Boiron, un colosse de l’homéopathie aux pieds d’argile ?

Le géant français de l’homéopathie Boiron serait forcément touché si le déremboursement de l’homéopathie était décidé par le gouvernement.

Mais pas coulé car le groupe lyonnais a les compétences et les moyens nécessaires pour se diversifier davantage, estiment des analystes.

La Haute autorité de santé (HAS), dans un avis définitif révélé mercredi par Libération, a estimé que l’homéopathie ne devait plus être remboursée par la Sécurité sociale car son efficacité n’est pas prouvée. Une fuite qui a conduit Boiron à suspendre jeudi son cours en Bourse, à 10H33, alors qu’il gagnait 0,82% à 36,85 euros.

Suite à cet avis, qui sera rendu public vendredi, il reviendra au gouvernement de décider un éventuel déremboursement.

Un coup rude pour Boiron: sur un chiffre d’affaires total de 604 millions d’euros l’an dernier, il en a réalisé 59% en France, soit 359 millions d’euros, et sur ce dernier montant, 60% concernent des médicaments homéopathiques remboursables, soit 215 millions d’euros, a précisé le groupe à l’AFP.

Le groupe n’a qu’une « dépendance relative » au remboursement par l’assurance-maladie en France, de l’ordre de 25% de son chiffre d’affaires total, estime l’un des analystes.

« Il n’est pas dit que l’impact social et sur l’emploi sur les ventes soit si fort » au final, tempère Pierre Dinet, analyste chez IDMidcaps interrogé par l’AFP. « La boîte fait son marketing de la peur, c’est normal », renchérit un autre analyste, lequel ne « croit pas » à un impact social aussi massif. « Il y aura des ajustements, mais ce sera progressif », estime-il.

En outre, même si la ministre de la Santé Agnès Buzyn a répété qu’elle suivrait le verdict de la HAS, Bercy devrait avoir son mot à dire.

Le gouvernement pourrait ainsi décider de simplement réduire le taux de remboursement à 15% contre 30% actuellement, imagine un analyste, voyant mal les responsables politiques prendre le risque d’un déremboursement total « dans le contexte social actuel ».

Pour leur part, les investisseurs espèrent que Boiron accélèrera la diversification de ses activités pour compenser son déclin en France.

« Aujourd’hui, Boiron est quelque part limité dans son action (de diversification, NDLR) parce qu’il ne veut pas brouiller son image de spécialiste de l’homéopathie. Mais demain si c’est déremboursé, la logique sera différente », selon un autre observateur.

Au niveau géographique, Boiron intensifie déjà sa présence aux Etats-Unis et en Asie notamment.

En revanche tout reste à faire, ou presque, en matière de diversification sectorielle: moins de 5% de son chiffre d’affaires total est actuellement réalisé sur des produits hors homéopathie (compléments alimentaires, marque de dentifrice Homéodent…)

Son savoir-faire dans les plantes pourrait l’orienter vers des marchés connexes et porteurs comme les cosmétiques naturels, la phytothérapie ou encore les huiles essentielles, notamment via des acquisitions.

Il a de quoi se le permettre: très peu endetté, le groupe disposait à fin 2018 d’une trésorerie nette supérieure à 210 millions d’euros. Quant à la fortune de la famille Boiron, qui détient près de 70% du capital du groupe, elle était estimée l’an dernier à 900 millions d’euros par le magazine Challenges.

« Ils sont assis sur un tas d’or », résume un analyste.

Reste à savoir si les Boiron, adeptes d’une gestion financière conservatrice, se résoudront à sauter le pas.

Et à laisser une marge de manoeuvre suffisante à la nouvelle directrice générale du groupe, Valérie Poinsot, la première à ce poste non issue de cette famille née dans les granules.

Sources: AFP, sciencesetavenir.fr

Vous avez toutes les raisons d’avoir peur.

Très très peur.

Ces derniers jours, le président américain Barack Obama mettait Wall Street en garde contre « la mission suicide » du Tea Party américain.

Si après-demain jeudi les Américains ne parviennent pas à un accord sur la relève du plafond de la dette, une série d’économies et une paralysie des dépenses de l’état entreront en vigueur.

