« Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai compris qu’en toutes circonstances,
J’étais à la bonne place, au bon moment.
Et alors, j’ai pu me relaxer.
Aujourd’hui je sais que cela s’appelle…
L’Estime de soi.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle n’étaient rien d’autre qu’un signal lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.
Aujourd’hui je sais que cela s’appelle…
L’Authenticité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai cessé de vouloir une vie différente et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue à ma croissance personnelle.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle…
La Maturité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation ou une personne, dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts et que ce n’est pas le moment.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle…
Le Respect.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai commencé à me libérer de tout ce qui n’était pas salutaire, personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie.
Au début, ma raison appelait cela de l’égoïsme.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle…
L’Amour propre.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai cessé d’avoir peur du temps libre
Et j’ai arrêté de faire de grands plans, j’ai abandonné les méga-projets du futur.
Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime quand cela me plaît et à mon rythme.
Aujourd’hui, je sais que cela s’appelle…
La Simplicité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai cessé de chercher à avoir toujours raison,
Et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.
Aujourd’hui, j’ai découvert…
L’Humilité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir.
Aujourd’hui, je vis au présent, là où toute la vie se passe.
Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois et cela s’appelle…
La Plénitude.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
J’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir.
Mais si je la mets au service de mon cœur, elle devient une alliée très précieuse ! Tout ceci, c’est…
Le Savoir vivre.

Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter.
Du chaos naissent les étoiles »

Poème de Kim McMillen, écrivain

« Et vous, avez-vous commencé à vivre ? »
Charlot, 9 ans

Maryse est une éminente neuropédiatre, une femme belle et intelligente, affreusement narcissique et persuadée d’avoir toujours raison.

Le jour où je me suis aimé pour de vraiElle est aussi la mère de Charlot, fils singulier, qui l’émerveille et l’exaspère à la fois.

C’est que Charlot, Petit Prince désarmant de vérité, la confronte à des questions philosophiques.

Quel sens donner à sa vie lorsqu’on traverse des épreuves ?

Où se cache l’amour lorsqu’on fait face à l’intimidation, la bêtise, la peur de l’autre ?

Et surtout, qu’est-ce que l’ego, cette chose dont tout le monde semble souffrir ?

Animé d’un courage fou, d’une humanité à fleur de peau, Charlot va apprendre à sa mère, et à beaucoup d’autres, qu’en se dépouillant de ses certitudes, en cessant de se regarder le nombril, on peut enfin accéder à la vraie joie, celle du lâcher prise et de l’intelligence du cœur.

Et surtout : apprendre à s’aimer pour de vrai.

Une extraordinaire leçon de vie, profonde et lumineuse, dont on sort bouleversé d’émotion.

A lire et re-lire !

 

Ma chronique du précédent livre du Dr Marquis :

https://psychotherapeute.wordpress.com/2015/07/06/vous-etes-foutu-vous-pensez-trop/

 

Qui est l’auteur ?

Spécialiste de la santé mentale au travail au Québec, le Dr Serge Marquis donne plus de 150 conférences par an dans le monde. Il a créé sa propre entreprise de consultation, T.O.R.T.U.E. (Organisation pour Réduire les Tensions et l’Usure dans les Entreprises). Il est l’auteur du fabuleux succès On est foutu, on pense trop !, la méthode pour « se libérer de Pensouillard le hamster ».

Source: « Le jour où je me suis aimé pour de vrai« , de Serge Marquis, éditions de La Martinière

Dans le classement 2014 des meilleurs leaders du monde selon Fortune, la première place ne revenait ni à une figure politique, ni à un capitaine d’industrie.

C’est le nouveau souverain pontife qui occupait cette position.

Un homme qui a travaillé une grande partie de sa vie dans les bidonvilles de Buenos Aires.

