait encore plus efficace, selon de multiples études non-observationnelles.

 

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

L’intolérance au lactose est la règle dans l’espèce humaine.

Nous possédons l’enzyme nécessaire à la digestion du lactose (la lactase) dans la petite enfance, ce qui permet de digérer le sucre du lait de la maman. Mais après l’âge de 3 à 4 ans, l’activité de la lactase diminue de 80 à 90% chez la plupart des habitants de la planète, à l’exception des descendants des peuples d’éleveurs du néolithique (Européens du Nord, peuples du Caucase, Peulhs, Masaï, Mongols, etc…).

Lorsqu’on ne tolère plus le lactose mais qu’on boit du lait, on est indisposé, non seulement sur le plan digestif, mais aussi à bien d’autres égards (rhinites, sinusites, eczéma, migraines, troubles de la concentration, douleurs articulaires) car le lactose n’est plus digéré, et métabolisé en sous-composés toxiques comme le méthane et l’acide formique, ce qui conduit logiquement la personne concernée à éviter les laitages.

Or les études ont trouvé une association entre la consommation de laitages au niveau des apports conseillés (3 à 4 laitages par jour) et les risques de cancer de la prostate, du système lymphatiquedes ovaires.

A noter que pour le cancer des ovaires, dans une méta-analyse récente, la consommation de lait et de yaourt n’apparaît pas liée au risque de cancer des ovaires, mais il s’agit essentiellement d’une méta-analyse d’études cas-contrôles (les moins fiables) à laquelle manquent inexplicablement 9 études prospectives ayant, elles, globalement conclu à un lien entre lactose et ce type de cancer.

Par ailleurs, le Fonds mondial de recherches sur le cancer (WCRF, 2007) a aussi rapporté « des preuves limitées » selon lesquelles la consommation de beurre augmenterait le risque de cancer du poumon. Les études sur le cancer du sein n’ont jusqu’ici pas trouvé d’association crédible (dans un sens ou dans l’autre) entre les laitages et cette maladie.

Toutes ces études, il faut le préciser, sont des études d’observation ne permettant pas de conclure à une relation de cause à effet, et il faut aussi préciser que d’autres études ont trouvé qu’une consommation élevée de laitages et de calcium est associée à un risque réduit de cancer colorectal (mais pas un risque plus faible de cancer de la vessie comme le prétend l’industrie laitière).

Cependant, les laitages sont une source d’hormones (estrogènes, progestérone) et ils augmentent aussi le niveau de facteurs de croissance (IGF-1, mTOR), tous composés soupçonnés de jouer un rôle important dans la cancérogénèse. Sachant que l’on sait prévenir les cancers colorectaux par d’autres moyens que les laitages (végétaux, fibres, activité physique), LaNutrition.fr conseille depuis l’origine, par précaution, de ne pas consommer plus d’un, voire deux laitages par jour, si on les tolère.

 

Sources : lanutrition.fr et en liens hypertexte dans ma chroniques ci-dessus

Le dépistage du cancer colorectal commence par un test de dépistage de sang dans les selles.

Ce test Hemoccult II devrait peu à peu laisser la place à un test immunologique plus sensible.

Cancer du côlon : premier dépistage à 50 ans.

Entre 50 et 74 ans, même si vous ne présentez pas de facteur de risque particulier, vous êtes invités, tous les deux ans, à réaliser un test de dépistage du cancer colorectal (également appelé cancer du côlon).

Ce test vise à déceler la présence invisible de sang dans les selles. En effet, certains polypesou cancers provoquent des saignements souvent minimes et trop difficiles à percevoir à l’œil nu.

En fait, comme bien d’autres cancers, le cancer du côlon est une maladie insidieuse évoluant sans faire de bruit.

Il ne donne des symptômes qu’à un stade déjà avancé. Il se manifeste alors par des troubles du transit (constipation ou diarrhée inhabituelle, alternance de constipation et de diarrhée), des coliques abdominales, ou encore des saignements. Mais ces derniers ne sont pas toujours visibles dans les selles.

D’où l’importance du dépistage.

 

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

 

  • Notre alimentation peut modifier l’expression de nos gènes.
  • Alors que certains nutriments semblent protecteurs, une vitamine pourrait être dangereuse

Des chercheurs de l’université de New Castle aux Etats-Unis se sont penchés sur l’épigénétique du cancer du côlon. L’épigénétique est un domaine qui étudie l’interaction entre l’environnement et l’expression de certains gênes.

Dans le cas du cancer du côlon il semble que des réactions de méthylation au niveau de l’ADN jouent un rôle fondamental dans le développement de la maladie. Ils ont donc effectué 185 biopsies rectales et autant de prises de sang sur 84 hommes et 101 femmes en bonne santé venues à l’hôpital pour effectuer une coloscopie de routine.

Les changements épigénétiques ont ensuite été évalués en fonction du mode de vie et des caractéristiques de chaque personne.

Les chercheurs ont ainsi pu mettre en évidence que le facteur le plus important dans la méthylation de l’ADN est l’âge, expliquant ainsi pourquoi le cancer du côlon est plus fréquent en vieillissant, en particulier après 50 ans.

