Cet ouvrage s’intéresse, s’adresse et est destiné en priorité aux adolescents dits intellectuellement précoces et aux jeunes adultes.

Mais aussi à ceux qui désirent mieux les connaître !

« Je déteste l’école, c’est un endroit où il faut toujours faire ce qu’on nous dit de faire. Moi je n’aime pas être commandé et je préfère travailler quand mon cerveau me dit de travailler.
– C’est quand ?
– C’est quand il se pose des questions. S’il sait déjà, il ne veut pas faire, et surtout pour faire des choses intelligentes.
– C’est-à-dire ?
– Déjà, ne pas écrire ou copier des textes, mais plutôt inventer des réponses, trouver des réponses à des problèmes, faire des calculs aussi »
Alexandre, 7 ans,
Q.I.T. = 139

Comprendre l'adolescent surdouéQuestions existentielles, sens aigu de la justice, curiosité dévorante, hypersensibilité, excellente mémoire, étonnante capacité à comprendre, incroyable pouvoir d’assimilation, mais aussi… solitude.

L’adolescence d’un jeune surdoué (ou Haut Potentiel, ou précoce) est un passage parfois douloureux, souvent bruyant, avec de nombreux obstacles dans la vie quotidienne, relationnelle ou scolaire.

Des défis remportés si l’entourage (parents, famille, enseignants…) apprend à mieux connaitre ce « drôle de zèbre ».

Ce qui les caractérise vraiment, au-delà de cette quête d’identité qui les rassemble, et qui est somme toute à peu près l’inverse d’une qualité à proprement parler, c’est une pensée créative, qui s’attaque souvent à plusieurs domaines simultanément. Mais aussi une angoisse existentielle, qui, si elle s’apaise de temps à autre, finit toujours par resurgir, les laissant orphelins d’une vraie identité.

Qui sont-ils enfin ?

Et comment les reconnaît-on, à défaut de pouvoir facilement les définir ?

Un tel potentiel, comme son nom l’indique, n’est certes pas un handicap – c’est bel et bien un atout – mais il accentue les difficultés liées à l’adolescence : le mal-être que ressentent fréquemment les adolescents est chez eux plus précoce, plus fort et plus long.

Généralement, ce qu’il est convenu d’appeler la crise d’adolescence survient après la puberté physiologique. Chez eux, les conflits la précèdent, dès l’âge de dix ans, puis sont exacerbés et perdurent à l’âge post-pubère.

Témoignages, conseils pratiques, pistes concrètes…

…vous aideront à mieux cerner votre zèbre et favoriser son épanouissement !

Qui est l’auteur Corinne Droehnlé-Breit ?

Corinne Droehnlé-Breit est docteure en psychologie et psychologue de l’enfance et de l’adolescence, diplômée de l’université Paris V – Sorbonne. Pratiquant en libéral depuis plus de 25 ans, elle anime très régulièrement des conférences autour des thèmes de la précocité, de la gémellité, de l’éducation, de l’adolescence, participe à des émissions télévisuelles et est l’auteure de différents ouvrages et de nombreux articles .

En 2012, elle a créé le cabinet Psy n Co, une structure inédite en France, où elle s’est entourée de collaborateurs dont les compétences complètent et améliorent sa propre pratique. C’est ainsi qu’une diététicienne, une sophrologue, une graphothérapeute, un ostéopathe et une conseillère en image œuvrent autour et avec Corinne Droehnlé-Breit, afin de permettre aux consultants de bénéficier de regards croisés sur leurs diff cultés et de les lever plus efficacement .

Source: « Comprendre l’adolescent surdoué (Comment apprivoiser mon zèbre) », de Corienne Droehnlé-Breit, édition de Boeck

Si Noël est l’occasion de réaffirmer les liens familiaux, il peut également donner lieu à quelques tensions prévient la philosophe et psychopraticienne Nicole Prieur.

Les sapins sont enguirlandés, les foies gras préparés et les tables bientôt dressées. Ce mardi 24 décembre, des millions de foyers s’apprêtent à fêter Noël en famille. Un vrai rite familial « qui représente quelque chose de mythique pour les familles », explique au micro de RTL la philosophe et psychopraticienne Nicole Prieur.

La jalousie est exacerbée au moment de NoëlRéunir plusieurs générations

« Noël prend forme autour des enfants et de la sainte famille », poursuit-elle, citant « le plaisir de se retrouver (…) de faire lien en partageant une histoire ». « On se tient chaud autour des enfants, les promesses de la vie », insiste-t-elle.

