étude


La publication par le site Wikipédia de la série de 10 taches d’encre du test de Rorschach et de leurs interprétations les plus courantes, crée une vive polémique.

Le Rorschach est un test dit projectif dans lequel la personne testée doit interpréter des formes ambiguës.

Alors qu’il fait l’objet de vives critiques, et devrait appartenir à l’histoire, il demeure utilisé par certains psychologues d’approche psychanalytique (ou dynamique/analytique) pour diagnostiquer les troubles mentaux et la personnalité (1) !

Sur Wikipédia, des psychologues se sont enregistrés pour protester contre la publication en argumentant que la connaissance par le public des interprétations les plus courantes des taches diminue la validité de l’instrument en biaisant les réponses des personnes testées.
« Mais le test de Rorschach lui-même n’est pas particulièrement efficace en premier lieu », indiquent Scott O. Lilienfeld et ses collègues dans le numéro d’avril 2005 du Scientific American Mind en rapportant une analyse publiée dans la revue Psychological Science in the Public Interest.
Les auteurs ont analysé l’ensemble des études publiées jusqu’en 2000 sur la fiabilité et la validité du Rorschach, du Thématic Apperception Test (TAT), et de tests où il est demandé à la personne testée de dessiner, le résultat étant interprété par l’évaluateur.

Les trois types de tests analysés ne respectent que très peu, voire pas du tout, les critères de fiabilité et de validité, concluent les auteurs.

« En se basant sur nos résultats, écrivent-ils, nous incitons fortement les psychologues à réduire leur utilisation des techniques projectives et, lorsqu’ils choisissent de les utiliser, de se limiter à coder et interpréter le petit nombre de variables qui ont été révélées valables. »

 

(montrer une fiabilité et une validité pour ces tests est d’autant plus important, commentent les chercheurs, qu’ils sont souvent utilisés pour diagnostiquer la maladie mentale, pour prédire la violence, pour évaluer les capacités parentales et pour discerner si des enfants ont été abusés sexuellement)

Sources:
New York Times: A Rorschach Cheat Sheet on Wikipedia?
Scientific American: What’s Wrong with This Picture?
Wikipedia: Test de Rorschach

psychomedia.qc.ca
(1) Le psychologue code les réactions de la personne testée selon plus de 100 caractéristiques. Il enregistre, par exemples, si elle regarde les taches dans leur ensemble ou se concentre sur des parties seulement, si les images détectées sont inhabituelles ou typiques et quels aspects (tels que les formes ou les couleurs) déterminent la réponse. Il compile ensuite les résultats dans un profil psychologique de la personne. Dans le processus interprétatif, il peut conclure que de se centrer sur des détails mineurs, plutôt que sur l’image entière signale une tendance obsessive et que de voir des choses dans les espaces blancs, plutôt que dans les espaces colorés, révèle un esprit négatif et contradicteur. (Scientific American)

 

Le test de Rorschach (le fameux test des taches d’encre), du nom de son créateur Hermann Rorschach (1884 – 1922), est un test psychologique développé par le psychiatre et psychanalyste Hermann Rorschach en 1921.

Il consiste en une série de 10 « planches« , qui sont des images représentant des taches symétriques abstraites (1).

La personne qui passe le test doit indiquer ce qu’elle y voit.

Ce test, utilisé dans le cadre d’une approche psychanalytique ou dite psychodynamique, est considéré sans aucune valeur par les approches scientifiques de la psychologie.

(1)consultez-les là: https://fr.wikipedia.org/wiki/Test_de_Rorschach

Violences sexuelles dans l’armée : ouverture d’une enquête interne

C’est une décision historique.

Et une lueur d’espoir pour les dizaines de femmes militaires qui ont été victimes de violences sexuelles au sein de l’armée.

Elles sont peut-être même des centaines. Mais comment le savoir ? Aucun chiffre n’existe en France sur le sujet.

Cela pourrait bientôt changer, car le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a annoncé ce jeudi qu’il avait demandé l’ouverture d’une enquête interne, la première de ce genre en France.

Cette annonce fait directement écho à la sortie en librairie, ce jeudi, d’un ouvrage intitulé «La Guerre invisible» (éditions Les Arènes et Causette).

Dans ce livre, les deux journalistes Julia Pascual et Leila Milano, qui ont enquêté pendant deux ans, ont récolté les témoignages d’une quarantaine de «féminines» (le terme désignant communément les femmes dans l’armée) ayant subi des violences sexuelles.

Un tabou que la Grande Muette, composée de 15% de femmes, n’a encore jamais osé lever.

Très souvent, ces victimes n’osent pas porter plainte, dissuadées par leurs supérieurs (masculins) qui leur rétorquent qu’un tel acte mettrait leur carrière en péril ou que ces violences sont dans l’ordre des choses, dans le huis clos de l’armée, où les femmes ne sont souvent que trois ou quatre pour plus de cent hommes.

Si certaines obtiennent une condamnation au pénal, celle-ci se traduit rarement par une révocation de leurs agresseurs au sein de l’armée.