Cela risquent de déclencher une crise mondiale bien pire que la récession de 2008 dont nous subissons encore les conséquences.

Destruction massive

S’agit-il d’une rhétorique exagérée d’un président bloqué dans sa position de négociateur ?

Mais que penser des mises en garde du Fonds Monétaire International (FMI) ? « Une nouvelle récession. Une crise mondiale due à la situation autour du budget américain et du plafond de la dette. Une destruction massive » a déclaré la très prudente et diplomate présidente du FMI Christine Lagarde. « La crise arrive à pas de loup, mais la situation se dégradera très vite » a déclaré l’analyste Jason Lange à l’agence de presse Reuters. « L’économie coulera à pic ».

bombe-chute-economie-mondialePanique

« Si jeudi il n’y a pas d’accord, la crise commence le même jour. 99 pour cent des Américains ne s’en rendront pas compte. L’état continuera à payer ses factures. L’état paiera tous ses comptes. Mais en même temps, les marchés financiers vont paniquer et assener leur premier coup à l’économie ».

« L’organe de contrôle du budget du Congrès américain estime que l’état manquera ses premiers grands paiements entre le 22 octobre et la fin du mois. Le 23 octobre, l’état ne pourra plus payer les 12 milliards de dollars de pensions. À ce moment-là, l’économie coulera à pic ».

« D’un jour à l’autre, les dépenses de l’état diminueront d’un tiers. Le 30 octobre l’état ne pourra plus payer les médecins. Le 1er novembre, les militaires ne toucheront plus leur solde. Plus personne n’osera encore dépenser de l’argent. »

La dette américaine exerce un impact sur des trillions de dollars des marchés financiers du monde entier.

« Cette crise toucherait l’économie mondiale d’une façon que nous ne pouvons même pas commencer à comprendre » a déclaré l’économiste Jamie Dimon de JP Morgan Chase.

Chaos énorme

« Ce serait un chaos énorme » a déclaré le ministre américain des Finances Jack Lew.

Les dommages irréparables à l’économie et aux marchés financiers sont imprévisibles.

Les conséquences de l’absence d’un accord ont pourtant été prédites dans un rapport récent du ministère des Finances.

« Le marché des crédits s’asséchera, le dollar s’effondrera et le taux d’intérêt des États-Unis explosera, provoquant une crise économique mondiale pire que celle de 2008 ».

Wait and see.

Un trader de Wall Street dit un jour à son vieux père qui tenait un petit stand de hamburgers en bas des bureaux :

– « Comment va ton business, papa ?
– Très bien, pourquoi ?
– Tu sais, la crise est bien installée, Merrill Lynch a un trou de plusieurs milliards, les actions baissent, on licencie à … tour de bras… ça va mal.
– Et bien moi, je vends bien mes hamburgers. »

Quelques jours plus tard :

– « Alors papa, ça va toujours bien?
– Oui pourquoi ?
– Ici c’est de pire en pire, tu devrais faire attention, tu vas bientôt être touché, la crise est là et pour de bon. Essaye de faire des économies pour tenir pendant les périodes de vaches maigres. Tiens, rogne un peu sur la viande que tu mets dans tes hamburgers, par exemple. »
– Tu as peut-être raison, je vais y penser. »

Le vieux vendeur décide de suivre les conseils de son fils et rogne un peu sur la viande qu’il met dans ses hamburgers.

Quelques semaines plus tard :

– « Alors comment va ton business, papa?
– Tu avais raison, j’ai noté une petite baisse dans mes ventes.
– Ah mais là papa, tu n’imagines pas ce qui nous attends, ça va être comme la crise de 29, c’est l’horreur totale. Si tu ne t’adaptes pas, tu es fini. Essaye
d’économiser un peu plus »

Le père enlève encore de la viande, rogne sur le pain, pour s’adapter à la crise.

Encore quelques semaines de plus :

– « Alors, papa tu en est où?
– Ah fiston, tu avais raison ! La crise m’a frappé moi aussi. Je vends à peine la moitié de ce que je vendais avant.
– Tu devrais économiser plus »

Ainsi fut fait, et le marchand de hamburgers cessa son activité faute de clients.