Boiron, un colosse de l’homéopathie aux pieds d’argile ?

Le géant français de l’homéopathie Boiron serait forcément touché si le déremboursement de l’homéopathie était décidé par le gouvernement.

Mais pas coulé car le groupe lyonnais a les compétences et les moyens nécessaires pour se diversifier davantage, estiment des analystes.

La Haute autorité de santé (HAS), dans un avis définitif révélé mercredi par Libération, a estimé que l’homéopathie ne devait plus être remboursée par la Sécurité sociale car son efficacité n’est pas prouvée. Une fuite qui a conduit Boiron à suspendre jeudi son cours en Bourse, à 10H33, alors qu’il gagnait 0,82% à 36,85 euros.

Suite à cet avis, qui sera rendu public vendredi, il reviendra au gouvernement de décider un éventuel déremboursement.

Un coup rude pour Boiron: sur un chiffre d’affaires total de 604 millions d’euros l’an dernier, il en a réalisé 59% en France, soit 359 millions d’euros, et sur ce dernier montant, 60% concernent des médicaments homéopathiques remboursables, soit 215 millions d’euros, a précisé le groupe à l’AFP.

Le groupe n’a qu’une « dépendance relative » au remboursement par l’assurance-maladie en France, de l’ordre de 25% de son chiffre d’affaires total, estime l’un des analystes.

« Il n’est pas dit que l’impact social et sur l’emploi sur les ventes soit si fort » au final, tempère Pierre Dinet, analyste chez IDMidcaps interrogé par l’AFP. « La boîte fait son marketing de la peur, c’est normal », renchérit un autre analyste, lequel ne « croit pas » à un impact social aussi massif. « Il y aura des ajustements, mais ce sera progressif », estime-il.

En outre, même si la ministre de la Santé Agnès Buzyn a répété qu’elle suivrait le verdict de la HAS, Bercy devrait avoir son mot à dire.

Le gouvernement pourrait ainsi décider de simplement réduire le taux de remboursement à 15% contre 30% actuellement, imagine un analyste, voyant mal les responsables politiques prendre le risque d’un déremboursement total « dans le contexte social actuel ».

Pour leur part, les investisseurs espèrent que Boiron accélèrera la diversification de ses activités pour compenser son déclin en France.

« Aujourd’hui, Boiron est quelque part limité dans son action (de diversification, NDLR) parce qu’il ne veut pas brouiller son image de spécialiste de l’homéopathie. Mais demain si c’est déremboursé, la logique sera différente », selon un autre observateur.

Au niveau géographique, Boiron intensifie déjà sa présence aux Etats-Unis et en Asie notamment.

En revanche tout reste à faire, ou presque, en matière de diversification sectorielle: moins de 5% de son chiffre d’affaires total est actuellement réalisé sur des produits hors homéopathie (compléments alimentaires, marque de dentifrice Homéodent…)

Son savoir-faire dans les plantes pourrait l’orienter vers des marchés connexes et porteurs comme les cosmétiques naturels, la phytothérapie ou encore les huiles essentielles, notamment via des acquisitions.

Il a de quoi se le permettre: très peu endetté, le groupe disposait à fin 2018 d’une trésorerie nette supérieure à 210 millions d’euros. Quant à la fortune de la famille Boiron, qui détient près de 70% du capital du groupe, elle était estimée l’an dernier à 900 millions d’euros par le magazine Challenges.

« Ils sont assis sur un tas d’or », résume un analyste.

Reste à savoir si les Boiron, adeptes d’une gestion financière conservatrice, se résoudront à sauter le pas.

Et à laisser une marge de manoeuvre suffisante à la nouvelle directrice générale du groupe, Valérie Poinsot, la première à ce poste non issue de cette famille née dans les granules.

Sources: AFP, sciencesetavenir.fr

Face au constat d’une très faible part des chimiothérapies réalisées à ce jour à domicile, la Fédération des prestataires de santé à domicile (FédéPSAD), dans le cadre de sa plateforme de propositions présidentielles, « Osons le domicile » et en association avec la Fédération nationale des infirmiers (FNI), avait proposé que soient examinés les conditions d’une mise en œuvre plus volontaire de protocoles de traitements anticancéreux injectables à domicile.

Une première réunion de travail s’est tenue le 19 avril, sous l’égide de la Direction générale de l’offre de soins, avec l’ensemble des parties prenantes : INCA, UNICANCER, FHP, FEHAP, FNEHAD, Assurance maladie, prestataires de santé à domicile (PSAD) et infirmiers libéraux (IDEL) pour examiner les propositions formulées et entendre les positions de chacun.

