Dans une tribune au « Monde », des médecins, chercheurs et patients contestent les conclusions d’une étude récente, selon laquelle les manifestations du Covid long ne seraient pas forcément liées à l’infection par le SARS-CoV-2.

Le Covid long est-il vraiment une maladie imaginaire ?

Cette question est posée dans une étude publiée dans le numéro du 8 novembre de JAMA Intern Med. L’article répond que oui, en effet, le Covid long est souvent imaginaire, puisque plus de la moitié des personnes qui pensent en souffrir n’ont, en réalité, jamais eu le Covid-19. La conclusion de l’article est que la tâche des médecins est d’« identifier les mécanismes cognitifs et comportementaux qui peuvent être ciblés pour soulager les symptômes » [de ces malades imaginaires].

Cet article a été largement repris dans les médias grand public.

Le JAMA Intern Med est un journal prestigieux, mais les scientifiques savent qu’il ne faut jamais juger de la qualité d’un article sur la réputation d’un journal, car certains travaux publiés dans des journaux prestigieux n’ont jamais pu être confirmés par la suite.

Il faut donc lire et analyser cet article.

Ce travail est remarquable par l’investissement qui a été nécessaire pour recueillir toute une série d’informations auprès de 26 823 personnes dont 914 qui rapportaient toutes des symptômes ayant duré au moins deux mois et attribués à un Covid long.

Malheureusement, le résultat des analyses est totalement inutilisable,

car ce travail accumule les erreurs méthodologiques.

Une règle fondamentale de la méthode scientifique est de confronter ses données expérimentales à celles de la littérature, afin de pouvoir discuter d’éventuelles convergences ou divergences, et de chercher à comprendre ces dernières. En revanche, dans cette étude épidémiologique sur le Covid long, importante par la taille de la population interrogée, les principaux travaux précédents sont ignorés.

On sait aujourd’hui que la moins mauvaise façon de savoir si quelqu’un est infecté, c’est d’obtenir un test PCR positif dans la phase aiguë de la maladie. Après cette phase, le test n’est, a priori, plus positif. Peut-on utiliser la séropositivité pour prouver qu’on a été infecté ? Si des anticorps anti-SARS sont présents dans le sang, c’est en effet qu’il y a eu infection (ou vaccination, le cas échéant). Mais l’absence d’anticorps ne saurait prouver l’absence d’infection. En effet, outre les limites de sensibilité du test sérologique lui-même, certains individus font une réponse anticorps très faible, en particulier ceux qui vont faire un Covid long. Enfin, cette production d’anticorps anti-SARS est en général transitoire, les anticorps diminuent fortement en quelques mois, voire disparaissent, et c’est précisément la raison pour laquelle la 3e vaccination est en train d’être généralisée.

Tous les scientifiques du domaine connaissent ces faits.

Mais dans l’article du JAMA, l’équivalence incorrecte entre séronégativité et absence certaine d’infection préalable (plusieurs mois avant le test), est utilisée systématiquement. Première ignorance de la littérature scientifique.

La deuxième ignorance concerne la part de personnes infectées restées asymptomatiques. L’article au JAMA suggère que cela représenterait plus de 50 %, puisque « moins de la moitié des personnes ayant un test sérologique positif ont déclaré avoir eu la maladie ». Les données de la littérature donnent un chiffre au moins deux fois plus faible, lorsque la réalité de l’infection initiale est bien prise en compte par un test PCR.

La troisième ignorance concerne la définition du Covid long.

Le questionnaire du Dr Lemogne proposait 18 catégories de symptômes persistants. La positivité d’un seul d’entre eux (par exemple, une mauvaise qualité de sommeil) suffisait à faire cocher la case « Covid long ».

Aucun autre article scientifique n’utilise une définition aussi faible et imprécise !

Un article récent a pourtant montré que, sur une liste de 21 symptômes, les trois principaux éprouvés par les patients souffrant de Covid long sont l’asthénie (une extrême fatigue) (73 %), des perturbations sensorielles (56 %) et une oppression et des douleurs thoraciques (53 %). L’utilisation d’une combinaison de ces trois principaux symptômes aurait fourni une indication infiniment plus fiable de la réalité d’un Covid long que des troubles du sommeil, qui ne sont même pas mentionnés dans la liste des 21 principaux symptômes.

La quatrième ignorance concerne les syndromes post-infectieux, une notion qui n’est discutée à aucun moment dans l’article au JAMA.

