tristesse


Dr Patrice Schoendorff : Oui, sur le plan de la psychiatrie, la situation française est très préoccupante. Pour que les choses soient parlantes, avec le Dr Didier Charrassin, chef du pôle psychiatrie du Chablais, nous avons regardé les chiffres du secteur de Thonon les Bains, une zone qui va du Lac Léman jusqu’aux stations de ski de Morzine d’Avoriaz. Tous les indicateurs sont au rouge !

En 2020, nous enregistrons +12% de consultations psychiatriques extrahospitalières. Du jamais vu. A l’hôpital de Thonon, sur les deux derniers mois, en décembre et novembre, nous avons eu 30 hospitalisations ce qui est là aussi du jamais vu. Nos deux unités de 20 lits, qui ont par ailleurs en charge leurs patients chroniques, sont totalement saturées.

Est-ce un constat général ou une situation propre à cette région des Alpes ?

Je discute avec des collègues psychiatres du reste de la France, c’est partout pareil. Et comme la psychiatrie est le parent pauvre de la médecine française, cet afflux massif de nouveaux patients intervient alors que le secteur hospitalier dans ce domaine est déjà sinistré. A Thonon, sur 5 postes de psychiatres, deux sont vacants… L’hôpital doit appeler en urgence des intérimaires.

De quoi souffrent ces patients nouveaux que vous voyez apparaître ?

Pas seulement de « dépression » comme je l’entends dire à la télé. En fait, cela craque de partout. On assiste à une déstabilisation complète de tous les troubles psychiatriques. Que ce soient des phénomènes de décompensation de troubles de l’humeur, c’est-à-dire des dépressions, mais aussi des décompensations chez des personnes jusque-là stabilisées pour des troubles bipolaires par exemple. Autrement dit, l’explosion des troubles psychiatriques touche tous les secteurs.

En bout de chaine, on assiste aussi à une recrudescence des passages à l’acte, y compris violents. Même aux urgences psychiatriques à Thonon, on n’avait jamais vu cela. Il y a un nombre jamais vu de troubles du comportement sur la voie publique. Je sais aussi, même si le chiffre reste confidentiel, que le nombre de suicides sur la région lyonnaise est en très forte augmentation. Vraiment, la situation est très préoccupante.

Intervenez vous aussi en unité Covid ?

Bien sûr, nous sommes appelés en consultation psychiatrique dans des unités Covid où des patients sont hospitalisés. Paradoxalement, c’est le seul moment où je peux voir des patients non masqués. Le reste du temps, pour la première fois de ma vie de psychiatre, je parle à des interlocuteurs dont je ne vois pas le visage. Cela aussi c’est un problème. En unité Covid, certains sont hospitalisés sur de longues périodes et vivent des situations d’angoisse extrême. Certains perdent le sommeil. La plupart sont très affaiblis, très fatigués. C’est très lourd… Ils regardent la télé, sont souvent coupés de leurs proches, et au contact de soignants de plus en plus fatigués. Là encore, la situation psychologique de ces malades est de plus en plus préoccupante.

Avez-vous eu des recommandations nationales sur des traitements psychiatriques particuliers de malades Covid ?

Je souris. Non rien. Pas une seule recommandation. Pas un seul protocole. Chacun fait dans son coin avec les moyens du bord ! On fait comme on peut. On compose. C’est vrai, que l’on devrait se préoccuper d’un retour d’expérience…

Quelle est votre analyse de ce que nous vivons ?

Il est bien normal que la pandémie et le virus génèrent des peurs et des angoisses.

Mais je constate que ce sont aussi les mesures prises par le gouvernement qui génèrent à leur tour peurs et angoisses !

Le premier confinement de mars dernier s’est relativement bien passé. Il était alors plus facile de comprendre pourquoi des mesures étaient prises pour stopper la propagation. Mais le deuxième confinement est bien plus mal compris et bien plus mal vécu. Je sens mes patients beaucoup plus angoissés. Ils ont du mal à comprendre le couvre-feu de 18h par exemple et tous les changements qui interviennent, un jour 20h, un jour 18h, sans que l’on sache trop pourquoi. Tout cela, sans parler des discours successifs du gouvernement sur les vaccins, contribue à angoisser davantage les gens. C’est déstabilisant de ne pas comprendre.

