« Une association de défense du vin a réussi à torpiller la diffusion de la brochure de l’Institut national du cancer ! »
Cette brochure présentée en février 2009, qui préconisait de ne pas boire une goutte d’alcool pour éviter tout risque de cancer devait être diffusée aux professionnels de santé.

« Le risque de cancer s’accroît dès le premier verre d’alcool ». Cette phrase de la brochure de l’Institut national du cancer (Inca) sur l’alcool et le risque de cancer présentée à la presse en février 2009 a fait grincer des dents bon nombre de défenseurs du vin mais aussi les spécialistes de nutrition. Cette brochure tirée à 70 000 exemplaires qui devait être largement diffusée risque de rester au fond des tiroirs.

En effet, l’association Pour l’honneur du vin créée pour l’occasion a déposé un recours auprès du Ministère de la Santé pour empêcher sa diffusion. Avec succès semble-t-il.

Jean Charles Tastavy président de l’association Pour l’honneur du vin raconte : « en menant notre propre enquête, nous avons constaté que la brochure n’a pas été distribué aux médecins et professionnels de la santé comme c’était prévu et que la brochure téléchargeable sur le site du Ministère a disparu ».

Que conteste Pour l’honneur du vin ? La validité scientifique de la brochure de l’Inca et en particulier l’omission volontaire ou non des études qui ont conclue à un effet positif de l’alcool, en particulier du vin.

A l’époque de la présentation de la brochure, LaNutrition.fr avait souligné les incohérences et les omissions de ce travail et s’était étonné que l’Inca néglige de présenter une analyse globale des relations entre consommation d’alcool et santé, éludant notamment l’impact sur la mortalité et ne distinguant pas le cas spécifique du vin, ses antioxydants et son mode de consommation (consommation quotidienne, aux repas, dans le cadre d’un régime équilibré et riche en folates).

L’association de Jean-Charles Tastavy a de son côté fait traduire en français le rapport international World Cancer Research Fund (WCRF) sur lequel s’est basé l’Inca.

Il se trouve que les conclusions de l’Inca ne concordent pas avec les conclusions du rapport international. Pour l’honneur du vin dénonce un détournement des résultats en faveur de l’interdiction totale de boire du vin.

Pour Jean Charles Tastavy « cette affaire n’est surement pas pour rien dans le retard de présentation de la version définitive du plan cancer 2009/2013 qui était prévue pour juin de cette année ».

Source : LaNutrition.fr