Les prestataires de santé à domicile et infirmiers libéraux ont rappelé qu’ils étaient déjà fortement impliqués dans la mise en œuvre des chimiothérapies injectables à domicile que ce soit directement, dans le cadre des réseaux de soins ou en sous-traitance de structures de HAD. Le cadre réglementaire de coopération avec les établissements de santé, la nouvelle facturation à la LPP « PERFADOM » et la nomenclature des actes infirmiers permettent cette mise en œuvre.

Celle-ci ne concerne cependant que quelques protocoles parmi tous ceux qui seraient possibles à domicile

Les infirmiers libéraux et les prestataires de santé à domicile partagent donc largement le constat fait par le ministère de la santé et par la haute autorité de santé sur la trop faible part de chimiothérapies injectables à domicile, alors qu’elles représentent un indéniable bénéfice pour les patients et qu’elles contribueraient à une meilleure allocation des ressources, dans la droite ligne du « virage ambulatoire » prévu dans la stratégie nationale de santé.

A leurs yeux, l’offre complémentaire constituée de l’HAD d’une part et du binôme infirmiers libéraux et prestataires de santé à domicile d’autre part doit pouvoir être davantage mobilisée dans cet objectif.

Les prestataires de santé à domicile et infirmiers libéraux ont ainsi réaffirmé leur totale disponibilité pour travailler sur les conditions d’un plus fort développement des chimiothérapies à domicile. Cela passe à leurs yeux par les actions suivantes :

  • Affirmer une volonté politique claire de développer la chimiothérapie à domicile en s’appuyant d’une part sur l’HAD si la situation l’exige et d’autre part sur les offreurs de soins complémentaires que sont les IDEL avec les PSAD.
  • Bien préciser les protocoles qui pourraient être mis en œuvre intégralement à domicile en définissant clairement et de manière concertée les indicateurs d’une bonne orientation des patients.
  • Compléter le cadre de la mise en œuvre et notamment les conditions du transport des médicaments et de la récupération des déchets (DASRI et médicaments)

Les échanges au ministère ont conclu sur la nécessité de travailler sur les protocoles ; la DGOS a demandé à cette fin à l’INCA de faire le point sur ces sujets.

De prochaines réunions sont prévues qui en associant tous les acteurs peuvent permettre d’avancer de manière constructive dans un sens positif pour les patients et pour le système dans son ensemble.

La FNI et la Fédé PSAD se félicitent de ces premières avancées et renouvellent leur engagement dans ces travaux.

« Développement excessif » des honoraires libres chez les médecins spécialistes…

De plus en plus de médecins choisissent d’exercer en honoraires libres, et les taux de dépassement sont de plus en plus élevés. La sonnette d’alarme a beau avoir été tirée à maintes reprises sur les freins à l’accès aux soins que constituent les dépassements d’honoraires, ce mode de rémunération s’ancre profondément dans le système de santé français, démontre une étude présentée mardi 17 mai par l’assurance-maladie, qui s’en inquiète.

Désormais, les nouveaux médecins qui s’installent sont bien plus nombreux à décider de pratiquer des dépassements.

En 2010, parmi les spécialistes, six sur dix ont fait ce choix, contre « seulement » quatre sur dix pour ceux déjà en exercice. Ce qui laisse présager un renforcement, à l’avenir, du nombre de médecins inscrits en « secteur 2 », c’est-à-dire ceux qui pratiquent des honoraires libres et non pas les tarifs de la Sécu.

Le différentiel est très élevé chez les anesthésistes, avec 66% des nouveaux installés optant pour le secteur 2, contre 34% pour l’ensemble de la spécialité. L’an dernier, 82% des installations de gynécologues se sont faites en secteur 2, 84% pour les ORL, 63% pour les ophtalmologues.

Lancé en 1980, pour éviter à la Sécurité sociale d’augmenter les tarifs des consultations tout en permettant une hausse de la rémunération des médecins, le secteur 2 a remporté un tel succès que face à la difficulté, déjà, de trouver un praticien au tarif de base, il a été décidé d’en limiter l’accès en 1990.

Le secteur a alors été réservé aux plus diplômés (anciens assistants des hôpitaux, chefs de clinique, praticiens hospitaliers).

