La pratique sportive peut rendre dépendant.

La bigorexie est une maladie du culte de soi, dans une société de plus en plus exigeante et responsabilisante.

Depuis une vingtaine d’années, des articles scientifiques et grand public se concentrent sur la thématique des addictions sans drogues.

Au milieu des années 1990, ce concept faisait sourire beaucoup de personnes, mais il a depuis été validé par des recherches internationales.

On parle régulièrement des problèmes d’addiction au jeu, à Internet et aussi l’addiction au sport, évoqué dans des articles scientifiques parus à la fin des années 1990.

Etes-vous atteint de bigorexieL’addiction à l’exercice physique ou bigorexie se distingue des autres.

Grâce à ses observations, le docteur William Glasser qualifie cette addiction comme positive afin de la distinguer des addictions classiques considérées comme négatives – alcool, drogues, pornodépendance, etc…

Sources : scienceshumaines.com, ma pratique professionnelle

Désormais reconnue par l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé), la bigorexie résume l’addiction au sport dont souffrent de nombreux athlètes professionnels et amateurs.

Plutôt facile de la déceler.

Beaucoup plus compliqué de la combattre…

Inutile de faire comme si nous n’étions pas concernés ! L’addiction au sport touche un pourcentage sans cesse plus important de coureurs, et autres marathoniens.

dependance-du-sport-et-bigorexie, hypnose, f-duval-levesque-psychotherapie-coach-psychopraticien-EMDR, sophrologie, addiction-dependance-depression-mal-etre-soutien-psy-boulimie-addiction-sexuellePremière constatation : la bigorexie ne concerne pas que les pros.

Loin de là.

Des coureurs de tous niveaux, même modestes, peuvent plonger dans une passion obsessionnelle. Elle entame petit à petit des pans entiers de leur existence.

Comme les autres formes de dépendance (alcool, tabac, anti-douleurs), la bigorexie est désormais prise en compte et soignée.

Les traitements ont pour objet de redonner une vraie place aux choses – donc au sport – en libérant les personnes atteintes de cette force intérieure, qui induit l’obligation de pratiquer.

Il est désormais acquis que certaines disciplines, et le running vient en première position de celles-ci, favorise la sécrétion d’endorphines, cette molécule naturelle qui déclenche (ce que les Américains nomment) « le runner high », autant dire l’ivresse du coureur.

La première dépendance est d’abord là, dans le besoin de reproduire aussi souvent que possible cet état de légèreté et de quiétude qui suit un effort.

Mais, en se structurant et en devenant bigorexie, cette dépendance s’attaque au psychique.

« L’activité (sportive) peut finir par occuper une place disproportionnée dans l’identité de la personne et générer des conflits entre le sport en question et d’autres aspects de la vie », notaient en 2008 des chercheurs en psychologie du sport.

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Courir, faire des pompes, soulever des haltères…

Si la tendance est aux exercices très physiques, cela peut tourner à une nouvelle addiction.

Son nom ? La Bigorexie.

De la bigorexie…

Bigorexie, f-duval-levesque-psychotherapie-psychopraticien-hypnotherapeute-emdr-sophrologie-coach-formateur-addiction-dependances-boulimie-depressionLa ou le bigorexique consomme du sport jusqu’à l’indigestion !

Soit plus de dix heures d’activité sportive par semaine.

À la recherche de plus en plus d’endorphines (hormones du plaisir), éternelle insatisfaite courant après des objectifs draconiens, la bigorexique rythme sa vie autour de ses séances de sport.

… à l’anorexie

« La bigorexique a le sentiment que les institutions s’effondrent et qu’elle va devoir se prendre en charge seule, estime Vincent Grégoire, directeur de création à l’agence Nelly Rodi. Son corps devient sa richesse.Il doit être performant et mince. C’est une machine à entretenir et l’unité de mesure devient le jean. »

On fonce dans la perte de poids en quête d’une taille 38, puis 36… puis 34.

« L’idée n’est plus de bien vieillir mais de vieillir jeune », ajoute le tendanceur.

Un leurre ? Kévin Guibers, coach sportif, met en garde : « À trop en faire, on s’autoconsume. Outre les claquages, les fractures de fatigue, les tendinites… le sport à outrance accélère le processus de vieillissement cellulaire. »