Or, de nombreuses études montrent que le Covid long est selon toute vraisemblance une forme de syndrome post-infectieux, très fréquemment observé à la suite d’une forte réponse immunitaire, qu’elle soit liée à une infection virale, bactérienne, ou à certaines vaccinations (voir le syndrome de la Guerre du Golfe fréquemment observé après six vaccinations contre l’anthrax). Tous ces syndromes post-infectieux, quelle qu’en soit l’origine, donnent des tableaux cliniques très proches, associant très fréquemment grande fatigue, troubles sensoriels et troubles cognitifs. Notons que le terme de syndrome post-infectieux indique que ce syndrome fait suite à la phase aiguë de la maladie, mais n’exclut aucunement que le pathogène puisse encore être présent, à bas bruit, et contribue ainsi à l’entretien d’une inflammation prolongée. Il est quasiment impossible, sauf en analysant le passé récent du patient, d’attribuer un syndrome post-infectieux à un pathogène donné. Il est donc possible que d’autres pathogènes que le SARS-CoV-2, ayant infecté une personne au cours des deux dernières années, aient pu provoquer un syndrome post-infectieux, en plus de ceux réellement dus au SARS-CoV-2.

En conclusion, bien qu’elle fasse suite à un recueil de données très important, l’étude qui vient de paraître au JAMA, par ses quatre faiblesses scientifiques majeures, n’apporte aucune information utilisable sur le Covid long.

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Une fatigue qui apparaît l’hiver n’est pas forcément une fatigue saisonnière !

Elle peut cacher de nombreux autres troubles : maladie du sommeil, de la thyroïde, dépression, boulimie chronique etc…

« Il existe différents types de fatigue. L’asthénie est une fatigue pathologique qui doit être prise au sérieux et faire l’objet d’une consultation chez le médecin. Sa particularité est de ne pas disparaître après une période de repos.

Pic-fatigue-femme-baillementCette fatigue peut être suffisamment importante pour vous gêner au quotidien, être survenue brutalement, s’accompagner d’un changement de poids, d’essoufflement, etc. En cas de doute sur l’origine psychologique de votre fatigue, mieux vaut consulter votre psy. »

L’asthénie de surmenage se définit par une difficulté d’adaptation, plus ou moins prolongée, suite à des situations de contrainte ou de surmenage.

La cause peut être professionnelle ou familiale, bien sûr. Ou liée à des problèmes de logement ou de transport.

Parfois, il s’agit de personnes ayant une tendance dépressive, longtemps compensée par un hyper investissement dans le travail, et brutalement déséquilibrées par un événement de la vie (divorce, changement de poste, de lieu de travail, conflit professionnel, déménagement, problème avec un enfant…).

Le surinvestissement prolongé dans une activité sportive peut conduire à la même situation.

L’asthénie est souvent plus marquée le soir avec l’impression de ne pas pouvoir récupérer malgré un sommeil prolongé. Il s’y associe une irritabilité, un état de tension musculaire, une moindre efficacité au travail.

Le diagnostic d’asthénie réactionnelle est fondé sur l’interrogatoire : conditions de vie du client, éventuel facteur déclenchant, plaintes physiques…

Un aménagement des horaires, une bonne gestion des temps de loisirs et, éventuellement, une prise en charge psychologique courte permettent d’améliorer cette asthénie de surmenage.

.

Bénéficiez d’une information, avec entretien gratuit et sans engagement de 30-40 minutes, pour une aide, un vrai soutien psychologique, ou une psychothérapie (cliquez ici)

Il n’est plus possible aujourd’hui de faire l’impasse sur les médecines complémentaires.

Lesquelles viennent enrichir ou compléter les traitements anticancer de référence. À condition qu’elles ne détournent pas des traitements classiques (toujours en complément des traitements allopathiques !), elles représentent des soins de support qui ont leur place dans la prise en charge des patients atteints d’un cancer.

Exemple, parmi tant d’autres :

  • ostéopathie
  • acupuncture
  • homéopathie
  • soutien psychologique avec les TCC
  • régime alimentaire : oméga-3, vitamines, probiotiques, thé vert, etc…
  • et aussi utilisation des psychothérapies utilisées ailleurs qu’en France, aidantes pour les patients

Même les cancérologues le reconnaissent, comme l’atteste l’ouverture de consultations homéopathiques dans certains services d’oncologie.

Les études récentes indiquent que 60% des patients traités pour un cancer utilisent des médecines complémentaires (la moitié d’entre eux sans en faire part à leur médecin*).