2,5 MILLIARDS D’EUROS EN 2010

Mais vingt ans plus tard, après une baisse des effectifs de praticiens en tarif libre, ce sont désormais des niveaux de 1990, voire bien au-dessus, que l’on retrouve dans certaines spécialités, comme les chirurgiens, les anesthésistes ou les gynécologues. Si, aujourd’hui, 24% des médecins pratiquent des dépassements d’honoraires, contre 31% en 1990, chez les généralistes, qui n’ont plus accès au secteur 2, on n’en compte plus que 11%. En revanche, chez les spécialistes, les effectifs en honoraires libres, après être redescendus à 37% en 2000, sont remontés à 41% en 2010. Soit quasiment le même niveau qu’avant la réforme du secteur 2.

La barre des 50% est souvent dépassée, par exemple chez les ORL, les ophtalmologues ou les gynécologues, et surtout les chirurgiens, qui atteignent désormais les 85% !

Autre tendance lourde relevée par l’assurance-maladie : l’augmentation du niveau des dépassements d’honoraires, qui ont représenté 2,5 milliards d’euros en 2010, dont 2,1 milliards pour les spécialistes. Pour ceux-ci, entre 1985 et aujourd’hui, le taux de dépassement (rapporté aux tarifs de la Sécurité sociale), a été multiplié par plus de deux, passant de 23% à 54%. Soit une facture à 154 euros pour un acte remboursé 100 euros.

Depuis 2005, la hausse se tasse, mais elle est continue. Les taux sont les plus élevés chez les pédiatres (64%), les ophtalmologues (60%), les chirurgiens (56%) et surtout les obstétriciens (83%).

MÉDECINE À DEUX VITESSES

Les régions sont très diversement touchées par ce double phénomène, les zones où la population est la plus aisée étant cependant principalement concernées.

Ainsi en région parisienne, 90% des spécialistes pratiquent des dépassements, et leurs taux atteignent 150% des tarifs de la Sécu ! Même si les complémentaires de santé peuvent prendre les dépassements en charge, il faut savoir que 40% des contrats les excluent, et que 7% des Français n’ont pas de mutuelle.

L’essor des dépassements favorise donc bien la médecine à deux vitesses. Les médecins, qui préfèrent parler de « compléments d’honoraires », refusent cependant d’être jugés responsables, rappelant à l’envi que la hausse est due au fait que les tarifs de base, si peu augmentés par l’Assurance-maladie, ne permettent plus d’exercer.

Le phénomène, cependant, inquiète certains syndicats. « Ce n’est plus supportable pour la population, et c’est un vrai problème pour les généralistes, qui ne trouvent plus facilement des spécialistes à un tarif acceptable par leurs patients, relève Claude Leicher, pour MG France. Les dépassements étaient auparavant un problème pour une petite partie de la population, mais aujourd’hui, même des personnes gagnant leur vie peuvent ne pas pouvoir assurer, ponctuellement, une dépense très élevée. »

Face à ce « développement excessif » du secteur 2, l’assurance-maladie appelle à une « réforme structurelle du système ».

Depuis trente ans, aucun gouvernement n’a fait de réelle proposition de réforme.

En 2009, lors des débats sur la loi Hôpital, patients, santé et territoires (HPST), les politiques avaient renoncé à s’attaquer au secteur 2, face à la colère des médecins.

L’idée avait alors émergé d’une solution médiane, le « secteur optionnel », dont la naissance est au centre des discussions actuelles entre médecins et Assurance-maladie pour la prochaine convention médicale. Les médecins qui s’inscriraient dans ce troisième secteur, entre le secteur 1 (tarifs de la Sécu) et le secteur 2, s’engageraient à réaliser 30% de leurs actes au tarif opposable, et à facturer les 70% restants avec des compléments d’honoraires ne dépassant pas 50% de ce tarif. Il est prévu qu’il concerne, dans un premier temps, les chirurgiens, les anesthésistes et les obstétriciens, mais l’idée et d’ensuite l’étendre.

Références : Laetitia Clavreul, Lemonde.fr, revue « 60 Millions de Consommateurs »

Le système de remboursement des dépenses de santé des Français est-il en train, insidieusement, de changer ? Alors que devait être présenté en conseil des ministres, mercredi 13 octobre, le budget 2011 de la Sécurité sociale qui prévoit de nouvelles mesures d’économie touchant les assurés sociaux, les sondages sur la perception du système de santé se multiplient. Le dernier en date, réalisé par le Collectif interassociatif sur la santé avec Viavoice et rendu public mardi 12 octobre, souligne les craintes des Français sur l’évolution de leur prise en charge et aborde les renoncements aux soins.