Cette distinction, et beaucoup d’autres, récompensent ses exploits accomplis en l’espace d’une seule année : insuffler une vitalité à une institution vieillissante, redynamiser la communauté mondiale chrétienne, recentrer l’attention sur des valeurs essentielles, et créer une nouvelle image du poste dirigeant le plus visible du monde.

Comment a-t-il fait  ?

La réponse réside dans son humilité et dans quelques principes simples qui en découlent.

12 leçons de leadership du Pape François« Leadership et humilité. 12 leçons de leadership du Pape François », de Jeffrey A.Krame, explore 12 de ces principes et explique comment les adapter au monde de l’entreprise avec des résultats tout aussi positifs.

L’humilité est parfois considérée comme une faiblesse. Pourtant, la force du pape François émane directement de sa modestie. Leadership et humilité révèle le pouvoir de ses méthodes pour vous permettre de devenir un leader plus charitable, plus authentique et plus efficace.

Dans un monde où ceux qui sont remarqués sont ceux qui font le plus de bruit, l’humilité peut être considérée comme une faiblesse. Pourtant, c’est de l’humilité que le Pape François tient sa force.

Certaines de ses habitudes sont le témoin d’un leadership que l’on croyait depuis longtemps révolu. Il se promène par exemple dans Rome en Ford Focus et a renoncé aux opulents appartements papaux. Ces choix l’ont propulsé sur le devant de la scène internationale, en ont fait la figure religieuse la plus appréciée au monde, un leader moral et humain qui transcende les religions.

Leadership et humilité montre comment être aussi charitable, authentique et efficace que ce leader d’exception.

L’auteur à succès Jeffrey Krames transforme pour vous les idées et les méthodes essentielles du pape François en stratégies pratiques applicables par chacun de nous.

  • Faites tomber les murs entre vous et vos employés (au sens propre du terme) 
  • Obligez vos cadres à vous suivre une fois par an sur le terrain, à l’accueil ou dans le camion de livraison 
  • Prenez en compte tous les avis et prenez vos décisions en collaboration avec d’autres, plutôt que de faire des jugements à l’emporte-pièce 
  • Concentrez-vous sur le développement des forces de chacun plutôt que sur leurs faiblesses 
  • Perdez l’habitude de faire les choses comme vous les avez toujours faites et repensez les processus inefficaces 
  • Communiquez avec tout le monde, à tous les niveaux hiérarchiques de l’entreprise 
  • Entourez-vous de gens francs, même si la vérité est parfois douloureuse à entendre 
  • Ébranlez le statu quo et sortez de votre zone de confort.  

Parmi les autres principes inspirés du leadership du pape François, Jeffrey Krames relève également : « prenez soin des gens, et non des lobbys », « ne changez pas, réinventez », « modérez l’idéologie avec du pragmatisme », « le cours de plus audacieux peut être le plus prudent », « allez où l’on a besoin de vous », « ne jugez pas, évaluez »…

Le pape François a redonné de la vitalité à une institution en difficulté, comme seul un grand leader sait le faire. Son style de leadership est un modèle pour quiconque veut l’imiter dans sa propre entreprise et se rapprocher de manière sincère de ses employés, coéquipiers et clients.

Qui est l’auteur ?

Jeffrey A. Krames a écrit Jack Welch : 24 leçons de leadership et The Rumsfeld Way : Leadership Wisdom of a Battle-hardened Maverick, bestsellers du New York Times, ainsi que beaucoup d’autres livres sur le leadership.

Il a été publié par le New York Times, le Wall Street Journal, Barron’s, Financial Times, ainsi que d’autres journaux éminents. Il a en outre été interviewé par Fox News, CNBC, MSNBC, A&E’s Biography et la BBC. Il vit actuellement à Chicago.

Plus d’infos ici.
.

Source: « Leadership et humilité. 12 leçons de leadership du Pape François« , de Jeffrey A.Krames, éditions MétaNoïa

 

-> entretenez des relations

fondées sur la réciprocité

______

Fuyez les personnalités toxiques ou négatives,

narcissiques ou égocentriques,

qui accaparent votre temps et votre énergie !

« Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris qu’en toutes circonstances,
j’étais à la bonne place, au bon moment.
Et alors, j’ai pu me relaxer.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle l’estime de soi.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai pu percevoir que mon anxiété et ma souffrance émotionnelle
n’étaient rien d’autre qu’un signal
lorsque je vais à l’encontre de mes convictions.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle l’authenticité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de vouloir une vie différente,
et j’ai commencé à voir que tout ce qui m’arrive contribue
à ma croissance personnelle.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle la maturité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à percevoir l’abus dans le fait de forcer une situation,
ou une personne,
dans le seul but d’obtenir ce que je veux, sachant très bien
que ni la personne ni moi-même ne sommes prêts,
et que ce n’est pas le moment.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle le respect.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai commencé à me libérer de tout ce qui ne m’était pas salutaire :
personnes, situations, tout ce qui baissait mon énergie.
Au début, ma raison appelait ça de l’égoïsme.
Aujourd’hui, je sais que ça s’appelle l’amour-propre.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé d’avoir peur du temps libre et j’ai arrêté de faire des grands plans.
Aujourd’hui, je fais ce qui est correct, ce que j’aime,
quand ça me plait et à mon rythme.
Aujourd’hui, j’appelle ça la simplicité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de chercher à avoir toujours raison,
et je me suis rendu compte de toutes les fois où je me suis trompé.
Aujourd’hui, j’ai découvert l’humilité.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai cessé de revivre le passé et de me préoccuper de l’avenir.
Aujourd’hui, je vis le présent, là où la vie se passe.
Aujourd’hui, je vis une seule journée à la fois… Cela s’appelle la plénitude.

Le jour où je me suis aimé pour de vrai,
j’ai compris que ma tête pouvait me tromper et me décevoir.
Mais si je la mets au service de mon cœur,
Elle devient un allié très précieux.
Cela s’appelle le savoir-vivre.

Nous ne devons pas avoir peur de nous confronter.
Du chaos naisse les étoiles. »

Charlie Chaplin, son discours lors de ses 70 ans

Les traitements qui marchent durablement pour la boulimie sont liées à :
  1. la manière dont le thérapeute en psychothérapie comprend le problème de la boulimie : ni un simple trouble du comportement alimentaire, ni un trouble névrotique. C’est un trouble profond de la personnalité; il est nécessaire de reconnaître et gérer les émotions de mal-être, mais aussi les peurs et les « paranos » sociales,
  2. L’implication du thérapeute comme personne, et non comme quelqu’un « qui sait tout ». Non comme la neutralité traditionnelle du psychanalyste évoquant le rapport médecin/malade ou celle du normal/pathologique. Cette implication du professionnel de la relation d’aide ne devra pas non plus montrer trop de bienveillance chaleureuse,
  3. L’attitude de la personne boulimique suivant une psychothérapie, qui ne devra surmonter ses peurs que pour jouer le jeu de l’authenticité, plutôt que de fuir ou de tricher,
  4. Au thérapeute qui aide à repérer les déclencheurs cognitifs, moments, et lieux des crises, et à trouver une stratégie préventive et de remplacement. On peut aussi travailler sur des comportements inadaptés dans la vie sociale et familiale (apprendre à s’affirmer, à se relaxer etc…). Un travail psychologique en profondeur qui doit permettre d’identifier le « manque » qui vous pousse à manger compulsivement. De retrouver les évènements de votre enfance qui vous ont rendu très émotive. Oui, il n’y a pas que la psychanalyse qui permet de travailler sur le passé…

C’est un traitement de longue haleine, parfois pénible.

Mais s’il est bien mené, il permet de vous reconstruire, de guérir, je l’espère, définitivement.

Références: mon expérience professionnelle

.

 

Pour une information et un entretien gratuit de 30 à 45 minutes, sans engagement, concernant une aide, un soutien psychologique, ou une psychothérapie -> cliquez ici