Et puis avec le deuxième confinement, les mesures ont touché toutes les sphères, familiales ou professionnelles. Pour des gens vivants seuls, tout cela est encore plus difficile. Or le gouvernement ne semble pas tenir compte de ces difficultés d’ordre psychologiques. Le discours n’est qu’un discours épidémiologique sur la vitesse de propagation du virus… Rien ou presque sur la dimension psy.

Il n’y a pas de psychiatre dans le conseil scientifique…

Non seulement il n’y en a pas, mais j’observe avec beaucoup d’autres, que toutes les mesures qui sont prises et le discours qui va avec, ne semblent pas venir de gens de terrain. Pour faire de la médecine, il faut être au contact de malades sur le terrain, or j’ai l’impression que la réponse scientifique actuelle se limite à des analyses de « l’arrière » du front. La dimension psychiatrique n’est jamais mise en avant et me semble insuffisamment prise compte.

C’est-à-dire ?

La distanciation sociale, en soit, est une hérésie. L’être humain ne peut s’épanouir qu’au contact de l’autre. En organisant une distanciation sociale, aussi froidement que ce qui est fait, on court le risque d’une dislocation sociale. Autre exemple, j’ai lu aussi que pour décider du couvre feu à 18h, le CNRS avait réalisé un modèle scientifique pour aboutir à une limitation maximale des interactions. Mais d’un point de vue psychiatrique, cela aussi c’est une abomination.

En même temps que de telles mesures sont mises en place, dont il faudrait percevoir les dangers psychiatriques, il faudrait penser des accompagnements… Cela parait évident.

Vous dénoncez un déficit d’explication, doublé d’une crise de confiance ?

Le déficit d’explication est stupéfiant. Et la crise de confiance, nous la mesurons en observant nos indicateurs psychiatriques au rouge. Depuis des mois, je suis choqué que personne au sein du conseil scientifique ne porte cette dimension, en tout cas que le discours du gouvernement soit si creux, si sec, si froid.

Comment voyez vous évoluer les choses ?

On va vers une casse psychologique et psychiatrique, très très importante. Il y aura un avant et un après. Les gens sont traumatisés. A tous les niveaux.

Dans les Ehpad, par exemple, on sait que des personnes âgées sont mortes de phénomènes de glissement et d’angoisse. D’autres sont traumatisés d’avoir dû enterrer un parent de façon bâclée. Ce sont des petits exemples entre mille. Il y a une urgence absolue à prendre en compte la dimension psychologique de la crise actuelle. Nous sommes de très nombreux praticiens, en France, à ressentir cette urgence.

.

Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Contrairement à certaines idées reçues, les expériences du printemps dernier et de novembre ne sont pas forcément des atouts pour mieux aborder ce nouveau confinement.

Au contraire !

Ceux qui ont souffert ces deux premères fois vont vivre encore plus durement l’expérience la troisième fois.

Le nouveau confinement qui s’annonce, ses conséquences sur le plan psychologique sont déjà redoutées et malheureusement prévisibles. Car ce que d’aucuns pensent être un atout, à savoir le fait d’être déjà passé par là en 2020, ne l’est pas forcément. Voire pas du tout.

Les personnes qui ont mal vécu le premier confinement ont un souvenir douloureux associé à un environnement. Les replonger dans des circonstances identiques ou semblables à celles de l’année dernière va réactiver chez elles les mêmes émotions.

Résumons : l’on repart de là où on était resté. Pas d’une situation nouvelle.

A en croire les spécialistes, plusieurs paramètres liés au contexte de ce nouveau confinement sont défavorables à la bonne santé psychique de certains, indépendamment de leur expérience précédente. A commencer par la saison.