Concernant l’homéopathie, sur les 2 millions de cancéreux, 700.000 y auraient recours. Il s’agit d’une aide complémentaire qui intervient très tôt, dès l’annonce du diagnostic, pour combattre l’angoisse et le stress, puis comme complément du traitement médicamenteux ou chirurgical, ou encore pour anticiper ou combattre les effets secondaires liés aux traitements : nausées, vomissements, diarrhées, amaigrissement, asthénie, états dépressifs, xérose tissulaire, troubles des phanères, neuropathies périphériques…

Ce soutien est d’autant plus important qu’aujourd’hui les patients cancéreux ont une durée de vie de plus en plus longue, certains allant jusqu’à dépasser de 2,5 fois la durée moyenne. Le soutien apporté par les médecines complémentaires est ici essentiel.

Encore une fois, il ne s’agit pas de s’opposer aux traitements classiques, dont l’efficacité a été prouvée, mais de soins de support.

N’hésitez pas à en parler à votre cancérologue et au personnel du service.

Aux États-Unis, 30 à 40% de la population générale recourent aux médecines complémentaires, contre 70 à 80% des personnes suivies en cancérologie (35% des patients cancéreux en Europe). Quelque 15 % des hôpitaux américains proposent des soins de ce type et de nombreuses recherches sont effectuées pour valider ces traitements qui peuvent aider l’organisme à lutter contre la maladie, à améliorer les traitements, le bien-être physique et émotionnel

 

TCC: thérapies cognitives & comportementales (mais aussi émotionnelles, de valeurs, de croyances, d’identité)

Références: Dr Philippe Massol, Egora.fr, 19 janvier 2011 ; *Rodrigues M et al, Eurocancer 2010.

.


Fatigue chronique : et pourquoi pas du sport ? Autrement appelé encéphalomyélite myalgique, le syndrome de fatigue chronique se caractérise notamment par une asthénie, une fatigue qui donne l’impression d’être sans force, persistante voire invalidante. Dans ces conditions, la question de savoir s’il est justifié ou non de pratiquer une activité physique ne devrait même pas poser.

Dans le nouveau livre « Activité physique et Santé », le Dr Patrick Laure a collecté les résultats de différents travaux sur le sujet.

Et d’une manière générale, les auteurs incitent les patients à bouger !

La cause du syndrome de fatigue chronique n’est pas connue. En revanche, bien des travaux soulignent que la pratique régulière d’une activité physique réduirait la fatigue et impacterait favorablement la fréquence cardiaque au repos. Au même titre que la pression artérielle systolique.

Bien sûr il ne s’agit pas de courir un marathon quotidien !

Mais des activités comme la marche et le jardinage seraient tout à fait recommandées. Comme le souligne le Dr Laure, il reste toutefois « à convaincre les patients, souvent réticents à débuter une activité physique, craignant une aggravation de leurs symptômes ».

Si vous êtes concerné, surtout parlez-en d’abord à votre médecin. Il reste le mieux placé pour vous diriger vers la pratique la mieux adaptée à votre cas.

Alors, ce jardinage ?

Quels sont les 4 catégories des symptômes de la dépression ?

2) Dépression: les symptômes physiques

  • Les troubles du sommeil. La personne s’endort difficilement (insomnies) ou, au contraire, dort excessivement (hypersomnies).
  • La modification de son poids. En dehors d’un quelconque régime, la personne perd ou prend du poids.
  • La fatigue et la lassitude intenses et généralisées. Aussi appelées ‘asthénie’.
  • Les variations de l’appétit. Le patient manque d’appétit ou, plus rarement, voit son appétit décuplé.
  • Les troubles digestifs, parfois douloureux, tels que nausées, vomissements, constipation, sécheresse de bouche.
  • Les troubles de la sexualité*. La libido (désir sexuel) diminue ou disparaît complètement.

* Le DSM-IV, outil de référence dans la classification et la définition des troubles mentaux, n’intègre pas ces symptômes dans le cas du trouble dépressif majeur. Fréquents en cas de dépression, ils permettent cependant d’orienter et d’aider au diagnostic.

Le prochain article :  les symptômes comportementaux

absintheLes diurétiques (ex. : Furosémide®) augmentent la diurèse (fabrication journalière d’urine) par élimination de sels minéraux.

Utilisés contre l’hypertension artérielle et l’insuffisance cardiaque, ces médicaments, pris de manière prolongée, peuvent provoquer une hypokaliémie (manque de potassium dans le sang) et entraîner des troubles du rythme cardiaque parfois mortels.

A noter : l’utilisation de diurétiques pour perdre du poids est illusoire et comporte des risques d’hypotension, d’asthénie, d’insuffisance rénale…


Les signes d’alerte : fatigue, engourdissements, crampes, vomissements


Les complications : troubles du rythme cardiaque


Que faire : appelez le 15 !