C’est également une façon de rassembler plusieurs générations. Une réunion « importante aussi bien pour les grands-parents que pour les petits-enfants même si quelques fois, les adolescents, au milieu, ne sont pas aussi à l’aise que ça », précise la psychopraticienne.

Inventer de nouveaux rituels

Pour de plus en plus de familles recomposées, Noël donne lieu à un intense marathon de célébrations. « Les familles sont très créatives et inventent de nouveaux rituels avant et après Noël », explique Nicole Prieur. « Chaque structure familiale peut se reconstituer autour de noyaux un peu différents », ajoute-t-elle.

L’angoisse du réveillon

Depuis le mois d’octobre, le réveillon de Noël est au cœur des préoccupations de certains patients de la psychopraticienne. « Ils se posent la question de savoir s’ils vont chez leur père ou leur mère, s’ils invitent leur nouvelle copine, quels cadeaux ils vont offrir », explique-t-elle.

« Il y a une appréhension car cette fête là à un effet très régressif. On a beau avoir 50 ans, on se retrouve avec les mêmes souffrances et contentieux qu’à 10 ans. On attend de notre père ou de notre mère la même reconnaissance qu’avant, la famille idéale qu’on aurait rêvé d’avoir et on est confrontés aux mêmes soucis que lorsqu’on était jeunes », analyse-t-elle.

Éviter les règlements de compte et les sujets qui fâchent

Pour Nicole Prieur, mieux vaut ne pas profiter du réveillon pour laver son linge sale, même en famille, car « ce n’est pas à ce moment-là qu’on pourra avancer. Il vaut mieux solder les comptes avant. Accepter la famille que l’on a et sa réalité« , assure-t-elle.

Dans cette perspective, « il vaut mieux éviter de parler de politique, de la reconnaissance du travail des uns et des autres ou de l’éducation des enfants parce que la jalousie est exacerbée au moment de Noël« , prévient la philosophe.

Sources: rtl.fr, mon expérience de psychopraticien

.

Bénéficiez d’une information (entretien de 30 minutes gratuit et sans engagement) pour un soutien psychologique, une psychothérapie ou du coaching en cliquant ici

Quelles sont les trois grandes raisons qui vous font devenir accros aux MMORPG ?
D’abord, le processus d’identification et d’attachement à leur personnage (ou avatar), qu’ils créent à l’image de ce qu’ils voudraient être et qui ne progresse pas tant en fonction de l’habileté qu’en fonction du temps passé à jouer.

Ensuite, le principe de « monde persistant», qui implique que le jeu est sans fin et continue de se dérouler en l’absence du joueur, occupant son esprit même quand il ne joue pas.

Et enfin, la pression des pairs, puisqu’il est nécessaire de se regrouper pour combattre les personnages du jeu, et que si un participant manque le rendez-vous en ligne, les autres ne peuvent rien faire.

cyberdépendanceCertains sont-ils plus vulnérables que les autres ?

On peut distinguer trois types de joueurs addicts.

Ceux qui ont de réels troubles psychiques, pour qui le jeu est un étayage, une canalisation du délire. Ils sont minoritaires.

Il y a aussi ceux qui traversent une crise d’adolescence, qu’ils tentent de contenir à travers le jeu. Pour eux, la psychothérapie ne dure généralement que quelques mois.

Et enfin, il y a les adolescents volontiers introvertis, intimidés par la relation aux autres, ayant souvent des difficultés familiales liées aux parents (séparation, maladie, parent unique). Pour eux, le jeu est une réelle échappatoire à la réalité de la relation, mais aussi de leur corps. Il leur permet aussi d’exprimer des pulsions agressives réprimées dans le monde réel. On rencontre souvent des jeunes garçons timorés qui sont de grands chefs très respectés dans le monde du jeu.

.

Bénéficiez d’une information, avec entretien gratuit et sans engagement de 30-40 minutes, pour une aide, un vrai soutien psychologique, ou une psychothérapie (cliquez ici)

Qui sont les cyberdépendants ?

Tout dépend du type d’addiction.

Au premier rang de ces addictions, et de loin, on trouve les MMORPG (jeu de rôle en ligne massivement multijoueur), qui concernent clairement les adolescents, à 98% des garçons.