La baisse de luminosité hivernale est propice, en temps normal déjà, aux dépressions saisonnières. Autre paramètre : l’adhésion aux mesures du gouvernement. Au printemps dernier, il y a avait une grande peur assez générale. On ne connaissait rien ou très peu de ce virus. Donc, une majorité de personnes adhérait aux mesures, à commencer par le confinement. La population se sentait globalement bien informée. Or, le fait que la France se reconfine peut être assimilé à un échec des mesures prises jusque-là et provoquer une adhésion plus faible.

Pour preuve, l’annonce du printemps 2020 n’avait donné lieu à aucune manifestation, contrairement à celle-ci. Moins d’humour et d’entraide ? Autre élément non-négligeable, l’effet de surprise. Annoncer un jour prochain, une annonce applicable dès le lendemain soir, à l’instar de celle du mois de mars, n’est pas de meilleur augure.

Car quand une annonce tombe de façon verticale et soudaine, ça crée un effet de sidération, alors que ce qui est important, pour qu’une décision soit acceptée, c’est qu’elle soit décidée en concertation, que la population y soit préparée.

Le sentiment de maitrise limite le stress. A la veille de l’annonce d’un durcissement des mesures, et alors que ce troisième reconfinement est pressenti, le neuropsychiatre Boris Cyrulnik se dit déjà inquiet pour notre « disponibilité » et notre « capacité » à l’accepter. Il présageait ainsi « des dépressions et des troubles psychiques« .

Lors du premier confinement, détaillait-il alors pour France Bleu, « on avait des réactions de défense très positives : l’humour et l’entraide. Les gens serraient les dents et souriaient en attendant la fin du confinement ».

Mais aujourd’hui ?

« On ne voit aucune réaction d’humour. Au contraire, on voit des réactions d’agressivité apparaître« . Il y a de quoi, poursuit le spécialiste de la résilience : « L’isolement est la pire des agressions. Un isolement sensoriel est une altération du cerveau. On voit que le circuit de la mémoire et de l’émotion s’atrophient et, dans ce cas, c’est une grave altération. »

L’esprit humain a de la ressource, mais il a aussi ses limites : l’on peut déclencher un processus de résilience à condition que ça ne dure pas trop longtemps.

Relevons aussi le caractère exceptionnel que de vait revêtir le premier confinement. Ainsi, s’il a pu être vécu péniblement, il a aussi été propice à la réinvention. Cette fois, l’effet de surprise évacué, il craint que les confinés n’en voient que les aspects négatifs.

Même inquiétude pour le psychologue belge Olivier Luminet, qui pointe également des risques plus élevés qu’au printemps et l’automne 2020. « La population a déjà perdu beaucoup de son énergie. Beaucoup sont entraînés dans cette troisième vague à venir sans avoir pu recharger leurs batteries« , explique-t-il à L’Echo, soulignant que « les gens sont beaucoup moins armés pour faire face, il y a un réel danger d’accumulation. »

Comment, alors, aborder le mois à venir dans les conditions les moins mauvaises possibles ?

Malgré les difficultés précitées, Nicolas Franck invite tout un chacun à « s’armer de courage » et surtout à « se fixer des objectifs ». Plus facile à dire qu’à faire ! Concrêtement, n’hésitez pas à vous faire aider par un psy ou un hypnothérapeute pour vous accompagner.

.

Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

Une plateforme téléphonique de soutien psychologique est mise en place, afin d’accompagner les personnels soignants en première ligne dans la lutte contre l’épidémie de coronavirus, a annoncé le ministère des Solidarités et de la Santé.

Plus précisément, elle vise à « pallier les situations d’isolement professionnel et proposer une assistance psychologique face à la sur-mobilisation actuelle ».

Cette plateforme, une cellule d’écoute joignable au 0800 73 09 58, 7 jours sur 7 de 8 heures à minuit, est ouverte à « tous les professionnels de santé, qu’ils exercent en milieu hospitalier, médico-social ou libéral, ou qu’ils soient étudiants en santé et internes », indique le ministère. À l’écoute, des psychologues hospitaliers volontaires et bénévoles.