Il s’en dégage que 53 % des sondés estiment que la priorité d’une réforme du système de santé devrait être de maintenir un bon niveau de remboursement par la « Sécu ». Pourtant, en présentant le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, fin septembre, Roselyne Bachelot, la ministre de la santé, a rappelé que le « reste à charge » des Français ne s’élève qu’à 9,4 %, « signe que nous consolidons notre très haut niveau de couverture ». Elle juge infondées les « plaintes régulières sur le désengagement de l’assurance-maladie ». Circulez, il n’y a rien à voir ?

Il n’est pas sûr qu’un tel discours soit à même de convaincre. Depuis 2004, ont été mises en place des mesures d’économies, comme le forfait de 1 euro par consultation ou la franchise sur les boîtes de médicaments. En 2011, le taux de remboursement des produits à vignette bleue devrait baisser de 35 % à 30 %.

L’effet de telles mesures fait débat. Certains y voient le signe d’un changement de système, d’autres affirment le contraire, rappelant que la prise en charge, à plus de 75 %, par l’assurance-maladie, reste stable. Mais la ministre de la santé reconnaît à demi-mot une évolution, quand elle indique que le recentrage sur l’hôpital et la maladie grave est « une nécessité morale ».

Il y aura bientôt un an, l’économiste de la santé, Didier Tabuteau, avait interpellé les pouvoirs publics en affirmant que, pour les soins courants, les remboursements ne s’élevaient plus qu’à 55 %. Il réclamait de la transparence et un débat public sur cette évolution rampante du système. Aucun chiffre précis n’avait alors été apporté en réponse.

Mais même si le taux de 75,5 % de prise en charge en 2009 est toujours mis en avant, beaucoup d’observateurs et de dirigeants du monde de la santé jugent peu à peu légitime d’aller interroger la réalité de plus près. Discrètement, des chiffres à ce sujet ont été publiés dans les Comptes de la santé 2009, en septembre. Issus d’un modèle de micro-simulation de la Direction de la recherche, des études, de l’évaluation et des statistiques, ils détaillent les niveaux de remboursement selon que les patients sont, ou non, en affection de longue durée (ALD – cancer, diabète…) : si à l’hôpital la prise en charge reste pour tous supérieure à 90 %, en soins de ville la différence est nette. Les patients en ALD y bénéficient d’un remboursement à 85 % par la « Sécu », quand les autres ne perçoivent effectivement que 55 %. Rien de plus logique à cela : si la part de l’assurance-maladie reste stable, comme les dépenses d’ALD ne cessent d’augmenter, d’autres postes ont diminué.

Expliquer que, pour les patients non atteints de maladies chroniques, seuls 55 % des soins de ville sont remboursés serait-il trop risqué politiquement ? En tout cas, ce qui se dit entre personnes bien informées, les Français n’en entendent pour l’instant pas parler. Le débat est inexistant, comme s’il apparaissait évident qu’un consensus ne saurait se dégager sur la répartition des remboursements, voire que le sujet est trop complexe pour que la population s’y intéresse. On peut pourtant se demander si ce défaut de pédagogie et ce rappel constant à un taux de prise en charge global, certes élevé mais qui ne correspond pas au ressenti d’une grande partie de la population, ne comportent pas tout autant un risque de remise en cause du système.

De même, les pouvoirs publics persistent à expliquer que le taux restant à la charge des assurés sociaux en France est de 9,4 %, soit l’un des plus bas des pays occidentaux. Là encore, s’agit-il de l’indicateur le plus parlant pour les Français ? Ne faut-il pas ajouter, à ce qui leur reste concrètement à payer, les frais de complémentaires santé qui représentent une forte proportion du budget de certains ménages, et qui n’ont cessé d’augmenter, comme le dénoncent les associations de consommateurs ?

Face aux inquiétudes des Français, et à la poursuite des mesures de transfert de la « Sécu », il semble urgent d’y voir plus clair. Le Haut Conseil pour l’avenir de l’assurance-maladie, qui a jugé nécessaire de consacrer son prochain rapport annuel au « reste à charge » des Français, pourrait apporter là une contribution précieuse. Ses membres s’apprêtent à en commencer l’examen. Outre une mise à plat des niveaux de remboursement en fonction de l’effort fourni par les diverses catégories de population, il devrait s’attaquer à des questions délicates à trancher : quel doit être le rôle de l’assurance-maladie et le remplit-elle ? Quels indicateurs retenir pour évoquer au mieux le reste à charge des assurés et capter les évolutions du système, etc. ?

Ensuite, il faut l’espérer, le débat pourra sortir de la caricature et s’ouvrir à tous.

Laetitia Clavreul (Service France)
Article paru dans l’édition du 14.10.10 du journal Le Monde