Ces mutations sont également plus fréquentes chez les hommes que chez les femmes,ce qui est compatible avec l’observation que ce cancer touche plus souvent les personnes de sexe masculin. Par ailleurs plus les taux de vitamine D et de sélénium dans le sang sont élevés moins il y a de mutations, ce qui confirmerait un rôle anti-cancer de la vitamine D et du sélénium.

Du côté des points négatifs, c’est le surpoids qui a été associé à plus de changements épigénétiques et donc à un risque de cancer plus élevé.

Mais plus surprenant, les chercheurs constatent aussi que les personnes qui ont des taux de vitamine B9 élevés dans le sang ont plus de risques de subir des changements épigénétiques et donc théoriquement d’avoir plus de risque de développer un cancer du côlon.

La suite demain…

Références: lanutrition.fr, Tapp, H. S., Commane, D. M., Bradburn, D. M., Arasaradnam, R., Mathers, J. C., Johnson, I. T. and Belshaw, N. J. (2012), Nutritional factors and gender influence age-related DNA methylation in the human rectal mucosa. Aging Cell. doi: 10.1111/acel.12030

.


Pour une information et un entretien gratuit de 30 à 45 minutes, sans engagement, concernant une aide, un soutien psychologique, ou une psychothérapie -> cliquez ici

Aujourd’hui, les effets protecteurs de cette vitamine sur les cancers sont définitivement confirmés. Après d’autres, une nouvelle étude américaine relance le scandale des apports conseillés en vitamine D, ridiculement faibles en France.

Selon elle, avec des apports quotidiens de 2000 UI de vitamine D3, on pourrait éviter 600 000 cas de cancers chaque année.

En mai de cette année le site « LaNutrition.fr » dénonçait le scandale des apports conseillés en vitamine D, insuffisants.

En juin, une étude de grande envergure lui donnait raison, montrant que la vitamine D prévient les cancers. Selon des chercheurs de San Diego (Californie), si les habitants de l’hémisphère Nord prenaient 2000 UI de vitamine D3 tous les jours, 250 000 cancers colorectal et 350 000 cancers du sein pourraient être évités chaque année.

Cedric F. Garland, spécialiste de la prévention du cancer et ses collègues du Centre du cancer Moores de l’université de Californie, ont estimé en mars dernier le taux sanguin de vitamine D3 optimal pour prévenir le cancer : 55 ng/ml de 25-hydroxyvitamine D (l’indicateur du statut en vitamine D) (1). Ils ont ensuite comparé ce taux idéal avec les taux mesurés en hiver chez les habitants de 15 pays. Parallèlement, les chercheurs ont relevé les mesures satellites d’ensoleillement de ces pays.

Résultat : plus les taux sanguins de vitamine D sont bas, plus le risque de cancer du sein et de cancer colorectal est élevé. L’effet protecteur de la vitamine D commence avec des taux situés entre 24 et 32 ng/ml alors qu’en hiver le taux de vitamine D des Américains du Nord ne dépasse pas les 18 ng/ml (2).

En France, 75% des citadins présentent en hiver un déficit en cette vitamine.

« Le taux sanguin idéal de vitamine D peut être atteint grâce à l’alimentation plus des suppléments et des courtes expositions quotidiennes au soleil (10-15 minutes) » explique le Dr Garland.

Pour prévenir le cancer colorectal, il faudrait, selon ses estimations, un apport de 2000 UI de vitamine D3 par jour. Pour le cancer du sein, il en faut un peu plus : 2000 UI toujours plus quelques minutes d’exposition au soleil (avec au moins 40% de la peau exposée) sauf si bien sûr, la personne présente des risques de cancer de la peau.

Ces recommandations sont très loin des apports en vitamine D conseillés en France !

Ainsi, l’Agence française de sécurité sanitaire des aliments (Afssa) a divisé par deux, dans ses recommandations de 2000, les niveaux d’apports déjà faibles de 1992… Elle estime que les adultes français de moins de 65 ans, pour rester en bonne santé, n’ont besoin que de 200 UI/jour, soit des apports dix fois inférieurs à ceuxpréconisés par les chercheurs américains.

A quand une révision des recommandations par l’Afssa ?

Au vu des nombreuses études sur le sujet, espérons que cela soit au plus tôt !

En attendant le réveil des autorités de santé, si vous souhaitez augmenter vos apports en vitamine D3, il vous faudra passer par la case médecin ou internet.

Cette vitamine n’étant délivrée que sur ordonnance (contrairement à la vitamine D2 en vente libre mais moins active).

Côté alimentation, mangez des poissons gras comme le saumon, le maquereau, le hareng qui en renferment 400 à 800 UI pour 100 g. Et n’hésitez pas à vous exposer (modérément) au soleil dès qu’il pointe le bout de son nez.

Sources : (1) Cedric F. Garland : Vitamin D and prevention of breast cancer: Pooled analysis. « The Journal of Steroid Biochemistry and Molecular Biology« , Volume 103, Issues 3-5March 2007Pages 708-711. (2) Cedric F. Garland. Nutrition reviews, Août 2007.

Rajout du samedi 23 août : si le sujet alimentation & cancer vous intéresse, vous lirez avec profit mes trois articles et interview sur le livre « Anti-cancer » de Servan-Schreiber, en cliquant là.