Cette plateforme se superpose aux multiples initiatives qui ont émergé depuis le début de la crise sanitaire pour soutenir les soignants, notamment au réseau des cellules d’urgence médico-psychologiques (les CUMP), qui orchestrent localement des cellules d’écoute et des consultations, ou aux aides issues du privé.

De nombreux psychopraticiens et hypnothérapeutes, dans toute la France, donnent des séances gratuites aux soignants, dont moi-même à mon cabinet toulousain. Pour cela, il vous suffit de m’appeler au 06 2339 0707 pour prendre rdv rapidement.

 

Quand le déconfinement angoisse plus que le confinement…

Il y a bien sûr, après des semaines entre quatre murs, à sortir dans des rues quasiment désertes en se tenant à distance des autres ou faire des courses en vitesse et avec un nombre réduit de personnes dans les magasins, une certaine frayeur vis-à-vis de la foule qui peut s’être installée.

On a perdu l’habitude.

Mina, 38 ans, emprunte en temps normal une ligne de métro, et y a déjà fait des crises de panique : «Être entourée par beaucoup trop de gens, ça m’angoisse

Mais ça va plus loin qu’une crainte de l’affluence notamment dans les transports en commun et des relations tendues et pas toujours civiles que cette dernière provoque.

Elle a beau être «quelqu’un qui adore parler aux gens, qui aime l’échange», cela fait quelque temps que Mina bataille au sein de son entreprise en faveur du télétravail, pour éviter de crier chaque jour le matin aux enfants de se dépêcher… mais d’arriver quand même en retard à l’école puis au boulot ! «Je n’ai pas eu besoin du coronavirus pour me rendre compte que la vie qu’on mène n’est pas viable sur le long terme : on n’a pas le temps de se recentrer sur nous, on court pour tout…»

Résultat, l’idée de revoir ses collègues après un mois d’éloignement, y compris celles et ceux avec lesquels elle s’entend bien, ne l’enchante pas plus que ça.

D’autant que le spectre d’un troisième confinement planera.

«Ce n’est pas parce qu’il y aura le déconfinement que le virus aura disparu. Du fait du Covid, la communication et les relations humaines seront affectées. Tout le fonctionnement social interpersonnel sera altéré par la présence du virus.»

Les conditions évoquées pour la reprise de son activité professionnelle sont en outre loin d’être engageantes.

«On devra porter un masque, on aura une demi-heure pour manger… Normalement, la pause déjeuner, c’est un moment de détente, de discussions, d’échanges avec les collègues qu’on aime bien. Là, ce sera : on mange à deux mètres les uns des autres

Pas non plus d’impatience à l’idée de renouer avec les sorties au restaurant.

«Je n’arrive pas à me projeter sur quelque chose de sympa à faire avec les personnes et collègues que j’aime bien. Si, pour sortir, il faut penser à ne pas se toucher… Ce ne sera pas une vie normale. J’appréhende beaucoup de devoir les rencontrer avec une relation modifiée.»

Dans sa tête, le déconfinement, ce sera allers et retours au travail et promenades en famille, à quatre.

Pas de retrouvailles avec qui que ce soit.

«Je ne veux pas rester confinée toute ma vie et ne me permettrais pas de crier devant le monde entier vive le confinement parce que le contexte est triste et hypertendu, mais je me suis découverte une personne asociale», plaisante-t-elle.

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

F.Duval-Levesque, hypnose, mal-être, psychotherapeute, Toulouse, télé-séance, phobie, addiction, dépendance, dépression, PNL

Moi.

Avec l’induction PAF (Poêle A Frire)

Efficacité garantie.

Le réveil un peu moins 😉

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin

«J‘attendais ça depuis des années» : ceux qui se félicitent d’un Noël en petit comité. En faites-vous partie ?

Ils se réjouissent d’échapper à l’interminable déjeuner familial du 25 décembre.

Si les restrictions sanitaires imposées pour les fêtes font le malheur des uns, d’autres se contentent volontiers d’un Noël sobre.