Ces derniers peuvent ainsi allègrement rester à leur poste, tandis que, la plupart du temps, les victimes, elles, sont mutées, loin de leur bourreau, le temps que l’affaire se tasse et ne devienne plus qu’un mauvais souvenir. Dans d’autres cas, elles se font oublier d’elles-mêmes en partant en congé maladie pour cause de dépression…

L’enquête interne du ministère de la Défense «visera en particulier à présenter et commenter les suites professionnelles, disciplinaires et judiciaires données notamment aux cas évoqués (NDLR : dans le livre), tant du côté des agresseurs présumés que des victimes», a indiqué Jean-Yves Le Drian dans une lettre adressée à l’Inspection générale des armées et au Contrôleur général des armées.

Les services concernés devront rendre leurs conclusions d’ici fin mars. Ils devront formuler des recommandations censées constituer «un plan d’action vigoureux» pour combattre de tels agissements.

La mise en place d’une organisation simple et efficace «pour améliorer la remontée d’informations complètes sur ces sujets et en assurer un suivi fiable» devra également être étudiée, en s’inspirant de ce qui se fait dans d’autres ministères.

«On se réjouit que les choses puissent bouger», a réagi Julia Pascual, l’une des auteures de «La Guerre invisible», interrogée par LeParisien.fr.

Cette journaliste de Causette a tout de même un doute sur l’efficacité d’une telle enquête, estimant qu’ «il aurait été plus fort de commander un rapport à une commission d’enquête parlementaire».

«Cela aurait été un gage de transparence», a-t-elle ajouté.

C’est ce qui s’est passé l’an dernier aux Etats-Unis, où les violences sexuelles dans l’armée sont un véritable fléau (encore 5 415 cas recensés en 2013) .

Le Congrès a en effet été chargé en 2013 d’enquêter sur les cas de violences sexuelles dans l’US. Army et sur la façon dont elles étaient traitées par la justice militaire.

Cela avait donné lieu, en décembre, à une loi ôtant à tout commandant le droit de contourner une condamnation prononcée par une cour militaire (c’était souvent le cas). Le texte prévoit également de faire passer au civil toute plainte qu’un commandant aurait refusé de traiter.

En outre, tout militaire ayant été reconnu coupable d’agression sexuelle doit désormais être révoqué ou, au moins, sanctionné.

En France, il n’existe aucun recensement de victimes de violences sexuelles tel qu’il en existe aux Etats-Unis depuis une dizaine d’années déjà. Par ailleurs, «cela fait des années que des parlementaires dénoncent l’absence de la notion de harcèlement sexuel dans le code de l’armée», commente Julia Pascual.

Dans le civil, le harcèlement sexuel est passible de deux ans d’emprisonnement et 30 000 euros d’amende.

Dans l’armée, un officier peut décider de qualifier un harcèlement sexuel de simple «comportement inadapté» et de se contenter de condamner l’agresseur à dix jours d’arrêt.

Soit la même sanction qu’un matelot reconnu coupable de n’avoir pas ciré ses chaussures…*

* Ces faits sont rapportés dans «La Guerre invisible», p.140, dans le chapitre «Le cas Isabelle D.». Isabelle D., secrétaire de 25 ans au centre d’information et de recrutement des forces armées (CIRFA) de Metz, harcelée par son supérieur hiérarchique. Sa plainte n’aboutit pas et elle se voit mutée au Centre de commandement de la Marine nationale, à 333 kilomètres de chez elle, tandis que son agresseur est maintenu à son poste avant d’être simplement mis au placard.

Duval-Levesque, psychopraticien, coach, hypnotherapeute, addiction, dependance, boulimie, deuil, sorcière, anxiete, peur, phobie, mal-etre, Toulouse, hypnose, PNL, therapeute, bon psy, stress, burnout, avis, temoignage

Loin de la lumière médiatique autour du nouveau coronavirus venu de Chine, la grippe saisonnière fait des victimes en France.

Chaque année, cette maladie virale touche entre 2 millions et 6 millions de personnes en France.

Les chiffres officiels recensent environ 10 000 décès en moyenne chaque année liés à la grippe.

Au niveau mondial, le nombre de morts annuels est estimé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) entre 290 000 et 650 000.

Santé publique France rappelle quelques gestes contre les virus d’hiver :

  • se laver régulièrement les mains à l’eau et au savon ou avec une solution hydroalcoolique
  • tousser ou éternuer dans son coude ou utiliser un mouchoir à usage unique.

Screenshot_2020-01-22 Christian Assad, MD sur Twitter Ron Rosedale, “Insulin and Its Metabolic Effects,” lecture given at B[...]

Courir en continu sur plus de 160 kilomètres en terrain montagneux demande un type d’athlète différent et un régime différent.

Grâce à des années d’entraînement en tant que coureur ultra, Timothy Olson a appris à son corps à devenir «adapté aux graisses», en utilisant les graisses d’animaux et de plantes pour le nourrir grâce à des prouesses qui semblent surhumaines.

Examinons comment le régime alimentaire de Timothy améliore ses performances.

Page suivante »