Mais il y a aussi la dépendance aux sites pornographiques, très présente, qui touche plutôt une population âgée de 30 à 40 ans.

cyberdépendanceQuant aux jeux d’argent et de hasard, comme le poker, très tendance, toutes les classes d’âge y sont accros.

Quels sont les risques?

Physiologiquement, ils sont faibles. On a beaucoup parlé de l’épilepsie, mais elle concerne des personnes qui y sont déjà exposées. Et les écrans ont été modifiés, ils présentent moins de danger.

Le véritable danger, c’est l’isolement, la perte de contact avec les gens «IRL» (in real life). Il existe un phénomène «bulle» assez semblable à celui qu’on rencontre avec le cannabis pour les adolescents.

 

.

Bénéficiez d’une information, avec entretien gratuit et sans engagement de 30-40 minutes, pour une aide, un vrai soutien psychologique, ou une psychothérapie (cliquez ici)

Les personnes en surpoids et les obèses auraient deux fois plus de problèmes d’audition que les personnes du même âge.
Même légers, ces troubles auditifs peuvent mener à des problèmes d’attention.

Problèmes cardiovasculaires et respiratoires, diabète, troubles musculaires… les conséquences de l’obésité sur la santé des adolescents sont nombreuses et bien connues.

Mais des scientifiques américains viennent de compléter cette liste en alertant sur les risques de surdité.

Les chercheurs de l’université de Columbia, à New-York aux États-Unis, ont mené une étude sur près de 1500 jeunes Américains entre 12 et 19 ans, qu’ils ont soumis à des tests auditifs. Leurs résultats, publiés lundi dans The Laryngoscope , montrent que les adolescents les plus obèses, ont davantage de problèmes d’audition que ceux de poids normal ou en surpoids.

Chez l’adulte, le lien entre poids excessif et surdité a déjà été étudié, mais «c’est la première publication à montrer que l’obésité est associée à une perte d’audition chez les adolescents», déclare Anil Lalwani, professeur au département d’otolaryngologie à l’université de Columbia et auteur de l’étude.

Les chercheurs ont constaté que les adolescents obèses étaient plus touchés par les problèmes d’audition, sur toutes les fréquences audibles par l’homme, comprises entre 20 et 20.000 Hertz (Hz).

Mais ils ont remarqué qu’ils étaient particulièrement concernés par les troubles d’audition des basses fréquences, inférieures à 2000 Hz. 15% des jeunes obèses présentaient une surdité unilatérale, c’est-à-dire qu’une de leurs deux oreilles n’entendaient pas les sons les plus graves, contre seulement 8% des adolescents de poids normal.

80% des jeunes atteint de surdité n’en ont pas conscience !

Bien que la cause de ces troubles soit encore incertaine, les auteurs de l’étude ont observé que la perte auditive est neurosensorielle, c’est-à-dire qu’elle est due à des dommages au niveau des cellules ciliées de l’oreille interne. Ils pensent que ces lésions seraient directement causées par l’excès de tissu adipeux, qui libère des molécules inflammatoires. «Il est possible que la surdité unilatérale identifiée chez les adolescents obèses soit dues à des dommages à un stade précoce, expliquent les auteurs. Avec le temps, la surdité pourrait progresser et atteindre les deux oreilles».

Même si la plupart du temps, ces adolescents n’ont pas de problèmes pour suivre une conversation normale, ils peuvent éprouver des difficultés d’écoute lorsque plusieurs personnes parlent en même temps ou dans des endroits bruyants. Une étude danoise sur 22.000 adolescents a montré qu’une perte légère d’audition (entre 20 et 40 décibels) a des conséquences cognitives et comportementales sur les jeunes, qui ont trois points de moins aux tests de QI.

Alors que les tests auditifs sont peu pratiqués chez les jeunes, les implications pour la santé publique sont importantes, car «80% des adolescents ayant des problèmes d’audition n’en ont pas conscience, signale Anil Lalwani. Les adolescents obèses devraient donc faire des dépistages réguliers de surdité afin d’être traités de manière appropriée et éviter les problèmes cognitifs et comportementaux qui peuvent en résulter».

Sources: sante.lefigaro.fr, The Laryngoscope, université de Columbia

.

Bénéficiez d’une information, avec entretien gratuit et sans engagement de 30-40 minutes, pour une aide, un vrai soutien psychologique, ou une psychothérapie (cliquez ici)