En réalité, la perspective d’un Noël plus sobre et en petit comité n’est pas pour déplaire à certains…

Beaucoup de personnes ne mâchent leurs mots pour fustiger une fête «qui n’est plus ce qu’elle était». «Ces enfants qui visitent leurs grands-parents une fois par an juste pour les cadeaux, je trouve ça hypocrite, et je m’en passerai bien cette année», grince l’un deux. «J’attendais ça depuis des années !», renchérit un autre.

Une «obligation sociale» ?

«Personnellement, un Noël en petit comité me va très bien», abonde Adeline. Cette mère de famille se réjouit de la jauge des six personnes recommandée par les autorités. «Cela peut paraître égoïste, mais les réunions chez les beaux-parents où tout le monde se force, cela m’ennuie terriblement. Cette fois-ci, je resterai avec mon mari et mes enfants. Plus besoin de faire bonne figure !». Un avis que partage Jessica, pour qui cette fête est peu à peu devenue une «obligation sociale». «Je ne me retrouve pas dans ces grandes réunions de famille. Je n’arrive pas à participer aux conversations et je m’ennuie systématiquement».

La tradition autour du 25 décembre est pourtant très présente dans l’hexagone, où 84% des Français ont coutume de fêter Noël selon un sondage YouGov pour le Huffington Post. Cette année, 79% comptent toujours festoyer à cette occasion.

Mais quelques-uns s’en passeraient volontiers.

«Si cela peut nous éviter le déjeuner interminable, entre le grand-oncle ronchon et la grand-mère qui n’entend rien, on peut bien s’en passer», commente cyniquement un internaute. Car à peine Halloween passée, les devantures de magasins, avenues et balcons se parent de guirlandes lumineuses et autres décorations «noëlisées», selon le jargon commercial, incitant, même malgré soi, à entrer dans la «magie de Noël». «Mais ne pas me coltiner la belle famille, c’est aussi ça, la magie de Noël !», ironise encore un internaute.

Le repas de Noël, “un cauchemar” ?

Champagne, foie gras, chocolats à foison et chansons de Mariah Carey, un «sentiment de déjà-vu» pour certains, et que la situation d’urgence sanitaire sera l’occasion de fuir. Tandis que les médias annoncent de «tristes fêtes» (Le Parisien) ou évoquent une “douche froide” (Le Figaro) suite aux dernières annonces de Jean Castex, quelques Français y voient une véritable «délivrance».

«D’année en année, Noël devient de plus en plus une corvée», s’exclame Jessica. «Devoir rester à table pendant des heures, se servir de chaque plat pour ne pas froisser mamie alors qu’on n’a plus faim, supporter le brouhaha assourdissant des conversations… pour moi, c’est un cauchemar», confie la jeune femme qui restera, cette année, dans sa maison de campagne entourée de ses deux parents. «Nous n’avons pas encore décidé des personnes que nous allions inviter, mais nous respecterons la règle de six et ce sera très bien».

Seraient-ils plus nombreux qu’on ne le pense, ces Français pour qui Noël est une obligation ?

Toujours est-il que, selon l’Ifop, 19 % d’entre eux ne fêteront pas du tout Noël ni le Nouvel An cette année. Et pour ceux qui le célébreront, les restrictions des autorités seront respectées, puisque à peine 10% des Français prévoient d’être plus de 10 à table.

Le seul aspect positif, c’est de voir les générations mélangées, et les grands-parents être entourés de leurs petits-enfants.

Une joie dont certains seront privés puisque, afin de protéger leurs aînés, près de la moitié des Français fêtant généralement Noël avec leurs grands-parents y renonceront cette année, selon l’Ifop.

Et vous, qu’en pensez-vous ?

.

-> Les séances se font à mon cabinet toulousain, ou en téléconsultation (par Skype, WhatsApp, Zoom), ou au domicile de mon client. Plus d’informations utiles pour résoudre votre problème en cliquant sur les liens en haut de ce blog « duvallevesque-psychotherapie-hypnose.fr ». Mailez-moi ou appelez-moi pour tout conseil dont vous avez besoin