Corps-esprit, les liaisons souterraines…

L’influence de notre âme sur notre corps ou psychosomatique intrigue depuis l’Antiquité et continue à susciter de nombreux travaux.

Qui n’a entendu parler des maladies « psychosomatiques », qui traduiraient dans notre corps (le soma) les tourments de notre âme (la psyché) ?

Depuis l’époque antique, de multiples mouvements de pensée et disciplines se sont intéressés à l’influence de notre personnalité ou de nos émotions sur notre organisme.

Je dis souvent : « Quand le psychisme défaille, c’est le corps qui prend la relève. »

C’est particulièrement visible en hypnothérapie, quand le corps somatise.

Cela résume bien l’enjeu de la psychosomatique : observer et comprendre les éventuelles interactions entre corps et esprit.

Les prémices de cette approche datent de l’Antiquité, avec les médecins grecs Hippocrate et Galien qui s’intéressaient – déjà – à l’influence de l’âme ou des émotions sur notre organisme.

Emission de  France Culture

avec Jean-Jacques Charbonier: 

 

 

Proclus, philosophe grec du V siècle av. J.-C., rapporte la cette vision de Cléonyme.

Il qui raconte que son âme, « dégagée » de son corps, s’est élevée au point d’avoir une vision du monde en dessous d’elle :

« Cléonyme d’Athènes, … navré de douleur à la mort d’un de ses amis, perdit cœur, s’évanouit.

Ayant été cru mort, il fut, le troisième jour, exposé selon la coutume. Or, comme sa mère l’embrassait…, elle perçut un léger souffle.

Peinture de BoschCléonyme reprend peu à peu ses sens, se réveille et raconte tout ce qu’il avait vu et entendu après qu’il avait été hors du corps. Il lui avait paru que son âme, au moment de la mort, s’était dégagée, comme de certains liens, du corps gisant à côté d’elle, s’était élevée vers les hauteurs et, ainsi élevée au-dessus du sol, avait vu sur la terre des lieux infiniment variés quant à l’aspect et aux couleurs, et des courants fluviaux invisibles aux humains.

Elle était parvenue enfin à un certain espace consacré à la déesse grecque Hestia (déesse équivalente à la Vesta des Romains : divinité gardienne du foyer), que fréquentaient des Puissances démoniques sous la forme de femmes d’une beauté indescriptible… »

Source : Proclus, commentaire sur « La République de Platon », XVI° dissertation, 114, trad. A.-J. Festugière, Vrin, Vrin, 1970, t. III, p. 58-59

Dans un très beau livre consacré à Christiane Singer, Léonard Appel, son auteur, rend admirablement compte de l’ardente présence de cette grande âme, avec le dialogue qu’elle poursuit, aujourd’hui encore, avec tant de vivants.

« Nous sommes des milliers à avoir poursuivi un dialogue avec Christiane Singer, à le poursuivre encore. Elle nous parlait un langage, elle écrivait une langue qui appelaient une réponse personnelle, en nous-mêmes. En cela elle s’est révélée, elle se révèle aujourd’hui initiatrice et accompagnatrice à la vie, à la mort.»

L’auteur Léonard Appel évoque ainsi , sous diverses formes, l’amie qui aura mis la quête spirituelle au cœur de son œuvre. Il s’agit d’une évocation fraternelle, littéraire et spirituelle de Christiane Singer, par l’un de ses intimes. En effet sa démarche spirituelle a consisté en une quête ininterrompue de la vie, jusqu’à sa source.

Montre-toi vivant, En dialogue avec Christiane SingerDans son nouveau livre « Montre-toi vivant, En dialogue avec Christiane Singer », il évoque de nombreux textes inédits de Christiane Singer qui font résonner à nouveau, comme en écho, la vigueur de sa voix. Entre proximité et respect de l’autre, ce véritable dialogue témoigne de ce qui nous ouvre à une vie plus grande que nous.

Dans le tamis, reste l’or de la rencontre.

Christiane Singer est une miraculée de la vie. Léonard Appel, dès le premier chapitre de son livre, rappelle cette anecdote qu’elle évoque elle-même lors d’une conférence : le couple en déroute de ses parents…

C’est le début de la guerre. Son père est juif. Ils ont quitté l’Autriche. Ils viennent d’arriver à Marseille. Ils s’interrogent sur le fait d’accueillir ou non l’enfant que la maman porte en elle. Soudain, dans  la salle d’attente du médecin son père prend la main de sa femme et lui dit : « Ce n’est pas à nous de faire l’œuvre de l’ennemi »… Ils partirent sur le champ et « me voilà » conclut Christiane rayonnante…

C’est ce vif sentiment de la présence, ce joyau d’une vie goûtée et vécue jusqu’à la moelle, intensément, dans toute sa précarité, sa vulnérabilité et son allégresse, sa force et sa jubilation, que nous livre de façon souveraine Christiane jusqu’à la fin de son existence. Son dernier récit n’est pas un livre, c’est un véritable festin de Vie !

De conférences en livres, de romans en essais, elle a exprimé, dans un langage à la portée de tous, une spiritualité profondément incarnée. Le sens de ce livre et sur la vocation de Christiane Singer, est-ce le « témoin » qui passe de d’une main à l’autre ?

Christiane Singer a été saisie par le Souffle de la Présence.

L’auteur : Léonard Appel, après des études d’histoire et d’histoire de l’art, a été membre pendant vingt-cinq ans de la Communauté de Taizé. Il a fondé ensuite, avec Marie Milis, à Bruxelles, « Initiations », un lieu de recherche, de conférences et de réflexion, au sein duquel Christiane Singer est intervenue à de nombreuses reprises.

Le sujet : Christiane Singer (1943-2007) est l’auteur de romans remarqués, tels Une passion (1992), Rastenberg (1997) ou Seul, ce qui brûle (2006). Par ailleurs, d’Éloge du mariage, de l’engagement et autres folies (2000) à Derniers fragments d’un long voyage (2007), ses essais témoignent d’une oeuvre d’accompagnement spirituel, qui a reçu un large accueil du public.

 

Source: « Montre-toi vivant, En dialogue avec Christiane Singer », Léonard Appel, Le Passeur Editeur, collection « Rives Spirituelles »

 

 

«C‘était une âme trop ardente

pour se contenter du réel de la vie»

Citation de Stendhal (1783-1842) sur Mina de Vanghel